Navigation – Plan du site
Lectures

Robert BOYER et Daniel DRACHE (dir.) (1996), States Against Markets. The Limits of Globalization

Londres, Routledge
Patrick Chaskiel
p. 177-179
Référence(s) :

Robert BOYER et Daniel DRACHE (dir.) (1996), States Against Markets. The Limits of Globalization, Londres, Routledge

Texte intégral

1Dans l’actualité des questions relatives aux phénomènes de la « mondialisation », de la « globalisation » ou, dit autrement, du redécoupage du monde, l’ouvrage de Boyer et Drache apporte un ensemble de réflexions, diverses et convergentes. Diverses, en effet, puisque l’ouvrage comprend 19 articles, répartis en 6 thèmes (globalisation : libérer le marché, les limites du pouvoir japonais, finance et commerce : l’érosion de la souveraineté nationale, globalisation et travail, Keynes et Beveridge sont-ils réellement morts ?, nouvelles politiques dans un monde incertain). Convergentes, si l’on observe que l’unité de ces travaux est assurée par deux préoccupations collectives : d’une part, une critique de l’idéologie libérale, d’autre part, une réévaluation de la pensée interventionniste, keynésienne notamment, adaptée à la fin de siècle (correspondant à la date de publication de l’ouvrage).

2La critique de l’idéologie libérale porte principalement sur l’idée — basique — selon laquelle le(s) marché(s) serai(en)t capable(s) de tout régler. Cette idée paraît d’autant plus fragile que la notion même de marché pose problème puisqu’il n’en existe pas de signification clairement fixée. Dans l’une des contributions, Boyer en distingue d’ailleurs six (p. 95 et suivantes), ce qui ne manque d’interroger la validité d’un concept jouant un rôle central dans les débats sur l’économie de… marché. Ceci étant, quand ils discutent la thèse libérale ou quand ils se proposent de la dépasser, les présentateurs de l’ouvrage définissent le marché comme étant « fondamentalement, un mécanisme de coordination où les forces de l’offre et de la demande déterminent les quantités et les méthodes de production à travers des ajustements automatiques des prix » (p. 3).

3La critique de cette conception est bien connue et déjà ancienne, qu’il s’agisse de critiques internes de l’équilibre partiel à la Piero Sraffa (dans les années 1920 !) ou bien de l’impossibilité d’atteindre un équilibre stable dans la version la plus sophistiquée, dite de l’équilibre général à la Walras, ou bien encore, pour couronner le tout, de l’absence rédhibitoire de la monnaie pour décrire le fonctionnement du marché. Se situant sur un autre plan, celui de l’idéologie « politique » libérale, les auteurs adoptent finalement un double parti : en considérant, d’une part, que le marché ne saurait exister sans un ensemble de règles socialement construites, qu’elles soient l’objet d’un accord ou imposées, et, d’autre part, que le marché ne peut « tout régler » : la coordination de certaines des activités de la vie sociale ne peut lui incomber (de façon efficace ou acceptable).

4En conséquence, dans la mesure où l’ouvrage soutient que les marchés fonctionnent d’autant mieux que l’État est un État régulateur fort (p. 5), que l’absence d’intervention de l’État laisse le marché gagner (p. 7), que les marchés ne sont efficients que s’ils sont encastrés dans des systèmes développés par l’État ou par des entreprises privées qui jouent un rôle gouvernemental (Boyer, p. 86), il est cohérent de la part des auteurs de réévaluer l’apport des théoriciens ayant prôné l’intervention de l’État, dont Keynes, bien entendu, mais pas seulement.

5Les auteurs voient d’ailleurs des ressemblances entre la période de la décennie 1990 et celle de l’entre-deux-guerres. Du coup, il est légitime de « revenir » à des auteurs de cette seconde période, comme Keynes, Polanyi ou Innis pour mieux saisir les phénomènes actuels. À partir des conceptions de ces trois auteurs, on peut affirmer que l’État (une autorité publique) est le seul à même de corriger les dysfonctionnements de l’économie de marché, de stabiliser l’économie quand le système des prix n’y parvient pas et de prendre en charge des activités basiques de la vie économique (travail, éducation, terre, monnaie).

