Navigation – Plan du site
Lectures

Yves DUPONT (2014), L’université en miettes. Servitude volontaire, lutte des places et sorcellerie

Montreuil, Éditions L’Échappée
Anne-Hélène Le Cornec Ubertini
Référence(s) :

Yves DUPONT (2014), L’université en miettes. Servitude volontaire, lutte des places et sorcellerie, Montreuil, Éditions L’Échappée

Texte intégral

1L’origine de la crise de l’université française remonte aux années 1980. Depuis, des réformes incessantes se sont succédé, associant toujours plus de néolibéralisme à toujours plus de bureaucratie. Malgré la violence du phénomène et les graves conséquences qu’il entraîne sur la société, le silence qui l’entoure est assourdissant si nous faisons abstraction des rares moments où la crise est devenue plus visible, par exemple au cours des manifestations du printemps 2009. Le changement de majorité gouvernementale en 2012 n’a pas enrayé le processus et Yves Dupont décide de tirer la sonnette d’alarme : « […] la situation de nombreux agents de l’Université précarisés, déqualifiés, isolés ou <mis au placard> est devenue particulièrement préoccupante » (p. 18). L’auteur refuse de se laisser entraîner par les discours sur une évolution naturelle ou nécessaire et entend montrer qu’il y a bien derrière ces évolutions une volonté politique partagée par la droite et la gauche au pouvoir.

2Le titre de l’ouvrage peut sembler étrange, comme si un mot intrus s’y était glissé, mais le ton est donné. L’assemblage des idées et des chapitres paraîtra hétéroclite. L’auteur l’assume d’emblée en annonçant qu’il s’agit d’un essai. Dupont éloigne ainsi les procès en hérésie qui ne manqueraient pas de lui être faits pour son approche anthropologique critique, générale et biographique. La construction est libre, l’emploi du « je » revendiqué, et pourtant il s’agit bien d’un ouvrage scientifique où tout un collectif s’exprime. Les citations intégrées dans le texte sont si nombreuses que Dupont réifie le collectif universitaire dont il regrette la liquidation.

3Une approche historique et biographique fixe le contexte et donne les points de comparaison utiles à ceux qui ne connaissent pas l’université de l’intérieur. Les universitaires ne sont pas considérés comme de simples victimes, mais comme des complices actifs ou passifs de cette crise qui s’apparenterait à une crise de la sorcellerie. Dupont a longtemps travaillé sur la sorcellerie, « système symbolique de régulation des appétits, des places et des conflits » (p. 79) dans le monde paysan et sur sa disparition, qui a livré les paysans désolidarisés au rouleau compresseur de l’industrialisation sans contrôle de l’agriculture. L’auteur nous convainc tant par l’originalité de la comparaison que par sa pertinence. Il montre que l’université emprunte le même chemin que celui qui a conduit à la destruction des sociétés paysannes et par là à la destruction de la nature elle-même. Le système de régulation universitaire n’a pas résisté à 30 ans d’assauts néolibéraux et bureaucratiques.

4Comme dans toute approche globale, l’auteur ne peut embrasser l’ensemble des facteurs qui ont entraîné la dévalorisation des savoirs et la démolition des fondements de l’université. Il donne néanmoins suffisamment d’éléments concrets pour offrir une vision surplombante, seule capable de nous montrer « la mise en œuvre d’un projet politique dont les potentialités totalitaires sont de plus en plus décelables » (p. 254). Dès 1981, la gauche fit prendre une nouvelle orientation à la recherche, abandonnant les recherches fondamentales et théoriques au profit d’études de faisabilité quantitatives et statistiques. Le processus ne s’est jamais interrompu. La décentralisation et l’autonomie des universités n’ont pas donné plus d’indépendance aux universitaires ; au contraire, ces derniers ont perdu leur liberté et leur coexistence pacifique.

  • 1 Il s’agit d’un indicateur créé en 2005 pour évaluer à la fois le nombre d’articles publiés et le no (...)

