Navigation – Plan du site
Articles

Les représentations mentales

Entre « res » et « flatus vocis »
Claude Meyer
p. 9-31

Résumés

Dans cet article, l’auteur se propose de discuter de la légitimité scientifique des représentations mentales en organisant son argumentation autour des thèses héritées de la querelle des universaux. Il s’agit tout d’abord de suggérer que les représentations seraient le produit de notre entendement. Puis, d’essayer de prouver leur existence, pour s’assurer qu’elles sont bien des choses. Pour terminer, l’auteur est amené à constater que les représentations n’ont, peut-être, aucune existence, qu’elles ne sont qu’« émission de la voix ». Ce texte sera ainsi l’occasion d’essayer de faire une synthèse de ce que l’on sait aujourd’hui des représentations en allant interroger d’autres disciplines que la communication et de tenter de suggérer que cette interdiscipline pourrait trouver grands profits à s’ouvrir aux apports des neurosciences et des sciences cognitives.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis plusieurs décennies, les représentations ont été l’objet de nombreux et importants travaux dans la plupart des sciences humaines et sociales… alors qu’elles commencent seulement à être prises en compte dans notre champ disciplinaire. C’est le cas, par exemple, lorsqu’il s’agit de tenter de comprendre la construction des usages, la dimension symbolique de la technique, les processus de partage de significations et de construction du sens… Si ce concept est aujourd’hui utilisé dans la plupart des sciences humaines et sociales, est-il pour autant un concept scientifiquement consistant ?

2Je me suis posé cette question à la suite d’une réflexion sur mes propres travaux, d’une part, et, d’autre part, d’une comparaison de ceux-ci avec des travaux publiés par des collègues. Prenons un premier exemple. Lorsque, en 1985, j’ai étudié la représentation de l’ordinateur chez l’enfant, est-ce que je parlais bien de la même chose que des collègues qui, comme D. Frau-Meigs et S. Jehel (1997), travaillaient sur la représentation de la violence à la télévision ? Prenons un second exemple. Lorsque, en 1996, j’ai analysé la représentation d’Internet dans la presse spécialisée, j’ai présupposé que cette représentation était susceptible d’avoir un effet observable en termes de comportements sur le lecteur. Mais comment une représentation pouvait-elle avoir un pouvoir causal ? En fait, il m’a semblé que ce que nous désignions sous le terme générique de représentation ne possédait pas un statut scientifique très clair et serait susceptible d’alimenter une nouvelle querelle des universaux… si les temps s’y prêtaient.

  • 1 Citons notamment : Critique no 456 (mai 1985) ; Michèle Lamont (1987) ; Jean-Philippe Mathy (1993 : (...)

3Cette grande controverse avait nourri, du XIIe siècle au XIVe, la quaestio et la disputatio dans l’Université naissante. Il s’agissait alors de savoir si les universaux, sujets ou attributs reliés par une copule dans un jugement logique, ne sont que le produit de notre entendement ou s’ils ont une existence dans une certaine région de l’Être. Les nominalistes, conduits par R. de Compiègne (v. 1050-1120), soutenaient que les universaux ne sont qu’une émission de la voix, un « flatus vocis ». Cette thèse fut récusée par P. Abelard (1079-1142), car, si tel était le cas, la logique serait réduite à la grammaire, rendant strictement équivalents deux jugements tels que « Socrate est homme » et « Socrate est la tour de Notre-Dame ». Ce qui est impossible. Pour Abelard, il n’existe donc pas d’universel « homme », mais seulement un état commun que nous isolons par la pensée. Les universaux expriment simplement la fonction logique de certains termes. Ils sont dans l’entendement. D. Scot (1266-1308), quant à lui, soutenait que les universaux sont des réalités, ils sont « res1 ». Produit de l’entendement, ils trouvent leur fondement dans les choses (nous pouvons raisonner en géométrie sur des figures idéales, mais le savoir véritable ne peut porter que sur des objets particuliers).

Les représentations mentales comme produit de notre entendement

  • 2 « Chose » en latin.

4Les représentations s’étalent sur une sorte de spectre qui va de la perception à la culture2. La prise en compte de l’ensemble des représentations m’est apparue trop complexe. Prenons, par exemple, l’analyse des pratiques médiatiques. Le média produit lui-même des représentations (extérieures au sujet) qui sont ensuite perçues et interprétées par celui-ci, donnant lieu à des représentations mentales, donc intrapsychiques, les représentations sociales et les représentations collectives influençant souvent la construction de ces représentations mentales. C’est pourquoi je limiterai mon travail aux seules représentations mentales.

  • 3 Nous considérerons, dans cet article, les termes de savoir et de connaissance comme synonymes dans (...)

5Des textes anciens nous rappellent que, très tôt, les hommes ont essayé de comprendre ce qu’est le réel et comment on le connaît. Les présocratiques de l’école d’Élée ont inspiré profondément et inspirent aujourd’hui encore cette idée selon laquelle le réel serait prédonné et que l’être humain aurait à le représenter pour le connaître. Deux modèles cognitifs ont pratiquement amené les Grecs à identifier le savoir à la perception sensible. Le modèle dominant et premier de l’école de Milet est celui de la perception visuelle qui s’exerce à distance. Savoir, c’est d’abord voir. La métaphore visuelle est présente dans des mots grecs comme theôria qui renvoient d’abord à la vue, à la mise en scène, au spectacle avant de désigner la réflexion intellectuelle3. Pour Anaxagore de Clazomènes (v. 500/496-v. 428/427 av. J.-C.), la matière est infinie et elle est composée de parties identiques porteuses de qualités sensibles. Leur combinaison donne les semences (spermata) des choses. L’ensemble est animé par un dynamisme conféré par une force primitive, le Noûs, dont le sens est proche de celui d’intelligence, d’esprit. Cette conception est capitale, car elle signifie que le monde est intelligible puisqu’il est organisé par une intelligence suprême. Anaxagore rejoint ainsi son aîné Héraclite d’Éphèse (v. 540-v. 480 av. J.-C.), philosophe ionien à l’œuvre parfois obscure qui est à l’origine du fameux logos, à la fois parole et raison. Pour celui-ci, le barbare (celui qui ne parle pas le grec) ne peut utiliser les informations de ses yeux et de ses oreilles, il ne peut interpréter les messages que véhicule la langue, faute de connaître le code.

  • 4 Difficulté logique qui met en cause le raisonnement.

