Navigation – Plan du site
Lectures

John Robert STEWART (1995), Language as Articulate Contact: Toward a Post-Semiotic Philosophy of Communication

New York, State University of New York Press
Jean-Pierre Courtial
p. 211-213
Référence(s) :

John Robert STEWART (1995), Language as Articulate Contact: Toward a Post-Semiotic Philosophy of Communication, New York, State University of New York Press

Texte intégral

1John Robert Stewart travaille depuis 1972 sur les « perspectives post-sémiotiques » du langage. Il s’appuie sur les descriptions du langage développées notamment par Heidegger, Gadamer, Buber et Bakhtin.

2La première partie du livre présente l’approche de Stewart. Stewart montre d’abord le consensus qui prévaut chez de nombreux et éminents linguistes, sémioticiens, sociologues, théoriciens de la communication en faveur du langage comme système de symboles ou « théorie sémiotique du langage ». Il en résulte cinq implications théoriques reliées : l’idée qu’il existe, malgré leur association formelle au niveau du signe, deux mondes en réalité bien séparés dans les usages faits de la théorie, le monde des signifiants et le monde des signifiés ; l’idée que le langage peut se décomposer un unités élémentaires ou « atomes linguistiques » que sont, par exemple, les « actes de langage », les monèmes et les morphèmes ; l’idée d’une relation de type « représentation » ou « symbolisation » entre les « atomes linguistiques » et les éléments de l’autre monde ; l’idée que les « atomes linguistiques » forment un système, le langage ; l’idée que le langage est un instrument qui sert aux humains à atteindre des buts. Or, dit Heidegger : « la raison d’être du langage est dans le dire et le montrer, ce qui n’a rien à voir avec des signes ». « La conception sémiotique du langage ne rend pas compte de ce qui est vivant dans la conversation », dit Gadamer. Relevant d’une autre tradition, le philosophe soviétique Baktin dit que « la communication opérée par la conversation vivante est dans le processus de transmission, ce qui ne suppose aucun code ».

3Stewart considère qu’il n’y a qu’un seul monde, que le langage n’est pas instrumentalisation de la nature (la conversation ne peut s’analyser clairement à partir de la relation sujet-objet), que la conversation est un événement et que cet événement est un contact. Même Israéliens et Palestiniens, lorsqu’ils sont en conflit, sont en contact par le langage de l’affrontement. Il n’existe pas de conscience isolée de soi, notre corps se construit à partir du corps de la mère, notre conscience se construit à la rencontre de la conscience des autres, le contexte est inséparable de la conversation. Le modèle symbolique ne peut expliquer l’aspect « temps réel » de la conversation ni représenter un recul suffisant pour l’analyse de la conversation.

4Stewart substitue donc, au modèle du langage comme symbolisant la réalité, le modèle du langage comme organisant des relations articulées entre êtres humains. L’articulation rendue possible par le langage est d’abord la possibilité de s’extraire d’une immersion dans le monde au profit d’une perception différenciée sur la base d’un temps variable, d’un espace variable, mais aussi d’une ressemblance catégorielle, d’une généralisation, d’une polysémie, etc. Elle est également articulation des sons prononcés et des sons entendus en vue de la construction d’une relation globale. Stewart part notamment de l’exemple d’une conversation entre deux étudiants à propos des bicyclettes sur le campus et montre comment cet échange, loin de se rapporter à une réalité extérieure, construit une relation entre eux. Les propos ont ainsi pour objectif, entre autres, d’accroître le consensus entre eux.