6Sur un autre plan, l’action des travailleurs constitue une force à prendre en compte. En effet, selon les auteurs, la résistance des travailleurs conduit les firmes à améliorer les méthodes de production, alors qu’un mouvement social faible pousse le patronat dans la mauvaise direction (à long terme tout au moins, puisque, à court terme, l’abaissement des coûts salariaux peut se révéler efficient pour une firme individuelle). Bien qu’il n’en soit pas vraiment question ici, une telle approche renvoie à l’appel, régulièrement effectué par l’école française de la régulation, à un nouveau compromis social, comparable à celui qui aurait été passé durant les — ainsi dites — « trente glorieuses », dont tout le monde : travailleurs, employeurs et État profiteraient. L’idée sous-jacente, ou parfois explicite dans des textes (notamment sur la lean production), est alors que, dans une économie de marché, les règles nécessaires à son (« bon » ?) fonctionnement devraient être établies par des négociations. Or, comme les sociétés industrielles ont besoin d’emplois à temps plein, permanents et bien payés (p. 21), ces négociations devraient s’établir sans difficulté.

7S’il devait en être ainsi, le lecteur pourrait en conclure que, finalement, l’idéologie libérale se « trompe », tout comme se trompent les gouvernements menant des politiques libérales puisque l’économie de marché fonctionne d’autant mieux qu’elle est bien pilotée (le fine tuning keynésien). Pourtant, on peut aussi envisager un scénario inverse : ce n’est pas l’idéologie qui fonde les politiques libérales, mais plutôt ces dernières qui justifient la recherche d’une légitimation à consonance « scientifique ». Or, à regarder les coups mortels répétés (!) pris depuis des lustres par l’idéologie économique libérale, ne serait-ce qu’en termes des critiques internes évoquées précédemment, il peut paraître invraisemblable qu’elle ait réussi non seulement à se perpétuer, mais à perpétuer sa domination idéologique. On peut être sûr qu’elle domine idéologiquement puisque l’ouvrage apparaît comme une sorte de contre-attaque contre le libéralisme. C’est cette invraisemblance qu’il s’agirait d’expliquer, autrement qu’en se référant à une erreur de trajectoire.

8Dès lors, il n’est pas exclu de considérer les enjeux des politiques libérales, non comme des tentatives — erronées — de faire fonctionner les marchés différemment, mais comme des politiques de redécoupage du monde (pour peu que l’on préfère cette expression à celle, trop unilatérale, de globalisation, ou à celle, conceptuellement et historiquement inadaptée, de mondialisation) ; et, d’autre part, de redécoupage des frontières — au sein des États-nations — entre les activités, anciennes ou nouvelles, investies par le calcul monétaire (allusion à la rationalisation à la Weber) et celles qui ne le sont pas, qui résistent. Du coup, on saisirait mieux en quoi, comme le disent les auteurs, le chômage est un moyen disciplinaire et pas simplement un résultat du dysfonctionnement du « marché du travail ». De même, on comprendrait mieux, ce que signalent également les auteurs, qu’il est fort possible — indépendamment de savoir si c’est souhaitable ou non — que les États-nations, subsistant dans la « globalisation », puissent vivre durablement sous le règne des politiques libérales, pourtant réputées sans fondement conceptuel.

9Cette différence radicale de point de vue ne doit pas occulter l’intérêt — global et général — que j’ai pris à lire l’ouvrage. Chacune des contributions mériterait une discussion spécifique, ce qui, dans mon esprit, est une invitation à leur lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Chaskiel, « Robert BOYER et Daniel DRACHE (dir.) (1996), States Against Markets. The Limits of Globalization », Communication, vol. 21/1 | 2001, 177-179.

Référence électronique

Patrick Chaskiel, « Robert BOYER et Daniel DRACHE (dir.) (1996), States Against Markets. The Limits of Globalization », Communication [En ligne], vol. 21/1 | 2001, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 22 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/5405

Haut de page

Auteur

Patrick Chaskiel

Partick Chaskiel, Université Paul Sabatier-Toulouse III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org