Navigation – Plan du site
Lectures

Robert ARMSTRONG (2010), Broadcasting Policy in Canada

Toronto, University of Toronto Press
Emmanuel Derieux
Référence(s) :

Robert ARMSTRONG (2010), Broadcasting Policy in Canada, Toronto, University of Toronto Press

Texte intégral

1Pourquoi les activités de radio et de télévision sont-elles, au Canada comme dans d’autres sinon dans la plupart des pays, l’objet d’une étroite réglementation particulière, alors qu’il n’en est pas ainsi dans les autres secteurs de l’économie et de la culture ? Pour une part, l’explication est d’ordre historique. Elle tient au fait que les fréquences hertziennes qui servent à la diffusion des émissions constituent un bien public rare. Avec les techniques numériques, les choses changent cependant. Cela peut conduire à remettre en cause l’ensemble du système. Ainsi pourrait être résumé cet ouvrage dans lequel l’auteur expose et explique, avec beaucoup de clarté, ce que sont les motifs et les dispositifs de la politique canadienne de la radiotélévision et s’interroge sur son devenir dès lors que l’argument principal de la rareté des canaux de diffusion ne vaut plus.

2« La tendance vers la libéralisation du commerce international et la mondialisation conduit à une réduction des identités nationales et fait pression pour une élimination des politiques de sauvegarde et de renforcement de la diversité culturelle » (p. 17 ; nous traduisons). Pour d’autres, justement, elle en renforce le besoin, mais elle en rend la mise en œuvre plus délicate et fait que ces politiques sont plus difficilement justifiables. Les choix s’avèrent donc, à cet égard, très fortement politiques, dans le sens le plus noble du terme.

3La démonstration passe par les éléments suivants : l’évocation de l’histoire des différents statuts de la radiotélévision au Canada et de l’instauration de l’instance de « régulation » qu’est le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) et de ses pouvoirs en matière d’octroi des autorisations aux entreprises du secteur privé, de contrôle et de sanction du non-respect des obligations qui s’imposent à l’ensemble du secteur ; des références relatives à l’évolution de l’audience, en diminution du fait de sa dispersion vers chacun des médias toujours plus nombreux et dont l’offre est diversifiée et spécialisée ; l’exposé des contraintes de production et de programmation, au nom de la protection d’une identité culturelle nationale menacée par la pénétration d’émissions étrangères, notamment provenant des États-Unis, amorties sur leur marché national d’origine, bénéficiant des principes du libéralisme économique établi, par divers accords internationaux, à l’échelle mondiale et auquel un régime d’« exemption », d’« exception » ou de « protection et de promotion de la diversité culturelle », d’ailleurs non accepté par le principal État en cause, ne parvient pas à remédier ; l’analyse des caractéristiques d’un secteur public de la radiotélévision, poursuivant des objectifs non commerciaux, propriété de l’État, soucieux de l’« intérêt général » et cherchant à « corriger quelques-unes des failles d’un système reposant de plus en plus sur des activités privées » (p. 112 ; nous traduisons) ; la présentation de la réglementation relative au régime de propriété et notamment des limites à la participation au capital d’intérêts étrangers, de manière à « assurer la protection de la souveraineté culturelle canadienne » (p. 205 ; nous traduisons)…

4Que peut-il rester d’une telle politique nationale volontariste, en matière de radio et de télévision, à l’heure d’Internet, de la multiplication et de la diversification des réseaux de communication, de la « convergence » des techniques et de leurs usages ? Ladite « convergence sape les fondements du contrôle de certains médias alors que les autres agissent librement. Il y a, de ce fait, des pressions pour que tous les médias soient traités de la même façon et pour que le secteur de la radiotélévision soit libéralisé » (p. 240 ; nous traduisons).

5En conclusion, l’auteur note qu’« Internet a secoué les fondations du secteur de la radiotélévision et constitue un véritable défi pour toute politique volontariste » (p. 241 ; nous traduisons) à l’égard de ce secteur et du rôle de l’instance de régulation. En raison de l’opposition entre le secteur des médias qui échappent à toute règle particulière et celui de la radiotélévision, une « pression se fait en faveur d’une harmonisation de l’encadrement juridique de tous les systèmes de diffusion. Certains plaident pour que le CRTC réduise, si ce n’est renonce à toutes ses formes d’intervention » (p. 242 ; nous traduisons). D’autres, au contraire, insistent pour que le CRTC élargisse son domaine d’intervention à Internet…

6Par sa richesse et sa clarté, cet ouvrage peut contribuer à nourrir la réflexion sur une réalité et une évolution de la radiotélévision qui sont bien loin d’être uniquement canadiennes, mais qui s’avèrent être à peu près identiques dans de nombreux autres pays.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Derieux, « Robert ARMSTRONG (2010), Broadcasting Policy in Canada », Communication [En ligne], Vol. 33/1 | 2015, mis en ligne le 18 février 2015, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/5281

Haut de page

Auteur

Emmanuel Derieux

Emmanuel Derieux est professeur à l’Université Panthéon-Assas, Paris 2. Courriel : emmanuel.derieux@u-paris2.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org