Navigation – Plan du site
Lectures

Igor BABOU et Joëlle LE MAREC (dir.), Sciences, médias et société. Actes de colloque

École normale supérieure Lettres et Sciences humaines, Lyon 15-17 juin 2004, 2005
Stéphanie Perrouty-Perret
p. 273-279
Référence(s) :

Igor BABOU et Joëlle LE MAREC (dir.) (2005), Sciences, médias et société. Actes de colloque, Lyon, École normale supérieure Lettres et Sciences humaines.

Texte intégral

1Cet ouvrage comporte de multiples voix puisqu’il réunit les actes d’un colloque sur le thème « Sciences, médias et société ». Dès la présentation du livre par ses coordonnateurs, l’accent est mis sur l’aspect interdisciplinaire des recherches présentées. Ainsi, c’est par différents points de vue que cet ouvrage se propose d’« appréhender la problématique des relations entre sciences et société à travers le fonctionnement des médias » (p. 4).

2Les 19 contributions que compte l’ouvrage sont classées en 2 catégories de taille inégale. La première partie de l’ouvrage, intitulée « Cadrages historiques et comparatifs », comprend quatre textes rendant compte de recherches pérennes « issues de différents champs disciplinaires » (p. 12).

3La seconde partie relate des travaux plus contemporains et se divise en quatre sections thématiques.

4La première section, « Professions et institutions de la diffusion des savoirs », riche de trois contributions, s’intéresse aux pratiques professionnelles de la médiation des savoirs.

5La deuxième, « Discours médiatiques », avec trois contributions elle aussi, se penche plus particulièrement sur l’analyse de discours dont le discours médiatique, au cœur même des problématiques traitées.

6Les quatre textes de la troisième section, « Santé et publics », sont entièrement dédiés aux questions sanitaires, reflétant ainsi l’importance de ce thème au sein des recherches portant sur les interactions entre sciences, médias et société.

7Enfin, la dernière section, « Débats publics, jeux d’acteurs et identité », avec cinq contributions, étudie différents espaces sociaux, tels les musées ou les associations, aux prises avec certaines difficultés liées à des divergences d’opinions.

8Une bibliographie fort étoffée clôt chacune des 19 communications.

9La première partie, « Cadrages historiques et comparatifs », ne présente aucune surprise ; elle tient ses promesses. Chaque contribution se trouve très bien structurée et permet effectivement de poser des repères et de proposer des cadrages. La communication de Christophe Bonneuil expose les « transformations des rapports entre recherche, innovation, État, marché et espace public au cours des dernières décennies ». L’auteur distingue différentes périodes temporelles et les développe successivement : les années 1944-1968 ou « la société du progrès », les années 1968-1980 ou « le progrès questionné », les années 1980 ou « le retour de l’État et des certitudes », et enfin depuis les années 1990 « la société du risque ».

10Suzanne de Cheveigné, quant à elle, se penche sur « la très classique opposition entre méthodes quantitatives et qualitatives » et sur la pertinence des deux méthodes quant aux recherches portant sur les relations entre sciences, médias et société. L’auteure s’appuie sur l’exemple des Eurobaromètres et conclut à la « complémentarité des méthodes qualitatives et quantitatives, à manier toutes deux avec les mêmes exigences de rigueur ».

11Pour sa part, Pierre Clément s’intéresse à « l’interaction entre science et idéologie » et, à travers un exposé méthodiquement structuré et illustré d’exemples en didactique et épistémologie de la biologie, souligne et dénonce la prégnance notable de l’idéologie sur la science.

12Dans le dernier chapitre de cette première partie, Sophie Moirand pose à l’aide de plusieurs exemples les jalons de l’évolution de la médiation et de la médiatisation des faits scientifiques et techniques. Elle identifie trois mouvements : « Des mots de la science aux discours médiateurs entre sciences et publics », « De la vulgarisation scientifique à la médiatisation des faits technologiques » et « L’inscription discursive des relations entre sciences et sociétés dans les médias ». La conclusion reprend, en les structurant, les principales caractéristiques des trois mouvements en retraçant, de façon succincte, claire et didactique, l’évolution de chacun.

