Navigation – Plan du site
Lectures

Patrick CHARAUDEAU (2013), La conquête du pouvoir. Opinion, persuasion, valeur. Le discours d’une nouvelle donne politique

Paris, L’Harmattan
Martin Jolicoeur
Référence(s) :

Patrick CHARAUDEAU (2013), La conquête du pouvoir. Opinion, persuasion, valeur. Le discours d’une nouvelle donne politique, Paris, L’Harmattan

Texte intégral

1La conquête du pouvoir est avant tout une réflexion sur les enjeux de l’espace public français. Centré sur la campagne présidentielle de 2012 qui a défait Nicolas Sarkozy et porté François Hollande au pouvoir, cet ouvrage propose une interprétation des événements qui ont conduit les Français à élire un président socialiste, malgré son apparent manque de leadership et alors que les enjeux de l’immigration, de la religion et de l’emploi donnaient pourtant une solide assise aux votes de droite et d’extrême droite. On relève entre autres la performance du Front national, dont le score au premier tour avait réussi à dépasser d’environ 7 % celui de 2007 grâce à l’arrivée, notamment, d’une nouvelle chef, Marine Le Pen. Que s’est-il donc passé entre 2007 et 2012 ? Qu’est-il advenu des près de 19 millions d’électeurs qui avaient plébiscité Sarkozy en 2007 ? Patrick Charaudeau offre un panorama de réflexions portant successivement sur l’opinion publique française, sur les stratégies des principaux candidats à la présidentielle de 2012 et sur les fossés — historiques, politiques, socioéconomiques — qui divisent la société française.

2Bien qu’il ne s’agisse pas d’une analyse sociolinguistique au sens méthodologique du terme, l’ouvrage de Charaudeau s’articule autour de la conviction que le leadership se construit par la mise en discours et l’échange d’idées entre les électeurs, les acteurs politiques et les médias. « C’est dans la façon dont ces idées sont mises en scène que se joue la dramaturgie politique : une idée ne vaut que par la façon dont elle est d’abord mise en discours, puis mise en œuvre » (p. 18). La conquête du pouvoir se conçoit alors comme un processus de désignation et de mise en scène des valeurs collectives, puis de lutte entre différents porte-parole pour s’en approprier la défense, ce qui place ainsi le discours persuasif au cœur de l’activité politique.

3Le point de départ de la réflexion de Charaudeau consiste en un exposé sur le concept d’opinion publique, notamment sur ses faiblesses, dans lequel il pose un regard critique sur les sondages comme outil de mesure. Il met en doute à la fois leur capacité à opérer des découpages de la population pertinents et à distinguer les dimensions de la réalité qu’ils prétendent mesurer, et, surtout, la capacité des répondants à donner l’information demandée, soit par manque d’intérêt, soit par manque de compétence par rapport aux thèmes abordés. Discréditant ainsi la capacité des sondages à expliquer le mouvement des votes en 2012, il préfère utiliser une étonnante typologie des électeurs divisée en quatre catégories : « […] les <convaincus>, les <élections-pièges-à-cons>, les <fluctuants> et les <pas contents> » (p. 66). Le vote est alors dépeint comme une affaire de stratégie plus que de conviction : stratégies des leaders pour rallier les votes des « fluctuants » et des électeurs adverses, stratégies des électeurs « pas contents » votant contre leurs convictions pour manifester leur grogne ou leur déception. Ces catégories dénotent ainsi un cynisme certain de la part de l’auteur par rapport au processus démocratique, mais ne permettent que de faire des hypothèses vagues sur ce qui a pu porter tel ou tel candidat en avant ou en arrière dans la course électorale. Que nous apporte, par exemple, la distinction entre les « élections-pièges-à-cons », les « fluctuants » et les « pas contents », qui sont généralement appelés swing voter dans la recherche américaine, dans des conditions où l’on peut difficilement statuer sur les raisons qui portent un électeur à remettre son affiliation partisane en question ?

