Navigation – Plan du site
Lectures

Philippe BRETON et Gilles GAUTHIER (2000), Histoire des théories de l’argumentation

Paris, La Découverte & Syros, Coll. « Repères »
Denis Benoit
p. 180-185
Référence(s) :

Philippe BRETON et Gilles GAUTHIER (2000), Histoire des théories de l’argumentation, Paris, La Découverte & Syros, Coll. « Repères »

Texte intégral

1Tout en problématisant, en l’occurrence fort clairement, cet objet de recherche plusieurs fois millénaire qu’est l’argumentation, l’ouvrage propose au lecteur une vue synthétique, et dès lors didactique, de l’histoire de son évolution. Ce faisant, il répond utilement à un besoin aujourd’hui pressant sinon impérieux de nos sociétés occidentales modernes, dans lesquelles le citoyen est sommé de participer au débat démocratique (et donc argumentatif), sans pourtant jamais avoir reçu la formation adéquate pour s’y investir en pleine connaissance de cause.

2Les auteurs introduisent leur sujet (p. 3-7) par une observation d’ordre pragmatique : l’intérêt à l’égard de l’argumentation, plus ou moins soutenu selon les périodes, dépend à la fois du contexte intellectuel et social du moment. C’est ainsi, d’une part, que l’on se préoccupe beaucoup d’argumentation lorsqu’est aussi au goût du jour la réflexion sur la logique (puisqu’un argument est généralement défini en référence à la rationalité), sur la communication (un argument se déployant dans une situation d’interrelation) et sur la persuasion (un argument possédant toujours une finalité persuasive intrinsèque). Des facteurs sociologiques, d’autre part, conditionnent également l’engouement pour une telle étude, et c’est dans une société laïque (puisque l’argumentation est à l’antithèse de toute forme de Révélation), démocratique (où les décisions se prennent de façon collective), pacifique (dans laquelle l’affrontement guerrier est remplacé par le débat discursif) et méfiante (à l’égard des diverses formes possibles de manipulation) que l’investigation se trouve être la plus approfondie.

3Quelles sont les questions litigieuses en matière d’argumentation ? Définition de l’argument (qui ne possède pas de déterminants véritablement universels), liaison de l’argumentation avec la rhétorique (qui peut changer du tout au tout selon les époques), rapports de l’argumentation avec la logique (quid des liens argument/preuve démonstrative ?) et avec l’éthique (l’argument doit-il toujours être considéré normativement ?), répondent P. Breton et G. Gauthier, qui envisagent ces différents points dans le cadre d’une problématique chronologiquement constituée : les trois parties de l’ouvrage, fortement interreliées, envisagent successivement la montée et le déclin de l’argumentation rhétorique, puis la renaissance de l’intérêt théorique sur le sujet, enfin les recherches contemporaines qui lui sont dédiées.

4Puisque argumentation et rhétorique apparaissent dans un premier temps comme fortement connectées, les auteurs, dans une première partie (p. 8-33), examinent l’objet « argumentation rhétorique ». Ils distinguent trois périodes distinctes : la naissance, la maturité et le déclin.

5La première phase, fondatrice, court du milieu du Ve siècle au milieu du IVe siècle av. J.-C. Née des procès de propriétés, la rhétorique constitue, au départ, le cœur même de la réflexion sur les méthodes permettant de systématiser l’efficacité de la parole. Un premier manuel, rédigé par le Grec Corax, compile alors un ensemble de préceptes pratiques (accompagnés d’exemples), stipule un ordre du discours (composé de quatre parties) et systématise certains modes de raisonnements argumentatifs (dont le « corax », justement). Penseurs « relativistes », théoriciens, mais aussi hommes de pouvoir et éducateurs professionnels, les sophistes vont ultérieurement théoriser ces préoccupations essentiellement centrées sur l’efficacité en incluant la rhétorique dans une réflexion plus largement axée sur le langage et l’homme en général. Par la suite, Socrate, se situant (paradoxalement d’ailleurs) dans une telle mouvance, proposera d’utiliser cette réflexion bien plus largement que pour convaincre dans le cadre du tribunal ou du forum, et de l’appliquer sur une méthode générale de recherche de la vérité. Mais, on le sait, la rhétorique n’échappe pas aux critiques. Celles-ci sont centrées à la fois sur l’usage qu’elle prône des artifices du langage, sur sa prétendue immoralité (technique « mercenaire »), sur son relativisme (Platon la distingue de la philosophie stricto sensu) et sur sa capacité à permettre au peuple, dans son ensemble, de s’approprier démocratiquement la parole.

