Navigation – Plan du site
Lectures

Robert E. BABE (2000), Canadian Communication Thought. Ten Foundational Writers

Toronto, University of Toronto Press
Jean-Pierre Chamoux
p. 161-168
Référence(s) :

Robert E. BABE (2000), Canadian Communication Thought. Ten Foundational Writers, Toronto, University of Toronto Press

Texte intégral

1Le titre même de cet ouvrage traduit explicitement son propos : il s’agit d’une « thèse » au sens propre, c’est-à-dire d’une démarche par laquelle l’auteur s’efforce de démontrer ex post l’existence, au Canada anglophone, d’une école académique de la communication, dont il tente de dresser les contours et de situer la doctrine à travers la vie et l’œuvre des dix personnalités du XXe siècle qu’il a choisies pour illustrer sa thèse. Ces dix personnalités ont en commun (comme on dit des francophones « qu’ils ont en commun la pratique de la langue française ») d’être anglophones, d’avoir passé une partie de leur vie à l’Université de Toronto et d’exprimer, au moins aux vues de l’auteur, ce que nous appellerons ici « l’exception culturelle canadienne », par analogie à nouveau avec ce que l’on nomme de ce côté-ci de l’océan « l’exception culturelle française » !

2Si la thèse de l’auteur peut être contestée (nous allons reprendre ce point plus bas) sa méthode, elle, témoigne d’une vraie maîtrise de l’analyse et de la rédaction critique : fidèle à la tradition universitaire anglo-américaine, il s’agit d’un travail très précis, soigneusement documenté, extrêmement scrupuleux du détail rédactionnel, biographique et bibliographique, bref, d’un vrai ouvrage savant unissant une très bonne forme et un fond solide et sérieux. On y trouvera, par exemple, d’intéressants détails, souvent passés sous silence dans les manuels français de communication, sur les rapports entre les deux auteurs canadiens les plus célébrés par nos chroniques : Harold Innis et Marshall McLuhan. On nous confirme ici que si le second a reconnu s’inscrire dans la filiation intellectuelle du premier, ils ne se sont pourtant guère connus ni côtoyés de leur vivant, ce que laissent accroire bien des commentaires moins solidement documentés !

3Revenons d’abord sur le contenu savant de ce livre : encadrés par deux synthèses, introductive et conclusive, où l’auteur argumente la thèse résumée ci-dessus, les dix chapitres qui constituent le cœur et la force de l’ouvrage présentent : une biographie, sommaire mais topique de chaque personnage ; un résumé de sa carrière et de la doctrine construite par son œuvre ; les traits saillants de cette œuvre, notamment en ce qui concerne ses retombées sur les sciences de l’information ou de la communication ; et, enfin, un résumé de ce que l’œuvre et l’exemple de chacun de ces personnages lèguent au monde actuel, au XXIe siècle émergeant.

