Navigation – Plan du site
Lectures

Frédéric PUGNIÈRE-SAAVEDRA et coll (dir.) (2012), L’analyse du discours dans la société. Engagement du chercheur et demande sociale

Paris, Honoré Champion, Coll. « Colloques, congrès et conférences Sciences du langage, histoire de la langue et des dictionnaires »
Linda Idjeraoui-Ravez et Alexandre Eyries
Référence(s) :

Frédéric PUGNIÈRE-SAAVEDRA et coll (dir.) (2012), L’analyse du discours dans la société. Engagement du chercheur et demande sociale, Paris, Honoré Champion, Coll. « Colloques, congrès et conférences Sciences du langage, histoire de la langue et des dictionnaires »

Texte intégral

1Nous assistons ces dernières années à une croissance exponentielle des images et des représentations iconiques de toutes sortes (publicitaire, politique, marketing, cinématographique, etc.) qui sont produites et relayées à l’infini par les nouveaux médias et par les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Ces images et ces représentations saturent véritablement l’espace symbolique. Il n’en demeure pas moins que notre époque fait simultanément face à une prolifération de discours et de narrations utiles et à une parcellisation de plus en plus grande des processus de signification, à tel point que le décryptage des informations qui nous sont proposées devient une tâche de plus en plus ardue. Dans une telle situation, la capacité à savoir décrypter des discours, à savoir déchiffrer des messages appartenant à des régimes sémiotiques divers constitue un précieux auxiliaire pour exercer son esprit critique et ne pas céder au chant des sirènes. C’est précisément dans cette optique que se déploie cet ouvrage collectif auquel de nombreux auteurs ont apporté leur contribution.

Tableau 1. Liste des contributeurs

Tableau 1. Liste des contributeurs

2L’ouvrage, dense, pose d’une manière très explicite la question de la relation entre l’analyse de discours et les demandes sociales en matière de déchiffrement du sens de discours qui se font à la fois plus nombreuses et, pour certains, plus obscures. De conception interdisciplinaire, cet ouvrage collectif regroupe des contributions de chercheurs de différents pays et représentant à leur manière les différents horizons théoriques et domaines de l’analyse de discours. Il est structuré en trois parties respectivement consacrées à la question des « Balisages théoriques et méthodologiques », aux « Champs d’intervention et outillages » et, enfin, au lien fécond entre « Discours et idéologie ». Ces trois parties permettent de rendre compte avec beaucoup de précision de l’étendue des champs d’application qui s’ouvrent à l’analyse de discours. Tout en introduisant l’ouvrage, les trois directeurs de cette publication rappellent fort justement que l’analyse de discours est le fruit d’un braconnage tel que Michel de Certeau l’avait défini puisqu’elle a réalisé « des emprunts épistémologiques à la philosophie, à la sociologie, à l’histoire, à la psychanalyse » (p. 7). C’est précisément parce qu’elle a braconné sur le territoire de plusieurs disciplines que l’analyse de discours « ouvre en effet sur l’analyse de la construction sociale des structures et des ordres symboliques » (p. 7). Dépassant le strict cadre de l’engagement personnel du chercheur, les spécialistes de l’analyse de discours font assez souvent face à une demande sociale qui ne cesse de croître et ils sont également de plus en plus fréquemment en situation de répondre à des appels d’offres dans lesquels leur expertise est sollicitée pour des questions de méthodologie et de terminologie, de montages de formations, de recherches-action visant à améliorer le fonctionnement d’une organisation ou encore d’aide à la prise de décision politique. Au-delà de la diversité des terrains, des corpus et des méthodes, toutes les contributions témoignent de l’extrême diversité de l’analyse de discours.

3Au regard de la diversité des sujets, nous avons fait le choix d’aborder la dimension du politique qui traverse plus particulièrement quatre des contributions : celles d’Eni Orlandi, d’Adèle Petitleclerc, de Diane Vincent et de Valérie Jeanne-Perrier.

4Nous commencerons donc en mettant en avant la façon dont Orlandi, parmi les autres auteurs de l’ouvrage, établit d’abord un lien signifiant entre l’individu et la société. Sa recherche vise « […] à comprendre la forme et la nécessité des mouvements sociaux urbains qui, mal métaphorisés, débouchent sur la délinquance. Nous relions ce mot à de-linqui, qui signifie affaiblir, dé-lier, car nous avons à l’esprit le besoin du sujet historique et symbolique d’établir des liens sociaux » (p. 41).