5Si l’auteur tient à montrer la part qu’ont prise les universitaires eux-mêmes dans le naufrage de l’université, il insiste néanmoins sur les réformes qui les ont fragilisés : l’augmentation de 60 % du nombre d’étudiants en moyenne (p. 110) sans les moyens correspondants, les nouvelles technologies, l’érosion des salaires, la mise en concurrence généralisée — des universités entre elles, des universités avec les écoles privées, des disciplines, des différentes catégories de personnel. Dupont voit plus particulièrement l’origine de la destruction de la communauté des pairs dans la création d’une procédure nationale de qualification et dans celle d’écoles doctorales remettant en cause l’autorité des enseignants chercheurs qui délivraient le titre de docteur et l’habilitation à diriger la recherche. À cela il convient d’ajouter les évaluations permanentes, la pression à publier pour augmenter son « facteur h »1 (p. 152) dans des revues trop peu nombreuses pour que chacun y publie. « Il était difficile de concevoir système plus pervers et de ne pas envisager l’impact qu’il ne pourrait manquer d’avoir sur les comportements et des autres » (p. 154).

6Les conséquences de ces réformes et de ce système pervers commencent à se faire sentir dans les années 1990. L’auteur voit disparaître la frontière communément partagée entre ce qui se fait et ne se fait pas et se développer les stratégies mues par les seuls intérêts personnels (p. 186). Le tableau brossé est sans appel : pillage intellectuel, harcèlement, meurtre symbolique, absence totale d’inhibition, coups tordus, affabulation, mensonge, « le tout avec la complicité de disciples en attente de postes et dont la servilité est quelquefois consternante » (p. 192). En l’absence d’instances de régulation des conflits, comme les « désorceleurs » du monde paysan, les harcelés sont abandonnés à leur dépression sans que les harceleurs, qui agissent en toute impunité, éprouvent le moindre remord ou la moindre compassion (p. 194).

7Dupont explique de tels comportements par la disparition de l’éthique professionnelle préexistante qui servait d’instance de régulation des appétits et des désirs de reconnaissance, mais aussi par la forte augmentation des universitaires favorables à ces réformes à partir des années 2000. L’universitaire moderne ne veut plus attendre son tour, son désir de reconnaissance ne connaît plus de frein. Pour parvenir à ses fins, il « ne dispose que de quelques possibilités […] : l’accumulation d’heures complémentaires, la prise de responsabilités à caractère <scientifique>, administratif et/ou gestionnaire ou le gonflement artificiel de son <facteur h>. Mais ces places sont évidemment chères et nécessitent souvent la création de véritables réseaux » (p. 195).

8L’auteur revient dans les deux derniers chapitres au monde paysan, à la terre et aux risques écologiques pour s’interroger sur le peu de remise en cause de l’idéologie du déracinement ou de l’innovation. « Le désir de s’arracher à la terre et à la Terre par la production d’artifices est consubstantiel au projet et à l’idéologie modernes d’arrachement à un Moyen Âge totalement caricaturé et présenté comme un monde de ténèbres, d’irrationalisme et de déraison » (p. 207). Dupont rend hommage aux lanceurs d’alerte et à ceux qui ont osé avoir une réflexion écologique alternative contre les politiques, les experts, les ingénieurs, les universitaires adeptes de technosciences.

9Pour conclure, l’auteur rappelle les fondements de sa démarche, montrant en quoi l’effondrement de l’université participe d’un mouvement plus général de « hors-solisation » (p. 252) de nos existences. Il ne nous donne pas de recette miracle pour en finir, mais au moins l’idée que les universitaires peuvent agir puisqu’ils portent la responsabilité de l’origine de leurs difficultés et des problèmes de la société au sens où ils ont été les fers de lance de ces politiques réformatrices. Il les exhorte à la pluridisciplinarité, à l’élargissement de leur point de vue, au retour à la décence ordinaire et à la mise en débat public de politiques de sauvegarde de l’humanité et de la nature.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’un indicateur créé en 2005 pour évaluer à la fois le nombre d’articles publiés et le nombre de fois où un article est cité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Hélène Le Cornec Ubertini, « Yves DUPONT (2014), L’université en miettes. Servitude volontaire, lutte des places et sorcellerie », Communication [En ligne], Vol. 33/1 | 2015, mis en ligne le 18 février 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/5327

Haut de page

Auteur

Anne-Hélène Le Cornec Ubertini

Anne-Hélène Le Cornec Ubertini est maître de conférences, EA 3820, à l’Université de Nice Sophia Antipolis. Courriel : ubertini@unice.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org