6Ainsi, dès les philosophes présocratiques, apparaît cette idée qui est la base du concept de représentation, c’est-à-dire, comme le note J. Brunschwig (1996 : 58-59), « que le monde est un livre qui n’est lisible que par ceux qui en connaissent le code. Connaître, c’est comprendre, c’est rassembler et organiser l’expérience selon les structures qui sont celles d’une réalité prédonnée ». Ainsi, au réel physique s’ajoute un monde perçu et interprété par l’homme : la réalité. Celle-ci est de l’ordre du symbolique. Depuis cette époque, cette question a alimenté de nombreux débats philosophiques et aujourd’hui, les représentations mentales apparaissent comme une tentative de résolution par l’entendement d’une aporie4 : « comment pouvons-nous avoir une connaissance du monde extérieur qui se confirme elle-même et qui se révèle pertinente pour l’action ? » (Ladrière, 1973 : 88) L’idée de représentation apporte une réponse dans la mesure où elle présente l’objet connu comme une sorte de double simplifié et partiel de l’objet réel, une réélaboration mentale. Représenter ou se représenter correspond à un acte de pensée par lequel le sujet se rapporte à un objet qui peut être une personne, une chose, un événement extérieur ou intérieur, une idée… Ce qui suppose une double métaphore : la représentation théâtrale d’une part (mise en présence devant le spectateur de la situation signifiante) et la représentation diplomatique de l’autre (la vicariance, à la place de…). « Il y a dans la représentation comme une superposition de deux types de présence : d’une part la présence effective, directe d’une personne, d’un objet, d’une action ; d’autre part la présence indirecte, médiatisée par la première d’une réalité qui n’appartient pas au champ de l’appréhension directe » (Ladrière, 1973 : 88).

7Connaître une chose, c’est donc l’intérioriser, se l’approprier, la rendre présente au système cognitif tout en la considérant comme distante, extérieure à ce système. La connaissance apparaît alors comme un processus de dédoublement du monde (la vicariance) qui met en scène (la métaphore théâtrale) celui-ci devant le système cognitif, entendu comme le processus intellectuel d’adaptation au réel. Les représentations, héritières du courant idéaliste, sont bien le produit de notre entendement.

Les représentations mentales sont des choses

La communication comme comportement cognitif

  • 5 Pour C. S. Peirce, il existe, à côté des raisonnements classiques que sont l’induction et la déduct (...)

8La communication implique, à travers la compétence à communiquer, des opérations cognitives plus ou moins complexes, que ce soit du côté de l’émetteur ou du récepteur. Côté émetteur, communiquer, c’est d’abord contribuer à modifier l’environnement représentationnel du locuteur dans le dessein de susciter, voire de diriger, ses comportements. Communiquer est aussi un acte cognitif dans la mesure où l’intention nécessite un calcul, une série d’inférences par lesquelles l’émetteur calcule les intentions et les représentations du destinataire. S’il veut être au moins partiellement compris, le locuteur doit attribuer au destinataire les croyances et les savoirs nécessaires à l’interprétation de l’énoncé et faire l’hypothèse qu’ils sont partagés. Sinon, on s’achemine vers un malentendu. La communication humaine présuppose donc la capacité d’attribuer des états mentaux à autrui (croyances, sentiments, désirs, intentions…). Côté récepteur, il est assez courant de voir celui-ci reconstruire une signification à partir d’un énoncé incomplet, ambigu ou elliptique, faisant intervenir des raisonnements par inférences avec ou sans relation illative, voire parfois une abduction intuitive5. Ce qui signifie que l’énoncé est en partie co-construit par une série de transactions qui se déroulent dans le cadre de l’interaction à partir des représentations de chacun des locuteurs. Dans cette perspective, l’activité cognitive est une activité de construction et de validation de représentations adéquates, ces représentations pouvant avoir comme support le langage, des images ou des concepts.

Les représentations comme objet mental

Procédures, images mentales et concepts

  • 6 À l’exception notoire, bien sûr, de J. Piaget.
  • 7 Dans notre civilisation, nous avons tendance à ramener une image mentale à l’élaboration d’une imag (...)
  • 8 L. Sfez utilise cette figure pour tenter de rendre compte de la circularité induite, selon lui, par (...)

9Depuis un siècle, les psychologues ont en effet identifié trois grands types de représentations mentales : les procédures, les images mentales et les concepts. La place et le rôle des représentations internes dans la pensée ont été l’objet de controverses en fonction des théories élaborées sur le fonctionnement mental, mais rarement la question de leur assise biologique a été posée6. Par exemple, pendant longtemps, l’image mentale a été considérée comme simple prolongement de la perception. Elle a ensuite été rejetée radicalement par J. B. Watson, le fondateur du béhaviorisme, parce que relevant de l’introspection. Puis, l’école gestaltiste a souligné son rôle dans le fonctionnement mental avant qu’elle ne soit totalement réhabilitée, dans les années cinquante, par les travaux relatifs à la prise de drogues psychotropes. Peu de temps auparavant, J. Piaget (1946) avait soutenu que l’image mentale n’est pas un simple prolongement de la perception, mais un processus symbolique au même titre que le langage. Elle n’est donc pas une simple copie du réel, mais une construction active réalisée par le sujet. Les travaux de Paivio et ceux de M. Denis (1989) ont confirmé cette importance de l’image dans les processus cognitifs7. Les images mentales peuvent avoir un aspect actif, opératoire, que ne possèdent pas les images perceptives. Elles conservent l’information, mais elles la transforment dans le sens d’une schématisation. Elles possèdent essentiellement deux fonctions : une fonction référentielle (reconstruction de l’environnement) et une fonction élaborative (mise en relation des contenus imagés). Dans notre champ disciplinaire, nous sommes souvent confrontés, par exemple dans les recherches expérimentales sur la réception, à l’interaction entre les images « matérielles » d’une part et les images mentales d’autre part. Certaines pratiques écraniques pourraient même conduire à la perte du réel (Baglin, 1998) ou à l’émergence de la figure du tautisme développée par L. Sfez (1988, 1990), c’est-à‑dire à cette croyance d’être dans l’expression immédiate, spontanée alors que l’univers de la représentation règne en maître8. Mais, comme le rappelle C. Belisle (1999 : 353), nous savons encore trop peu de choses sur ces processus complexes.

10À la différence de l’image mentale, le concept ne possède pas de caractère figuratif. Il est, pour les cognitivistes, composé d’unités élémentaires, supports de discrimination : les traits sémantiques. Il est une représentation générale et abstraite d’un objet ou d’une classe d’objets, ayant des propriétés qualitatives communes (forme, couleur, taille) ou des propriétés fonctionnelles communes (les chiens). C’est un objet logique stable, caractérisé d’un double point de vue en compréhension (l’ensemble des caractères qui le définit) et en extension (l’ensemble des objets auxquels le concept s’étend). Les représentations procédurales, quant à elles, sont mises en œuvre dans l’exécution d’une tâche. Elles sont, parfois, verbalisées sous forme de recettes et correspondent à la catégorie des connaissances non verbales. Elles sont obtenues au cours d’un apprentissage par l’action.

