Navigation – Plan du site
Lectures

Jean-Paul BAILLARGEON (dir.) (1996), Les publics du secteur culturel. Nouvelles approches

Québec, Institut québécois de recherche sur la culture
Hélène Laurichesse
p. 169-172
Référence(s) :

Jean-Paul BAILLARGEON (dir.) (1996), Les publics du secteur culturel. Nouvelles approches, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture

Texte intégral

1Les publics du secteur culturel, à travers les actes des communications du 4e colloque Recherche : arts et culture (Congrès de l’ACFAS Mai 94), se propose de faire la lumière sur les nouvelles orientations des chercheurs québécois en matière de recherche sur les pratiques culturelles.

2L’ouvrage se structure autour de réflexions critiques sur les recherches menées, de propositions de nouvelles approches méthodologiques sur l’étude des pratiques culturelles, de quelques résultats de recherches menées sur les pratiques domestiques culturelles et de l’étude de l’offre culturelle au regard des attentes des publics.

3Tout d’abord, les réflexions critiques sur les méthodologies les plus couramment utilisées dans ce cadre dénoncent les insuffisances des enquêtes statistiques quantitatives basées sur un processus déclaratif offrant des résultats principalement descriptifs.

4L’utilisation systématique et quasi exclusive des catégories socio-professionnelles comme variables explicatives des comportements culturels soulève en fait une défaillance plus large : celle de la nature des hypothèses posées pour ces recherches.

5Sur ces bases critiques, quelques perspectives de recherche susceptibles d’enrichir les dimensions traditionnellement étudiées pour tenter de connaître les publics du secteur culturel sont envisagées :

  • L’étude de la multidisciplinarité des publics, souvent démontrée, reste trop peu explorée et c’est cette absence d’investigation qui conduit à systématiser une différenciation des publics en fonction des genres culturels. Or, l’hypothèse de segmentation du marché culturel en fonction d’une logique disciplinaire gagnerait à être confrontée à d’autres logiques de segmentation telles que, par exemple, le degré d’assiduité. La complémentarité des pratiques culturelles par ailleurs débouche sur des systèmes d’activités associés à l’idée de réseaux qui pourraient expliquer la formation des genres culturels.

  • L’étude des trajectoires de la participation culturelle pourrait, ensuite, permettre de comprendre comment s’élaborent les choix de consommation culturelle. Devraient être envisagés, par exemple, au-delà des classiques CSP, les cycles de vie, le statut professionnel ou amateur de la consommation.

6Mais ces propositions, toutes pertinentes soient-elles pour enrichir la connaissance des comportements des publics du secteur culturel, ne sont pas exactement nouvelles et restent de plus tout à fait incomplètes par rapport à l’avancée des travaux américains sur le marketing culturel.

7Sur le plan méthodologique aussi bien que conceptuel, les apports sont décevants quant à l’absence de réelle innovation et de prise en considération des avancées des recherches sur ces questions.

  • 1 Ni les notes bibliographiques, ni le corps du texte n’y font allusion.

8Les auteurs de ces communications semblent ignorer1 que précisément depuis le début des années quatre-vingt, le modèle de comportement expérienciel issu des recherches nord-américaines d’Holbrook et Hirschman (1982) offre une alternative à la modélisation classique du comportement de consommation des biens artistiques et culturels.

9Ce modèle met en avant l’importance de considérer les sentiments et émotions du public comme variables explicatives déterminantes du comportement de consommation culturel à travers des approches qualitatives permettant de cerner les dimensions profondes et inconscientes du processus de choix.

10L’étude des dimensions psychologiques et, notamment, des différences individuelles de personnalité s’avère plus pertinente dans ce cadre que les caractéristiques socio-démographiques. Le modèle expérienciel, en démontrant l’importance d’étudier ces dimensions nouvelles, souligne ainsi l’insuffisance des modèles classiques de traitement de l’information axés sur des processus cognitifs.

11Outre la remarquable absence de prise en considération de ce courant de recherche incontournable, les réflexions sur les perspectives de segmentation des publics du secteur culturels renvoient aux mêmes faiblesses (manque de caractère novateur et manque de références théoriques importantes).

