Navigation – Plan du site
Lectures

Jean Pierre ESQUENAZI (1999), Télévision et démocratie. Le politique à la télévision française. 1958-1990

Paris, Presses universitaires de France
Yves Chevalier
p. 196-198
Référence(s) :

Jean Pierre ESQUENAZI (1999), Télévision et démocratie. Le politique à la télévision française. 1958-1990, Paris, Presses universitaires de France

Texte intégral

1Télévision et démocratie. À la lecture de ce titre, on a le sentiment que c’est un sujet rebattu, et que depuis vingt ans ce thème revient régulièrement enrichir les collections publiées en Information et Communication. Mais regardons-y de plus près — c’est d’ailleurs précisément ce à quoi invite Jean Pierre Esquenazi, dans une introduction très métadiscursive, voire méthodologique, sur laquelle il faudra revenir. Dans la tradition des publications en Sciences de l’Information et de la Communication, en effet, on parle beaucoup de l’information (Brusini et James, Leblanc, etc.), on analyse amplement les débats télévisés, politiques ou culturels (Charaudeau, Nel, etc.), on travaille sur la télévision des grands événements médiatiques. Mais au fond, cette question fondamentale de la relation essentielle entre télévision et démocratie est peu traitée, sauf à croire que les penseurs apocalyptiques ou post-modernes traitent de cette question à travers les notions de « tautisme », de « néo-télévision » ou autre « panoptique ». En définitive, mis à part l’ouvrage que Sylvie Blum — citée par Esquenazi — publie en 1982 aux PUF, La télévision ordinaire du pouvoir, et celui que co-signent Wolton et Missika en 1983 chez Gallimard, La folle du logis. La télévision dans les sociétés démocratiques, et qu’Esquenazi ne cite pas, très rares sont les travaux d’ampleur sur ce que Blum appelle la « télévision ordinaire ». Et c’est bien l’intérêt majeur de cet ouvrage.

2Un travail à la fois passionné et lucide, de chercheur et d’amoureux de la télévision tout en même temps, voilà ce que Jean Pierre Esquenazi nous propose. Et cette double dimension se retrouve tout au long de ce travail attentif et rigoureux qui cherche à débusquer les mécanismes de la légitimation médiatique politique durant ce que l’on pourrait appeler les « trente glorieuses » de la télévision politique française. L’une des hypothèses centrales de ce livre, c’est l’idée que la démocratie est une sorte de « lieu vide » qui s’alimente à la distance maintenue vivante entre le symbolique et le réel. Les mécanismes qui vont remplir ce vide et y faire sens constituent les objets analysés.

3Parmi les outils conceptuels mobilisés, mentionnons la notion de « situation » qu’Esquenazi emprunte à J. Dewey et qui lui permet de redéfinir une émission de télévision comme un « tout contextuel », lieu d’observation des interactions entre les champs médiatique et politique, conception assez voisine tout compte fait de celles qui mobilisent la notion de « dispositif ». De même, il y a la notion de « réseau » en référence explicite à l’œuvre de Michel Serres, qui présente cependant l’inconvénient d’une ambiguïté, peut-être un peu cultivée, entre la notion de réseau politique, y compris au sens trivial de ce terme, et la construction discursive que Serres envisage derrière cette notion de réseau, comme forme communicationnelle pure. Plutôt une logique de réseau où le sens circule, qu’une logique des lieux où le sens se laisserait lire.

4Ces emprunts conceptuels apparaissent comme fortement structurants et c’est cela même qui donne à cet ouvrage sa force énonciative : on est ici dans une approche qui oscille entre, d’une part, une forme de fonctionnalisme discursif, à savoir une lecture attentive et patiente des phénomènes médiatico-politiques et la recherche de récurrences sinon d’une logique discursive ; et, d’autre part, une herméneutique beaucoup plus ouverte cherchant à cerner des mécanismes et des formes de performativité originale et spécifiquement télévisuelle, à propos de Giscard d’Estaing, notamment, mais selon une méthodologie qui se refuserait à un déterministe sémio-pragmatique simpliste.