13En ce qui concerne les articles présentant des recherches récentes, les thèmes abordés sont très diversifiés.

14La première section de la seconde partie, « Professions et institutions de la diffusion des savoirs », s’ouvre sur la communication de Bertrand Labasse qui étudie « les tensions entre les producteurs de connaissances scientifiques et les diffuseurs de ces connaissances ». Il vise à mettre en évidence l’influence des « différents cadres épistémiques sur le traitement médiatique d’un problème ». Il s’appuie pour cela sur l’analyse de la polémique entourant l’usage d’un vaccin contre l’hépatite B pour suggérer en conclusion le « besoin d’un journalisme plus fort, c’est-à-dire armé par une expertise qui lui soit propre ».

15Dans sa contribution, Anne Piponnier se penche dans le cadre de l’éducation à la science sur les liens entre les logiques institutionnelles de gestion des connaissances et les stratégies d’acteurs pour la diffusion du savoir. Les travaux présentés correspondent à « une étape intermédiaire » et en conclusion l’auteure soulève des interrogations auxquelles les recherches ultérieures tenteront d’apporter une réponse.

16Enfin, pour clore cette thématique, Odile Riondet s’intéresse aux documentalistes scolaires et à l’information scientifique et technique qu’ils dispensent. Elle dégage les représentations des sciences et des techniques qui émergent des discours de « ces médiateurs non spécialisés » et au terme de leur analyse constate que « les documentalistes ne sont pas de formation scientifique » et qu’ils possèdent « une culture technique, au détriment de la réflexion abstraite ». Pour la chercheure, cela constitue « beaucoup de handicaps » car leur représentation de la culture scientifique et technique tend « à rendre analogues la science et la technique ».

17Dans la deuxième section, « Discours médiatiques », Luis Aparicio s’intéresse aux interactions entre développement technologique et évolution sociale. Il tend à « mettre en évidence l’importance de la communication en direction de l’espace public dans cette coconstruction entre la technique et la société ». Pour cela, l’auteur prend pour exemple l’implantation du tramway dans la communauté urbaine de Strasbourg. Il étudie en particulier « la construction rhétorique du projet » et conclut que « la mise en scène, et notamment l’introduction du public en tant que personnage de celle-ci », a permis de mettre « le projet en situation afin que la situation fasse sens ». L’auteur qualifie cette démarche de « pro-active » et il fait remarquer que « la réalisation sociotechnique ne relève pas simplement d’une démarche discursive » mais qu’elle nécessite également « la prise en compte des rapports entretenus avec les artefacts ».

18Christiane Kapitz se penche sur « l’éthique dans l’actualité scientifique de la presse quotidienne ». À travers les articles de trois journaux d’opinion nationaux – L’Humanité, La Croix et Le Figaro – sur les allogreffes, l’auteure cherche à « mettre en évidence les enjeux et les figures de l’éthique, à l’échelon individuel comme à l’échelon collectif ». L’analyse révèle que « acteurs scientifiques et acteurs politiques occupent des places quasiment identiques, devant les acteurs institutionnels et le public » et qu’« en se déplaçant dans le champ politique, l’éthique passe au champ de la norme ». Cela conduit l’auteure à suggérer que « les représentations sociales de l’éthique, fortement soumises à l’idée de normes et de règles, constitueraient peut-être une sorte de matrice sociale ».

19La contribution de Sandrine Reboul-Touré étudie les discours de vulgarisation scientifique contemporains et vise à dégager et à caractériser « les modalités d’écriture qui paraissent actuellement émerger ». L’auteure s’intéresse en particulier à « l’internet dans sa dimension hypertextuelle » et à la façon dont « ces parcours de lecture balisés par les liens hypertextes participent pleinement à la vulgarisation scientifique ». Elle illustre ses analyses avec de multiples exemples tirés d’un vaste corpus d’où il ressort que les « phénomènes linguistiques contemporains [permettent] un élargissement des accès à la science » notamment par une « démultiplication des sources énonciatives », par des « parcours hypertextuels favorisant les approfondissements » et par des « formes d’écriture qui associent la fiction ».