5À partir d’exemples tirés de la société brésilienne, Orlandi rappelle que « la délinquance est ainsi la perte des liens sociaux et, par conséquent, la perte du lien à l’histoire » (p. 41). La chercheuse, souhaitant comprendre les origines du problème de délinquance qui gangrène cette société aujourd’hui, entreprend d’« analyser l’inscription discursive des enfants pris dans le trafic de drogue au Brésil, les Falcões, dans la production de ce que nous appelons le discours urbain » (p. 42). Les Falcões sont des garçons de 8 ou 9 ans dont la fonction est de surveiller la favela depuis les toits pour le compte des trafiquants de drogue, ils sont armés et extrêmement violents et ont développé un langage cryptique particulier. Au Brésil, l’État, en tant que lieu d’articulation du symbolique et du politique, a connu de nombreuses défaillances et a favorisé indirectement l’émergence d’une communauté de non-droit qui n’a « recours au discours institutionnel que comme stéréotype » (p. 48), discours privé de sens et de référence pour les Falcões. Ces derniers ne sont que l’œil qui surveille, ils sont de l’autre côté de la loi, de la société, ils n’ont aucune vie publique, aucune signification dans le monde social. Comme l’observe Orlandi, « dans le manque social où il vit, dans lequel l’État, les Institutions et les Discursivités l’individualisent comme celui qui ne doit pas exister, [le Falcaõ est] jetable » (p. 50). Ce glissement sémantique est lourd de sens, assimilant l’enfant à une marchandise jetable parce que périmée, ce qui induit une perte d’humanité et une excommunication hors de la société brésilienne qu’Orlandi condamne. Elle propose, en lieu et place de cette désocialisation, de trouver « d’autres sens pour la société de manière à ce que les liens sociaux soient notre force au lieu d’être ce qui nous disperse, nous fragilise et nous laisse sans références » (p. 53). C’est là le rôle qu’il assigne à l’analyse de discours : celui de se mettre au service de la société pour favoriser l’intercompréhension entre sujets d’un même groupe humain.

6Petitleclerc présente dans son article la démarche appelée Critical Discourse Analysis, qui se définit comme un courant de pensée qui « s’interroge sur son propre rôle dans l’arène sociale et […] revendique sa position d’appartenance aux sciences critiques et, en tant que telle, conceptualise le rôle de l’analyse du discours dans la société contemporaine » (p. 67). L’analyse critique du discours reconnaît « la centralité du concept de discours conçu comme une pratique sociale faisant partie intégrante d’un réseau d’autres pratiques sociales » (p. 69). Pour Petitleclerc, le rôle de l’analyse critique du discours est profondément politique, dans le sens où cette analyse s’accompagne nécessairement d’un engagement et d’une action dans la cité pour promouvoir et essayer de mettre en œuvre une plus grande égalité entre les citoyens. Dans la démarche de l’analyse critique de discours, la chercheuse s’efforce de penser les façons de rééquilibrer la distribution de la parole et du pouvoir dans l’espace public.

7Vincent, de l’Université Laval à Québec, analyse la posture de l’analyste du discours qui fait face à un impératif de translation de son expertise scientifique en direction de l’espace public : « Depuis une vingtaine d’années, les chercheures universitaires sont invitées avec plus ou moins d’insistance à coupler leur recherche fondamentale à des activités de <transfert des connaissances>, expression qui englobe la vulgarisation, l’intervention, l’application, l’innovation… » (p. 85). Dans un contexte où la société attend des retombées de la recherche qu’elle encourage et où les universitaires revendiquent la reconnaissance de leur expertise dans la société, l’Homo academicus cherche, de gré ou de force, à se rendre utile. Dans ces conditions, la démarche de l’analyse du discours consiste à établir un « pont entre la recherche fondamentale et la communauté, à cerner les éléments du discours les plus pertinents pour rendre compte de problèmes spécifiques et à rendre opérationnels et accessibles [les] résultats de recherche » (p. 88-89). La recherche appliquée ne peut faire l’économie des connaissances issues de la recherche fondamentale et d’une certaine posture éthique. Lorsqu’elles émergent de demandes sociales, les recherches sont souvent formulées en fonction de croyances et de valeurs qui, dans le cas où le chercheur y est réceptif, peuvent modifier considérablement la donne et rendre extrêmement ténue la limite entre l’objectivité et la subjectivité.