4Ce plan-type est évidement adapté au profil particulier de chacun des scholars que Babe nous présente comme les dix « pères fondateurs » de la pensée communicationnelle canadienne : 1) Graham Spry, communicateur professionnel et militant pour la reconnaissance d’un audiovisuel public canadien, citoyen de l’empire britannique qui exerça longtemps à Londres avant de prendre des fonctions officielles au Canada ; 2) Harold Innis, historien de l’économie moderne et apôtre du déterminisme technique induit notamment par les transports et par la communication, dont l’œuvre éminente est bien reconnue ; 3) John Grierson, Écossais de naissance, engagé, comme Spry, dans une pratique militante du média audiovisuel de son époque (le film documentaire, en l’occurrence), principalement actif aux États-Unis, en Grande Bretagne et dans d’autres pays du Commonwealth, mais Canadien d’adoption pendant assez d’années pour que notre auteur l’inscrive dans son anthologie ; 4) Dallas Smythe, le plus évidemment imprégné de marxisme de ces dix personnages, dont la vie professionnelle s’est déroulée plus souvent aux États-Unis qu’au Canada, économiste de la FCC à Washington pendant la guerre, théoricien de « l’industrie de la conscience » à laquelle il attribue un pouvoir de monopole et de manipulation aussi radical que l’était le « viol des foules » stigmatisé par Tchakhotine (1939) ; 5) Crawford MacPherson, natif de Toronto où il fut le collègue d’Innis à l’université, économiste politique attentif à la formation et au rôle des droits de propriété dans le fonctionnement des sociétés, celui des dix dont Babe a le plus de difficulté à nous convaincre qu’il s’agit effectivement d’un « père fondateur » de l’école communicationnelle canadienne, malgré la sympathie intellectuelle évidente qui les rapproche ; 6) Irène Spry, née Biss, épouse de Graham Spry auquel est consacré le premier chapitre de l’anthologie, Britannique née en Afrique du sud, échouée par accident à Toronto où elle collabora brillamment avec Innis avant de suivre son mari dans ses différents postes, en Angleterre et au Canada où elle reprend une carrière universitaire d’historienne économique, au demeurant plutôt en marge de la communication malgré les affirmations de Babe ; 7) George Grant, natif de Toronto comme Mc Pherson, pacifiste militant, chroniqueur à Radio Canada, farouchement opposé au libéralisme économique et critique acerbe des médias industriels qu’il associe à la manipulation inéluctable des hommes par les puissants ; 8) Gertrude Robinson, née Joch en Allemagne pré-hitlérienne, d’une mère américaine et d’un père allemand, éduquée pour partie à Chicago dans la lignée de Pearce, Dewey, Mead, élève de Gerbner et de Schiller, séduite par l’aventure titiste en Yougoslavie, féministe sur la fin de sa vie, observatrice attentive des mouvements politiques québécois et de leur rendu par la presse ; 9) Northrop Frye, né au Québec d’une famille anglophone, spiritualiste chrétien fasciné par le rôle des mythes sociaux et de la culture, peut-être aussi dubitatif que l’auteur du livre sur l’utilité sociale des nouvelles technologies ; 10) et enfin, Marshall McLuhan, Canadien de souche dont l’œuvre, séminale pour l’observation du monde des médias contemporains, est mieux connue que sa vie, itinérante entre les États-Unis, le Canada, l’Angleterre, consacrée pour partie à la littérature anglaise et pour partie à l’intégration des outils techniques dans la civilisation contemporaine.

5L’énumération qui précède soulève en elle-même une première interrogation sur l’ouvrage de Robert Babe : est-ce pour atteindre le chiffre magique de la dizaine qu’il a mis côte à côte des personnages aussi peu homogènes dans leur démarche disciplinaire et dans leur curiosité ? Les a-t-il sélectionnés pour une autre raison cachée, par exemple, pour leur engagement « critique », voire pour leur gauchisme écologisant et même contestataire, amplement soulignés par l’auteur dans plusieurs chapitres comme dans l’introduction et dans la conclusion du livre ? Est-ce pour faire nombre autour des deux leaders intellectuels bien reconnus à l’étranger comme illustratifs d’une tradition canadienne (Innis et McLuhan) qui n’auraient formé qu’un propos trop ténu pour un ouvrage savant ? La question est ouverte. Mais le coté forcé de cette anthologie surprend, car son axe est moins celui des travaux réflexifs sur la communication que la construction volontariste d’une résistance aux thèmes moteurs de la société américaine d’aujourd’hui comme d’hier, parmi lesquels on peut citer : le rôle civilisateur du progrès (notamment celui des sciences et des techniques) ; la confiance dans l’aptitude de chacun à accomplir son ascension sociale par le mérite et par le travail ; le rôle moteur de la concurrence et de la responsabilité personnelle pour l’amélioration des conditions de vie, etc.

