Navigation – Plan du site
Lectures

Anne-Marie GINGRAS (1999), Médias et démocratie. Le grand malentendu

Québec, Presses de l’Université du Québec
Martine Paquette
p. 199-201
Référence(s) :

Anne-Marie GINGRAS (1999), Médias et démocratie. Le grand malentendu, Québec, Presses de l’Université du Québec

Texte intégral

1Médias et démocratie. Le grand malentendu vise à « déconstruire l’image romantique du journaliste valeureux à la recherche des faits et celle tout aussi romantique des médias comme sphère publique » (p. 2). De façon concomitante, la contribution des médias à l’enrichissement et à l’approfondissement du système démocratique se trouve mise en cause. L’auteure se donne ainsi pour tâche de porter un regard critique sur l’association entre les médias et la démocratie en mettant principalement en évidence les rapports de force politiques, sociaux et économiques qui président à l’élaboration de l’information de même que l’interdépendance des médias et des pouvoirs politiques et économiques. L’auteure examine comment les médias évoluent dans la conflictualité et même l’incompatibilité des intérêts du point de vue des conditions matérielles de travail et sous un angle symbolique.

2L’idée centrale du livre, et qui apparaît la plus heuristique, consiste à situer les médias sur un continuum. À une extrémité se trouve la conception des médias en tant que sphère publique, soit un lieu démocratique de délibération collective. L’autre pôle appréhende les médias comme appareil idéologique, soit un lieu de domination à fin de consensus social au service des élites politiques et économiques. Ces deux modèles constituent des « idéaux types » (p. 12) dans la mesure où les médias ne répondent totalement ni à l’un ni à l’autre. Il s’agit plutôt de les concevoir dans l’optique de variations d’intensité et de détermination relative.

3L’ouvrage s’ouvre sur une critique du modèle de la sphère publique tel qu’élaboré par Habermas. L’auteure rend compte avec justesse de la dimension paradigmatique de ce modèle, lequel « cristallise tout à fait la conception occidentale des médias » (p. 13) en raison des principales caractéristiques qu’il recèle — rationalité, accessibilité et transparence (p. 16), auxquelles s’ajoute la liberté d’expression —, lesquelles laissent sous-tendre un idéal démocratique. Cependant, nous ne saurions affirmer avec l’auteure que « dans le modèle de la sphère publique de Habermas, le peuple gouverne au moyen de la délibération publique » (p. 15). Dans ce dernier, le peuple ne vise pas à s’auto-gouverner, mais plutôt à obliger le pouvoir en place à justifier sa domination, ce qui apparaît à Habermas comme un moyen de contrôle politique inédit. Aussi, l’auteure considère que le modèle de la sphère publique « relève presque de la fiction » (p. 31) tant il s’éloigne de la réalité. Ce dernier étant lié à des conditions institutionnelles spécifiques au XVIIIe siècle, son évaluation, même sur un plan normatif, ne peut résister à un tel saut dans le temps. Étant donné que ce modèle s’avère essentiel à l’élaboration du continuum sphère publique — appareil idéologique, la démonstration aurait gagné à référer aux diverses acceptions de ce concept et à sa pluralité de plus en plus étudiée, à faire part de façon plus approfondie des relectures d’Habermas et, finalement, à tenir compte des critiques que ce dernier adresse à sa propre thèse (1992).

4Dans le chapitre consacré aux rapports entre les médias et les pouvoirs politiques, l’auteure examine le « processus de fabrication de l’information politique » (p. 42) sur les plans individuel et organisationnel, dont les pratiques journalistiques, notamment en recourant à des entrevues, les styles politico-médiatiques utilisés par les journalistes ainsi que les élites politiques et la rhétorique politique. En raison de leur tendance à la subordination envers les pouvoirs politiques, les médias se situent plus près du pôle de l’appareil idéologique sur le continuum sphère publique — appareil idéologique. « L’idée que les médias disposent d’un pouvoir énorme dans la gestion publique, dans le sens de capacité à susciter des transformations, relève plus d’une impression que de travaux documentés » (p. 83).