6C’est Aristote qui, le premier, répondra à ces critiques en concevant notamment la rhétorique comme : outil amoral (pouvant, en tant que tel, être mis au service du bien comme du mal) ; méthode d’argumentation du vraisemblable (et non plus de la vérité) ; technique essentiellement axée sur le raisonnement (et non sur les passions). Dès lors, définie comme « faculté de découvrir spéculativement ce qui, dans chaque cas, peut être propre à persuader », elle acquiert une véritable portée générale tout en se dotant d’une théorie systématique. Aristote établit ainsi, entre autres, des distinctions entre les différents types d’auditeurs (et, partant, entre les différents types de discours), les différents types de preuves possibles (relatives à l’ethos, au logos ou au pathos) et les différents types de raisonnement (l’exemple, l’enthymème, l’amplification). À la fois technique, discipline, « protoscience », morale et pratique sociale (d’après R. Barthes), la rhétorique peut alors emplir presque complètement l’espace de la réflexion théorique de l’époque.

7Pourtant, au fur et à mesure de ce développement, l’importance de la dimension argumentative au sein de la rhétorique va décroître. Dès l’avènement de l’empire romain, l’accent est mis sur les figures de style et l’ornementation du discours (fusion de la rhétorique et de la poétique, déclin de l’art de convaincre et victoire de l’art de dire). D’autre part, à partir de Descartes, la démonstration rationnelle va se substituer à l’argumentation proprement dite. Ainsi, au début du XXe siècle, plusieurs fois vidée de son sens premier, la rhétorique va se désagréger, allant même notamment jusqu’à complètement disparaître des programmes français d’enseignement.

8Mais un intérêt théorique à l’égard de l’argumentation va renaître. Dans la seconde partie de l’ouvrage (p. 34-68), Breton et Gauthier analysent les deux conceptions, en fait extrêmement différentes, liées à ce renouveau contemporain : celle initiée par le philosophe et juriste belge Chaïm Perelman et celle proposée par le philosophe de la connaissance anglo-saxon Stephen Toulmin.

9Perelman, associé à Lucie Olbrechts-Tyteca, publie dès 1958 un Traité de l’argumentation. Dans ce Traité, il propose une « nouvelle rhétorique » qui, s’inscrivant pleinement dans l’héritage aristotélicien, affirme à la fois une séparation avec la rhétorique « classique » (celle du XVIIe siècle qui, à l’inverse de l’« ancienne », s’intéressait essentiellement au style et à l’esthétique) et avec la logique démonstrative (Descartes) ; nouvelle rhétorique qui ouvre l’espace d’une « logique argumentative non formelle ». En effet, Perelman souhaite accorder à la rationalité argumentative un statut épistémologique plein et entier en construisant « les principes d’une rationalité des affaires humaines qui se tient à distance aussi bien de l’évidence démonstrative […] que de l’irrationalité du recours aux passions » (pour lui, l’argumentation représente bien une « troisième voie » entre la démonstration scientifique et les modes de convaincre qui n’utilisent pas le raisonnement). Pour ce faire, il articulera sa nouvelle rhétorique autour d’une analyse des techniques argumentatives, elle-même déployée sur deux axes majeurs : le discours lui-même (étude des arguments et de leur typologie) et les effets de ce discours en rapport avec l’intention de son auteur (études relatives à la situation de communication, à la question de l’accord préalable, à celles de la construction de l’auditoire par l’orateur et de la réception de l’argument). En ce qui concerne la catégorisation des arguments proposée, Perelman définit l’argument comme figure axée sur la persuasion et la conviction, structurellement repérable, mais dotée d’un dynamisme tel — car intégrée au « mouvement du discours » — que toute typologie a priori paraît exclue. Néanmoins, il propose de distinguer quatre grandes techniques argumentatives :

  • les arguments quasi logiques : construits sur le modèle du raisonnement logique, ils se distinguent de la démonstration dans la mesure où, non-contraignants, ils se contentent seulement de correspondre, sans y satisfaire parfaitement, aux grands principes de la logique formelle (non-contradiction, identité, symétrie ou transitivité) ;

  • les arguments basés sur la structure du réel : liaisons « de succession » et « de coexistence » dont l’emploi tend à mettre en évidence un lien « déjà donné » entre la cause défendue et un élément déjà admis par l’auditoire (par exemple : « Ce service de renseignement est bon du fait que l’armée dont il fait partie gagne toutes les batailles. ») ;

  • les liaisons qui fondent la structure du réel : elles risquent un lien « non donné d’avance » entre des éléments du réel ; ainsi, par exemple, illustration et modèle d’un côté, analogie et métaphore de l’autre établissent des « ponts » entre des éléments admis par l’auditoire et l’opinion proposée, en faisant apparaître des relations là où ledit auditoire n’en voyait pas forcément ;

  • la dissociation des notions : elle consiste à désolidariser des éléments considérés initialement comme faisant partie d’un tout.

