Navigation – Plan du site
Lectures

François JOST (2011), De quoi les séries américaines sont-elles le symptôme ?

Paris, CNRS Éditions
Williams Nuytens
Référence(s) :

François JOST (2011), De quoi les séries américaines sont-elles le symptôme ?, Paris, CNRS Éditions

Texte intégral

1En France, les dernières enquêtes consacrées aux usages de la télévision montrent que le temps moyen de consommation (en direct ou en différé) dépasse aujourd’hui 3 heures et 45 minutes par jour. Par ailleurs, la fiction (séries et téléfilms) représente le type d’émission le plus regardé, soit un quart des produits vus. Par conséquent, en interrogeant l’attachement de nos contemporains à la télévision et plus particulièrement aux séries étatsuniennes, l’ouvrage de François Jost se préoccupe d’un fait social important.

2Ce texte d’une soixantaine de pages contient plusieurs pistes permettant de répondre à des questions, simplement énoncées, qui concernent l’énigme de la popularité comprise comme un symptôme. Le parti pris de cette réflexion inscrit les propositions explicatives du côté du profit symbolique associé aux séries : il n’est donc jamais question d’ancrer les explications dans les procédés techniques et linguistiques définissant le produit tel qu’il se présente aux téléspectateurs. Le support étudié par l’auteur se compose de trois pièces classées parmi les meilleures audiences : il s’agit de Lie to Me, Les Experts, The Mentalist.

3Cinq sections distinctes mènent le lecteur jusqu’à une proposition de réponse, étonnante, assimilant la dimension symbolique des séries télévisées étatsuniennes à un élément de compréhension du téléspectateur lui-même. L’auteur ouvre sa réflexion en se demandant ce qu’une fiction contient de familier. Plusieurs éléments s’accumulent, comme l’existence de lieux communs (le complot, la critique des élites), la présence d’invariants (le méchant, le bon), la marque du temps qui passe et la présence des images et de leurs moyens de diffusion. La deuxième section interroge quant à elle la relation entre le téléspectateur et le héros, notamment en abordant le thème de l’attachement. Cinq modes fictionnels sont ici passés en revue (les mythes, le romanesque, le mimétique élevé, le mimétique bas, l’ironique) et rapportés à des cas concrets de séries. Cette partie de l’ouvrage fait singulièrement avancer la résolution de l’énigme de la popularité, notamment parce que le lecteur y comprend que les héros collectifs dominent aujourd’hui le héros unique et positif. La troisième section aborde assez logiquement le mode narratif mis en scène dans les récits, c’est-à-dire ce que portent en partie les héros et leur environnement. Ici, l’auteur s’interroge sur la dimension réaliste des séries, la projection du téléspectateur et sa quête de savoir. De ce point de vue, il semblerait que les séries étatsuniennes contiennent les principaux ingrédients leur permettant de devenir des espaces d’apprentissage à part entière. Trois catégories de savoir impriment effectivement les fictions : le savoir encyclopédique, le savoir-faire et les compétences professionnelles, ainsi que le savoir-être, soit la gestion des comportements. L’auteur apporte alors une contribution convaincante à propos de l’influence de ces savoirs en soulignant, entre autres, qu’ils se rapportent à des mondes inconnus, voire méconnus, parmi lesquels on retrouve la vie privée des héros. Ainsi le téléspectateur devient-il assoiffé de savoirs parce que la série étatsunienne le transporte vers le caché et l’intime, mais à partir de modes narratifs combinant vraisemblance et méfiance puisque le récit donne une réalité située au-delà des apparences. Les quatrième et cinquième sections de ce livre permettent d’approfondir cette dernière proposition, notamment parce qu’elles reviennent sur quelques-uns des procédés narratifs structurant les séries : l’usage de la voix over qui transforme le vu en vécu, la présence d’un héros capable de pénétrer la vie intime de l’autre, le recours à la science pour corriger des contenus trop artificiels, voire irrationnels, la mise en place d’un secret et de sa découverte progressive. Cette liste non exhaustive d’ingrédients justifie l’existence du médium, du profileur, du policier scientifique comme figures essentielles des fictions. Elle rend compte en outre de l’ambivalence du secret dans les mises en scène : ici, le secret s’apparente à un mensonge quand ailleurs il a pour fonction d’organiser les comportements et, par conséquent, de dire la vérité. Car telle semble être la leçon que tire l’auteur de son investigation : le succès des séries étatsuniennes trouve sa source dans l’idéologie de la transparence. Ces séries représentent ainsi une forme de compensation dans des sociétés où règne l’opacité, et s’apparentent donc à des symptômes.

4L’ouvrage de Jost mérite d’être lu pour qui s’interroge sur la popularité d’un produit culturel destiné au grand public. Il convoque de nombreuses références, s’appuie sur des matériaux nommés et ose une interprétation finale fidèle au raisonnement d’ensemble. Malgré tout, on peut se demander si cette réflexion ne mérite pas d’être prolongée en intégrant, par exemple, la variable sociologique liée aux téléspectateurs. En effet, on regrette que les consommateurs soient absents du traitement analytique de l’auteur. Tout se passe comme si ceux qui se postent devant les séries étatsuniennes constituent un ensemble homogène d’individus, guidés par des valeurs communes. Mais il y a plus. À aucun moment en effet la question de l’acte de consommation n’est traitée comme si, là encore, la pratique du bien audiovisuel en question répondait à une logique univoque. On l’aura compris, le regard sociologique porté sur le travail de Jost permet de dégager des pistes d’interprétation. C’était son intention majeure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Williams Nuytens, « François JOST (2011), De quoi les séries américaines sont-elles le symptôme ? », Communication [En ligne], Vol. 33/1 | 2015, mis en ligne le 18 février 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/5339

Haut de page

Auteur

Williams Nuytens

Williams Nuytens est membre du Laboratoire Unité de Recherche Pluridisciplinaire Sport, Santé, Société (UERePSSS), équipe Sherpas, Université d’Artois. Courriel : williams.nuytens@univ-artois.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org