Navigation – Plan du site
Lectures

Stéphane OLIVESI (2012), L’expérience esthétique. Une archéologie des arts et de la communication

Paris, Honoré Champion
Elise Vandeninden
Référence(s) :

Stéphane OLIVESI (2012), L’expérience esthétique. Une archéologie des arts et de la communication, Paris, Honoré Champion

Texte intégral

1Dans son dernier ouvrage, Stéphane Olivesi prend pour objet d’analyse « l’expérience esthétique » en tant qu’elle est sous-tendue par des formes instituées de communication. En réfléchissant à ses conditions de possibilité, il propose « […] de déceler derrière la relation problématique du producteur au produit et du récepteur à ce même produit, les dispositifs, à la fois coercitifs et symboliques qui, en pratique, conditionnent la communication » (p. 8). Son objectif est donc de mettre au jour les structures constitutives de notre rapport à l’art.

  • 1 Cette revendication, sous la plume d’Olivesi, ne porte que sur certains passages.

2Olivesi inscrit cette problématique dans un triple ancrage structuraliste en se revendiquant1 d’une « […] lecture inventive, consciemment infidèle et <adogmatique> d’auteurs aussi différents et complémentaires » (p. 235) que Roland Barthes, Pierre Bourdieu et Michel Foucault (entre autres). L’auteur ne propose donc pas une nouvelle théorisation, mais conçoit son ouvrage comme une présentation synthétique de théories et de divers modèles examinés sous un angle neuf : celui de « l’expérience esthétique ».

3On dégagera ainsi trois parties dans sa réflexion.

4La première partie (chapitre 1) décrit l’art tel un « fait d’histoire et un fait de société » (p. 13) en présentant les divers systèmes de représentation qui président à l’appréhension des œuvres dans un groupe donné. En intégrant l’histoire dans la production et la réception des œuvres, Olivesi plaide en faveur de l’historicité comme principe d’intelligibilité : 

[…] toute forme d’art s’inscrit dans une trame de rapports propres à une société donnée et, plus particulièrement, de pratiques codifiées à l’intérieur desquelles elle prend sens : comprendre l’œuvre c’est à la fois la saisir diachroniquement dans une histoire de l’art et synchroniquement, par rapport à des groupes sociaux au sein desquels elle voit le jour et circule et par rapport à des pratiques intellectuelles et artistiques qui lui sont contemporaines (p. 39).

5À l’instar de Bourdieu dans Les règles de l’art, il revendique donc une double lecture des œuvres : l’une contextualisant leur production, l’autre mettant au jour ce qui prédétermine leur réception.

6La deuxième problématique qui structure sa réflexion est celle qui porte sur les schèmes cognitifs constitutifs de notre rapport à l’art. Ceux-ci sont décrits tout d’abord sous la forme d’une déconstruction des différentes opérations de catégorisation à partir desquelles on classe — par courants, périodes, mouvements, étiquettes — mais aussi on juge — du « style » ou du « genre », du « beau » ou du « goût » (chapitre 2). Mais d’autres schèmes s’imposent également dans notre appréhension des œuvres et c’est le cas de celui qu’Olivesi appelle le « sujet artiste » et de son intentionnalité (désormais liée à l’œuvre) abordé au chapitre 3 : « […] l’expérience esthétique ne se conçoit pas séparément des formes de subjectivité qui lui sont associées et qui imposent aux agents de se vivre, d’une manière à la fois différenciée à l’égard d’autres univers sociaux et conformes aux manières d’être propres à leurs univers » (p. 182).

7Dans sa volonté de désacraliser l’art en objectivant les déterminations qui pèsent sur sa production, Olivesi en vient à décrire l’artiste tel « […] le traducteur, l’interprète plus ou moins opportuniste, plus ou moins bien positionné, plus ou moins fidèle de cette intentionnalité qui le porte à réaliser un produit largement déterminé mais aussi à s’identifier à cette production comme à une chose personnelle » (p. 235).

8En dernière instance, l’auteur aborde la question du « sens » attribué aux œuvres. Dans le chapitre 4, il s’interroge sur la construction de la signification

[…] du triple point de vue de ce que les agents disent et font dire aux œuvres d’art qu’ils interprètent de manière spontanée ou réfléchie, puis des formes de langage et des systèmes de signes supportés par les œuvres et, enfin, des publics et des contextes sociaux et culturels à l’intérieur desquels les interprétations de ces œuvres se déploient (p. 192).

9Dès lors, pour Olivesi, « l’interprétation savante d’une œuvre d’art quelconque n’est jamais que l’explicitation des conditions intellectuelles et matérielles de sa réception et de son interprétation triviale à l’intérieur d’une culture déterminée » (p. 210).

10Après s’être ainsi interrogé sur « l’investissement d’une signification dans les pratiques artistiques selon le degré de socialisation » (p. 242), il propose de renverser la problématique dans le but de démontrer aussi que « l’art est prétexte à socialisation » (p. 242). Il aborde ainsi, dans son chapitre 5, « […] la construction symbolique de l’art comme valeur de société et les résonnances existentielles qui en résultent pour des individus » (p. 15).

11Le chapitre 6 fait office de conclusion ; Olivesi y présente la façon dont ces différentes variables interagissent dans une dynamique qui est celle de l’expérience esthétique et conclut sur son caractère éminemment social.

12Du point de vue des analyses produites et des nombreuses références mises en perspective, l’ouvrage constitue un outil d’une remarquable richesse qui présente avec clarté et précision des pensées diverses et complexes.

13Bien qu’elle soit stimulante, cette synthèse ne manquera pas de soulever des questions chez le lecteur qui, en se référant au titre, chercherait dans cet ouvrage des indications relatives au « vécu » de l’expérience esthétique. On regrettera sans doute un manque de précision quant à la définition de cette « expérience esthétique » telle qu’elle fut conceptualisée notamment par les théoriciens de la réception (Hans-Georg Gadamer ou Hans Robert Jauss, par exemple). On aurait aussi pu souhaiter que soient mentionnées les recherches relatives au domaine de la « médiation culturelle » qui étudient, du point de vue des sciences de l’information et de la communication, cette rencontre entre une œuvre, son producteur et son récepteur.

Haut de page

Notes

1 Cette revendication, sous la plume d’Olivesi, ne porte que sur certains passages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elise Vandeninden, « Stéphane OLIVESI (2012), L’expérience esthétique. Une archéologie des arts et de la communication », Communication [En ligne], Vol. 33/1 | 2015, mis en ligne le 18 février 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/5362

Haut de page

Auteur

Elise Vandeninden

Elise Vandeninden est assistante au Département des Arts et Sciences de la Communication de l’Université de Liège, membre du LEMME (Laboratoire d’Étude des Médias et de la Médiation) Courriel : elise.vandeninden@ulg.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org