5Le chapitre portant sur les liens entre les médias et les pouvoirs économiques constitue derechef une occasion de montrer qu’ils se situent dans un rapport de relative dépendance. Selon l’auteure, les médias subissent de deux manières les contraintes économiques : le pouvoir des propriétaires et les logiques économiques, soit la marchandisation de l’information et la concentration de la propriété des médias. L’autonomie des médias se trouve réduite, jusque dans le contenu, en raison de la logique économique. Aussi, la valeur marchande de l’information tend à prendre le pas sur les dimensions culturelle, politique, sociale ou éducative. En ce sens, « si l’on voit l’information comme une marchandise, la concentration de la propriété des médias, c’est-à-dire la possession de plusieurs médias par un même propriétaire, ne pose pas de problème » (p. 112).

6De très intéressants chapitres sont consacrés aux sondages et aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. L’auteure effectue une analyse technique, langagière et politique des sondages. Elle en conclut que le sondage sert davantage d’instrument de légitimation de divers acteurs ou projets que de reflet véritable de l’opinion publique. Le sondage constitue un outil malléable et limité dont le caractère probabiliste ne peut rendre compte fidèlement de la complexité d’une opinion publique. « À l’encontre de l’acception populaire, nous considérons donc comme une fiction l’idée que l’opinion publique et les sondages reflètent l’opinion réfléchie de la population sur une question donnée. » (p. 132) En ce qui a trait aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), l’auteure évalue leur potentiel « orwellien », soit le contrôle exercé par le marché et la surveillance politique, et « athénien », soit la participation politique par la transparence et l’agora publique. Ces deux versants antithétiques se rejoignent cependant en vertu de l’idée du déterminisme technologique, lequel tend à attribuer un potentiel de changement social aux techniques et à simplifier conséquemment l’ensemble des rapports sociaux. Aussi, l’analyse de la métaphore « autoroute de l’information » permet de lever le voile sur des réalités concrètes. De même, l’examen de l’articulation des régulations nationale et supranationale révèle la prépondérance des intérêts privés sur les intérêts publics. Enfin, le militantisme cybernétique est abordé dans ses conditions d’existence et dans ses tentatives réelles. Comme pour les médias, l’auteure propose de situer les NTIC sur le continuum sphère publique — appareil idéologique selon divers éléments d’analyse au lieu de les considérer de façon homogène.

7Une des qualités indéniables de cet ouvrage consiste à présenter des idées qui diffèrent de ce qui est généralement admis, par exemple en ce qui a trait au rôle et au sens des sondages, et d’apporter des nuances importantes par rapport à un sujet — le rôle politique des médias, incluant les NTIC — qui fait souvent l’objet d’une compréhension plutôt limitée. La démonstration qui est faite du rôle que tiennent les médias dans la dynamique des rapports de force sociétaux possède la qualité de complexifier les liens entre les médias et la société, en référant régulièrement à des exemples concrets et à des notions théoriques. Ces dernières, tout en étant précises et diversifiées, sont cependant peu développées et données sur le mode de l’énoncé lapidaire. Une autre force du livre apparaît résider dans l’idée d’un continuum (sphère publique - appareil idéologique) illustrant la dynamique à laquelle participent les médias dans un contexte de démocratie. Cet ouvrage amène le lecteur sur des pistes de réflexion importantes dont « le lien entre la manière dont la société conçoit le rôle des médias et la concentration de la propriété ou encore la façon dont le triangle médias, pouvoirs politiques et économiques, population prend forme actuellement : les médias s’adressent à la population, mais visent l’élite politique » (p. 88).

Haut de page

Bibliographie

HABERMAS, Jürgen (1992), « L’espace public, 30 ans après », Quaderni, 18 : 161-191.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Paquette, « Anne-Marie GINGRAS (1999), Médias et démocratie. Le grand malentendu », Communication, vol. 21/1 | 2001, 199-201.

Référence électronique

Martine Paquette, « Anne-Marie GINGRAS (1999), Médias et démocratie. Le grand malentendu », Communication [En ligne], vol. 21/1 | 2001, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://communication.revues.org/5436

Haut de page

Auteur

Martine Paquette

Martine Paquette, doctorante, Université du Québec à Montréal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org