Navigation – Plan du site
Lectures

Franck REBILLARD et Marlene LOICQ (dir.) (2013), Pluralisme de l’information et media diversity. Un état des lieux international

Bruxelles, De Boeck
Emmanuel Derieux
Référence(s) :

Franck REBILLARD et Marlene LOICQ (dir.) (2013), Pluralisme de l’information et media diversity. Un état des lieux international, Bruxelles, De Boeck

Texte intégral

1Selon les pays, les prises de position politiques et les réflexions et interrogations plus théoriques sur le pluralisme externe (multiplicité des organes ou supports, indépendance, régime de propriété et dispositif anticoncentration…) et interne (approches distinctes des contenus, multiplicité des sujets traités et expression d’opinions différentes…) ainsi que sur la diversité (reconnaissance et visibilité des identités et minorités ethniques et culturelles…) des médias sont mêlées ou proches ou, au contraire, séparées. Le présent ouvrage, rassemblant des contributions d’auteurs de plusieurs origines et nationalités (du monde occidental tout au moins) et relevant de disciplines distinctes, en constitue une illustration.

2Dans les systèmes démocratiques, le pluralisme des médias et des contenus est perçu, tout à la fois, comme la condition, la cause et la conséquence de la liberté d’expression. Cependant, les contraintes économiques le menacent et, contrairement à ce que pourrait être une impression trop immédiate, la concurrence qui s’établit entre des entreprises et des supports différents peut paradoxalement conduire à une uniformisation des contenus, tandis qu’un média en situation quasi monopolistique peut, tout au contraire, être contraint à s’ouvrir à des éléments distincts, être en droit de le faire ou, en fait, y être amené.

3Selon un des auteurs, au sujet de la situation des États-Unis d’Amérique,

[…] tenter d’obtenir une diversité de points de vue en limitant la concentration de la propriété […] est une idée du XXe siècle qui est mal adaptée à l’environnement mouvant de l’information du XXIe siècle. […] La diversité de la propriété est facile à mesurer, mais elle ne semble pas liée à la diversité des contenus. […] On peut douter que le nombre élevé de médias qui caractérise l’ère de l’internet aide réellement les citoyens à obtenir des informations et des opinions plus diversifiées. […] Présenter un large éventail de points de vue aux citoyens ne présente guère d’intérêt si la plupart d’entre eux sont en partie ou totalement indifférents aux opinions qui diffèrent des leurs (p. 72-76).

4À partir de la situation française, et notamment de l’exemple de la radiodiffusion, mais qui peut sans doute être élargi à d’autres pays et aux autres médias, il est relevé que

[…] une situation de concurrence au niveau des acteurs amène un mimétisme dans le contenu offert. La raison est que chaque station cherche à toucher l’audience la plus large, diffusant par conséquent le même type de programme « grand public » plutôt que des programmes plus originaux. Inversement, un monopole permettra à un acteur puissant d’offrir une programmation éclectique, répartie sur l’ensemble de ses stations, et répondra ainsi à la totalité des publics (p. 89).

5Aux termes d’une autre des analyses,

[…] la question maîtresse depuis toujours est la tendance qu’ont les marchés initialement libres à se déplacer vers une concentration de propriété et de structure. L’offre est alors axée sur une fourniture de contenus qui minimise les coûts et maximise la taille de l’audience. Cela a souvent comme conséquence d’annuler les effets libérateurs de la croissance et de la concurrence. Cela peut aussi entraîner les répercussions suivantes ; une homogénéisation ; une imitation et une duplication du contenu ; une normalisation ; une innovation réduite ; un appauvrissement du discours politique et/ou le risque de servir les intérêts politiques et économiques plus larges des propriétaires (p. 34).

6Retiendront particulièrement l’attention les contributions, que l’on doit à des nationaux de ces différents pays, concernant les États-Unis, la France, le Royaume-Uni, l’Europe centrale et orientale, l’Allemagne, le Danemark, le Québec, rassemblées, à propos de ces questions de pluralisme et de diversité, sous le titre « Régulation et politiques publiques ; une question vive dans plusieurs pays » et constitutive de la deuxième partie de l’ouvrage (p. 59-186). Les dernières études portent, à partir d’analyses de situations concrètes, sur les « nouveaux enjeux » que constitue « le pluralisme de l’information en ligne » (p. 187-247) dont il est bien loin d’être montré qu’il s’en trouve conforté.

7Dans un tel contexte de divergences d’analyses et d’appréciations et à partir de réalités contradictoires, la détermination de seuils de concentration et, plus largement, d’un dispositif juridique relatif au pluralisme et à la diversité s’avère fort délicate…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Derieux, « Franck REBILLARD et Marlene LOICQ (dir.) (2013), Pluralisme de l’information et media diversity. Un état des lieux international », Communication [En ligne], Vol. 33/1 | 2015, mis en ligne le 18 février 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/5369

Haut de page

Auteur

Emmanuel Derieux

Emmanuel Derieux est professeur à l’Université Panthéon-Assas, Paris 2. Courriel : emmanuel.derieux@u-paris2.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org