Navigation – Plan du site
Lectures

Sylvie GROSJEAN (dir.) (2011), La communication organisationnelle : approches, processus et enjeux

Québec, Chenelière Éducation
Gilles Teneau
Référence(s) :

Sylvie GROSJEAN (dir.) (2011), La communication organisationnelle : approches, processus et enjeux, Québec, Chenelière Éducation

Texte intégral

1L’ouvrage est consacré à la communication organisationnelle qui comprend toutes les formes de communication utilisées par une organisation pour communiquer avec ses clients ou employés. Né de la collaboration de plusieurs auteurs de qualité du champ des sciences de l’information et de la communication, cet ouvrage est assez conséquent : il contient 346 pages en grand format. Le livre peut se lire chapitre après chapitre ou dans le désordre selon l’intérêt du lecteur pour un sujet particulier. Il demande une lecture appliquée, nécessaire à une bonne compréhension du thème abordé. Il revient sur l’histoire et les origines de la communication organisationnelle, développe ses différentes approches et montre en quoi ses applications sont importantes aujourd’hui. Pour le spécialiste en sciences de gestion, il rappelle certains ouvrages en « théorie des organisations » par les nombreuses énumérations théoriques qui sont faites au fil des chapitres. Ce travail de recherche est un bon éclairage pour mieux comprendre le champ assez nouveau de la communication organisationnelle.

2La première partie couvre six chapitres et aborde l’histoire et les différentes approches de la communication organisationnelle : le chapitre 1 présente l’origine du concept (d’hier à aujourd’hui) et ses fondements en Amérique du Nord et en France ; le chapitre 2 est consacré aux approches fonctionnalistes avec une ouverture sur l’école des relations humaines ; le chapitre 3 aborde les approches systémiques et un tournant important que l’on retrouve dans l’analyse stratégique et systémique ; le chapitre 4 parle des approches critiques en débutant avec Karl Marx, puis l’école de Francfort, en passant par Pierre Bourdieu et Michel Foucault, s’achevant avec les théories sur le genre (gender studies) ; le chapitre 5 traite des approches symboliques, de l’importance de la culture organisationnelle ; le chapitre 6 développe les approches constitutives, un chapitre important traitant de domaines d’actualité, l’organizing de Karl Weick et la théorie de l’acteur-réseau de Michel Callon et Bruno Latour.

3La seconde partie aborde les enjeux contemporains de la communication organisationnelle : le chapitre 7 traite de la communication du changement dans l’organisation, changement comme « différence », « processus » ou « propriété naturelle du monde » ; le chapitre 8 montre les liens entre la technologie, la communication et l’organisation, avec en complément un apport intéressant concernant les technologies de planification des ressources. Nous aurions aimé trouver les travaux de la communauté francophone des chercheurs en système d’information concernant les ERP (Régis Meyssonnier, Redouane El Amrani, Frantz Rowe, Guy Saint-Léger) ; le chapitre 9 étudie le champ de la communication organisationnel au sein des groupes de travail ; enfin, le chapitre 10 aborde les problèmes d’éthique et la responsabilité sociale des organisations, l’approche gestionnaire et communicationnelle de la responsabilité sociale des entreprises ainsi que la forme que prend le discours (narratologique, anthropologique ou symbolique).

4Tout en privilégiant la rigueur scientifique, cet ouvrage a été rédigé dans un souci d’accessibilité. Il présente de nombreuses caractéristiques pédagogiques :

  • un glossaire des définitions clés relativement explicite pour des termes certaines fois complexes (axiologie, diachronique, herméneutique, téléologie) ;

  • une bibliographie très complète ;

  • un index bien pratique et assez détaillé pour retrouver les concepts abordés ;

  • plusieurs exemples illustrant les propos que l’on retrouve tout au long des chapitres ;

  • des exercices et des cas pratiques en ligne ;

  • quelques questions sont posées en fin de chaque chapitre, auxquelles on aurait aimé trouver les réponses.

5Cet ouvrage conviendra d’abord aux étudiants en communication et en sciences de gestion, mais les professionnels de la communication qui souhaitent se tenir au courant des derniers développements dans le domaine pourront y puiser de l’information.

6Pour résumer, nous recommandons cet ouvrage à tous ceux qui souhaitent aborder sérieusement le champ de la communication organisationnelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Teneau, « Sylvie GROSJEAN (dir.) (2011), La communication organisationnelle : approches, processus et enjeux », Communication [En ligne], Vol. 33/1 | 2015, mis en ligne le 18 février 2015, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/5333

Haut de page

Auteur

Gilles Teneau

Gilles Teneau est docteur en Sciences de gestion, chercheur associé au Laboratoire d'Économie et de Management de Nantes-Atlantique (LEMNA) à l'Université de Nantes, conseiller de recherche à l'École supérieure de commerce d'Amiens (ESC) et enseignant au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) à Paris. Courriel : gilles_teneau@yahoo.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org