Connaissances procédurales et connaissances déclaratives

11La psychologie cognitive est, pour sa part, fortement inspirée par la métaphore de l’intelligence artificielle symbolique, assimilant le fonctionnement du cerveau à celui d’un ordinateur. Pour l’intelligence artificielle, la cognition, cognition humaine comprise, peut se ramener à la manipulation de symboles à la manière des ordinateurs digitaux, c’est-à-dire une computation, un calcul sur les symboles qui représentent ce dont ils tiennent lieu. Newel et Simon ont formulé très tôt (dès 1956) l’hypothèse que, quel que soit le système de traitement symbolique utilisé, cerveau ou ordinateur, celui-ci dispose des moyens nécessaires et suffisants pour effectuer des actions intelligentes puisque ces symboles peuvent être associés à des structures plus vastes et transformés à l’aide d’un ensemble fini de procédures de base. Connaissances et représentations sont ainsi intimement liées. Les spécialistes de l’I.A. distinguent deux grandes catégories de connaissances : les connaissances procédurales et les connaissances déclaratives. Les connaissances déclaratives sont indépendantes du programme d’exécution alors que, dans le mode procédural, les connaissances sont obtenues au terme de l’exécution d’une procédure. Même si, aujourd’hui, l’Intelligence Artificielle a perdu beaucoup de son influence, elle a contribué à faire progresser l’idée qu’une activité intelligente n’est pas nécessairement solidaire du support biologique qu’est le cerveau.

Attitudes propositionnelles et modèles mentaux

  • 9 Expression que l’on peut traduire par « informationnellement cloisonné ».

12Pour Fodor, la notion de représentation mentale permet de donner un statut aux attitudes propositionnelles. Dans un ouvrage marquant (1981), il oppose les comportements représentationnels aux comportements automatiques qui ne peuvent être influencés par les attitudes propositionnelles. Ce qui le conduit à proposer une vision modulaire de l’esprit et à postuler une organisation mentale constituée de plusieurs dispositifs, chacun étant spécialisé dans le traitement d’un type particulier d’information. Ces modules seraient, en partie, génétiquement programmés et câblés, informationnaly encapsulated9.

13Les recherches menées sur l’articulation des représentations avec les opérations de pensée ont amené les chercheurs à élaborer des modèles dynamiques de la représentation et à les articuler avec les processus de décision. Les travaux développés depuis de nombreuses années à l’Université de Princeton par P. Johnson-Laird (1994) ont montré que le sujet utilise dans ses raisonnements non seulement des règles de déduction logiques à partir de représentations propositionnelles, mais surtout des modèles mentaux qui lui permettent de passer directement, sur un mode analogique, des prémisses aux conclusions. Ces modèles mentaux sont des sortes de représentations schématiques à caractère déductif qui se substituent aux raisonnements formels dans les situations de la vie quotidienne. Ils permettent une plus grande rapidité de décision et de jugement en contournant la lourdeur de mise en œuvre d’un raisonnement formel. Mais ils sont aussi à la source de nombreuses erreurs, ils font partie des biais cognitifs qui ont été observés en situation de décision. Ceux-ci se manifestent aussi bien sur le plan de l’acquisition de l’information que dans son traitement proprement dit, ou même dans la formulation de la réponse. Les travaux de J. Piaget et, plus généralement, la présomption de rationalité qui crédite la pensée humaine d’une logique de principe sont sérieusement remis en cause par ces travaux.

Les représentations dans les SIC : quelques exemples

  • 10 Logo est un langage informatique procédural interprété destiné à faciliter le déveppemment cognitif (...)

14Dans les sciences de l’information et de la communication (SIC), de nombreuses recherches ont tenté de comprendre comment les usagers s’approprient les ntic caractérisées par une forte prégnance de l’informatique. Certaines d’entre elles prennent non seulement en compte l’utilisation de la machine, mais aussi les attitudes, les comportements, les représentations liées à l’usage de la machine. Dès les débuts des années quatre-vingt, les modèles d’analyse utilisés dans les premières études sociologiques ont récusé le déterminisme technique. Ces recherches ont aussi révélé que la technique ne suscite pas, par sa simple présence, des usages nouveaux. Ceux-ci résultent d’une négociation entre les usagers et l’objet technique. J. Perriault (1989a) a ainsi montré que l’acculturation de la technique repose sur une logique d’usage. Une filiation existe entre les anciens et les nouveaux outils de communication. Cette filiation peut être technique, le magnétoscope étant utilisé en complément de la télévision par exemple (Gaudin et Mallein, 1983), mais peut aussi avoir un caractère plus cognitif, pouvant aller jusqu’à une empreinte intellectuelle de la technique comme ce fut jadis le cas avec la machine à vapeur (Perriault, 1981 : 131). Dans La logique de l’usage (1989b), cet auteur adoptait une position théorique intéressante et novatrice dans la mesure où il suggérait que « l’utilisateur doit être aussi appréhendé dans le fonctionnement de ses processus de pensée (projet, instrumentation, fonction à propos de Logo10 par exemple) car les machines à communiquer impliquent et simulent ceux-ci ». Certains décalages peuvent être observés entre le projet des concepteurs, la prescription d’usage et les usages réels. En effet, l’usager procède par ruse pour aboutir à des détournements. Ces processus d’appropriation peuvent conduire à un métissage entre la logique de l’objet et la logique d’usage ou à de nouvelles formes de sociabilité (Jouet, 1990). Ces machines sont-elles porteuses du développement de nouveaux schémas cognitifs ? C’est ce que suggèrent les travaux de S. Turkle et de P. M. Greenfield. Aujourd’hui, alors que les machines « rétrécissent » la planète, se pose la question de la téléprésence comme nouveau milieu d’expérience (Weissberg, 1999) et apparaissent de nouveaux problèmes telle la gestion de la distance (Wolton, 1997) ou la prise en compte de la distanciation que la technique instaure dans la communication (Lamizet, 1996 : 15, 25) ; ce qui nous incite à nous demander quel rôle les représentations jouent dans les processus de pensée.

Représentation et pensée

La question de l’intentionnalité

  • 11 Voir à ce sujet les travaux de D. Premack (1983, 1988, 1995) et de K. Pinker (1994) par exemple.

15Nous avons appris de R. Descartes (1637, 1963) que la pensée, intrinsèquement liée au langage, est la source de toute activité mentale : je pense donc je suis. Selon Descartes (1641, 1979), elle est le privilège de l’Homme qui est une chose pensante, une res cogitans, alors que les animaux ne sont que mécanique sans âme. Sans pensée, pas de langage verbal. Mais nous savons aujourd’hui, grâce à l’éthologie cognitive, que l’idée selon laquelle la plupart des animaux obéiraient à des instructions précâblées est fausse. Si, avec J. Vauclair (1995), nous admettons que la pensée peut être considérée comme une construction de systèmes de représentations à partir de l’expérience, certains animaux possèdent une pensée élémentaire ou tout au moins un état mental, même si ces animaux ne possèdent pas un langage verbal. En effet, des capacités d’apprentissage à base de discrimination ont pu être mises en évidence aussi bien chez des mollusques comme le calamar ou le poulpe que chez des oiseaux comme le perroquet ou le pigeon. L’animal n’est donc pas un automate mû uniquement par le programme de son code génétique. Certains primates non humains possèdent même des aptitudes linguistiques11. Non seulement ils savent user de symboles arbitraires à la place d’objets qu’ils représentent, mais ils sont aussi capables d’utiliser des symboles dans le contexte d’une communication instrumentalisée.

