Navigation – Plan du site
Lectures

Amandine DEGAND et Benoït GREVISSE (dir.) (2012), Journalisme en ligne. Pratiques et recherches

Bruxelles, De Boeck, Coll. « Info Com Master »
Christine Leteinturier
Référence(s) :

Amandine DEGAND et Benoït GREVISSE (dir.) (2012), Journalisme en ligne. Pratiques et recherches, Bruxelles, De Boeck, Coll. « Info Com Master »

Texte intégral

1Le journalisme en ligne, innovation relativement récente puisqu’elle est associée au Web 2.0, devient un objet d’étude, car il porte des transformations de toutes natures qu’envisagent les auteurs mobilisés par ce projet collectif. Si, selon la préfacière Jane B. Singer, le journalisme en ligne est surtout marqué par la fin du splendide isolement du journaliste, découle de ce fait de nombreux changements qui touchent à la fois ses pratiques ordinaires, ses relations avec ses publics, mais aussi l’organisation des rédactions, voire des entreprises médiatiques elles-mêmes, le tout générant de fortes incertitudes pour tous les professionnels de l’information. L’ouvrage, qui réunit une quinzaine de chercheurs et de spécialistes venus de disciplines et de pays différents majoritairement francophones, en propose des approches variées qui érigent finalement le journalisme en ligne comme un secteur d’activité à part entière. Ce choix de partir du journalisme en ligne comme concept fédérateur permet d’éviter le défaut fréquent d’une approche par sites ou par innovations techniques qui conduit souvent à la juxtaposition de monographies sans réels liens entre elles.

2Plus qu’un panorama historique, la contribution de Jean-Marie Charon est une introduction aux différents thèmes qui vont être abordés ensuite (organisation des rédactions, modèle économique, nouveaux formats journalistiques), avec, en cadrage, le rappel des expériences pré-Web que sont les bases de données et la télématique grand public.

3Cette innovation rédactionnelle du journalisme en ligne conduit, dans la presse belge, à la mise en place d’équipes de journalistes en marge à la fois des rédactions installées des « entreprises mères » et des journalistes professionnels institués du fait de conditions de travail plutôt précaires et de modèles d’organisation encore en construction, même si la convergence (les rédactions bi- ou multisupports) tend à se généraliser. Issu d’un dispositif en réseau largement internationalisé, le journalisme en ligne peut-il être le creuset d’une identité transnationale des journalistes qui le pratiquent ? Florence Le Cam montre, à partir de différents exemples issus du monde francophone, que la dispersion au travail (polyvalence et multitâche), la temporalité particulière de la diffusion et les structures collectives émergeant au sein des rédactions sont des caractéristiques communes des rédactions Web.

4Le dispositif technique du journalisme en ligne conduirait, selon Yves Thiran, à une inversion du dispositif antérieur. Il suggère que l’on passe d’un modèle construit sur l’offre de journalistes prescripteurs s’imposant au public à un journalisme de la demande, les journalistes s’ajustant constamment aux réactions du public. Cette vision est largement construite par les outils audimétriques démultipliés sur le Web qui permettent de saisir en temps réel la fréquentation des sites et des pages. Rappelons toutefois que ces mesures ne disent rien de la réalité de la lecture ni de son intensité, et qu’elles ne permettent pas de saisir un collectif uni par des intérêts communs.

5Si la vérification de l’information reste une nécessité, elle n’est pas réellement facilitée par les outils disponibles en ligne. En effet, comme Amandine Degand le rappelle opportunément, « dans un contexte de journalisme assis, ils [les journalistes en ligne] ne sont bien souvent plus en contact avec les sources de première main. Ils deviennent des opérateurs intermédiaires entre les producteurs d’information et les publics » (p. 112). Dans le domaine du journalisme participatif, très en vogue autour des années 2000 le réalisme et un certain désenchantement prévalent désormais. Si les internautes participent largement à la distribution de l’information, leur contribution à la production est faible, car les professionnels restent globalement très réticents à cette incursion d’amateurs dans leur univers. Toutefois, certaines expériences, en Grande-Bretagne ou aux États-Unis, font apparaître des modèles réticulaires de la production en ligne incluant le public, dans un cadre collaboratif structuré.

