Navigation – Plan du site
Lectures

Roger BAUTIER et Élisabeth CAZENAVE (2000), Les origines d’une conception moderne de la communication. Gouverner l’opinion au XIXe siècle

Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, Coll. « La communication en plus »
Catherine Ghosn
p. 173-176
Référence(s) :

Roger BAUTIER et Élisabeth CAZENAVE (2000), Les origines d’une conception moderne de la communication. Gouverner l’opinion au XIXe siècle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, Coll. « La communication en plus »

Texte intégral

1L’ouvrage prend comme point de départ la Révolution et la période-clé de 1814-1914 pour mettre en exergue la réflexion entamée par les politiques sur le rôle des médias dans l’espace public.

2Les auteurs analysent les différentes représentations qui ont permis de contrôler de manière pratique et conceptuelle l’essor de la communication principalement par la presse. Ils abordent la question du gouvernement de l’opinion avec les prises de position des doctrinaires sous la monarchie parlementaire, des libéraux jusqu’au Second Empire, des théoriciens du « pouvoir spirituel », des socialistes et des catholiques, ainsi que des défenseurs de la troisième République jusqu’à la Première Guerre mondiale.

3Tous ces idéologues proposent des conceptions de l’exercice du pouvoir dans la société, qu’ils élaborent par des stratégies de diffusion en les étendant aux classes populaires. Ces ouvertures vont permettre de poser un nouveau regard sur les théories de la communication.

4Ce livre se décompose en trois chapitres. Le premier, « Reconstruire un ordre social », aborde le sujet des différentes conceptions de l’exercice du pouvoir. L’ensemble du siècle, en partant de la période de la Restauration et de la monarchie de Juillet, est marqué par une réflexion sur la presse et sur son rôle dans l’installation d’une foi commune capable de reconstruire un ordre social et de garantir l’équilibre des gouvernements.

5Sous le Second Empire, le courant libéral reprend son plaidoyer pour la liberté. L’ouvrage développe alors les positions de Lucien Prévost-Paradol, affirmant que la presse doit exercer un « contrôle et un jugement public », et de Jules Simon montrant qu’il s’agit d’établir un rapport étroit entre la nécessité de publicité et l’état d’isolement dans lequel se trouvent les individus.

6Mais la position libérale a été violemment critiquée par les représentants du courant réactionnaire dès le début de la Restauration. Claude-Henri de Saint-Simon vise un autre objectif, qui est d’organiser un nouveau « pouvoir spirituel » et un nouveau « pouvoir temporel », le premier confié aux savants et le second aux industriels. Ces « philanthropes » utilisent la force du « sentiment moral », avec comme moyen de communication la persuasion. Ce dogmatisme est ensuite prolongé par les auteurs avec la thèse d’Auguste Comte (« domination spirituelle du journalisme », engendrée par le renoncement des gouvernements à agir dans le sens d’une « réorganisation spirituelle »).

7L’exigence de la reconnaissance des « supériorités » allait souvent de pair, chez les doctrinaires, avec une hostilité marquée à l’égard de la démocratie. Au contraire, en 1872, Gambetta salue la présence en politique d’une « couche nouvelle sociale ». L’objectif qu’il propose est de descendre dans les rangs « profonds de la société » pour établir une communication entre tous les citoyens.

8Le Second Empire et le début de la troisième République, tout en étant aussi conscients des changements touchant les moyens de communication, tentent d’évaluer les transformations de la société française et étudient les meilleures conditions pour assurer l’ascendant d’une élite dirigeante.

9Le deuxième chapitre, « Mobiliser les classes populaires », est consacré aux stratégies de diffusion. C’est au début du XIXe siècle que les différents acteurs politiques pensent de manière plus stratégique aux fonctions de la presse, à son rôle de médiateur et de relais de publications à destination des classes populaires.

10Vu que les classes populaires ne se retrouvent pas comme partie prenante de cette « opinion publique », les publications vont avoir comme principal objectif la possibilité de connaissance de cette classe par l’opinion, et surtout de reconnaissance. Une de leurs fonctions est précisément de se battre contre les discours dominants tenus sur la classe ouvrière et de construire de cette classe une nouvelle représentation dans l’opinion publique. Conduire, moraliser l’ensemble des membres des classes populaires et permettre leur libération représente un objectif suivi, sous la monarchie de Juillet et la Deuxième République, par des journaux comme Le bon sens ou par des hommes politiques comme Lamartine.