16Mais, nous rappelle J. Vauclair (1998 : 34), la limite se trouve dans le rapport que le signe entretient avec l’objet. Alors que chez l’Homme, il s’agit d’une arbitrarité radicale selon l’expression de Saussure, c’est-à‑dire que cette arbitrarité relie un mot à un concept, chez le singe, il s’agit seulement de relier un substitut à un objet. Si ces animaux possèdent des représentations, il n’est par contre pas prouvé qu’ils puissent se représenter qu’ils pensent et ce à quoi, éventuellement, ils penseraient. Il semble aussi qu’ils ne puissent pas accorder des intentions à un congénère. De telles capacités seraient liées à la conscience en général et à la conscience de soi en particulier : les organismes qui sont conscients de leur propre existence peuvent attribuer des contenus mentaux à autrui. On ne connaît les états mentaux d’autrui que si l’on connaît ses propres états mentaux. Il semble bien que la capacité de se concevoir d’abord soi-même est ce qui rend possible la pensée complexe. Et seul l’Homme en serait capable : Descartes s’est vraisemblablement trompé, il aurait dû dire « je suis, donc je pense ».

  • 12 Brentano utilise le terme intentionnel dans le sens de la scolastique comme, par exemple, chez Thom (...)
  • 13 Cette question a aussi été largement débattue par des philosophes comme Husserl, D. Dennett et J. S (...)

17Le point nodal pour traiter cette question renvoie sûrement aux travaux de F. Brentano. Celui-ci s’était attaché à comprendre (1874) ce qu’il appelle l’intentionnalité12 (Beziehung) des états mentaux ou, à titre de synonyme « relation à un contenu », « orientation vers un objet » ou simplement représentation (Vorstellung)13. Croire, c’est croire à quelque chose. Désirer, c’est désirer quelque chose. En philosophie de l’esprit, « le critère de l’esprit-représentation considère généralement que la classe la plus importante des états mentaux consiste dans les attitudes propositionnelles, soit les croyances ou les désirs qu’un organisme forme au sujet de son environnement ou à son propre sujet et qui déterminent son comportement » (Proust, 1997 : 9).

18Nous pourrions alors définir la pensée comme une activité cognitive possédant deux dimensions : une dimension opératoire, calculatoire dans sa capacité de raisonner, extraire, stocker et combiner des informations complexes et une dimension intentionnelle de représentation interne du monde extérieur, ces deux dimensions étant étroitement solidaires. Le langage verbal permettrait la distanciation. Il permettrait de représenter ce à quoi on pense, sans que l’imbrication avec la pensée soit totale, même si le langage est un moyen puissant pour manipuler les concepts et s’il n’est pas impossible que, dans une certaine mesure, les catégories de la langue contraignent la pensée.

La question de l’inconscient cognitif

19C’est ce que tendent à prouver les recherches sur la pensée musicale et le témoignage d’anciens aphasiques, c’est-à-dire de personnes qui ont été privées de langage. C’est ce que montrent aussi des observations réalisées sur des personnes dont l’artère sylvienne gauche a été momentanément obstruée (Cyrulnik, 1995 : 116). Par ailleurs, nous savons maintenant que le langage n’a rien à voir avec la mémorisation implicite, la segmentation phonologique, la reconnaissance d’une phrase écrite, la construction d’un champ perceptif… La pensée se manifeste aussi par l’imagerie visuelle ou l’imagerie auditive qui ne sont pas verbalisables et échappent à la conscience.

  • 14 En fait, le cerveau est en grande partie un automate non-conscient. Il serait d’ailleurs impossible (...)

20Certaines représentations, comme les attitudes propositionnelles, seraient plus ou moins conscientes alors que d’autres, comme les procédures, appartiendraient à l’inconscient cognitif, plus rationnel que l’inconscient affectif. Celui-ci serait constitué de structures mentales et de processus qui, agissant en dehors de la conscience, influent néanmoins sur elle14. Si le terme d’inconscient cognitif a été défini par Kilhlström en 1987, les travaux de Vygostky le postulaient déjà. Dans Pensée et langage, paru en 1934, l’auteur représentait les rapports de la pensée et du langage par deux cercles qui se chevauchent. La zone de superposition constitue la pensée verbale, mais la pensée technique et instrumentale, par exemple, n’a que peu de rapport direct avec le langage et la conscience. Inversement, certains aspects du langage comme les comptines n’ont pas de lien avec la pensée. Alors que pour le constructivisme et la psychologie cognitive, la cognition va de l’interne vers l’externe, du mental au social, pour L. Vygotsky, les représentations seraient d’abord constituées par la réappropriation, en un organisme singulier, des construits sociaux. Ce mouvement irait donc de l’externe vers l’interne, du social vers le mental. Le langage aurait alors le rôle d’un médiateur collectif.

Les représentations sont bien des choses

  • 15 À peu près à la même époque, Frege introduira la différence entre Gedanken (pensée) et Vorstellung (...)

21À ce point de notre parcours, nous pouvons admettre que les représentations mentales existent comme choses, qu’elles soient conscientes ou inconscientes, et dégager plusieurs points qui les caractérisent. Tout d’abord, ce qui, dans la diversité, constitue l’unité du concept : la dialectique entre la présence du signe et l’absence de l’objet représenté. Il s’agit de le rendre présent, de le rendre sensible au moyen d’un substitut mais aussi de donner à voir au travers de la métaphore théâtrale. Il s’agit aussi de suppléer à l’absence, c’est la métaphore de la vicariance. Images mentales, concepts, procédures, règles d’action mais aussi attitudes propositionnelles comme les croyances ou les désirs, les représentations sont intentionnelles, elles sont à propos de quelque chose. Elles permettraient de créer une relation sémantique au monde, de représenter certains aspects de l’environnement, participant ainsi au traitement qualitatif du réel, au processus de catégorisation du monde. Elles interviendraient dans nos capacités de description et de compréhension du monde, d’appropriation de l’environnement, de construction de la réalité. Elles seraient aussi utilisées pour contrôler nos propres conduites. Mais comment expliquer qu’un état mental, immatériel par définition, puisse avoir un pouvoir de causalité dans le monde physique ? Au début du XXe siècle, S. Freud introduisit une différence importante entre Vorstellung et Darstellung. D. Bougnoux (1998 : 47) note bien cette différence : Vorstellung « désigne la représentation, y compris quand il y a déguisement, refoulement d’un désir ou d’une idée dans un rêve, un lapsus, un acte manqué » alors que Darstellung « se manifeste corporellement, notamment dans l’hystérie15 ». Ce qui laisse supposer que la représentation, élément mental, pourrait être dans une relation causale avec le biologique grâce à la somatisation. Le fait que des phénomènes mentaux puissent avoir un pouvoir causal dans un univers matériel relève néanmoins de la magie. Comme le remarque V. Descombes (1995 : 27) « les représentations sont inoffensives ». Ne sont-elles alors que « flatus vocis » ?

