Navigation – Plan du site
Lectures

Laurence ALFONSI, Le cinéma du futur : les enjeux des nouvelles technologies de l’image

Québec/Paris, Les Presses de l’Université Laval/L’Harmattan, 2005
Ruud van der Helm
p. 269-272
Référence(s) :

Laurence ALFONSI (2005), Le cinéma du futur : les enjeux des nouvelles technologies de l’image, Québec/Paris, Les Presses de l’Université Laval/L’Harmattan.

Texte intégral

  • 1  Voir pour des notes de lecture : Communication 22(2), p. 185-192 et 23(2), p. 249-252.

1Après les quatre ouvrages sociohistoriques sur la diffusion de l’œuvre du cinéaste François Truffaut1, Laurence Alfonsi nous invite avec ce nouvel ouvrage à réfléchir le cinéma sous un tout autre angle : celui de son avenir. Évidemment, ce sujet préoccupe les professionnels du cinéma et les critiques depuis longtemps, mais l’essor du virtuel, du DVD et des jeux vidéo rend le sujet davantage pertinent aujourd’hui. Ces nouveaux médias audiovisuels renvoient-ils le cinéma aux anachronismes du xxie siècle ? Tout au contraire, postule Alfonsi, parce qu’il ne faut pas réfléchir l’avenir du cinéma à partir du risque d’obsolescence ; il le faut parce que l’avenir du cinéma est riche en futuribles, en futurs possibles, qui restent à être réalisés. Le débat doit donc tourner autour de notre capacité à réaliser son potentiel, à partir de son originalité, et c’est à cette tâche que l’auteure s’attelle avec brio.

2D’où sort l’originalité du septième art, surtout en comparaison avec ses concurrents audiovisuels, la télévision, Internet et la console de jeux vidéo ? Pour Alfonsi, il s’agit notamment de ce qu’est l’expérience du cinéma : l’immersion cinématographique. Aller voir un film, l’acte cinématographique, n’est pas un acte intellectuel qui repose sur le contenu du scénario ; ici, le cinéma ne saurait se distinguer du home cinema individuel ou d’Internet. Le cinéma repose au contraire sur l’expérience sensorielle produite par le contenant, par l’illusion totale créée au sein d’une salle obscure qui vibre des ondes sonores, visuelles, voire tactiles.

3L’avenir du cinéma est donc d’abord un avenir technologique. L’immersion dans la salle dépend de la perfection de la stimulation de tous les sens ; le cinéma comme art multi-sensoriel. Ce qu’offre le cinéma est le potentiel de cette immersion technologique, aujourd’hui encore peu développée. Certes, il existe le dolby surround et le cinéma IMAX, quelques-unes des innovations qui montrent l’importance du contenant technologique. Mais l’avenir du cinéma est surtout l’avènement du cinéma total. Il s’agira d’un cinéma qui fera nous sentir comme les spectateurs de L’arrivée d’un train en gare de la Ciotat de Louis Lumière, des spectateurs s’enfuyant de la salle, terrifiés par le train sur l’écran qui semble les écraser. Ou encore comme le protagoniste de La rose pourpre du Caire de Woody Allen pour qui le monde « réel » et le monde de l’écran se confondent.

Le cinéma total n’est autre qu’une technologie qui efface la technique dans ses formes matérielles. Un art unificateur et sans matière. Un réel plus réel que le réel et donc imaginaire (p. 58).

4Mais le cinéma de l’avenir n’est pas uniquement un futurible technologique. L’aventure du cinéma sera également, selon Alfonsi, la continuation d’un rite profane. C’est cette expérience collective qui démarquera le cinéma de tous ses concurrents. Alors que la télévision et la console perfectionnent l’espace individuel, le cinéma du futur sera le lieu pour vivre des émotions collectives. En jouant cette carte du collectif, ce vécu partagé, le cinéma aura une qualité qu’aucun autre art visuel n’égalera. Le cinéma a donc un avenir tant qu’il n’abandonne pas le lieu sacré de la première heure : le cinéma du futur, c’est surtout une salle obscure.

5Ainsi, cet ouvrage nous enseigne une chose importante : pour comprendre l’avenir du cinéma, il nous faut (également) le penser comme un contenant, comme un espace qui invite à y vivre une aventure. L’originalité d’Alfonsi est justement de reconnaître la dimension technologique qui y est à la base, une perspective « que la critique a presque toujours ignoré[e] » (p. 59). Elle renouvelle le sujet en attaquant l’idée fixe selon laquelle les avancées technologiques marquent la fin du cinéma. Elle nous montre qu’il s’agit là d’une perspective partielle qui refuse de voir à quel point ces avancées technologiques peuvent faire évoluer le cinéma du futur. De plus, elle remarque à juste titre qu’une innovation ne remplace pas forcément les autres : il s’agit souvent d’une complémentarité au lieu d’une substitution. Jusqu’à présent, ni le virtuel, ni Internet, ni le DVD, ni le jeu vidéo, ni la télévision ont rendu le cinéma et l’expérience cinématographique caducs.