5Un chapitre se rapporte au langage des sourds. Il montre qu’il s’agit là d’un langage à part entière, totalement substituable au langage habituel. Dans cet esprit, le langage ne saurait être considéré comme un instrument. Toni Morrison, prix Nobel de littérature en 1993, déclare ainsi que le langage oppressif fait plus que représenter la violence, il est violence. Stewart examine encore les recherches en Intelligence Artificielle depuis Turing. Il montre que l’idée que Turing se fait du raisonnement humain revient à assimiler le langage à une possibilité de représentation du monde. Or le langage n’est pas fait « d’unités qui représentent des choses du monde ». Le langage est d’abord quelque chose de social. Winograd et Flores, dans Understanding Computers and Cognition ont rejeté les termes clefs de l’Intelligence Artificielle des années quatre-vingt comme « information », « représentation » et « décision », supposant un comportement universellement rationnel et retirant au langage son aspect interactionniste. Il était clair, dès 1986, que « les analyses représentationnelles de la pensée et les analyses symboliques du langage étaient inadéquates pour la plupart des projets en Intelligence Artficielle, de la même façon qu’elles avaient été inadéquates pour l’analyse des langues naturelles ».

6La seconde partie du livre se propose de rendre compte de l’efficacité de l’approche post-sémiotique. Il rend compte des travaux d’un ensemble de philosophes russes du langage reprenant la philosophie marxiste, écrits avant la dernière guerre mondiale, parmi lesquels Volosinov et Baktin. Il ressort de ces travaux que le langage n’est pas un système ou un instrument, bien qu’il soit analysé en unités élémentaires constituées par le mot (ce qui relèverait cependant a priori de la sémiotique au sens dénoncé par Stewart). Le langage est une « dynamique co-constituante », « un événement construisant dialogiquement le monde ». L’expression langagière comprend trois éléments : les relations à l’intérieur du discours du locuteur, le monde linguistique de celui qui rapporte le discours, le contexte à l’origine du rapport du discours. Cette deuxième partie examine aussi l’œuvre de Kenneth Burke. Burke est partisan de la théorie symbolique du langage. Cependant, notent Stewart et Williams, Burke a relevé que « les humains, non seulement utilisent le langage mais sont utilisés par lui ». Ainsi Burke, malgré et à cause de sa vue symbolique du langage, permet de voir plus loin, de rejoindre Gadamer pour qui « le langage est le pouvoir de rendre le monde humain cohérent et fluide ».

7On pourra relever que le mot « sémiotique » n’a pas la même signification dans tous les pays. Il ne renvoie pas nécessairement à la théorie symbolique du langage. Ces propos rejoignent alors les recherches actuelles en France sur la pragmatique de la conversation (Trognon, Gilly et Roux, 1999). Ils ne concernent pas ce qu’on nomme en France l’analyse sémiotique du discours développée par Greimas (1970), sémiotique ne signifiant pas alors signe. À cette analyse sémiotique, on peut rattacher précisément l’anthropologie symétrique, parce que la sémiotique de Greimas est précisément relationnelle. Pour l’anthropologie symétrique (Latour, 1991), il n’y a pas précisément de distinction entre réalité et représentation de la réalité, ni de « grand partage » entre sociétés modernes et sociétés traditionnelles. Ce courant est venu de l’anthropologie des sciences, développé ces dernières années et à l’origine de méthodes nouvelles d’analyse du discours scientifique par la méthode des mots associés dans le cadre d’une discipline nommée scientométrie (Courtial, 1994).

8En conclusion, l’ouvrage nous paraît une synthèse d’approches récentes et fondamentales du discours.

Haut de page

Bibliographie

TROGNON, A., M. GILLY et J. P. ROUX (1999), Apprendre dans l’interaction : analyse de médiations sémiotiques, Nancy, Presses universitaires de Nancy.

GREIMAS, A. (1970), Du sens. Essais sémiotiques, Paris, Le Seuil.

LATOUR, B. (1991), Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La découverte.

COURTIAL, Jean-Pierre (dir.) (1994), Science cognitive et sociologie des sciences, Paris, Presses universitaires de France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Courtial, « John Robert STEWART (1995), Language as Articulate Contact: Toward a Post-Semiotic Philosophy of Communication », Communication, vol. 21/1 | 2001, 211-213.

Référence électronique

Jean-Pierre Courtial, « John Robert STEWART (1995), Language as Articulate Contact: Toward a Post-Semiotic Philosophy of Communication », Communication [En ligne], vol. 21/1 | 2001, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/5442

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Courtial

Jean-Pierre Courtial,
Laboratoire de Psychologie Éducation – Cognition – Développement,
Nantes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org