Les représentations mentales sont « flatus vocis »

La confrontation aux neurosciences

22Une approche plus rigoureuse des représentations intrapsychiques ne postule-t-elle pas une confrontation aux neurosciences ? Peut-on montrer que les représentations correspondent à des configurations neuronales spécifiques ou, comme le formulait Cabanis en 1802, que « le cerveau secrète la pensée comme le foie la bile » ? Si l’esprit fonctionne grâce au langage et aux représentations (niveau symbolique) et si l’activité physico-chimique est à la base du fonctionnement du cerveau (niveau sub-symbolique), comment, dans l’état actuel de nos connaissances, établir un lien de causalité univoque entre ces deux niveaux ?

  • 16 Rosenblueth, le mentor de N. Wiener, estimait que « des notions comme intelligence, conscience, mém (...)

23Derrière ces questions, apparaît en filigrane une autre question aussi vieille que la philosophie et récemment nourrie par cinquante années de cybernétique16 : la pensée est-elle le propre de l’homme ou est-elle plus généralement liée au vivant ou, même, est-elle une propriété de la matière ? Une première réponse à ces questions nous est apportée par la Théorie de l’Identité. Celle-ci postule que tout phénomène mental doit recevoir une explication physico-chimique (Engel, 1994 : 25). En postulant l’identité de l’esprit et du cerveau, l’identité des phénomènes mentaux et des phénomènes neuronaux, elle pose cependant une aporie, appelée principe de « réalisabilité multiple », qui peut se résumer par la question suivante : comment des états mentaux identiques peuvent-ils être produits chez des individus différents ou chez le même individu, par différentes configurations neuronales ? Ce qui est contraire au troisième principe de la raison dans sa forme réversible (les mêmes effets sont produits par les mêmes causes).

24La seconde réponse, plus radicale, est la position matérialiste que soutiennent des philosophes comme J. R. Searle (1985), P. Churchland ou G. Edelman et un neurophysiologiste comme J. P. Changeux. Ce dernier, dans un livre déjà ancien, mais qui a connu un retentissement important (1983), se fonde sur son intime conviction et laisse entendre que la pensée est l’expression d’un état particulier de la matière. Dans un livre plus récent (1989), au cours de sa discussion avec le mathématicien A. Connes, il est, à cet égard, encore plus catégorique. Il va jusqu’à considérer les réalités mathématiques, malgré leur universalité, comme entièrement déterminées par le cerveau humain et comme dépourvues d’existence en dehors de lui. Les mathématiques seraient liées au cerveau humain, lui-même produit de l’évolution des espèces. Dans cette optique, un autre type d’humanité, produit par un autre type d’évolution, aurait élaboré d’autres mathématiques. La position de D. Sperber, quant à elle, est encore plus radicale. Elle se situe dans la lignée du matérialisme éliminatif. Pour ce courant, il s’agit de nier l’un des termes de l’identité. Il n’existe rien d’autre que des phénomènes physiques, qu’un ensemble de molécules. Ce radicalisme n’est pas sans rappeler, mais dans un registre différent, celui de Guillaume d’Ockham. Pour Sperber (1996), il n’y a, en effet, pas d’exception aux lois de la physique et seules les hypothèses naturalistes et causalistes peuvent rendre compte des phénomènes mentaux et sociaux. Ce qui l’a conduit à redéfinir la notion de représentation par une modélisation neuronale sans pour autant prétendre pouvoir rendre compte de la subjectivité de la conscience. Il s’agit, en effet, de ne jamais perdre de vue l’objection sévère à certaines prétentions des neurosciences adressée par T. Nagel (1974) dans un article resté célèbre. Il soutenait que l’on aura beau étudier, de façon exhaustive, le fonctionnement de l’appareil nerveux d’une chauve-souris, l’effet que cela fait d’être une chauve-souris nous échappera toujours. Le caractère subjectif de l’expérience de la chauve-souris est inaccessible à tout observateur extérieur. Lorsque l’on observe le cerveau de quelqu’un qui boit du chocolat, on ne retrouve pas le goût du chocolat. Même en soutenant cette position idéaliste, il apparaît difficile d’imaginer une pensée humaine dépourvue de bases matérielles. Il existe, en effet, des preuves irréfutables d’un rapport de causalité entre un événement mental et un événement cérébral. L’électrophysiologie cérébrale et les techniques d’imagerie ont suffisamment montré que toute production du mental s’accompagne d’une activité interne du cerveau : activité biochimique, activité électrique et activité sanguine.

25Si les représentations, tout comme l’outil, s’apparentent à une activité biologique de substitution, elles ne sont néanmoins pas directement observables. Elles ne peuvent qu’être inférées à partir de comportements ou de résultats de comportements. D’un point de vue naturaliste, il ne s’agit pas d’un critère satisfaisant. Pour pouvoir prétendre à la matérialité, il faudrait que les représentations individuelles soient observables à l’aide de techniques neurophysiologiques. Elles ne le sont pas. Ce que les techniques d’imagerie par résonance magnétique (irm) mettent en évidence, ce sont les régions du cerveau qui sont impliquées dans telle ou telle opération mentale, l’existence de réseaux fonctionnels d’activité. D’autres techniques (eeg, tomographie, mesure du débit sanguin) nous fournissent des informations sur le type d’activité engagée. Grâce à ces techniques, nous pouvons savoir ce que le sujet fait : par exemple, un traitement d’information visuelle ou acoustique, une mémorisation… Mais il n’existe pas d’« engramme » de représentation et si l’imagerie médicale a récemment permis de visualiser des activités neurologiques en relation avec le langage, nous sommes loin aujourd’hui de pouvoir visualiser le concept de chien ou même seulement l’image d’un chien particulier. Qui plus est, connaître une localisation cérébrale ou un ensemble de faisceaux n’est pas suffisant pour avoir une compréhension correcte des représentations. Savoir que ceci est un chien suppose aussi, d’un point de vue logique, d’être capable de savoir que ceci n’est pas un chien.