6C’est sans doute du côté des réseaux sociaux que le rôle des publics dans la construction de « l’écosystème » du journalisme en ligne est le plus innovant. Les échanges démultipliés d’informations et de données sur les réseaux sociaux représentent pour les journalistes professionnels des ressources considérables qu’ils doivent suivre. Ce flux permanent reste toutefois difficile à maîtriser et a conduit à la naissance d’un nouveau spécialiste, le curateur, responsable de trouver dans toutes ces circulations des « pépites » dignes d’intérêt. Autre facette du journalisme en ligne, le Web documentaire reste encore un objet mal défini, en dehors de sa dimension réticulaire et de son format mouvant au rythme des innovations numériques. Mais comme pour la pratique journalistique ordinaire, de nombreuses contraintes organisationnelles, financières et techniques pèsent sur la publication d’un documentaire hypermédia, ce qui limite considérablement la portée libératrice et créative de ce format.

7Sur le plan économique, le journalisme en ligne reste en devenir. En effet, les structures des coûts et des recettes n’ont plus rien à voir avec celles de la presse imprimée, mais intègrent désormais les particularités de l’économie d’Internet. La mise en réseau de l’information conduit à redéfinir ses caractéristiques (bien non rival, bien expérientiel et importance du droit d’auteur), mais aussi à prendre en compte la diversité des matériels en permettant l’accès. Smartphones, tablettes ou ordinateurs relèvent de marchés et d’univers industriels très différents de ceux des médias classiques. Entrent ainsi dans l’économie du journalisme en ligne de nouveaux acteurs, tant du côté des infomédiaires (Google) que du côté du public (créateurs bénévoles de contenus), ce qui contribue à la diversification des modèles d’affaires, des stratégies des éditeurs et des annonceurs.

8Au sujet également du devenir, les réflexions de Benoît Grevisse et Daniel Cornu sur l’éthique du journalisme en ligne suggèrent les évolutions en cours. Les enjeux éthiques se noueraient autour de la fiabilité, de la validité et de la complexité, les rôles journalistiques restant définis par les trois fonctions classiques : l’observation, l’interprétation liée au « contrat de communication » et la narration. Le droit applicable au journalisme en ligne reste lui aussi fortement marqué d’incertitudes. Le cas belge met en évidence les difficultés qu’ont les éditeurs et les journalistes à s’habituer au Web du fait d’une part de son extranéité (non-soumission aux droits internes nationaux) et d’autre part de la rapidité des innovations techniques et de contenus. Le droit peine à s’adapter, qu’il s’agisse du droit d’auteur, du droit à l’image, du droit à l’oubli ou de la définition des délits de presse : ce sont alors les tribunaux qui, par la jurisprudence qu’ils produisent, ouvrent des pistes, par exemple sur la détermination du juge compétent ou de la loi applicable.

9Enfin, l’ouvrage se clôt par un chapitre méthodologique fort bienvenu qui propose 11 pistes d’investigation au chercheur souhaitant aborder ce champ particulier. Rédigées sous la forme de fiches, ces contributions abordent aussi bien la connaissance des publics par leurs traces d’usage que l’analyse quantitative de l’information en ligne, les réseaux sociaux comme espace de la réception, sans oublier les approches plus « classiques » pour l’analyse sociologique des rédactions ou les approches sémiotiques ou ethnographiques des contenus et des producteurs. L’ouvrage est complété par 28 pages de bibliographie, proposant ainsi des ouvertures internationales qui viennent utilement compléter la perspective francophone (Belgique, Canada, France) adoptée ici.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Leteinturier, « Amandine DEGAND et Benoït GREVISSE (dir.) (2012), Journalisme en ligne. Pratiques et recherches », Communication [En ligne], Vol. 33/1 | 2015, mis en ligne le 18 février 2015, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/5317

Haut de page

Auteur

Christine Leteinturier

Christine Leteinturier est maître de conférences à l’Institut français de presse de l’Université Panthéon-Assas, Paris 2, et membre du Centre d’analyse et de recherche interdisciplinaire sur les médias (CARISM). Courriel : christine.leteinturier@u-paris2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org