Navigation – Plan du site
Lectures

Manuel Maria CARRILHO (dir.) (2012), La rhétorique

Paris, CNRS Éditions, Coll. « Les Essentiels d’Hermès »
Daniela Roventa-Frumusani
Référence(s) :

Manuel Maria CARRILHO (dir.) (2012), La rhétorique, Paris, CNRS Éditions, Coll. « Les Essentiels d’Hermès »

Texte intégral

1Notre époque vit « pour le meilleur et pour le pire » l’heure de la rhétorique. Il suffit d’ouvrir la télévision, de regarder les messages publicitaires ou d’écouter les hommes politiques. Le discours et l’image doivent intéresser (docere), séduire (delectare) et convaincre (movere).

2La nouvelle rhétorique (retorica rediviva) n’est plus l’art du beau parler, mais la théorie de la communication efficace ; l’argumentation devient une composante essentielle de l’activité discursive en général, de l’activité politique, publicitaire en particulier.

3La condition rhétorique met son empreinte sur l’ensemble des sciences humaines, qu’il s’agisse de l’analyse du phénomène littéraire ou de l’investigation des discours scientifiques ou quotidiens. Dans les sciences politiques et la psychologie, la rhétorique est la source des jeux d’influence, de la mobilisation des passions et de la quête du consensus. La rhétorique, avec ses multiples formes et constructions, « s’est insinuée dans le quotidien, avec ou contre notre volonté, tout en modifiant notre manière de penser » (Meyer, 1993 : 11), car « [d]e l’amitié à l’amour, de la politique à l’économie les relations se font et se défont par excès ou manque de rhétorique » (Meyer, 1993 : 7).

4Après des siècles de discrédit et d’oubli (le positivisme du XVIIIe siècle et l’exacerbation de la subjectivité romantique du XIXe) ou de « rhétorique restreinte » (Genette, 1970), les études sur l’argumentation ont connu un renouveau extraordinaire à partir de la seconde moitié du XXe siècle par les travaux de Chaïm Perelman et Lucie Olbrechts-Tyteca (1958), Stephen Toulmin (1958), ainsi que de Jean-Blaise Grize (1978) et Oswald Ducrot (1972). Indissociable de la communication, « la rhétorique ne pouvait que retrouver une place centrale dans le monde contemporain où la communication joue désormais un rôle essentiel : il ne s’agit plus simplement d’un art, mais d’une pratique à laquelle nous sommes tous exposés quotidiennement » (p. 10).

5Dans son étude liminaire « Présentation générale. Les métamorphoses de la rhétorique », Manuel Maria Carrilho met en évidence le rôle crucial du Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique (Perelman et Olbrechts-Tyteca, 1958) dans l’établissement des mécanismes de la pensée (typologie des arguments), du poids de l’auditoire, de l’importance de l’adhésion. En outre, l’auteur souligne les métamorphoses de la logique réformée par Toulmin dans The Uses of Argument (1958) en « science épistémologiquement plus large, empiriquement plus fondée et historiquement plus informée » (p. 12).

6Ce panorama rhétorique des Essentiels reprend et enrichit la synthèse des numéros 15 et 16 d’Hermès dédiés à l’argumentation et à la rhétorique (interconnectées) et analysés d’un point de vue linguistique, philosophique, historique pour fournir l’ouverture vers la triade argumentation/rhétorique/communication. « On ne sauvera la communication qu’en approfondissant simultanément la connaissance des changements qui en résultent du côté de la rhétorique et de l’argumentation. C’est ainsi que l’on évitera la réduction de la communication à une seule logique expressive et narcissique » (Dominique Wolton, cité par l’auteur, p. 22).

7Sylvain Auroux évoque dans son texte « Argumentation et anti-rhétorique. Le contenu de la logique classique en France » des moments méconnus ou oubliés de l’histoire de l’argumentation, à savoir la logique de Port-Royal, son rôle dans l’enseignement, la dimension pragmatique perdue par la logique moderne.

8Dans « Argumentation et logique naturelle. Convaincre et persuader », Jean-Blaise Grize se propose de voir comment l’argumentation se rattache à la logique, en quoi elle en diffère et dans quelle mesure il est possible de parler d’une logique de l’argumentation. Le concept phare de la logique naturelle, celui de schématisation — modèle de la situation et modèle des utilisateurs du modèle —, implique une théâtralité discursive‚ une mise en scène pour autrui et une série d’opérations, de sélection et de détermination des objets, de prédication et de modalisation. Grize met en évidence à juste titre que la schématisation est une construction discursive originale, parce que toujours ancrée dans une situation, avec ses partenaires et son contexte actuel. Elle apparaît ainsi comme une logique de l’action, une action sur le destinataire des discours.