12Sont évoquées, par exemple, les études des cycles de vie, des réseaux d’influence, les motivations intrinsèques ou extrinsèques, la nature de l’implication, mais restent par contre ignorées la nécessité de considérer des critères de segmentation basés sur les caractéristiques psychologiques telles que le traitement de l’information (Wallendorf et al., 1981 ; Allendorf et al., 1981 ; Pinson, Malhotra et Akjain, 1983 ; Pinson, 1988), le processus d’apprentissage (jamais évoqué en tant que tel, Colbert, 1993 ; Andreasen et Belk, 1980 ; Huber et Holbrook, 1980) ou encore des caractéristiques environnementales telles que les phénomènes sociaux, notamment de groupe ou les facteurs situationnels.

13Par ailleurs, les conclusions apportées sur les pratiques domestiques conduisent à un bilan contrasté par rapport à la nature hétérogène des communications proposées.

14« Les équipements audiovisuels des salons québécois » propose une approche très générale, peu éloignée du principe descriptif auparavant dénoncé. On y apprend essentiellement que plus la taille des ménages est importante, plus l’équipement audiovisuel est différencié.

15Ensuite, « La place de la télévision dans la reconstruction identitaire de familles immigrantes » et « L’effet de l’écoute de la télévision sur la perception de la réalité » sont deux études qui, à l’inverse, proposent un éclairage très pointu sur des questions qui, aussi intéressantes soient-elles, n’apportent qu’une faible connaissance sur le public culturel en privilégiant plutôt l’étude la réception d’un média donné.

16Enfin, l’étude des dépendances entre l’offre culturelle et les attentes du public ne démontre rien que l’on ne sache déjà, en l’occurrence, des effets d’interactions essentiellement tacites, liés à la volonté de toucher un public de plus en plus large avec pour conséquence des choix de programmation volontairement plus accessibles.

17Dans cette logique marketing, les auteurs « oublient » néanmoins de distinguer l’offre principale de l’offre périphérique. La pratique marketing associée aux institutions culturelles concerne directement l’offre périphérique (à travers une adaptation des services proposés aux attentes des publics) et encore peu, ou de manière indirecte, l’offre principale, c’est-à-dire l’œuvre artistique même.

18De plus, le discours fataliste de l’œuvre culturelle désormais pervertie par la logique marketing fait abstraction de la logique d’œuvre de commande, pourtant omniprésente dans l’histoire de l’art.

19En conclusion, on peut regretter que sur un sujet aussi passionnant que celui de la connaissance des publics culturels, les communications proposées dans le cadre de ce colloque n’aient malheureusement pas le caractère avant-gardiste annoncé dans la préface et fassent abstraction des principaux travaux menés en France et aux États-Unis dans les années quatre-vingt sur cette question.

Haut de page

Bibliographie

ANDREASEN, A. R. et R. BELK (1980), « Predictors of attendance at the performing arts », Journal of Consumer Research, vol. 7.

HOLBROOK, M. B. et E. C. HIRSCHMAN (1982), « The experientiel aspects of consumption : Consumer fantaisies, feelings and fun », Journal of Consumer Research, 9(2).

HUBER, J. et M. B. HOLBROOK (1980), « Some preliminary notes on research in consumer esthetics », Advances in Consumer Research.

PINSON, C. et al. (1988), « Les styles cognitifs des consommateurs », Recherche et application en marketing.

PINSON, C., N. K. MALHOTRA et A. K. AKJAIN (1983), « Les styles cognitifs : une nouvelle approche de la segmentation des marchés », Revue française de marketing, 83(4).

WALLENDORF, M. et al. (1981), « Cognitive complexity and aesthetic performance in symbolic consumer behavior », Advances in Consumer Research.

Haut de page

Notes

1 Ni les notes bibliographiques, ni le corps du texte n’y font allusion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Laurichesse, « Jean-Paul BAILLARGEON (dir.) (1996), Les publics du secteur culturel. Nouvelles approches », Communication, vol. 21/1 | 2001, 169-172.

Référence électronique

Hélène Laurichesse, « Jean-Paul BAILLARGEON (dir.) (1996), Les publics du secteur culturel. Nouvelles approches », Communication [En ligne], vol. 21/1 | 2001, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/5399

Haut de page

Auteur

Hélène Laurichesse

Hélène Laurichesse, Université Toulouse II

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org