Navigation – Plan du site
Lectures

Gerald SUSSMAN (2011), The Propaganda Society: Promotional Culture and Politics in Global Context

New York, Peter Lang Publishing
François Colmant
Référence(s) :

Gerald SUSSMAN (2011), The Propaganda Society: Promotional Culture and Politics in Global Context, New York, Peter Lang Publishing

Texte intégral

1The Propaganda Society analyse l’expansion rapide de la propagande et des activités promotionnelles dans les principaux États « postindustriels » néolibéraux.

  • 1 « Propaganda refers to highly organized doctrinal texts communicated throughout the sound and visua (...)

2Dans son introduction, Gerald Sussman définit la propagande comme un ensemble de « textes doctrinaux hautement organisés, communiqués partout dans les médias au service de l’État et des intérêts des entreprises ». Quant à la promotion, il s’agit de « l’emploi régulier de la publicité, du marketing, des relations publiques et autres techniques de vente dans l’intérêt à la fois des élites et des non-élites1 » (p. 1). L’auteur développe ensuite son concept de la propagande systémique qui se différencie de la propagande traditionnelle au service d’une politique particulière par une stratégie généralisée et mondiale de développement soutenue par l’économie néolibérale et l’infrastructure technologique (p. 2). Selon l’auteur, l’économie promotionnelle est la plus prédatrice de toutes les formes d’économie industrielle, car elle vise à coloniser non seulement les corps de ses travailleurs, comme dans le système de production, mais aussi leur conscience (p. 5). Les 18 chapitres du livre sont autant d’essais regroupés en quatre parties qui analysent les différents aspects de cette nouvelle forme de propagande et son fonctionnement qui met à mal les principes démocratiques.

3La première partie traite de la propagande dans les médias (chapitres 2 à 6) qui jouent un rôle essentiel dans la création et la circulation de l’information pour le public, dont ils influencent la perception et détournent l’attention des sujets importants par leurs programmes de divertissement dûment commandités. Dans le chapitre 4, Matthew Mc Allister aborde le concept de paratexte et explore les implications des making of à des fins publicitaires souvent relayés sur YouTube. Ainsi, les « extras » des DVD ajoutent une aura à l’œuvre et boostent sa vente. Quant aux réseaux sociaux, ce sont, selon Tim Dwyer (chapitre 5), de colossales machines de marketing : 

  • 2 « On the one hand, such popular platforms allow users to express themselves to new audiences in way (...)

[…] d’une part ces plateformes donnent la possibilité aux utilisateurs de s’exprimer devant de nouveaux publics et d’autre part […] elles sont conçues pour générer des profits par la traque des habitudes, des centres d’intérêt et des comportements des consommateurs pour créer de nouvelles formes de publicité personnalisée (p. 78)2.

4On aborde ici le thème de la surveillance et de l’exploitation de l’utilisateur (rebaptisé « prosumer », fusion des termes producteur et consommateur) qui, à partir de données confiées, alimente le système sur ses futures intentions.

5La deuxième partie du livre (chapitres 7 à 10) aborde la propagande dans la culture publique, propagande manipulatrice et machiavélique, selon Sussman, menée par les entreprises pour influer sur les idées concernant le futur et la compréhension du public du monde qui l’entoure. Par exemple, la plus noble des tendances humaines, à savoir les actes spontanés d’aide mutuelle en cas de nécessité, a été récupérée par les entreprises pour se donner une apparence philanthropique, comme si leur statut les rendait plus aptes à mener à bien des projets humanitaires ou sociaux (p. 109). À cet égard, Michaël Barker épingle Bob Geldolf et d’autres célébrités activistes qui endossent le costume humanitaire tout en restant de redoutables hommes d’affaires (p. 153). Sussman plaide donc pour une reconquête du domaine public, vitale pour restaurer la dignité de la grande majorité des gens qui ont été traités par l’État et les entreprises comme des masses à gérer pour la consommation, les élections de carnaval, les mobilisations sociales et les guerres.