4La deuxième partie, la plus intéressante, traite de leadership. Selon Charaudeau, un leader doit faire preuve à la fois de légitimité, de crédibilité et de charisme pour s’emparer du pouvoir. Strictement en ces termes, il est suggéré que Sarkozy, s’il avait effectivement établi une certaine crédibilité et fait preuve d’un bon charisme en 2007, a saboté ses chances en 2012 à cause, entre autres choses, d’une perte de crédibilité et de légitimité causée par ses frasques et son manque d’élégance, incompatibles avec ce que les Français attendent d’un président. Quant à Hollande, si le charisme n’est pas sa qualité principale, il a par contre su se bâtir une solide crédibilité en abordant la joute politique avec franchise et honneur, ce qui lui a permis de l’emporter sur Sarkozy, dont la cohérence de l’image commençait par ailleurs déjà à s’affaiblir. Ces hypothèses sont intéressantes, mais manquent d’appui : d’aucuns ont pu constater l’effritement du leadership de Sarkozy et l’opportunité de la situation pour Hollande. Mais l’analyse aurait été d’autant plus puissante si l’on avait pu en savoir plus sur la façon dont cela s’est manifesté et a évolué tout au long de la campagne, par exemple, dans la couverture médiatique ou dans les sondages, malgré le peu de crédit que l’auteur accorde à ceux-ci.

5Pour le reste, Charaudeau se livre à une réflexion plus générale sur les fossés qui déchirent l’opinion publique française entre les idéologies de gauche et de droite, les idéaux démocratique et républicain, et les valeurs d’égalité et de liberté que les chefs utilisent pour illustrer leurs positions respectives, parfois dans un discours raccourci et qualifié de populiste, lequel présente certaines incohérences au profit d’une simplification des enjeux politiques.

6La conquête du pouvoir contient une réflexion riche sur la nature du leadership et du pouvoir politique et trouvera à ce titre un large public en sciences de la communication et en science politique. Il permet par ailleurs de désigner les acteurs présents sur l’échiquier politique de 2012, puis de décortiquer leurs stratégies. Par contre, ceux qui sont plus familiers avec les études de communication politique anglo-saxonnes resteront prudents : si plusieurs exemples concrets sont présentés tout au long de l’analyse, sur le plan méthodologique, cet ouvrage n’a rien à voir avec, par exemple, les études de Norris et al. (1999) et de Norris (2000) qui n’avancent rien qui ne soit systématiquement démontré par les données. Charaudeau appartient plutôt au courant d’analyse du discours français et s’inscrit à juste titre dans une approche plus interprétative — et souvent critique — que postpositiviste de la recherche en communication.

7Pour ce qui est de la forme générale de l’ouvrage, le raisonnement est quelquefois ardu à suivre et les titres n’indiquent pas toujours bien l’idée développée, ce qui le rend difficile à consulter autrement que par une lecture complète. Par ailleurs, la progression du texte est parfois gênée par des apartés qu’on a voulu traiter malgré leur caractère secondaire. Le passage sur les épouses des politiciens — Valérie Trierweiler et Audrey Pulvar (p. 100-104) —, par exemple, s’intègre difficilement dans le fil de la réflexion bien qu’il constitue certainement un sujet d’intérêt pour un public désirant explorer les coulisses du pouvoir français.

Haut de page

Bibliographie

NORRIS, Pippa et al. (1999), On Message: Communicating the Campaign, London, Thousand Oaks.

NORRIS, Pippa (2000), A Virtuous Circle: Political Communications in Postindustrial Societies, Cambridge, Cambridge University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Jolicoeur, « Patrick CHARAUDEAU (2013), La conquête du pouvoir. Opinion, persuasion, valeur. Le discours d’une nouvelle donne politique », Communication [En ligne], Vol. 33/1 | 2015, mis en ligne le 18 février 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/5294

Haut de page

Auteur

Martin Jolicoeur

Martin Jolicoeur est doctorant en communication publique et membre du Laboratoire de recherche sur les stratégies de communication à l’oral de l’Université Laval. Courriel : martin.jolicoeur.2@ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org