11Le succès de la petite presse à la fin du Second Empire rend alors plus manifestes les problèmes que rencontre la presse socialiste pour parvenir à sensibiliser un large public. Il va en résulter une réflexion sur la nécessité d’un « art nouveau » destiné à servir la mobilisation du plus grand nombre. Jules Vallès, estimant à juste mesure le succès de la presse à un sou auprès des classes populaires, montre qu’elle semble la seule à toucher un large électorat.

12Les socialistes soutiennent que le journal peut être utilisé par les ouvriers comme une tribune, ce qui leur permettrait de se représenter en tant que classe. Ils se penchent sur le rôle que doit jouer la presse dans la formation et l’émancipation de la classe ouvrière. Ses publications, temporaires et à faible diffusion, sont conçues comme une possibilité donnée à la classe ouvrière de prendre conscience d’elle-même et comme un écho à ses revendications et à ses luttes.

13Les républicains, eux, cherchent à assurer la victoire définitive de la République. Gambetta, en particulier, désire marquer leurs actions dans le long terme et emporter l’adhésion des masses rurales à la République. L’école et un journal populaire moins politisé semblent des instruments plus efficaces.

14Les catholiques, à partir de 1848, s’efforcent de s’adresser aux classes populaires et de les mobiliser à leurs idées. Ils s’interrogent sur les moyens permettant d’atteindre les classes populaires et sur le rôle spécifique que peut jouer la presse dans cette tâche d’apostolat. Deux conceptions de la presse se dégagent alors. Celle de ceux, prêtres ou laïcs, qui sont engagés dans un combat politique pour la reconnaissance de la République et qui veulent promouvoir des réformes sociales. Celle de ceux qui vont s’éloigner des tendances de la démocratie chrétienne et prôner un catholicisme traditionaliste.

15Le troisième chapitre, « Penser la communication », est relié aux théories de la communication et se réfère aux prises de position des idéologues du XIXe siècle qui poussent leur réflexion jusqu’à proposer ce qu’il est possible d’appeler des théories de la communication. Celles-ci sont destinées en partie à légitimer l’articulation de leurs options politiques sur la publicité : évaluation du pouvoir des journaux, mise en relation de l’exercice de la démocratie avec les pratiques de lecture, repérage des bouleversements entraînés par le développement de la presse d’information.

16L’ouvrage est exhaustif dans la liste des personnalités qui ont fait autorité dans le champ de la communication politique et dogmatique. Ces chapitres rappellent la thèse des auteurs les plus connus (F. Guizot, A. de Tocqueville, G. Tarde, Saint-Simon, Lamartine, etc.) et ancrent clairement leur position dans le contexte médiatique de leur époque. Cazenave et Bautier soulignent l’engagement des différents acteurs en rapportant de longues citations très significatives issues de moments-clés.

17Mais on pourra reprocher à cet ouvrage une lecture quelquefois difficile due à la contraction d’une information très dense. C’est pourquoi ce livre s’adresse à des lecteurs déjà avertis des sursauts de l’Histoire en Communication, et déjà initiés aux travaux menés par les grandes figures de l’époque.

18Les auteurs éclatent un peu l’évolution historique (Second Empire, République, etc.) en préférant un classement thématique (les socialistes, les républicains, les catholiques) qui a plus tendance à cloisonner et à figer ces groupes qu’à les confronter dans leurs positions respectives. Ce choix, celui de rester trop fermement attaché au strict champ communicationnel motivé par une volonté politique ou propagandiste des principaux acteurs, se fait au détriment des facteurs sociaux, économiques et idéologiques qui ont aussi favorisé les changements des journaux (le prix, le contenu, les orientations et les différents publics ciblés).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Ghosn, « Roger BAUTIER et Élisabeth CAZENAVE (2000), Les origines d’une conception moderne de la communication. Gouverner l’opinion au XIXe siècle », Communication, vol. 21/1 | 2001, 173-176.

Référence électronique

Catherine Ghosn, « Roger BAUTIER et Élisabeth CAZENAVE (2000), Les origines d’une conception moderne de la communication. Gouverner l’opinion au XIXe siècle », Communication [En ligne], vol. 21/1 | 2001, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/5402

Haut de page

Auteur

Catherine Ghosn

Catherine Ghosn, Laboratoire d'Études de Recherches Appliquées en Sciences Sociales (LERASS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org