Navigation – Plan du site
Lectures

Paul RASSE (dir.) (2013), La diversité culturelle

Paris, CNRS Éditions, Coll. « Les Essentiels d’Hermès »
Anne-France Kogan
Référence(s) :

Paul RASSE (dir.) (2013), La diversité culturelle, Paris, CNRS Éditions, Coll. « Les Essentiels d’Hermès »

Texte intégral

1Dans la présentation générale, Paul Rasse rappelle que les identités culturelles se sont construites avec la sédentarisation de l’homme du néolithique qui a dû alors inventer des pratiques adaptées aux conditions climatiques et géographiques de son environnement. Cette perspective renvoie à une approche holiste de la culture qui se voit constituée de tous les éléments, tant matériels que symboliques, qui lient une communauté : une façon de vivre ensemble, de produire et de partager les moyens d’existence, d’organiser le travail nécessaire, de bâtir, de fêter les récoltes, etc. Cependant, dans un contexte de mondialisation, cette dimension socio-spatiale de l’identité culturelle ne suffit plus et se pose différemment. Il s’agit dès lors d’analyser les nouvelles formes de reconfiguration des cultures prises dans le jeu de la mondialisation et de l’universalisation des technologies de la communication.

2Les 13 articles rassemblés dans cet ouvrage de la collection des « Essentiels d’Hermès » permettent d’appréhender la diversité des recherches sur cette question des identités culturelles prises dans le « rouleau compresseur de la mondialisation ».

3Ce livre est donc un recueil d’articles scientifiques parus depuis 2000 dans la revue Hermès CNRS, réactualisés et condensés, qui concernent les différents enjeux du débat sur la diversité culturelle. L’intérêt de l’ouvrage est de présenter des enjeux à la fois théoriques et méthodologiques, de proposer des grilles d’analyse, de faire des propositions et plaidoyer. Mais rassembler dans un précis toute cette diversité d’approches est ambitieux, rend la première lecture confuse pour un néophyte. L’objectif pédagogique de la collection rencontre ici ses limites. Néanmoins, si le livre possède une vertu pédagogique, elle serait celle de bien faire prendre conscience à l’étudiant qui souhaiterait s’aventurer et questionner les cultures qu’il ne doit pas ménager sa peine, naviguer entre différentes disciplines et articuler différents niveaux d’analyse. Cet ouvrage est comme une mise en bouche pour aborder ce sujet complexe et difficile qu’est la question de la diversité culturelle.

4Sans nous attarder sur chaque chapitre, nous présenterons quelques enjeux, illustrés par des exemples, qui traversent cet ouvrage.

5Tout d’abord, en ce qui concerne les enjeux théoriques, plusieurs articles soulignent l’ambivalence de la dimension économique de la mondialisation sur la culture. L’article qui revisite la posture critique de l’école de Francfort pour une analyse contemporaine de la culture de masse apporte un bémol à l’idée de télescopage des logiques antithétiques du monde capitaliste et de la création. En effet, la logique capitaliste n’a pas pour seul effet d’homogénéiser les produits, elle intègre aussi la diversité de l’offre qui s’avère socialement profitable pour mieux satisfaire la diversité des goûts des consommateurs. Ainsi, la mondialisation est un processus contradictoire, qui soumet l’individu à une diversité complexe de choix et permet ainsi de répondre à la diversité des expressions identitaires. Mais cette diversité ne satisfait pas toujours les intérêts des producteurs, car elle soulève des problèmes d’économie d’échelle.

6Plus loin, l’article sur les études culturelles (cultural studies) permet de rappeler à la fois que ces travaux ont imposé une approche plus anthropologique des phénomènes culturels et qu’ils s’attachent à décrire les manières dont les hommes donnent un sens à ce qu’ils vivent. Mais ces significations n’ont rien de naturel ou d’immuable, elles sont construites sous la forme de représentations, c’est-à-dire de symbolisations d’un rapport au réel, que les hommes reçoivent et subissent en même temps qu’ils les modifient.

7On trouve également dans l’ouvrage des enjeux méthodologiques liés à ces recherches. Dans la présentation du livre de Garcia Canclini Culturas hibridas, les auteurs rappellent que cette publication est aussi un plaidoyer pour repenser les approches disciplinaires permettant d’analyser les processus d’hybridation des cultures, qui requièrent l’interdisciplinarité. Dans le cas des cultural studies, ce sont les traits caractéristiques de la culture populaire (manque de distance, insistance sur le plaisir, densité paradoxale de l’objet pauvre) qui rendent difficile la problématisation. Farchy et Ranaivoson, pour surmonter la difficulté, proposent d’apprécier la diversité culturelle selon trois critères : la variété, la répartition et la disparité. Cette complexité de la diversité n’est pas sans répercussions importantes sur les choix des décideurs publics.

8De nombreux auteurs, et ce, quelle que soit la discipline, soulignent la nécessité d’être suffisamment équipé conceptuellement pour dévoiler les évidences de la culture dominante et ne pas sous-estimer la prégnance des logiques hégémoniques qui sous-tendent ces transformations.

9Quelques articles interrogent plus particulièrement la reconfiguration des cultures prises dans le jeu de la diffusion quasi universelle des technologies de l’information, qui appelle à intégrer une dimension socio-communicationnelle pour mieux comprendre ces mutations. En effet, ces technologies favorisent un changement d’échelle en permettant aux communautés de se rendre disponibles au monde. Elles contribuent au maintien des liens faibles au sein d’une diaspora, ou alors, par les médias de masse, peuvent propulser sur le devant de la scène une spécificité culturelle comme ce fut le cas des polyphonies corses.

10Enfin, de façon plus ou moins affirmée, les articles abordent le rôle important des États à l’égard de la diversité culturelle, comme le rappelle l’article sur l’histoire des identités ultramarines. Ce rôle est également présent dans la présentation des points clés de la Constitution sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles adoptée le 20 octobre 2005 par l’UNESCO, mais dont l’application dépend avant tout de la volonté des États, et donc du soutien des institutions, comme ce fut le cas pour les polyphonies corses reconnues sur la Liste du patrimoine culturel immatériel.

11Un autre enjeu de la revalorisation du politique est de limiter les revendications communautaristes qui accompagnent la mondialisation. Pour accompagner ces politiques, Dominique Wolton propose de passer de la notion de « diversité culturelle » à celle de « cohabitation culturelle », qui renvoie au dispositif politique qui permettrait de gérer pacifiquement les relations conflictuelles entre identité, culture et communication.

12Ainsi pris dans le jeu de la mondialisation et de ses logiques économiques et médiatiques (à la fois sur le plan des médias de masse que sur celui des technologies de communication interindividuelles), cet ouvrage présente différents points de vue pour appréhender, comprendre et orienter les transformations des cultures. Il permet de découvrir un chantier d’étude passionnant mais pas sans écueils !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-France Kogan, « Paul RASSE (dir.) (2013), La diversité culturelle », Communication [En ligne], Vol. 33/1 | 2015, mis en ligne le 18 février 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/5367

Haut de page

Auteur

Anne-France Kogan

Anne-France Kogan est maître de conférences (HDR) en sciences de l’information et de la communication à l’Institut Mines-Telecom, Nantes (LEMNA). Courriel : anne-france.kogan@mines-nantes.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org