26Malgré les efforts de la neuropsychologie, il est aujourd’hui très difficile de faire un lien direct entre l’excitation des neurones mise en évidence par l’électrophysiologie ou d’autres techniques et les processus représentationnels. La seule chose que nous sachions est que l’intégrité du fonctionnement cérébral est une condition nécessaire au fonctionnement mental. Si l’absence d’une preuve n’est pas la preuve d’une absence, il nous faut malgré tout avouer que le concept de représentation résiste mal à un examen de sciences plus « dures » que les nôtres : il n’est pas empiriquement validable par la démarche naturaliste. Mais peut-être est-ce tout simplement parce que les représentations n’existent pas ? C’est, en tout cas, la thèse soutenue par Maturana et Varela.

La remise en cause par la théorie de l’autopoïèse

27L’idée même que le monde serait prédonné et que le système cognitif de l’humain aurait à le représenter pour le connaître est fortement remise en question par les théories de l’autopoïèse et de la conception énactive de la connaissance. Selon Maturana et Varela (1994 : 122), le point de vue le plus répandu est que

le système nerveux est un instrument par lequel l’organisme obtient de l’information en provenance de l’environnement, information qu’il utilise alors pour construire une représentation du monde qui lui servira de base pour calculer un comportement approprié à sa survie dans le monde.

L’environnement imprime dans le système nerveux des caractéristiques qui lui sont propres et le système nerveux utilise ces caractéristiques pour produire un comportement (Maturana et Varela, 1994 : 122).

28Ce qui serait, selon ces auteurs,

contraire au principe du système nerveux qui fonctionnerait comme déterminé par une clôture opérationnelle, comme un réseau fermé de changements intervenant dans le cadre des relations entre les activités de ses composants.

Le système nerveux ne « recueille » pas des informations dans l’environnement comme on l’entend souvent dire. Au contraire, il fait émerger un monde, en spécifiant quelles configurations dans l’environnement constituent des perturbations et quels sont les changements que ces perturbations déclenchent dans l’organisme. La métaphore populaire désignant le cerveau comme une machine de traitement de l’information n’est pas seulement ambiguë, elle est totalement fausse (Maturana et Varela, 1994 : 160).

29Selon ces auteurs, le système nerveux couple les surfaces sensorielles et motrices à travers un réseau de neurones dont la configuration peut changer complètement. Comme ils le notent avec humour (Maturana et Varela, 1994 : 124), « traiter des représentations revient à naviguer dans l’odyssée épistémologique, entre le monstre de Scylla du représentationisme et le tourbillon Charybde du solipsisme ». Or, pour Maturana et Varela « le système nerveux n’est ni solipsiste, car il participe aux interactions de l’organisme avec son environnement, ni représentationnel, du fait que, dans chaque interaction, c’est l’état structural du système nerveux qui spécifie quelles perturbations sont possibles et quels changements elles déclenchent » (Maturana et Varela, 1994 : 160). Nous serions modifiés par chaque expérience, mais nous ne trouverons jamais d’enregistrement, d’engrammes de ces expériences, tout au plus des images de scanographe. « Toute connaissance dépendrait de la structure de celui qui connaît et de son organisation mais le sujet n’imposerait pas ses catégories transcendantales a priori à toute expérience » (Maturana et Varela, 1994 : 160). La signification émergerait de l’histoire de l’action, elle ne serait pas donnée à extraire comme le soutient le cognitivisme. Dans cette optique, la cognition ne serait pas reconstruction d’un monde extérieur prédonné (position réaliste), ni celle d’un monde intérieur (idéalisme). Elle serait action incarnée. Ce qui, selon Varela, signifie que, d’une part, l’action dépendrait des types d’expériences liées au corps et que, d’autre part, les capacités individuelles sensori-motrices s’inscriraient elles-mêmes dans un contexte biologique, psychologique et culturel.

Conclusion

  • 17 Ce débat avait été ouvert, dès le XIXe siècle, par la publication à peu près simultanée, en 1883, d (...)

30Les représentations appartiennent bien au domaine du mental et seulement à celui-ci. Mais son statut est loin d’être clair. Coincé entre le réel observable de la neurobiologie et le réel observable des comportements, il s’agit d’un domaine postulé par les psychologues, dans une sorte de démarche néo-idéaliste qui ne correspond à aucune réalité actuelle des neurosciences. Cette question des représentations mentales oppose donc, à nouveau, comme au XIXe siècle17, deux espaces scientifiques : l’espace poppérien des sciences expérimentales monologiques, capables de formuler leurs connaissances sous forme de lois universelles, et l’espace non falsifiable des sciences humaines, sciences du singulier pour lesquelles il convient de définir les limites de leur objectivité. En fait, pour que les représentations puissent réellement être étudiées du point de vue scientifique, il faudrait en avoir une approche naturaliste, une science des choses de l’esprit comme il existe une science des choses du vivant. Mais tout effort pour aligner les sciences humaines (qui seraient positivement et historiquement en retard) sur le modèle des sciences de la nature est demeuré vain. Nous savons, aujourd’hui, qu’un souci d’objectivité risque de conduire à une Science de l’Homme sans Homme. Notre mémoire collective a conservé le souvenir, encore vivace, de la visée hégémonique du structuralisme qui pensait, en empruntant la notion formelle de structure à l’algèbre, donner enfin une scientificité aux sciences humaines. Mais cette démarche a conduit à un savoir sans sujet. Inversement, la psychanalyse, en mettant à jour un involontaire psychique, a fait évoluer en profondeur les connaissances que nous avions du fonctionnement de l’homme. Pourtant, les énoncés de la psychanalyse sont toujours placés dans l’impossibilité d’être démentis. Ils ne sont pas falsifiables.

31Faut-il alors « brûler » les représentations mentales ? Je me suis bien gardé de donner à ce texte une coloration inquisitoriale. Dans l’état actuel de nos connaissances, les représentations nous fournissent un outil pour problématiser nos recherches et les partager avec d’autres disciplines. Elles possèdent aussi, dans certains dispositifs expérimentaux, une valeur de prédictibilité qui est un critère de scientificité. Par contre, j’ai tenté de suggérer que leur consistance, leur existence en tant que fait scientifiquement établi, laisse à désirer et je ne cache pas mon intérêt pour les travaux de Maturana et Varela. Les représentations me semblent être un moyen d’explication daté, inscrit dans un paradigme et susceptible d’évoluer si un nouveau paradigme émerge, peut-être sous la pression des neurosciences. Mais celles-ci se gardent bien de tout triomphalisme, conscientes de ne pouvoir, sur des bases biologiques, comprendre les processus cognitifs dans un avenir prévisible.