6La troisième partie (chapitres 11 à 14) illustre l’utilisation de la propagande à des fins d’hégémonie mondiale (principalement des États-Unis). Ici encore, Sussman s’en prend au gouvernement fédéral états-unien qui emploie systématiquement la propagande comme instrument de pouvoir et en utilise tous les aspects (publicité, marketing, relations publiques…) dans ses politiques extérieure et intérieure. Les glissements sémantiques tels que « atouts » pour armes, « dégâts collatéraux » pour crimes militaires, « interrogatoire poussé » pour torture, sont devenus monnaie courante. Lee Artz, dans le chapitre 13 (p. 214), précise qu’en moins de 10 ans, les administrations successives, tant républicaines que démocrates, ont établi le terrorisme, cette force menaçante invisible, comme postulat de la propagande états-unienne contemporaine. En 2008, les États-Unis ne figuraient qu’à la 24e place du classement de la Freedom House en ce qui concerne la liberté de la presse (p. 13). Seuls des médias indépendants, difficilement représentés sur le terrain, peuvent fournir des informations exactes quoique fragmentaires sur les horreurs de la guerre, comme ce fut le cas pour The Independent en Irak. Heureusement, il existe encore des journalistes hautement professionnels qui utilisent les nouvelles techniques numériques pour fournir une information alternative et critique (p. 191). Le rôle de ces médias dans la société néolibérale fustigée par Sussman aurait sans doute mérité un plus long développement.

7La quatrième partie est consacrée à la propagande et l’État (chapitres 15 à 18). Dans cette dernière section, les auteurs expliquent comment l’État organise la perception qu’a le public de la politique, des finances et de l’économie. James Tracy retrace comment des journaux importants tels que le New York Times ont abordé la crise financière de 2008-2009 sous l’angle des investisseurs, des économistes, des rapports gouvernementaux plutôt que par l’entremise des représentants syndicaux ou des chômeurs endettés, directement touchés par la crise.

  • 3 « It’s up to the present younger generations, who understand how to use information and communicati (...)

8Dans son épilogue, Sussman exprime ses craintes pour la survie de la liberté individuelle et politique dans le futur au vu de l’usage croissant de la surveillance et de la propagande par les gouvernements et les intérêts commerciaux. L’affaire WikiLeaks a, certes, révélé le nouveau rôle d’Internet en tant que média alternatif, mais le chemin à parcourir est encore long. Il termine par ces mots : « Il appartient à la jeune génération qui sait comment utiliser les techniques d’information et de communication de mieux comprendre pourquoi et dans quel intérêt elles sont ou peuvent être utilisées3 » (p. 318).

9Ce livre a le mérite de réunir différents points de vue qui établissent un bilan négatif, voire « orwellien », de la société de propagande néolibéraliste. À côté de ce constat plutôt subjectif et critique, on aurait aimé que soit abordée la façon dont les nouveaux médias ou les médias indépendants peuvent présenter l’information et conscientiser le public.

Haut de page

Notes

1 « Propaganda refers to highly organized doctrinal texts communicated throughout the sound and visual median the service of state and corporate interests […] and promotion means the regular employment of advertising, marketing, public relations and other selling initiatives on behalf of both elites and non-elites. » Traduction libre de l’auteur.

2 « On the one hand, such popular platforms allow users to express themselves to new audiences in ways that were not possible before. On the other hand, even though they are freely accessible and have come to act as quasi-public spaces, such platforms are designed to produce profits, mostly through the tracking of user behaviors, interests and patterns of use to create new forms of customized advertising. » Traduction libre de l’auteur.

3 « It’s up to the present younger generations, who understand how to use information and communication technology and media, to develop a deeper understanding of why and in whose interest they are and can be used. » Traduction libre de l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Colmant, « Gerald SUSSMAN (2011), The Propaganda Society: Promotional Culture and Politics in Global Context », Communication [En ligne], Vol. 33/1 | 2015, mis en ligne le 18 février 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/5378

Haut de page

Auteur

François Colmant

François Colmant est assistant-doctorant en sciences de la communication et membre du Laboratoire d’étude sur les médias et la médiation (LEMME), à l’Université de Liège. Courriel : fcolmant@ulg.ac.be.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org