Navigation – Plan du site
Lectures

Raymond CORRIVEAU et Guillaume SIROIS (2012), L’information. La nécessaire perspective citoyenne

Québec, Presses de l’Université du Québec
Virginie Delmas
Référence(s) :

Raymond CORRIVEAU et Guillaume SIROIS (2012), L’information. La nécessaire perspective citoyenne, Québec, Presses de l’Université du Québec

Texte intégral

1Raymond Corriveau, ancien président du Conseil de presse du Québec, et Guillaume Sirois, titulaire d’une maîtrise en communication sociale, tous deux enseignants à l’Université du Québec à Trois-Rivières, nous livrent dans cet ouvrage un état des lieux assez négatif de l’information au Québec, notamment dominée par une perspective mercantile, et proposent des solutions pour lui redonner un objectif démocratique et citoyen.

2Selon la présentation qui en est faite dans cet ouvrage, le fonctionnement de l’information au Québec suscite des craintes depuis de nombreuses années, en témoigne la multiplicité des rapports sur la question depuis les années 1970, notamment à partir des années 2000. C’est à partir des événements entourant la Tournée du Conseil de presse de 2008 que les auteurs ont voulu témoigner de l’existence de deux perspectives antinomiques et revendiquer un changement d’orientation des mentalités.

3En effet, dans son rôle de (simple) vigie de l’information au Québec, le Conseil de presse a organisé une tournée des régions pour recueillir avis et doléances de la part de la population sur le fonctionnement de la presse. Malheureusement, cette tournée fut surtout révélatrice du peu d’intérêt des entreprises de presse, enfermées dans leur logique mercantile, pour la parole citoyenne et du refus de toute critique et de toute réglementation au nom du principe de liberté d’expression.

4Les principaux objets de la discorde portent sur l’expression par les participants de l’existence de nombreux problèmes revenant de manière régulière et portant principalement sur les éléments suivants :

  • l’accès et la représentation de l’information en région ;

  • les conglomérats de presse qui uniformisent l’information et entraînent la disparition des petits médias, de la pluralité des voix et de la presse d’opinion.

5Selon les auteurs, les problèmes mentionnés et le rejet de la parole citoyenne sont très préjudiciables pour une société, car l’information est porteuse de rôles importants, tels que la création de normes de comportement, l’aide à la prise de décisions éclairées ou encore la contribution à l’univers politique, et c’est donc toute la question du pouvoir des médias qui est en jeu ici et qui fait de ce livre un ouvrage militant.

6Il est donc primordial pour les auteurs que tous les citoyens aient accès à une offre diversifiée et objective d’information, ce qui est de moins en moins le cas au Québec.

7Pour expliquer cette conception négative de l’information au Québec, ils proposent un historique de la constitution des deux plus grands groupes de presse privés, Gesca et Quebecor, de leur organisation en concentration horizontale pour le premier et croisée pour le second, pour surtout en montrer les dérives (notamment chez Quebecor).

8C’est donc bien la concentration de la presse au Québec qui est au centre des critiques de ce livre. Débutant dans les années 1980, elle correspond à la volonté des entreprises de presse d’optimiser leur plus-value économique et donc de rechercher la rentabilité, notamment en mutualisant les ressources et en gommant toute marque trop subjective.

9Le risque soulevé par les auteurs concerne donc celui de la promotion d’un seul point de vue, d’une seule idéologie et donc de désinformation ou de « mésinformation ».

10La concentration de la presse induit aussi parfois, comme nous le montrent les auteurs au moyen de divers exemples, une sorte de conflit d’intérêts lorsque le traitement journalistique d’une question en débat ou d’un fait favorise les intérêts du groupe entier ou d’un de ses membres ; sans parler de la collusion possible entre pouvoir médiatique et pouvoir politique.

11Par des analyses menées avec des outils des sciences sociales, les auteurs tentent de montrer que nous sommes face à deux perspectives opposées, liées à des attentes et à des conceptions du monde de l’information complètement différentes.