32Pourtant les sciences cognitives, les neurosciences, la philosophie de l’esprit progressent alors que les SIC sont confrontées à de nouveaux défis. Nous sommes amenés à essayer de comprendre comment le développement d’Internet, de la réalité virtuelle, de la téléprésence, du cyberespace peut modifier notre construction de la réalité et, plus particulièrement, la représentation de l’espace et du temps qui sont l’une des bases sur lesquelles se construisent la plupart des processus cognitifs. Du point de vue du temps, nous pouvons nous demander quelles nouvelles horloges sociales ces nouvelles technologies induisent ? À quels vécus subjectifs correspondent ces machines ? Va-t-on devenir des êtres « polychrones » ? Comment vont se construire les rapports complexes distance/proximité, local/global ? Ne risque-t-on pas d’assister à un glissement des contraintes du réel aux contraintes de la machine ? Quels seront demain, à côté des facteurs biologiques et psychologiques, les éléments constitutifs de notre identité ou de nos identités multiples ? Quelles sont les habiletés, les compétences techniques et cognitives nécessaires à l’appropriation de ces technologies ? Quelle place les raisonnements par inférence et plus particulièrement le raisonnement abductif vont-ils prendre ?

33C’est aux SIC, je crois, qu’il appartient de tenter d’apporter une réponse à la plupart de ces questions. N’est-il pas grand temps de donner, paradoxalement, aux représentations une place plus importante dans notre champ disciplinaire ? Peut-on le faire sans s’ouvrir aux sciences cognitives, aux neurosciences, à la philosophie de l’esprit ? Il est de notoriété publique que de nombreux chercheurs en Infocom montrent une forte réticence à entrer en contact avec ces disciplines. Par exemple, B. Miege (1995 : 103) reprend à son compte la mise en garde sévère que L. Sfez a adressée à P. Levy. Il va même au-delà en affirmant que

pour les sciences de l’information et de la communication cette nouvelle perspective ne saurait être admise : en effet, les technologies intellectuelles (et parmi elles les médias) étant supposées jouer un rôle capital dans les processus cognitifs, c’est pratiquement l’ensemble des activités communicationnelles qui sont ainsi réduites à des processus cognitifs, relevant donc des sciences cognitives (Miege, 1995 : 104).

  • 18 Penser l’esprit sciences et technologies de la connaissance (collectif), PUG, 1996.
  • 19 Cognition et information en société (collectif), EHESS, 1997.

34Comment alors établir un pont avec les sciences cognitives sans pour autant réduire l’ensemble des activités communicationnelles à des processus cognitifs ? Remarquons tout d’abord que, si le paradigme computationel a été dominant jusqu’au début des années quatre-vingt-dix, des ouvrages comme Penser l’esprit18 ou Cognition et information en société19 témoignent, aujourd’hui, d’une évolution indiscutable des Sciences cognitives qui les rapproche de nos propres problématiques. Les travaux sur la nature de la croyance et la psychologie populaire (Engel, 1994 : 49, 70) apporteraient certainement un éclairage nouveau aux travaux relatifs à l’attribution de contenus intentionnels par les médias. L’ouvrage de J. R. Searle (1995) va aussi dans ce sens. Les travaux de J. Proust (1996) sur l’espace et l’intentionnalité posent des questions relatives à la modalité de représentation objectivée de l’espace et peuvent s’avérer intéressants pour mieux comprendre les rapports complexes distance/proximité, local/global.

Haut de page

Bibliographie

BAGLIN, M. (1998), La perte du réel, des écrans entre le monde et nous, Buzet-sur-Tarn, Éditions n & b.

BELISLE, C. et B. SCHIELE (dir.) (1984), Les savoirs dans les pratiques quotidiennes, Paris, CNRS éditions.

BELISLE, C. (1999), « Représentation », « Représentation sociale » dans C. BELISLE, J. BIANCHI et R. JOURDAN, Pratiques médiatiques 50 mots-clés, Paris, CNRS éditions.

BOUGNOUX, D. (1998), Introduction aux sciences de la communication, Paris, La Découverte/Repères.

BRENTANO, F. (1874), Psychologie vom empirischen Standpunkt, Vienne.

BRUNSCHWIG, J. et G. LLOYD (1996), Le savoir grec, Paris, Flammarion.

CHANGEUX, J. P. (1983), L’homme neuronal, Paris, Fayard.

CHANGEUX, J. P. et A. CONNES (1989), Matières à penser, Paris, Odile Jacob.

CYRULNIK, B. (1995), La naissance du sens, Paris, Hachette.

DENIS, M. (1989), Images et cognition, Paris, Presses universitaires de France.

DESCARTES, R. (1963/1637), Discours de la méthode suivi des Méditations, Paris, Garnier Flammarion.

DESCARTES, R. (1979/1641), Sixième réponse aux objections adressées aux Méditations, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Coll. « La Pléiade ».

DESCOMBES, V. (1995), La denrée mentale, Paris, Éditions de Minuit.

ENGEL, P. (1994), Introduction à la philosophie de l’esprit, Paris, La Découverte.

FRAU-MEIGS, D. et S. JEHEL (1997), Les écrans de la violence, Paris, Economica.

FODOR, J. A. (1981), The Modularity of Mind, Cambridge (Mass.), MIT Press.

JOHNSON-LAIRD, P. (1994), L’ordinateur et l’esprit, Paris, Odile Jacob.

JOUET, J. (1989), « L’informatique <sans le savoir> », Culture technique, (21) : 216-222.

JOUET, J. (1993), « Pratiques de communication et figures de la médiation », Réseaux, (60) : 99-120.

LADRIÈRE, J. (1973), « Représentation et connaissance », Encyclopædia Universalis, vol. 14, p. 88-90.

LAMIZET, B. (1996), « Penser les rapports à la technique, un impératif des sciences de l’information et de la communication », Actes du congrès de la SFSIC, Grenoble-Echirolles, p. 13-25.

LLOYD, G. (1991), Methods and Problems in Greek Science, Cambridge, Cambridge University Press.

MATURANA, H. R. et F. J. VARELA (1994), L’arbre de la connaissance, Paris, Addison-Wesley SA.

MEYER, C. (1985), Étude de la représentation de l’ordinateur chez quarante-deux enfants de la banlieue sud-est de Paris. Thèse de doctorat de troisième cycle en Sciences de l’Information et de la Communication sous la direction de J. PERRIAULT, Paris, EHESS.

MEYER, C. (1996), « La presse d’Internet », Actes du Congrès Franco-Brésilien, Grenoble-Eychirolles, p. 18-31.

MIÈGE, B. (1995), La pensée communicationnelle, Grenoble, PUG.

MOSCOVICI, S. (1961), La psychanalyse, son image et son public, Paris, Presses universitaires de France.

NAGEL, T. (1974), « What’s like to be a bat ? », Philosophical Review, (83) : 435.

PERRIAULT, J. (1981), « L’empreinte de la technique », Culture technique, (2) : 123-136.

PERRIAULT, J. (1989a), « L’empreinte de l’ordinateur sur les modes de pensée des utilisateurs », Culture technique, (21).