8Loin de constituer un asservissement, le partenariat public-privé s’avère très souvent bénéfique, car il permet de se décentrer de soi-même et de poser un regard neuf sur notre propre pratique. C’est souvent l’occasion d’intégrer des concepts nouveaux, d’éprouver les limites d’une méthodologie ou encore de faire un effort de vulgarisation. Chaque occasion de recherche-action en analyse de discours est unique et modifie de façon irréversible notre attitude à l’égard de la recherche et de la société. C’est ce qui en fait tout le sel.

9Dans sa contribution, qui figure dans la deuxième partie de l’ouvrage collectif, Valérie Jeanne-Perrier, enseignante-chercheuse au CELSA Paris-Sorbonne, s’intéresse aux commentaires formulés en marge d’articles journalistiques sur Internet. Ici, l'analyse de discours précédera et éclairera l'analyse communicationnelle des dispositifs scripturaux inscrits en marge des articles : celui d’une analyse communicationnelle de ces dispositifs d’écriture qui cadrent les productions textuelles (p. 181).

10Jeanne-Perrier précise ensuite le contexte de son étude de terrain qui a pris pour objet les blogues qui sont apparus peu à peu à partir de 2006 sur le site Web du Monde diplomatique et qui ont fini par devenir des mini-sites portant sur des questions d’actualité. Elle souligne ensuite la particularité scripturale de ces blogues : le mode rédactionnel promu est celui d’un quasi-dialogue entre des lecteurs qui écrivent et publient leurs réactions et analyses à propos de textes originaux émanant d’un collaborateur du journal (ou d’un groupe de collaborateurs). Il s’agit, dans cette rubrique, de permettre à un auteur, collaborateur régulier ou non, d’exercer un regard, d’engager sa responsabilité journalistique en son nom, comme s’il s’agissait de s’aménager une pièce dans la maison Monde diplomatique.

11D’une certaine manière, l’analyste du discours est à l’origine même de la production de l’outil de son enquête, en l’occurrence une série de sous-sites, baptisés blogues, « façonnés par la manière de concevoir un réceptacle pour des textes liés à des productions de type journalistique par des acteurs internes aux médias institués, à la recherche de moyens complémentaires de fortifier leurs noms et leurs marques médiatiques » (p. 184). Ce qu’a principalement analysé l’auteure sur ces blogues, c’est l’immixtion de deux univers (univers informatique, univers des médias et de l’écriture journalistique) qui innerve l’outil d’écriture, « prépare et formate la relation qui pourra éventuellement se tisser ensuite dans l’usage de cet outil, à travers les textes produits, ainsi cadrés par les dispositifs » (p. 185). Elle signale en conclusion de son chapitre que les mini-sites du Monde diplomatique ont trouvé comme prolongement naturel les formats d’écriture du réseau Twitter, notamment lors des élections en Iran en 2009. Le discours ainsi produit, fruit de l’économie du fragment, est tour à tour « critique de l’information, relais et commentateur de l’actualité, promoteur d’une identité éditoriale, humoriste ou essayiste » (p. 192).

12Cet ouvrage collectif dense et solidement documenté propose des analyses d’une rare finesse que nous n’avons pu aborder qu’en partie ici, mais dans leur ensemble ces analyses permettent au lecteur de saisir la grande diversité d’approches qui se rassemblent sous la bannière générique de l’analyse de discours.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Liste des contributeurs
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5363/img-1.png
Fichier image/png, 172k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Linda Idjeraoui-Ravez et Alexandre Eyries, « Frédéric PUGNIÈRE-SAAVEDRA et coll (dir.) (2012), L’analyse du discours dans la société. Engagement du chercheur et demande sociale », Communication [En ligne], Vol. 33/1 | 2015, mis en ligne le 18 février 2015, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/5363

Haut de page

Auteurs

Linda Idjeraoui-Ravez

Linda Idjeraoui-Ravez est maître de conférences au Département des sciences de l’information et de la communication de la Faculté de lettres et sciences humaines et chercheuse au Laboratoire I3M (EA 3820) de l’Université de Nice Sophia Antipolis. Courriel : ravez@unice.fr.

Articles du même auteur

Alexandre Eyries

Alexandre Eyries est ingénieur d’études au Laboratoire I3M (EA 3820) de l’Université de Nice Sophia Antipolis. Courriel : alex.eyries@yahoo.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org