6Car les thèmes récurrents de l’anthologie de Babe ne sont pas vraiment ceux qui sont au cœur de la communication, dans son acception professionnelle du moins, à part pour les plus éminents communicateurs déjà cités. Le propos du livre serait — si j’avais eu à le titrer — « l’exception » au nord de l’Amérique du Nord, exception qui apparaît ici à la fois comme un produit de la gauche britannique revisitée par les émigrés de l’ancienne colonie de la Couronne d’Angleterre et comme une extrapolation de la gauche réformiste et protestante américaine, réinventée par les provinces canadiennes des Grands Lacs, comme une façon d’affirmer une personnalité sociale autonome de celle du voisin du sud dont elle est pourtant la cousine germaine.

7La relevance travailliste est avérée par la très forte imprégnation britannique dont témoignent sept des dix personnages étudiés par le livre : ceux qui ont effectué une partie essentielle de leur formation soit à Cambridge, soit à Oxford, en majorité dans des collèges renommés pour leur formation critique en matière littéraire, historique ou même économique. On s’étonne, par conséquent, que cette imprégnation britannique des dix champions soit finalement passée sous silence par l’auteur. Est-elle si triviale qu’elle ne mérite pas de commentaire ? Il nous aurait cependant été utile d’en éclairer le rôle — à notre avis séminal pour comparer ultérieurement l’école canadienne anglophone, ici mise en évidence, et l’école canadienne francophone, souvent elle aussi très critique des phénomènes de la communication électronique contemporaine.

  • 1 Voir notre recension dans : Positions, no 9, 46e année (mars 2000).

8La proximité de méthode et d’analyse entre les auteurs (prétendument) canadiens choisis par Babe et d’autres « papes » de la communication américaine de la même génération (ou presque) n’est pas passée sous silence dans l’ouvrage : les citations sont nombreuses, les notices biographiques citent abondamment les tranches de vie passées par chacun des personnages de cette saga aux États-Unis, soit comme professionnels (Spry, Grierson, Smythe, Robinson…) soit comme universitaires pour les autres. Ce qui, toutefois, me paraît plus problématique, c’est l’affirmation d’une spécificité canadienne dans la position critique de ces dix scholars. Vus de France, leurs positions éthiques, leurs engagements sociaux, religieux ou politiques, bien mis en exergue dans le livre, ne sont pas fondamentalement différents de ceux qu’ils auraient pu prendre aux États-Unis. C’est cependant ce qu’affirme Babe depuis l’Ontario ! Adorno, Gerbner ou Schiller et d’autres encore, souvent de formation germanique, ont immigré aux États-Unis au cours de la première moitié du XXe siècle pour la même raison que Gertrude Joch-Robinson, née à Hambourg entre les deux Guerres, échouée finalement au Canada pour des raisons qui apparaissent plus contingentes que déterminantes ! Il nous faut donc bien nous résoudre à envisager sérieusement l’hypothèse évoquée au début de ce commentaire : les mêmes causes pouvant parfois produire les mêmes effets, n’est-il pas à la fin concevable que ce que je qualifiais ci-dessus « d’exception culturelle canadienne » repose sur des bases analogues à celles qui fondent notre « exception culturelle » française ? Cette dernière commence à faire l’objet d’analyses sérieuses dont témoignent deux ouvrages (Farcy, 1999 ; Bonnal, 1998) que j’ai récemment recensés1. Le protectionnisme est souvent une arme de défense pour ceux qui se sentent affaiblis par rapport à la concurrence extérieure. Il en est ainsi du protectionnisme culturel français qui s’affirme avec d’autant plus de pathétisme ces dernières années qu’il s’avère moins efficace (et moins soutenu par la population dans ses actes) pour soutenir les productions nationales en matière de films, de théâtres, de danse, de variété musicale, etc.

