Navigation – Plan du site
Lectures

Jérôme BERTHAUT (2013), La banlieue du « 20 heures ». Ethnographie de la production d’un lieu commun journalistique

Marseille, Agone, Coll. « L’ordre des choses »
Christine Leteinturier
Référence(s) :

Jérôme BERTHAUT (2013), La banlieue du « 20 heures ». Ethnographie de la production d’un lieu commun journalistique, Marseille, Agone, Coll. « L’ordre des choses »

Texte intégral

1Cet ouvrage est la publication de la thèse de Jérôme Berthaut, thèse de sociologie soutenue en 2012 à l’Université Paris-Diderot et dirigée par Marie Tripier. Ce travail, s’il focalise l’attention sur un thème, la banlieue, qui émerge dramatiquement dans les médias français en 2005, est beaucoup plus que cela. En effet, cette thématique va permettre à Berthaut de montrer comment une « innovation » de sujet conduit à des transformations dans les pratiques professionnelles, et dans une moindre mesure dans l’organisation des rédactions de la chaîne française de service public France 2. Au-delà, grâce à une enquête ethnographique longue et précise, il va montrer comment les stéréotypes perdurent malgré un désir réel de présenter autrement « la banlieue », du fait du poids des normes professionnelles propres à la rédaction et de la difficulté à faire évoluer ses « catégorisations ». L’observation s’est déroulée en trois séquences de deux semaines (mars 2003, décembre 2006 et janvier 2007) et s’est accompagnée d’une trentaine d’entretiens avec différents acteurs de la rédaction. Selon le propos de Berthaut, « le plan de ce livre suit ce qui peut être vu à la fois comme les étapes de fabrication d’un reportage et les étapes de la socialisation d’un nouvel entrant dans la rédaction » (p. 23).

2L’attention portée à la banlieue par la rédaction de France 2 est le fait d’événements différents mais convergents. Il y a tout d’abord la « conversion » de la rédaction de France 2 à la « fait-diversification » de l’actualité avec l’arrivée de journalistes issus des chaînes privées, en particulier TF1, qui a ciblé comme priorité de sa logique informationnelle le fait divers. De plus, la concurrence entre les chaînes conduit non seulement à rechercher des thématiques du type fait divers, mais également à en réaliser une construction particulière, qui conduit à l’émergence progressive d’une catégorie, soit « les journalistes des <banlieues> », avec comme sources principales d’information les forces de l’ordre. L’emprise des rédacteurs en chef sur les débats des conférences de rédaction favorise par ailleurs la mise en place d’un « sens commun éditorial » sur la banlieue, qui contribue à renforcer les stéréotypes dominants.

3La deuxième partie révèle comment est abordé le terrain, avec le recours à des intermédiaires à qui est sous-traité l’accès au terrain, intermédiaires qui tout à la fois organisent les castings des interviewés et assurent la sécurité des journalistes sur le terrain. Comme pour les reporters de guerre, le « fixeur » occupe une place centrale, avec pour lui une difficulté réelle à conserver la bonne distance avec ses réseaux personnels de relation face aux exigences des journalistes. L’interview va rester le format journalistique dominant, avec toutes les limites propres à ce dispositif, en particulier choisir plutôt de « bons » parleurs que de véritables témoins. Enfin, la nécessité de ne pas rester trop longtemps dans des lieux réputés peu sûrs conduit à pratiquer un « journalisme du raccourci » qui est très largement dominé par des figures et des schèmes narratifs très standardisés parce que largement préconstruits. Comme l’explique Berthaut, « les raccourcis journalistiques apparaissent en effet d’autant plus nécessaires à ces professionnels de l’information qu’il s’agit ici pour eux de trouver le plus court chemin pour se déplacer à l’autre extrémité de l’espace social, afin de rendre compte de milieux sociaux qui sont parmi les plus éloignés des leurs » (p. 277).

4La troisième partie boucle l’ouvrage en abordant le rôle de la hiérarchie dans la mise en conformité des « sujets banlieue », quel qu’ait pu être par ailleurs le désir ou l’aspiration du journaliste à dépasser les stéréotypes. Le montage conduit en effet à inscrire le sujet dans le consensus politique et médiatique dominant qui passe par une mise en forme de la banlieue, parfois très différente de la réalité observée lors des reportages. Bien sûr, les reporters cherchent à résister mais, in fine, la conformité professionnelle l’emporte. Elle l’emporte même tellement qu’elle conduit à la conversion de jeunes journalistes issus de ces mêmes banlieues et qui, pour atteindre leurs objectifs de réussite professionnelle, abandonnent leur vision singulière au profit des cadrages imposés par la hiérarchie.

5On l’aura compris, il s’agit moins de comprendre ce que le journal télévisé de France 2 fait de « la banlieue » que de montrer ce que le sujet « banlieue » fait aux journalistes et à la rédaction de ce journal télévisé. Ce travail apporte donc beaucoup à la compréhension de certains mécanismes de construction des identités professionnelles, mais aussi des logiques propres aux acteurs dans le cadre précis d’une entreprise qui poursuit elle-même ses propres objectifs dans un contexte d’hyperconcurrence entre les médias. La méthode utilisée n’est pas sans rappeler le travail de Jacques Siracusa publié en 2001, Le JT, machine à décrire. Sociologie du travail des reporters à la télévision. Toutefois, le travail de Berthaut met sans doute mieux en évidence les facteurs de changement, mais aussi les pesanteurs avec lesquelles les journalistes doivent composer dans leur travail quotidien, le traitement de la « banlieue » ajoutant ses particularités. Le mérite de l’ouvrage est donc double : porter un regard sur la fabrication de l’information dans une grande chaîne de télévision publique et montrer les effets d’un sujet singulier, la banlieue, sur cette fabrication. Il propose enfin une bibliographie importante et diversifiée, avec des ouvertures sur la littérature anglo-saxonne ; regrettons toutefois qu’elle soit présentée sous la forme de notes de fin de chapitres, ce qui en rend la consultation particulièrement difficile et nuit à sa cohérence scientifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Leteinturier, « Jérôme BERTHAUT (2013), La banlieue du « 20 heures ». Ethnographie de la production d’un lieu commun journalistique », Communication [En ligne], Vol. 33/1 | 2015, mis en ligne le 18 février 2015, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/5286

Haut de page

Auteur

Christine Leteinturier

Christine Leteinturier est maître de conférences à l’Institut français de presse de l’Université Panthéon-Assas, Paris 2, et membre du Centre d’analyse et de recherche interdisciplinaire sur les médias (CARISM). Courriel : christine.leteinturier@u-paris2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org