Navigation – Plan du site
Lectures

François-Ronan DUBOIS (2014), Introduction aux Porn Studies

Bruxelles, Les Impressions Nouvelles
Esther Loubradou
Référence(s) :

François-Ronan DUBOIS (2014), Introduction aux Porn Studies, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles

Texte intégral

1« La pornographie est un exemple typique de ces objets culturels dont le discours public s’empare volontiers sans jamais en produire une connaissance un tant soit peu détaillée » (p. 7). Cette connaissance partielle est pourtant regrettable et par rapport aux débats virulents entre discours anti-pornographiques et discours pro-sexe, la nécessité d’une posture compétente et objective sans perspective de condamnation ou de défense sur la pornographie se fait sentir. François-Ronan Dubois propose ainsi une introduction aux Porn Studies, discipline originaire des États-Unis et encore à ses balbutiements en France. Il ne s’agit plus seulement d’étudier les représentations sexuelles, mais aussi de réfléchir à l’origine de ces représentations et de leur effet sur les pratiques. L’originalité de l’ouvrage tient dans sa volonté de proposer un point de vue scientifique innovant sur la pornographie et dans son ambition de le partager avec tous. En cela, l’auteur atteint parfaitement son objectif puisqu’en une centaine de pages, il contextualise avec justesse la pornographie ainsi que la complexité des débats publics et savants l’entourant, de façon claire et compréhensible.

2L’ouvrage comporte trois chapitres précédés d’un avant-propos dans lequel l’auteur présente le contexte de la naissance des études pornographiques et ses intentions. Il montre notamment que la pornographie est un sujet aux conséquences éthiques, pratiques et morales.

3Dans le premier chapitre, « Les formes de la pornographie », Dubois propose une exploration de la diversité des matériaux pornographiques au moyen d’une typologie éclairante et bien documentée. Après avoir donné une première définition de la pornographie comme « document qui représente explicitement au moins un acte sexuel » (p. 20), il fournit des éléments historiques et une analyse assez détaillée de quatre formes de représentations de la pornographie que sont le texte, l’image fixe, l’image mouvante et la pornographie en réseau. S’il est évident qu’il est difficile de proposer une classification exhaustive et avec laquelle tout le monde serait d’accord, la typologie de Dubois se présente, à sa façon, comme une grille de lecture pertinente qui permet au lecteur de mieux appréhender l’objet étudié dans l’ouvrage. Cette polymorphie de la pornographie, principalement liée à l’évolution des supports de diffusion, est en effet essentielle pour comprendre les polémiques à son sujet.

4Le deuxième chapitre, intitulé « Les études savantes sur la pornographie », livre une analyse des débats sur la pornographie dans les milieux publics et universitaires, débats qui ont façonné le champ des Porn Studies. L’auteur revient sur les discours de dénonciation des activistes de la droite chrétienne, puis des activistes féministes qui voient dans la pornographie la reproduction de la domination patriarcale. Il revient également sur l’arrivée d’un féminisme pro-sexe pour qui la pornographie devient une composante « d’une sexualité diverse et complexe […] justifiée par les évolutions sociales, juridiques et politiques » (p. 63). Dubois retrace ainsi les différentes étapes des « guerres du sexe » dont l’essentiel se déroule aux États-Unis. Il présente ensuite les polémiques savantes en distinguant trois disciplines qui se sont intéressées à la pornographie : le droit, la psychopathologie et les études cinématographiques. La perspective juridique évoque la situation américaine mais finalement peu la situation française, ce que l’on pourra regretter. Cependant, cette partie est particulièrement bien menée et s’interroge sur la sacro-sainte liberté d’expression et les raisons de la contourner. La perspective psychopathologique distingue la vision criminaliste et la vision sexualiste en apportant un éclairage intéressant sur les effets possibles de la pornographie. Enfin, la perspective cinématographique, largement appuyée sur les travaux de Linda Williams, constitue un renouveau méthodologique dans les études sur la pornographie, désormais pluridisciplinaires et a priori au-delà de l’impasse polémique.

5Le troisième chapitre a pour titre « Les conséquences d’un savoir pornographique ». Dubois y développe une réflexion sur les apports philosophiques de Friedrich Nietzsche, Michel Foucault et Judith Butler. Ces développements mettent en évidence les enjeux moraux, politiques et surtout éthiques au sein des études pornographiques. L’auteur évoque également la sexualisation croissante de la société contemporaine à partir de deux évolutions : d’une part, l’évolution qualitative de la pornographie et la spécialisation de la production et, d’autre part, « l’augmentation continuelle des représentations sexuelles dans la sphère médiatique » (p. 95) qui entraîne une normalisation des représentations et une régularisation des pratiques.

6Enfin, Dubois interroge les aspects éthiques des études pornographiques, encore trop largement délaissés. Il s’intéresse aux changements entraînés par ces études, notamment par rapport à la sexualité des individus, sur le fondement d’une « positivité a priori […] qui exige une raison pour interdire des pratiques et leur représentation, davantage qu’une raison pour les autoriser » (p. 102). Chacun est alors seul juge de ses désirs et choisit ses pratiques. Ainsi, « la pornographie au lieu d’être une perversion morale exclue du discours commun, devient au contraire un impératif moral si et seulement si elle est entourée d’un discours » (p. 105). En ce sens, l’auteur remarque que l’éthique du savoir pornographique est évidemment liée à l’éthique de l’enseignement de ce savoir.

7La conclusion de l’ouvrage rappelle les principaux enjeux politiques, idéologiques et éthiques des Porn Studies. L’auteur souligne à ce titre l’urgence et l’importance de recherches futures ainsi que la nécessité de transmettre ce savoir universitaire.

8Dans sa globalité, l’ouvrage permet de « restituer à la pornographie et aux représentations sexuelles leur construction — et de leur retirer leur caractère d’évidence » (p. 100). Chacun peut ainsi mieux comprendre les enjeux de la pornographie, mais aussi des études savantes la concernant. Cet ouvrage s’adresse évidemment aux milieux universitaires, mais aussi finalement à un large lectorat, curieux d’en savoir plus sur les réflexions au sujet de la pornographie. Il ne nécessite pas de prérequis particuliers, et on appréciera la clarté de l’écriture, ses réserves et sa structure logique. Une bonne entrée en matière donc, avec une retranscription explicite des débats et discours, bien qu’un peu frustrante pour le lecteur connaisseur qui reste parfois sur sa faim. On regrettera l’absence de références pour cette Introduction aux Porn Studies, car de ce fait l’ouvrage n’est pas d’une grande aide pour repérer les articles clés et poursuivre les recherches dans ce champ, ce que semble pourtant souhaiter l’auteur. Quoi qu’il en soit, cet ouvrage est bien traité et Dubois a le mérite — et non des moindres — de proposer un des premiers apports francophones sur les Porn Studies en offrant sa contribution au développement de ce champ de recherche qui ouvre de multiples perspectives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Esther Loubradou, « François-Ronan DUBOIS (2014), Introduction aux Porn Studies », Communication [En ligne], Vol. 33/1 | 2015, mis en ligne le 18 février 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/5322

Haut de page

Auteur

Esther Loubradou

Esther Loubradou est docteure en sciences de l’information et de la communication et membre du Laboratoire LERASS de l’Université Paul Sabatier, à Toulouse. Courriel : eloubradou@yahoo.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org