20La troisième section, « Santé et publics », s’ouvre sur la contribution de Pascal Ducournau qui traite de la question éthique du consentement éclairé. À l’aide d’entretiens semi-directifs menés auprès de personnes sollicitées à contribuer à une banque d’ADN pour faciliter les recherches biomédicales, l’auteur étudie les logiques d’action et leur adéquation avec le dispositif du consentement éclairé. Il met en évidence l’existence de différents décalages et suggère, afin de les réduire, de mettre « en débat public des dispositifs éthiques tels que celui du consentement éclairé ». Cependant, « la construction d’un espace de discussion sur les modalités et la définition du consentement éclairé ne va pas de soi et devra prendre en compte des positions opposées voire antagonistes ».

21Céline Granjou et Marc Barbier étudient le travail communicationnel de l’Agence française de sécurité sanitaire et alimentaire (l’AFSSA) dans le cadre particulier de « l’affaire de la vache folle ». Il ressort de leurs analyses que le rôle joué par l’Agence permet « de sortir de ce schéma [de communication] à sens unique entre les sciences et le public » et d’amorcer « l’ouverture d’un espace de débat public sur la nature et la gestion du risque ».

22La contribution de Geneviève Paicheler s’intéresse à la communication publique sur le sida en France et plus particulièrement à « l’étendue et les limites de l’impact de l’action des associations de lutte contre le sida » lors de « l’élaboration des politiques sanitaires ».

23Dans une approche anthropologique de terrain, Karine Tinat analyse les troubles féminins de la conduite alimentaire au Mexique. L’étude propose quelques réponses à la question suivante : « Dans quelle mesure la société mexicaine permet-elle à certains de ses individus de développer ces pathologies ? » Parmi ces réponses, notons que ces troubles émergent au Mexique « dans des contextes familiaux où les relations de genre sont souvent problématiques » et que le conflit « ne se situe non pas dans la différence, mais dans l’inégalité entre les sexes. ».

24Le premier chapitre de la dernière section de la seconde partie est signé par Florence Belaën qui s’intéresse à un nouveau type d’expositions dans les musées de sciences : « les expositions d’immersion » dont l’objectif est de « faire éprouver le propos au visiteur ». Elle entend les caractériser en mettant en évidence ce qui les différencie des autres expositions « classiques ». Pour cela, elle compare une exposition d’immersion et une exposition classique traitant le même sujet : le réchauffement climatique. L’auteure arrive à la conclusion « qu’un dispositif d’immersion se caractérise par une focalisation du propos non plus sur l’explication des phénomènes mais sur leurs conséquences » dont l’objectif est « de faire éprouver au visiteur pour activer sa prise de conscience ». Dans les expositions d’immersion, « l’intensité et l’originalité de l’expérience » priment sur « la rigueur scientifique ».

25Philippe Bongrand se penche sur « le travail de mise en circulation des recherches scientifiques auprès des acteurs des politiques publiques ». Pour cela, il analyse « le cas de la politique française des zones d’éducation prioritaires » et le fonctionnement de « l’Observatoire des zones prioritaires ». En conclusion, il constate un « brouillage entre savoirs savants et savoirs professionnels […] la nature scientifique des connaissances étant loin d’être une variable systématique dans le choix des savoirs à mettre en circulation ».

26Fabienne Galangau-Quérat remet en question le rôle du musée dans la construction identitaire. De son étude sur « l’histoire des représentations des Aborigènes d’Australie dans les galeries de l’Australian Museum » se dégage « une évolution en trois temps » : au « désintérêt » succèdent « l’appropriation de la culture matérielle aborigène et la mise en patrimoine » puis « le droit à la citoyenneté ». Ainsi, de conclure l’auteure : « d’objets, les Aborigènes sont devenus sujets ».

