Navigation – Plan du site
Lectures

Josiane JOUËT et Rémy RIEFFEL (dir.) (2013), S’informer à l’ère numérique

Paris, Presses universitaires de Rennes
Antoine Char
Référence(s) :

Josiane JOUËT et Rémy RIEFFEL (dir.) (2013), S’informer à l’ère numérique, Paris, Presses universitaires de Rennes

Texte intégral

1Internet, c’est bien connu, est un vaste univers dans lequel près de trois milliards d’êtres humains naviguent tous les jours en quête notamment d’information.

2Année après année, s’informer en ayant recours à la presse imprimée constitue une activité réservée à une minorité générationnelle (40 ans ou plus). La presse écrite, dit-on, est à l’article de la mort un peu partout en Occident. Mais malgré la « radicale nouveauté du monde numérique », pour paraphraser Roger Chartier, la presse écrite n’a jamais autant été lue. Elle s’est, avec plus ou moins de bonheur, adaptée aux nouvelles technologies.

3Il faut éviter, nous rappelle l’historien et professeur au Collège de France, tant la vision apocalyptique de la fin de l’imprimé que la vision utopique où nous serions déjà dans un monde entièrement numérique. Les deux visions sont, précise-t-il dans une interview accordée au Monde le 28 mars 2013, « l’expression de jugement de valeur, de préférence sentimentale ou d’espérance utopique. Mais [elles] ne correspondent pas à une réalité qui est infiniment complexe, qui doit être abordée avec le plus grand degré d’objectivité possible ».

4C’est un peu dans ce cadre-là que S’informer à l’ère numérique doit être lu. Pour qui veut connaître les pratiques informationnelles des Français à l’ère du tout-Internet, ce collectif prend minutieusement la mesure des profonds changements en cours. À l’aide d’un vaste corpus d’entretiens (165 Français ont été interviewés), l’ouvrage met en exergue les mutations que connaissent les conditions d’accès à la lecture avec l’essor de la culture numérique et d’Internet.

5Malgré la montée en puissance du numérique et des configurations sociotechniques associées, il existe toujours une continuité dans les modes d’appropriation des médias français. La majorité des personnes interrogées n’a pas totalement tourné le dos aux médias traditionnels (journaux, radio, télévision). « La consultation des sites en ligne est davantage conçue, en matière d’information, comme une pratique complémentaire des autres médias que comme une pratique exclusive » (p. 196). Et même, « les gros lecteurs de journaux en ligne partagent tous, sans exception, un goût prononcé voire un attachement affectif pour la presse imprimée » (p. 71). L’invention de Gutenberg n’est pas prête à faire son entrée au musée. Il faut donc relativiser l’influence de la révolution numérique sur les pratiques informationnelles des Français.

6Ce constat, Olivier Donnat l’avait fait dans le domaine de la culture. Son livre Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique (2008) rappelle que les seules véritables ruptures concernent les baisses de la durée d’écoute de la radio et de la télévision. Bien sûr, dans les pratiques culturelles comme dans les pratiques informationnelles, les jeunes, ces natifs du numérique (digital native), sont en totale rupture avec leurs aînés. Toutes les enquêtes en tiennent compte.

7Dans l’ensemble, rappelle-t-on dans l’ouvrage, si la lecture de quotidiens (payants) continue à diminuer, on ne peut en déduire que les Français lisent moins compte tenu notamment de l’arrivée ces 10 dernières années de la presse gratuite. Cette diminution est bien antérieure à la révolution numérique. Tout cela n’a rien d’inédit. Tout cela peut s’observer dans l’ensemble des pays industrialisés où Internet n’est pas encore la première source d’information, même pour les générations les plus jeunes. La télévision reste toujours le premier support par l’intermédiaire duquel la majorité des citoyens s’informent, devant la radio.