9Fondée sur l’interaction — cette réalité fondamentale des échanges langagiers —, l’argumentation proposée par le locuteur à son interlocuteur (réel ou virtuel) est en fait une schématisation, un micro-univers dont l’autonomie relative tient au fait qu’un contenu est inséparable de sa forme. Ce modèle de la situation dépend du schéma mental des interlocuteurs et des coordonnées du contexte.

10L’argumentation comme élaboration discursive manifestant des propriétés de cohérence et actualisant des procédés d’inférence, de justification et d’explication suppose une composante sociale (inséparable de la situation de communication et du statut social des participants) et une composante cognitive (induction, déduction, analogie, métaphore).

11En outre, Grize insiste sur les trois types de cohérence à l’œuvre dans la schématisation argumentative : la cohérence interne ou logique, la cohérence externe relative aux connaissances communes à la situation d’interlocution et la cohérence discursive liée aux multiples représentations cognitives et affectives que les interlocuteurs se font d’eux. « La logique formelle dirige la cohérence interne, la logique naturelle peut aider à dégager la cohérence externe mais il lui reste beaucoup à faire pour saisir la cohérence discursive » (p. 52).

12Jean-Claude Anscombre, dans « Des topoï aux stéréotypes ; sémantique et rhétorique », se propose de mettre en perspective trois théories sémantiques, à savoir la théorie de l’argumentation dans la langue, la théorie des topoï et la théorie des stéréotypes. La théorie de l’argumentation dans la langue (Anscombre et Ducrot, 1983) ou la pragmatique intégrée soutient la thèse selon laquelle certaines valeurs informatives sont dérivées de valeurs argumentatives plus profondes, ce qui contredit les théories traditionnelles pour lesquelles la rhétorique est seconde par rapport à un niveau informatif profond (p. 59).

13En fait, la théorie de l’argumentation dans la langue d’Anscombre et Ducrot voit le sens comme des instructions pour la construction des discours, d’où la parenté avec la rhétorique. S’appuyant sur le warrant de Toulmin qui fonde le passage d’un énoncé à l’autre dans la pensée non formelle, Anscombre postule l’existence des garants appelés topoï en hommage à Aristote ; ces garants sont des principes généraux servant d’appui au raisonnement ; « ils ne sont pas en effet assertés par le locuteur qui les met en place mais simplement utilisés et présentés comme allant de soi dans une communauté plus ou moins vaste » (p. 65).

14À partir de la théorie des stéréotypes, Anscombre réenvisage la relation entre sémantique et rhétorique ; dans la perspective traditionnelle, la rhétorique s’occupait de l’organisation du discours et prioritairement de l’articulation des énoncés du point de vue pragmatique (persuader, inciter, enthousiasmer), la sémantique visait essentiellement l’adéquation entre les mots et les choses à l’œuvre dans les activités décrire, rapporter, etc. « Or cette opposition s’estompe considérablement avec la théorie des stéréotypes comme déjà avec la théorie de l’argumentation dans la langue. Ce que dit donc la théorie des stéréotypes c’est que le sens des mots concerne précisément leurs potentialités de combinatoire discursive » (p. 76). Si la sémantique envisage le sens des unités lexicales et leurs combinaisons dans des phrases, la rhétorique « s’occupe à l’inverse du choix des mots et des constructions — sachant quelle est leur valeur sémantique — en vue d’un certain effet » (p. 77).

15Michel Meyer, dans « Problématologie et argumentation ou la philosophie à la rencontre du langage », présente la « problématologie comme une nouvelle manière de philosopher, de penser la raison et langage. Elle le fait en s’attachant à l’interrogativité qui traverse l’ensemble des activités intellectuelles » vu que « le couple essentiel de la pensée humaine est celui de la question et de la réponse » (p. 83). En partant de la rhétorique définie comme relation entre des locuteurs, des utilisateurs de langage immergés dans le réel, le social, l’histoire, Meyer reprend les mots clés de la rhétorique selon Aristote pour affirmer leur indissociabilité. « L’alternative, qui exprime la problématique, loin d’être un défaut du logos, une ignorance (c’est le point de vue de l’ethos) ou une passion aveugle (si l’on se place du côté du pathos) apparaît alors comme étant dans la nature des choses. Il y a des questions à résoudre et être rationnel consiste à apporter des solutions aux problèmes qui se posent » (p. 93).

