Navigation – Plan du site
Lectures

Éric CLÉMENS (1999), Façons de voir

Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes
Philippe Mustière
p. 189-190
Référence(s) :

Éric CLÉMENS (1999), Façons de voir, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes

Texte intégral

1Façons de voir est un livre hautement condensé, où l’auteur Éric Clémens, philosophe attaché à l’interprétation phénoménologique de la perception esthétique, nous propose une analyse très originale de ce qu’on pourrait appeler la figuration dans l’art comme déformation de la vision donnée.

2Merleau-Ponty, auquel Clémens se réfère très souvent, soit directement, soit à travers l’œuvre de Max Loreau, auteur belge dont le parcours philosophique a débouché, en 1989, sur la publication d’une somme philosophique « La genèse du phénomène », disait éprouver sa pensée en abordant la question du langage comme celle d’un phénomène central dont la considération offre « la chance de dépasser définitivement la dichotomie classique du sujet et de l’objet » (Phénoménologie de la perception).

3De la même façon, Clémens pose son interrogation de la façon suivante : « celle d’une logo-phénoménie de la vue et celle d’une logo-phénoménie de la mise en jeu de la vue, — d’une vue de la vue —, qui s’opère dans la peinture ». On pense bien sûr à l’analyse des Ménines de Vélasquez par Michel Foucault dans Les mots et les choses.

4Mais la force conceptuelle du texte de Clémens, conçu comme une belle dissertation philosophique, est de montrer, en prenant appui sur des peintres contemporains (Boutibonnes, Dotremont, mais surtout Dubuffet et Magritte), comment, dans l’acte de peindre, là où l’esthésique rejoint l’esthétique, l’artiste ne fait pas preuve de vision, mais donne à voir — autrement —, dans ce que Clémens appelle « l’apparaître de la vue ». Ainsi, tout comme le montre le critique de Michaux, Max Loreau, dont Clémens a édité et commenté de nombreux textes, il va s’agir cette fois de tenter de décrire ce qui préside à l’émergence d’une spécificité : comment apparaît la perception sinon par la figuration dans l’œuvre d’art.

5Ce livre, pertinent, tente avec bonheur de redéfinir des notions complexes comme celles de la figure (à partir de l’idée platonicienne), de la figuration, de la défiguration, de l’infigurable, mais aussi de l’invisible, de l’invu

6Le texte de Clémens, savant, truffé de références (peut-être trop… ; il y a presque autant de pages de notes et d’apparat critique que de pages de texte), devrait passionner tous ceux qui, spécialistes des médias et/ou victimes de l’inflation d’images que nous subissons, cherchent à comprendre la description phénoménologique de la formation de l’image, au travers de l’activité de perception. Il faut lire, au centre de l’ouvrage, le délicieux paragraphe « La schize de l’œil et du regard », où l’auteur, décryptant le célèbre tableau de Jérôme Bosch L’escamoteur, nous montre comment, dans le jeu du masque-écran, l’expérience picturale n’est pas un regard rencontré, mais un regard imaginé dans le champ d’autrui, un regard du désir de l’autre.

7La lecture psychanalytique de l’expérience sensorielle est sans doute le point le plus audacieux de ce livre où l’auteur se démarque d’une lecture husserlienne de l’œuvre d’art, même si Clémens s’appuie sur des analyses lacaniennes déjà bien connues. Quant à la lecture anthropologique, qui se fonde en partie sur ce que dit Hans Jonas de l’homo pictor, elle tente d’expliquer la prégnance de l’expérience du corps, de la chair, de la main-outil, dans l’acte pictural.

8La référence constante à tous ces textes d’appuis, qui sous-tend avec beaucoup d’à-propos le travail de Clémens, qu’il s’agisse de L’origine de l’œuvre d’art de Heidegger, du Geste et la parole de Leroy-Gourhan, du Séminaire XI de Lacan, ou de De la grammatologie de Derrida, n’est là que pour montrer que l’interrogation esthétique est peut-être ailleurs. Ainsi, par le truchement de la catalyse des différentes sciences humaines que sont anthropologie, psychanalyse, phénoménologie, Clémens tente de poser une question essentielle : celle du rapport que le tableau entretient avec la genèse de la pensée et avec le langage.

9S’adressant à un lecteur somme toute déjà avisé, le livre d’Eric Clémens propose une perspective d’analyse rare : celle de croiser des pensées convergentes autour de l’acte de peindre ou d’écrire. Comme complément à la lecture de ce livre, on ne peut que recommander le no 80 de la revue Po&sie de juin 1997, où Michel Deguy reprend des textes de Heidegger, de Derrida ou de Max Loreau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Mustière, « Éric CLÉMENS (1999), Façons de voir », Communication, vol. 21/1 | 2001, 189-190.

Référence électronique

Philippe Mustière, « Éric CLÉMENS (1999), Façons de voir », Communication [En ligne], vol. 21/1 | 2001, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/5428

Haut de page

Auteur

Philippe Mustière

Philippe Mustière, École Centrale de Nantes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org