6Comme tous les bons futuribles, la perspective et l’analyse d’Alfonsi incitent à la réflexion et à la critique. L’avenir qu’Alfonsi décrit relève, certes, d’un raisonnement pointu et bien documenté sur la dimension technologique du cinéma. Mais on discerne en filigrane un certain romanticisme qui naît de l’éloge de la salle obscure. Et c’est entre les rideaux qui s’ouvrent et se referment qu’une question émerge : dans l’ensemble de l’économie cinématographique, qu’est-ce que cette salle obscure qui mérite autant d’attention ? S’agit-il de la salle « art & essai » où les cinéphiles se croient chez eux et où on se sent appartenir à une grande famille ? Ou s’agit-il de cette salle multiplexe à l’odeur de pop-corn, où on se protège contre nos collègues-spectateurs par nos manteaux ou sacs plastiques grande surface et où leurs ombres polluent l’image lorsqu’ils quittent la salle avant la fin ? Certes, la salle de cinéma est le lieu de préférence pour créer l’expérience cinématographique, mais en quoi consiste véritablement cette expérience ?

7Alors que sur le plan technologique le discours d’Alfonsi convainc, la réponse à la dernière question ne satisfait pas entièrement. Le recours à la phénoménologie de l’expérience, d’y voir un rite, de transformer le cinéma en un lieu de culte, détourne l’attention de la place que prend le cinéma dans la vie quotidienne. Or, aller au cinéma pourrait aussi se comprendre comme une activité banale comme les autres, comme aller au bar au lieu de boire quelques verres chez soi. Ne s’agit-il pas de vouloir passer un bon moment, de sortir un peu du quotidien, au lieu de chercher le rite sacré dont parle Alfonsi ? Le fait qu’un tiers des spectateurs avouent faire leur choix lors du passage en caisse (p. 65), n’est-ce pas un signe qui indique justement qu’il ne s’agit pas d’un rite, mais d’un simple divertissement ?

8Ensuite, l’avenir du cinéma serait le cinéma total. Pourtant, l’expérience du cinéma dépasse largement et depuis longtemps la salle obscure elle-même et repose davantage sur un échange fertile entre plusieurs modalités du vécu. Le cas de La guerre des étoiles est évocateur : son réalisateur George Lucas a fait fortune notamment par la vente des objets ; le succès récent de Harry Potter montre que la liaison entre le cinéma et le livre peut créer une dynamique pour laquelle la notion de la salle obscure reste plutôt périphérique. Et le cinéma pourrait-il exister sans le mariage heureux avec les revues qui mettent en avant les stars qui remplissent les salles d’attente des dentistes et qui ornementent les murs de maintes chambres d’adolescents ?

9La dynamique cinématographique et sa place dans la socio-psychologie de la société montrent surtout que le cinéma s’est incrusté au cœur de cette société, bien au-delà des salles obscures. Le cinéma total n’existe peut-être pas en salle, mais il existe bel et bien en dehors. C’est pour cela qu’il serait intéressant de contraster la perspective d’Alfonsi avec le futurible s’y opposant diamétralement : réfléchir le cinéma qui se libère totalement de la salle obscure. Parce qu’il n’est pas impensable que le cinéma vive bien longtemps après la mort de la salle obscure. Ce serait un projet comme le futurisme, dont l’un des buts principaux était de rendre les musées obsolètes, pour donner un nouvel élan à l’art de peinture.

10Dans cette lecture alternative, la technologie cinématographique serait importante, mais pas dominante. Si l’analogie de la sortie au café tient la route, il est même probable que la technologie importe beaucoup moins que le divertissement procuré par la projection. Pour élaborer ce sujet, une approche plus sociologique (empirique) et moins philosophique pourrait compléter ces pensées tout à fait stimulantes.

11Enfin, l’ouvrage d’Alfonsi n’est pas uniquement une analyse prospective, mais également un appel pour l’avenir du cinéma en tant que salle obscure. Parce qu’il est vrai que le cinéphile ne saurait se passer de la salle où il vit tant de moments forts en émotions. Heureusement, la salle de cinéma ne risque pas de se perdre pour l’instant. Mais le choix de vouloir et de pouvoir la faire évoluer vers le cinéma total selon le rêve de Louis Lumière, reste un sujet ouvert au débat. Dans cette perspective, la contribution originale de Laurence Alfonsi mérite une place importante.

Haut de page

Notes

1  Voir pour des notes de lecture : Communication 22(2), p. 185-192 et 23(2), p. 249-252.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ruud van der Helm, « Laurence ALFONSI, Le cinéma du futur : les enjeux des nouvelles technologies de l’image », Communication, Vol. 25/1 | 2006, 269-272.

Référence électronique

Ruud van der Helm, « Laurence ALFONSI, Le cinéma du futur : les enjeux des nouvelles technologies de l’image », Communication [En ligne], Vol. 25/1 | 2006, mis en ligne le 26 janvier 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/538

Haut de page

Auteur

Ruud van der Helm

Ruud van der Helm est Premier Secrétaire à l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas au Ghana. Courriel : ruudvanderhelm@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org