27La communication de Jean-Mathieu Méon se penche sur les « effets des médias » et leurs « implications directes en termes de politiques publiques ». L’auteur prend pour cas d’étude les initiatives du Conseil supérieur de l’audiovisuel et met en lumière « une circulation non circulaire des connaissances qui vise non pas à alimenter le débat scientifique mais à légitimer une intervention du CSA dans le débat ».

28L’ouvrage se termine avec la contribution de Manon Niquette et William Buxton qui a pour objet « le soutien de la Fondation Rockefeller à l’intégration de la logique publicitaire dans les musées de science ». Les auteurs proposent à partir de trois musées de science aux États-Unis, « une étude historique de la transformation communicationnelle des musées » et montrent comment la Fondation Rockefeller a pu « influencer le tournant communicationnel des pratiques muséologiques aux États-Unis ». En conclusion, les auteurs affirment que « la transformation communicationnelle des musées de science dépasse largement le cadre de la muséologie américaine » dont « le rayonnement [est] loin d’être négligeable ».

29La grande disparité des articles permet difficilement de dire à qui s’adresse cet ouvrage. En effet, certaines contributions, notamment celles de la première partie, ont une portée très générale. D’autres, au contraire, sont centrées sur une problématique ultra-spécifique. Par ailleurs, si certaines communications aboutissent à des conclusions grandement établies, d’autres présentent seulement les prémices d’une recherche en cours. Les chapitres de la première partie semblent particulièrement destinés à un public peu averti des recherches effectuées dans le domaine des sciences de l’information et de la communication alors que ceux de la seconde partie seraient plus idoines à un public expert.

30Si chaque communication s’accompagne d’une bibliographie bien détaillée, on peut regretter qu’elle soit alphabétique et non thématique. Une bibliographie thématique aurait été plus utile pour le lecteur averti ou non, en rehaussant la pertinence de chacune des contributions.

31On peut reprocher à cet ouvrage l’absence totale de conclusion. En effet, si les coordonnateurs, Joëlle Le Marec et Igor Babou, proposent en préliminaire une présentation minutieuse du contexte et des choix éditoriaux, ils n’interviennent aucunement en fin d’ouvrage, où seuls figurent les sigles utilisés et la table des matières. Une conclusion exposant les succès et échecs du colloque vis-à-vis des objectifs visés aurait été appréciée de même qu’une synthèse des contributions des auteurs au développement et au renouvellement des perspectives de recherche. En outre, une conclusion en fin de chaque section aurait été la bienvenue. Cela manque d’autant plus que certaines sections regroupent des contributions qui présentent des recherches assez éloignées et qui possèdent peu d’analogies (méthodologiques ou autres) entre elles. Une conclusion partielle en fin de section aurait ainsi permis de renforcer la cohérence de chaque section et de mettre en évidence l’éclairage apporté sur le thème « sciences, médias et société ». Malgré ces quelques faiblesses, l’ouvrage, bien structuré, offre une vue panoramique des recherches passées et contemporaines sur le thème du colloque où tout un chacun peut y trouver son compte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Perrouty-Perret, « Igor BABOU et Joëlle LE MAREC (dir.), Sciences, médias et société. Actes de colloque », Communication, Vol. 25/1 | 2006, 273-279.

Référence électronique

Stéphanie Perrouty-Perret, « Igor BABOU et Joëlle LE MAREC (dir.), Sciences, médias et société. Actes de colloque », Communication [En ligne], Vol. 25/1 | 2006, mis en ligne le 05 août 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/540

Haut de page

Auteur

Stéphanie Perrouty-Perret

Feue Stéphanie Perrouty-Perret était Docteur en sciences de l’information et de la communication, Normalienne et Centralienne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org