9Il nous apparaît que le travail anthologique de Babe, pourtant si solidement construit, participe du même esprit de défense territoriale que notre exception nationale. Une différence pourtant les distingue, et elle devrait être de taille pour les adeptes d’une francophonie militante : vue du Canada anglophone, la défense de l’exception canadienne n’échapperait-elle pas à ce qui apparaît comme l’arme-clé de francophones : l’exception de la langue ? De cela, Babe ne touche mot. Mais, entre les lignes, il y pense certainement, dans la mesure où ses citations de poètes britanniques sont légion ; dans la mesure aussi où il nous rappelle le rôle formateur de l’analyse littéraire pour plusieurs de ses héros de la pensée canadienne ; et enfin par sa propre expression linguistique, plutôt châtiée, témoignant d’un soin précieux pour rester fidèle à la langue classique de Shakespeare, plutôt qu’à celle de Miller ou de Faulkner !

10Je ne peux conclure ces lignes sans remarquer le dédain dans lequel est tenu par l’auteur (et, selon ses dires, par nos dix « maîtres à penser » canadiens sur la communication) la tradition philosophique, économique et politique libérale qui a pris tant d’importance aux États-Unis depuis un demi-siècle. Méconnue également en France par beaucoup, sinon tournée en ridicule par une caricature méprisante, la pensée libérale moderne est non seulement beaucoup plus diverse que ne le laissent croire les allusions que lui consacre Babe à presque chacun de ses chapitres ; elle est aussi étayée par une philosophie ambitieuse et altruiste qu’il est trop facile (et sûrement pas honnête intellectuellement) de passer sous silence. Une thèse très solide de philosophie du droit, soutenue récemment à Paris, fait un point tout à fait utile à ce propos (Valentin, 2000) : elle note, par exemple, que si les acquis économiques du libéralisme occidental fondent visiblement sa prospérité depuis plus de deux siècles, ce sont bien les acquis du libéralisme politique qui ont consolidé la prééminence de l’Occident contemporain, et que ces acquis ne sont plus contestés par les anti-libéraux les plus radicaux : l’affirmation de l’état de droit, la séparation des pouvoirs, les droits de l’homme, l’autonomie de la société civile par rapport au politique sont en effet des conquêtes de la philosophie libérale depuis trois siècles. Ce sont des acquis qui scellent la cohérence de nos sociétés, qui en font un modèle, certes perfectible, mais « le moins mauvais des modèles » pourrait-on dire en paraphrasant un grand homme public britannique de la dernière Guerre !

11À titre d’exemple, les commentaires sur J. Rawls (dans le chapitre consacré à Grant, p. 189), l’assimilation de l’économie néo-classique au monétarisme des Chicago boys (dans le chapitre relatif à Spry, p. 48), l’affirmation que la morale du marché se réduit à l’offre et à la demande (dans le chapitre sur McPherson, p. 154) sont trop réducteurs pour être laissés sans écho : soulignons, pour le plaisir de lancer la polémique, qu’il y a autant de distance entre Rawls et Hayek qu’il peut y en avoir entre Marx et St. Simon, et que par conséquent critiquer Rawls n’est pas nécessairement ressenti comme une critique du libéralisme militant (Terré, 1988) ; que le courant dit « néo-classique » est souvent illustré par des économistes favorables à l’intervention de l’État dans l’économie, au nom-même du « bien commun » (nous dirions en français : « de l’intérêt général ») et que certains d’entre eux sont le prolongement moderne de Keynes qui était, si je ne me trompe pas, homme de gauche progressiste, aux antipodes de la doctrine monétariste de Friedman et de ses collègues économistes de l’Université de Chicago ; et enfin qu’il est une valeur impérativement nécessaire au fonctionnement des marchés (comme à celui de la démocratie représentative d’ailleurs) quelle que soit leur nature, leur lieu, leur droit et leurs agents, qu’il s’agit d’une valeur essentiellement morale et non d’une valeur d’échange matériel, la confiance, dont le rôle fut puissamment souligné par la thèse qu’Alain Peyrefitte soutint en Sorbonne après un demi-siècle de carrière politique, mais aussi de recherches savantes sur le fondement des sociétés marchandes européennes (Peyrefitte, 1995)…

  • 2 Voir Libération (cahier culture) du lundi 25 novembre 1999 : l’ARP est une société des Auteurs-Réal (...)