16L’interrogativité dans le champ rhétorique sera l’expression de ce qui sépare les interlocuteurs alors que la réponse les rassemble. C’est pourquoi nous estimons très pertinente la définition de la rhétorique comme négociation de la distance entre les sujets à propos d’une question. Ce sont les problèmes qui séparent les interlocuteurs, mais aussi ce qui fait qu’ils se groupent pour pouvoir mieux les résoudre (p. 94). À partir de cette vision de la rhétorique comme négociation de la distance entre les sujets sur une question donnée, qui peut aller du plaire au raisonner et du raisonner au combattre (verbal), l’argumentation s’impose comme une « technique de résolution de cette distance donc de cette question. La résolution n’est autre que l’adhésion à une réponse commune, une négociation de la différence par le choix raisonné d’une identité entre les sujets qui se retrouvent sur cette réponse commune » (p. 96-97).

17Dans le dernier chapitre — inédit — « Du discours argumenté à l’interaction argumentative », Rui Alexandre Gracio soutient que la « perspectivation est inhérente à la discursivité » et les « dynamiques argumentatives sont incontournablement tensionnelles » (p. 110), ce qui le rapproche de la conclusion de Ruth Amossy (2006) pour qui l’argumentation « est tout simplement une branche de l’analyse du discours » (p. 118) et de la conclusion des optimistes de la communication qui adhérent au principe de la coopération, de la civilité et de la gestion des conflits par dépersonnalisation des arguments.

18L’ouvrage se clôt avec une utile sélection bibliographique et un glossaire axé sur les concepts clés tels ascriptivisme, argumentation, auditoire, cognitif, délibératif, logique naturelle, pragmatique, sémantique, théorie des stéréotypes, typologies argumentatives, syllogisme, topoï.

19Il aurait été très profitable que tous les termes présentés dans le glossaire aient été suivis d’une mini-bibliographie qui existe pour certaines notions mais manque à d’autres (l’appendice « Pour en savoir plus »). Dans le même ordre d’idées, la mention à côté des livres et revues papier des sites et des revues électroniques aurait constitué une palette de ressources plus complète et parfaitement synchronisée à la diffusion de l’information au troisième millénaire.

20Cet ouvrage contribue d’une manière constructive à la poursuite de la réflexion théorique et à l’analyse empirique de cette logique discursive interactionniste qu’est la rhétorique à l’heure actuelle.

Haut de page

Bibliographie

AMOSSY, Ruth (2006), L’argumentation dans le discours, Paris, Armand Colin.

ANSCOMBRE, Jean-Claude et Oswald DUCROT (1983), L’argumentation dans la langue, Bruxelles, Pierre Mardaga.

DUCROT, Oswald (1972), Dire et ne pas dire. Principes de sémantique linguistique, Paris, Hermann.

DUCROT, Oswald et al. (1980), Les mots du discours, Paris, Minuit.

GENETTE, Gérard (1970), « La rhétorique restreinte », Communications, 16 : 158-171.

GRIZE, Jean-Blaise (1978), « Schématisation, représentation et images » dans Stratégies discursives, Lyon, Presses universitaires de Lyon, p. 45-52.

MEYER, Michel (1993), Questions de rhétorique, Paris, Hachette.

MEYER, Michel (2010), De la problématologie, Paris, Presses universitaires de France.

PERELMAN, Chaïm (1977), L’empire rhétorique, Paris, Vrin.

PERELMAN, Chaïm et Lucie OLBRECHTS-TYTECA (1958), Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique, Paris, Presses universitaires de France.

TOULMIN, Stephen (1958), The Uses of Argument, Cambridge, Cambridge University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniela Roventa-Frumusani, « Manuel Maria CARRILHO (dir.) (2012), La rhétorique », Communication [En ligne], Vol. 33/1 | 2015, mis en ligne le 18 février 2015, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/5292

Haut de page

Auteur

Daniela Roventa-Frumusani

Daniela Roventa-Frumusani est professeure à la Faculté de journalisme et de sciences de la Communication de l’Université de Bucarest. Courriel : danifrumusani@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org