5Télévision et démocratie met donc en « œuvre » la difficulté même de son projet.

6Quand Esquenazi écrit : « nous avons l’ambition de saisir les rapports entre le politique et la télévision » (p. 8), il convient de comprendre que l’auteur ne se satisfera pas d’une « autopsie » de la politique télévisuelle. C’est bien l’application à cette dernière des hypothèses théoriques de la pensée réticulaire qui mobilise notre auteur. On comprend ainsi qu’il renvoie dos à dos les tenants de l’analyse « externe » et de l’analyse « interne ». La scène télévisuelle, comprise comme manifestation d’un écart discursif entre un dispositif ou une construction discursive et son « interprétation publique », est lue comme « symptôme » (p. 86). La partition en trois grandes périodes : l’époque gaullienne, l’époque que l’auteur qualifie de « politicienne » et enfin l’époque de la dérégulation, celle de la « télévision éclatée », articule cet ouvrage. Mais rapidement, cette architecture apparaît comme un sacrifice artificiel fait à la chronologie. D’autant plus que l’intérêt accordé à ces différentes époques est très variable. L’auteur, qui semble appliquer une rigoureuse attention à l’époque dite « politicienne » (1974-1985), en en décelant les micro-structures signifiantes (notons cette analyse courageuse et rarement menée des ouvrages des médiacrates (Duhamel, De Virieu, etc.), survole la période gaullienne — qui a déjà, c’est vrai, suscité de nombreuses publications — en analysant quelques exemples sans même masquer le fait que c’est presque sous l’effet d’une décision passionnelle que le débat Mitterrand-Sanguinetti sera observé. « Notre meilleur souvenir », écrit Esquenazi (p. 88).

7Les situations analysées sont nombreuses, de l’allocution télévisée, archétype de la communication politique télévisuelle, jusqu’à des émissions comme Psyshow, qui n’ont apparemment rien de « politique » ; c’est cette diversité, cette richesse même qu’il est parfois difficile de rapporter à une pensée directrice.

8L’introduction de l’ouvrage présente de ce point de vue un statut un peu particulier. On y annonce une nouvelle herméneutique télévisuelle ancrée sur l’idée de situation sémantique comprise comme manifestation complexe d’une intentionnalité. Et on accède volontiers à l’idée que « déchiffrer aspirations et présomptions dans l’intentionnalité affichée » ne saurait constituer une « clef explicative » (p. 19). Poser le problème du sens, à propos de télévision et démocratie, c’est bien, en effet, l’objectif et la méthode. On est donc étonné que les seuls concepts mobilisés le soient au profit du déchiffrement (théorie des actes de langage) ; que d’autres systèmes conceptuels explicatifs ne soient pas mobilisés ; que la promesse herméneutique s’épuise en description de dispositifs dont on ne sait trop s’il s’agit de discours ou de dispositifs télévisuels.

9Une bibliographie raisonnée permet au lecteur de remettre en perspective sa lecture et de mesurer ce qui structure effectivement la pensée de l’auteur parmi des références d’une grande diversité.

10Ce livre révèle d’une éblouissante manière tout le paradoxe des recherches sur la télévision. Comment établir le statut de son objet et donc faire les choix théoriques qui s’imposent pour l’observer, sans casser la dynamique complexe qui en produit les messages ? Lucide et passionné tout à la fois, ce travail nous aide en fin de compte à nous demander si c’est la politique qui instrumentalise la télévision, ou si ce n’est pas plutôt la télévision qui utilise le politique pour se donner des airs de méta-réseau de la démocratie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Chevalier, « Jean Pierre ESQUENAZI (1999), Télévision et démocratie. Le politique à la télévision française. 1958-1990 », Communication, vol. 21/1 | 2001, 196-198.

Référence électronique

Yves Chevalier, « Jean Pierre ESQUENAZI (1999), Télévision et démocratie. Le politique à la télévision française. 1958-1990 », Communication [En ligne], vol. 21/1 | 2001, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/5433

Haut de page

Auteur

Yves Chevalier

Yves Chevalier, MCF Université de Lille 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org