12L’exception canadienne est donc bien au cœur de l’œuvre de Babe, dirons-nous finalement. Une exception qu’il explique par des considérations qui rappellent la vieille théorie des climats (p. 22sq. de l’introduction) ; par la crainte admirative que suscite le voisin américain chez les anglophones canadiens (ex. p. 309 de la conclusion) ; et par une analyse crypto-marxiste de « l’aliénation » capitaliste (p. 94 à propos de Grant). Cette exception, Babe la revendique comme une spécificité de son grand pays, riche et vide, dans des termes qui font écho à la revendication d’exemption de l’OMC par les contestataires français coordonnés par J. Bové et à celle des cinéastes français de l’ARP en colère contre la critique cinématographique en novembre 19992. Une exception qui suppose un complexe d’infériorité chez ceux qui réclament protection et le soutien emblématique d’une critique sociétale, plutôt qu’une analyse objective des faits en cause.

  • 3 Voir en particulier : Alan Sokal et Jean Bricmont (1997) et l’un de leurs opposants sévères, défens (...)

13Un dernier trait paraît relier l’auteur à ses personnages : l’un et les autres semblent regarder la communication (ou la vie en société pour ceux qui ne traitent pas vraiment des SIC comme McPherson ou Frye) depuis leur piédestal d’intellectuels et à travers le seul filtre de leurs convictions. Au point que l’on peut se demander, en refermant cet ouvrage, si certains d’entre eux (ou leurs émules) ne seraient pas prêts à faire le sacrifice du réel si ce sacrifice devait faciliter la réalisation de leurs idéaux ! L’évocation du postmodernisme par Babe (par ex. à propos de McLuhan, p. 304) n’est pas sans lien avec ce qui précède : la charge de Sokal, puis de Bricmont contre cette forme de pensée qu’ils assimilent à une démarche magique, pourrait être reprise ici tant le refus de considérer la communication comme un échange réel apparaît fondateur pour les auteurs cités dans le livre comme pour leur biographe3. Ce disant, nous n’écartons nullement le fait que nos observations sont partielles, qu’elles peuvent biaiser notre perception du réel, que ce réel lui-même est changeant ou même partiellement subjectif. Notre surprise est de dénier la réalité du monde sous prétexte que nos sens et nos instruments n’en peuvent donner qu’une image partielle ou déformée. Car la force des sciences sociales de notre époque, celle qui a rénové l’économie, la sociologie, l’ethnologie ou l’histoire, s’appuie avec constance sur l’observation du monde et de la société, sur le croisement des données empiriques recueillies par les uns et par les autres, sur le relevé des permanences ou des ruptures, etc. Sur des protocoles de type expérimental qui n’excluent nullement l’interprétation ultérieure, mais qui étayent les constructions théoriques par une confrontation au réel observé, aux erreurs d’expérience près, évidemment.

14S’il y a, dans ce livre, une tournure commune aux auteurs cités et à l’auteur du texte, n’est-ce pas leur habileté à décrire un monde reconstruit par la pensée, plutôt que d’en décrire patiemment la variété et d’en rechercher humblement les constantes ? J’y verrais volontiers, à titre de première hypothèse, l’explication du manichéisme de presque tous ces auteurs dont les schémas sont dualistes (voir p. 312) : culture du temps opposée à celle de l’espace chez Innis ; opposition du temps antique au temps moderne chez Grant ; confrontation entre l’information et la communication chez Smythe ; irréductible différence entre l’artiste et le technique chez McLuhan, etc. Les dernières lignes de la conclusion de Babe résument le projet de cette « école canadienne » reconstituée a posteriori : s’employer à la critique pessimiste d’une communication qu’ils croient essentiellement manipulatrice parce qu’ils n’ont pas confiance en l’aptitude des hommes à discerner le vrai du faux, le bon du mauvais, l’essentiel de l’accessoire, l’utile du futile, etc. Prolongeant, sans d’ailleurs l’avouer explicitement, le syndrôme de l’École de Francfort d’avant-guerre, mais dans un contexte tellement différent qu’il est beaucoup moins compréhensible en Amérique aujourd’hui qu’il ne l’était hier dans l’Allemagne de Weimar ou dans l’Autriche conquise.