8L’étude des pratiques informationnelles des Français repose, on l’a dit, sur un vaste corpus d’entretiens menés entre 2009 et 2011 avec quelques observations supplémentaires réalisées au cours des six premiers mois de 2012. Le savoir profane est à l’honneur. Il est censé être objectif et vrai. Les enquêtés appartiennent majoritairement aux classes sociales moyennes et supérieures. Les résultats de l’enquête sont minutieusement consignés dans de trop nombreux tableaux qui finissent par donner le tournis. Comme le dirait Nietzsche, le diable est dans le détail…

9L’information numérique contribue-t-elle à une démocratisation du débat politique ? C’est l’autre question qui filtre tout au long du livre. Les huit auteurs interrogent, dans cinq chapitres, l’intérêt que portent les Français à l’actualité et s’interrogent sur les relations qui se nouent entre les pratiques informationnelles et le monde social. « Notre recherche rejoint ainsi l’attention nouvelle qui est portée aux formes ordinaires de la politisation, peu connues par rapport aux formes institutionnelles ou militantes de la politique » (p. 12).

10L’actualité politique et la participation en ligne sont d’ailleurs le sujet du chapitre quatre, le plus long du recueil, avec de nombreuses citations des enquêtés dont le style conversationnel et la subjectivité occupent une grande place au fil des 42 pages de ce chapitre. Cela aurait pu être raccourci pour éviter les redondances.

11Quelle conclusion est tirée de cet appétit de participation citoyenne?

12« Nous sommes en présence de publics performatifs qui s’engagent dans une action discursive, pour opiner et débattre autour des actualités politiques, hors du cadrage des contenus journalistiques et hors du discours officiel des organisations politiques » (p. 153). Une évidence. Il y en a plusieurs dans ce chapitre, comme celle-ci : les outils numériques ont permis l’élargissement de l’espace public.

13Placés dans une situation dialogique, les individus ont certes transformé cet espace (Jürgen Habermas nous a bien rappelé que celui-ci ne doit pas être compris de façon géographique), mais les auteurs ne font qu’aligner les déclarations des enquêtés sans trop réfléchir sur cet espace public élargi. Dommage.

14De manière générale, c’est toute une reconfiguration du pouvoir qui se fait à l’ère du numérique et le recul n’est pas assez grand pour en mesurer encore toute l’ampleur. Ce n’est d’ailleurs pas l’objectif du livre, qui souligne tout simplement que l’émergence d’une nouvelle culture citoyenne est réelle, même si elle a lieu chez une minorité d’individus informés et politisés, soucieux de critiquer, de partager leurs réactions émotionnelles. Bref, de faire entendre leur voix dans la grande cité de la blogosphère.

15Le rôle des nouvelles technologies de l’information et de la communication est au centre d’innombrables études, surtout depuis qu’Internet est devenu un média grand public, il y a une quinzaine d’années. Les pratiques informationnelles de tout un chacun ont changé. La lecture numérique est devenue la norme, avec les supports en ligne (ordinateurs, téléphones intelligents, tablettes). Ces nouveaux modes d’accès à l’actualité reposent encore, très largement, sur les médias traditionnels. Tel est le constat que font les auteurs de S’informer à l’ère numérique qui, au moyen de leurs coups de sonde auprès de Français de classes moyennes et supérieures, ont tenté de relativiser certains discours « exagérément optimistes sur la révolution numérique et sur ses incidences sociétales » (p. 197).

16Leur conclusion? « Ce discours idéologique, souvent tenu par des professionnels du marketing et de la communication, se situe dans une sorte d’apesanteur sociale : il ignore les relations complexes qui se situent entre la technique et le social, fait l’impasse sur la durée de certains processus d’appropriation et développe une vision imaginaire d’une société de consommation » (p. 197).

17Fort bien, alors pourquoi ne pas développer ?

18Le livre est une bonne radiographie des nouvelles habitudes d’information des Français. Sans plus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Char, « Josiane JOUËT et Rémy RIEFFEL (dir.) (2013), S’informer à l’ère numérique », Communication [En ligne], Vol. 33/1 | 2015, mis en ligne le 18 février 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/5340

Haut de page

Auteur

Antoine Char

Antoine Char est professeur de journalisme à l’École des médias de l’Université du Québec à Montréal. Courriel : char.antoine@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org