10Si la théorie de l’argumentation de Chaïm Perelman s’inscrit dans une rupture avec la logique démonstrative, celle de Stephen Toulmin, au contraire, implique la logique ; mais une logique « réformée », mieux capable de s’appliquer aux situations quotidiennes de discussion rationnelle. L’argumentation n’est alors plus rejetée hors de la logique mais, plutôt, la logique est élargie, désenclavée de la formalisation mathématique et poussée du côté de l’argumentation (transformation qui fait passer celle-ci d’une science formelle à une science pratique). C’est ainsi que Toulmin conteste fortement l’idée selon laquelle le syllogisme analytique — du type : « Anne est l’une des sœurs de Jacques. Toutes les sœurs de Jacques ont les cheveux roux. Donc Anne a les cheveux roux » — constituerait la seule véritable norme de l’argumentation. Pour lui, un argument possède une « fonction justificatrice » dans la mesure où c’est une combinaison d’une ou de raison(s) et d’une proposition que la ou les raison(s) prouve(nt). Or, notamment dans son ouvrage The Uses of Arguments (1958), il considère que les arguments s’exercent dans des « champs » différents (logique, légal, moral, esthétique, éthique, etc.) et peuvent être de types différents (cinq distinctions sont proposées : arguments analytiques et arguments substantiels, formellement valides et non formellement valides, utilisant une garantie et établissant une garantie, nécessaires et probables, comprenant des termes logiques et n’en comprenant pas). Dès lors, Toulmin affirme que le syllogisme analytique n’est qu’un type d’argument parmi d’autres possibles, et qu’il ne faut en aucun cas mesurer les autres types et les autres champs d’argumentation à l’aune des seuls arguments et champs logiques. Notons que les travaux anglo-saxons contemporains sur l’argumentation demeurent, à ce jour, fondamentalement tributaires de la percée opérée par Toulmin.

11C’est justement dans la dernière partie de l’ouvrage (p. 69-111) que les auteurs passent en revue les différences études actuelles en argumentation et rhétorique, en différenciant alors recherche anglophone et recherche francophone. Pour notre part, nous nous cantonnerons à citer ces travaux, tout en engageant vivement le lecteur intéressé à se reporter à cette importante partie de l’ouvrage qui nous est apparue particulièrement précise et exhaustive.

12Concernant la recherche anglophone, Breton et Gauthier distinguent :

  • les analyses ponctuelles d’arguments particuliers ou de procédés argumentatifs typiques, soit l’étude des « fallaces » et la « logique informelle », qui, elles-mêmes, se prolongent en extensions plus appliquées et utilitaires, soit la « pensée critique » et l’« argumentation communicationnelle » ;

  • les théorisations cherchant à organiser et systématiser un savoir d’ensemble sur l’argumentation.

13Disons seulement ici que les recherches sur les fallaces portent (notamment pour Charles Hamblin) sur les arguments non valides mais qui ont l’apparence de la validité (cette dernière ne dépendant d’ailleurs pas tant de critères logiques ou épistémiques relatifs à la vérité des prémisses, que de critères dialectiques relatifs à leur acceptabilité, Hamblin distinguant fallaces formelles, informelles et linguistiques). De telles recherches ont donné lieu, d’une part, à la constitution d’un champ d’étude plus large et englobant, celui de la logique informelle (qui, quant à elle, se développe sur quatre principaux fronts : le langage, le dialogue, la schématisation et l’évaluation) ; et, d’autre part, à la fois à la pensée critique, soit une instrumentalisation des connaissances sur le thème aux fins essentiellement éducatives (inculquer un sens critique et développer des habilités de pensée face aux manipulations ambiantes), et à l’argumentation communicationnelle (caractérisation de l’argumentation définie par son contexte communicationnel et/ou analysée dans les pratiques de communication publique). Quant aux véritables théories de l’argumentation, assez récentes dans le monde anglo-saxon, Breton et Gauthier citent et explicitent (p. 84-95) les plus achevées, celles issues des travaux de Trudy Govier, de Douglas Walton, de Charles Willard et de Frans Eemeren et Rob Grootendorst.

14En ce qui concerne la recherche francophone (p. 95-111), les auteurs distinguent, sur le plan théorique, quatre grandes approches :

  • celle, rhétorique, axée sur les travaux de Perelman, dont les principaux représentants sont Michel Meyer et Olivier Reboul (desquels se rapprochent Gilles Declercq, Jean-Jacques Robrieux et Pierre Oléron) ;

  • celle, épistémologique (ou intellective), de Jean-Blaise Grize et Georges Vignaux ;

  • celle, socio-énonciative, principalement animée par Christian Plantin et Uli Windisch ;

  • celle, particulièrement axée sur l’éthique, proposée par Philippe Breton lui-même.

15Pour mémoire, Breton et Gauthier citent un certain nombre d’ouvrages pédagogiques rédigés dans la dernière décennie, certes très intéressants et formateurs, mais qui ne sauraient dispenser d’un intérêt légitime pour les quatre grands « manuels » dont l’universalité a parcouru les siècles sans faiblir : la Rhétorique d’Aristote, le De oratore de Cicéron, la Rhétorique à Herennius (auteur anonyme) et l’Institution oratoire de Quintilien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Benoit, « Philippe BRETON et Gilles GAUTHIER (2000), Histoire des théories de l’argumentation », Communication, vol. 21/1 | 2001, 180-185.

Référence électronique

Denis Benoit, « Philippe BRETON et Gilles GAUTHIER (2000), Histoire des théories de l’argumentation », Communication [En ligne], vol. 21/1 | 2001, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/5422

Haut de page

Auteur

Denis Benoit

Denis Benoit, Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org