15Esprits informés, bien formés, vivant dans une société ouverte et diverse, les auteurs réunis par Babe semblent globalement étrangers à l’empirisme, rétifs à confronter leurs modèles à la vie qui les entoure, à l’exception notable de Spry, de Grierson et de Smythe engagés dans l’action. Sans pour autant devenir des révolutionnaires comme ceux qui ont si souvent projeté au XXe siècle leur utopie sur la société en Asie, en Europe, en Afrique ou en Amérique latine ; heureusement pas en Amérique du Nord. Tous ont ainsi évité l’opprobre qui finit toujours par frapper les idéalistes qui inspirent les politiques privatives de liberté.

Haut de page

Bibliographie

BONNAL, Nicolas (1998), Le coq hérétique : autopsie de l’exception culturelle française, Paris, Belles lettres.

FARCY, Joëlle (1999), La fin de l’exception culturelle ?, Paris, Éditions CNRS.

JEANNERET, Yves (1998), L’affaire Sokal ou la question des impostures, Paris, Presses universitaires de France.

PEYREFITTE, Alain (1995), La société de confiance, Paris, Odile Jacob. Il s’agit d’une version révisée et éditée de la thèse de lettres sur le même thème soutenue à l’Université Paris IV en 1994.

SOKAL, Alan et Jean BRICMONT (1997), Impostures intellectuelles, Paris, Odile Jacob.

TCHAKHOTINE, Serge (1939), Le viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard.

TERRÉ, François (dir.) (1988), Individu & justice sociale : autour de John Rawls, Paris, Seuil, Coll. « Point-Seuil politique », no 132.

VALENTIN, Vincent (2000), Les conceptions néo-libérales du droit : fondements d’un individualisme radical, thèse de droit public, sous la direction de Jacques CHEVALLIER, Université Paris II.

Haut de page

Notes

1 Voir notre recension dans : Positions, no 9, 46e année (mars 2000).

2 Voir Libération (cahier culture) du lundi 25 novembre 1999 : l’ARP est une société des Auteurs-Réalisateurs-Producteurs de cinéma dont certains membres ont violemment pris la critique cinématographique à parti pour se plaindre des réactions négatives de cette critique sur la médiocrité croissante des productions françaises de ces dernières années. Le film produit en France perd en effet régulièrement des parts de marché depuis plus de cinq ans (environ 15 %) sauf contre-exemples rares (comme Les visiteurs ou Taxi) au profit des grands spectacles populaires, souvent américains (comme Le soldat Ryan ou Titanic) qui rencontrent le même succès en France qu’en Allemagne ou aux États-Unis…

3 Voir en particulier : Alan Sokal et Jean Bricmont (1997) et l’un de leurs opposants sévères, défenseur du « postmodernisme » mais pas nécessairement convaincant face à la charge du physicien américain, fort lettré par ailleurs : Yves Jeanneret (1998).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Chamoux, « Robert E. BABE (2000), Canadian Communication Thought. Ten Foundational Writers », Communication, vol. 21/1 | 2001, 161-168.

Référence électronique

Jean-Pierre Chamoux, « Robert E. BABE (2000), Canadian Communication Thought. Ten Foundational Writers », Communication [En ligne], vol. 21/1 | 2001, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/5397

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Chamoux

Jean-Pierre Chamoux, Université du Havre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org