12Les groupes de presse sont dans leur rôle d’entreprises, c’est-à-dire de logique commerciale cherchant la plus-value, sans aucune autre considération. Leurs efforts sont orientés vers la vente d’espaces publicitaires et non vers la transmission d’information à un public ; selon cette conception, l’information n’est plus qu’un prétexte.

13Parallèlement, les citoyens veulent une information qui leur permette de s’enrichir et surtout de s’émanciper socialement et économiquement. La perspective citoyenne défendue dans cet ouvrage renvoie donc à cette volonté de replacer le public au centre des préoccupations des médias.

14Comme on l’a mentionné, de nombreux rapports ont été rédigés sur la question et ont proposé des solutions dont les auteurs tentent de faire une rétrospective et une synthèse pour en faire ressortir les éléments correspondant à la situation du Québec.

15S’inspirant de ce qui a été proposé et parfois déjà tenté, ils présentent ensuite leurs propres solutions qui s’articulent autour de quelques grandes idées.

16Adoptant traditionnellement un positionnement idéologique de « laisser-faire », l’État doit devenir un acteur majeur en finançant davantage les entreprises de presse, à condition que celles-ci jouent le jeu d’investir dans la qualité rédactionnelle et une meilleure couverture régionale. Pour les auteurs, il est important que l’État prenne conscience que « la presse constitue non seulement un outil de préservation de la culture québécoise, mais aussi un pilier fondamental de la démocratie et l’expression des idées » (p. 118), et c’est pour cela qu’il doit intervenir et forcer les entreprises de presse à remplir leur rôle de vecteurs d’informations claires et diversifiées, en encadrant la liberté d’expression. Dans cette perspective, il est donc nécessaire de créer un ordre professionnel pour les journalistes qui les protégera en garantissant la qualité de leur activité professionnelle.

17Pour que cela fonctionne, et même si la question des sanctions reste posée, les auteurs préconisent la création d’un tribunal administratif indépendant qui aura pour tâche de recevoir et de juger les plaintes des citoyens envers les entreprises de presse et qui remplacera l’actuel Conseil de presse inefficace en raison de son financement par les entreprises de presse elles-mêmes. Pour fonctionner et disposer de données objectives de travail, ce tribunal administratif aurait besoin d’une vigie et donc d’un observatoire indépendant des médias et des communications.

18En ce qui concerne les besoins des acteurs régionaux relatifs à la réception et à la communication des informations, les auteurs proposent de développer l’offre dans les régions grâce à la formation de « coopératives régionales d’informations appuyées par des médias communautaires » (p. 123), en mutualisant par exemple des journalistes régionaux et en renforçant l’offre publique, notamment Télé-Québec.

19Enfin, cet ensemble de solutions doit s’accompagner de la mise en place d’une éducation aux médias dès l’école primaire selon les auteurs, éducation à une consommation raisonnée et surtout à la compréhension de certaines dérives médiatiques, car « l’éducation aux médias, c’est se préparer à devenir un citoyen responsable » (p. 124).

20Tous ces éléments permettront peut-être de changer de mentalité pour penser autrement. Les auteurs souhaitent que l’information sorte de sa logique commerciale et « hors société », car étant « essentielle au développement, à l’articulation de l’intelligence territoriale et au maintien de la démocratie » (p. 124), elle doit être au service du bonheur du citoyen, premier acteur et premier destinataire de ses messages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Delmas, « Raymond CORRIVEAU et Guillaume SIROIS (2012), L’information. La nécessaire perspective citoyenne », Communication [En ligne], Vol. 33/1 | 2015, mis en ligne le 18 février 2015, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/5310

Haut de page

Auteur

Virginie Delmas

Virginie Delmas est docteur en Sciences du langage de l'Université Paris Descartes. Courriel : delmasvi@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org