PERRIAULT, J. (1989b), La logique de l’usage — Essai sur les machines à communiquer, Paris, Flammarion.

PERRUCHET, P. (dir.) (1988), Les automatismes cognitifs, Liège, Pierre Mardaga.

PIAGET, J. (1946), La formation du symbole chez l’enfant, imitation jeu et rêve image et représentation, Paris/Neuchâtel, Delachaux et Niestlé.

PINKER, K. (1994), The Languague Instinct, Cambridge (Mass.), MIT Press.

PREMACK, D. et J. A. PREMACK (1983), The Mind of an Ape, New York, Norton.

PREMACK, D. (1988), Pourquoi les êtres humains sont-ils plus habiles que les animaux : objet, cause et intention, Discours de réception du prix de la fondation Fyssen, 15 avril.

PREMACK, D. (1995), Causal Cognition, Colloque organisé par la fondation Fyssen. Édité par Dan Sperber et Ann Premack.

PROUSt, J. (1996), Espace et intentionnalité. Penser l’esprit, Grenoble, PUG.

PROUST, J. (1997), Comment l’esprit vient aux bêtes. Essai sur les représentations, Paris, Gallimard.

SAMBURSKY, S. (1956), The Physical World of the Greeks, Londres,Routledge/Kegan Paul.

SFEZ, L. et al. (1988), La communication : d’une épistémé à la forme symbolique, technologie et symbolique, Grenoble, PUG.

SFEZ, L. (1990), Critique de la communication, Paris, Éditions du Seuil (2e édition).

SEARLE, J. R. (1985), Du cerveau au savoir, Paris, Herman.

SEARLE, J. R. (1995), La construction de la réalité sociale, Paris, Gallimard.

SPERBER, D. (1996), La contagion des idées, Paris, Odile Jacob.

SPERBER, D. (1997), « Interview », Sciences humaines, (77) : 12-15.

VARELA, F., E. THOMPSON et E. ROSCH (1993), L’inscription corporelle de l’esprit. Sciences cognitives et expérience humaine, Paris, Éditions du Seuil.

VAUCLAIR, J. (1995), L’intelligence de l’animal, Paris, Éditions du Seuil, Coll. « Points ».

VAUCLAIR, j. (1996), La cognition animale, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Que sais-je ? ».

VAUCLAIR, J. (1998), « Les animaux pensent-ils ? », Sciences humaines, (87) : 32 -35.

VIGOTSKY, L. S. (1934, 1999), Thought and Language, Cambridge (Mass.), MIT Press.

WEISSBERG, J. L. (1999), Présence à distance, Paris, L’Harmattan.

WOLTON, D. (1997), Penser la communication, Paris, Flammarion, Coll. « Champs ».

Haut de page

Notes

1 Citons notamment : Critique no 456 (mai 1985) ; Michèle Lamont (1987) ; Jean-Philippe Mathy (1993 : surtout le chap. 5) ; Nathalie Duval (1992) ; Ieme van der Poel, Sophie Bertho et Ton Hoenselaars (dir.) (1999) ; Stanford French Review, 15(1-2) (1991) ; et Sylvère Lotringer & Sande Cohen (dir.) (2001).

2 « Chose » en latin.

3 Nous considérerons, dans cet article, les termes de savoir et de connaissance comme synonymes dans la mesure où, comme le rappelle J. Brunschwig (1996 : 118), la langue française est l’une des rares langues à faire la différence entre savoir et connaissance. Les expressions courantes distinguent ainsi une connaissance de type objectal et un savoir de type prépositionnel. On dit « connaître quelqu’un » mais on ne dit pas « savoir quelqu’un » (à l’exception de savoir quelque chose). Par contre, on dit « savoir que quelqu’un… ». En grec ancien, les verbes cognitifs ne sont pas spécialisés.

4 Difficulté logique qui met en cause le raisonnement.

5 Pour C. S. Peirce, il existe, à côté des raisonnements classiques que sont l’induction et la déduction, un troisième raisonnement, l’abduction, qui est le processus de formation d’une hypothèse explicative.

6 À l’exception notoire, bien sûr, de J. Piaget.

7 Dans notre civilisation, nous avons tendance à ramener une image mentale à l’élaboration d’une image visuelle. Ceci est, bien entendu, réducteur puisque l’image mentale peut être construite à partir d’autres images perceptives provenant des sens du toucher, du goût, de l’ouïe et de l’odorat.

8 L. Sfez utilise cette figure pour tenter de rendre compte de la circularité induite, selon lui, par le monde des médias qui représente l’humain et s’exprime à sa place et qui fait que rien ne communique.

9 Expression que l’on peut traduire par « informationnellement cloisonné ».

10 Logo est un langage informatique procédural interprété destiné à faciliter le déveppemment cognitif de l’enfant. Il avait été mis au point par S. Papert, à la fin des années soixante-diz, dans l’esprit de l’épistémologie piagétienne. J. Perriautl est à l’origine de sa diffusion en France, notamment dans le cadre de la RCP/CNRS LOGO qu’il a animé à l’INRP de Montrouge de la fin des années soixante-dix au milieu des années quatre-vingt.

11 Voir à ce sujet les travaux de D. Premack (1983, 1988, 1995) et de K. Pinker (1994) par exemple.

12 Brentano utilise le terme intentionnel dans le sens de la scolastique comme, par exemple, chez Thomas d’Aquin pour qui ce terme signifie mental par opposition au réel. Inexistenz, dans le sens d’être à l’intérieur de en est un synonyme. Précisions apportées par J. P. Dupuy (1994 : 103).

13 Cette question a aussi été largement débattue par des philosophes comme Husserl, D. Dennett et J. Searle. L’exposé de ces théories dépasse le cadre de ce texte.

14 En fait, le cerveau est en grande partie un automate non-conscient. Il serait d’ailleurs impossible de vivre si le cerveau était totalement conscient. La vie consciente est très coûteuse en énergie et en temps.

15 À peu près à la même époque, Frege introduira la différence entre Gedanken (pensée) et Vorstellung (représentation).

16 Rosenblueth, le mentor de N. Wiener, estimait que « des notions comme intelligence, conscience, mémoire, apprentissage, anticipation, intentionnalité, contenu, qui renvoient à ce qui se passe dans l’esprit des sujets et qui ne peuvent faire l’objet d’aucune mesure n’ont aucune pertinence pour le problème de la communication » (Dupuy, 1994 : 40). La cybernétique qui s’était donné pour objectif d’édifier une science générale de l’esprit évacue totalement les « états mentaux » de sa problématique. Renouant avec le vieux projet de La Mettrie, les cybernéticiens voulaient assimiler l’homme à la machine qui est le modèle, un modèle à imiter. L’une de ces machines sera l’ordinateur, qui peut être considéré comme une occurrence du programme universel de la machine de Turing. Le cerveau, dans sa fonction (l’esprit) et dans sa structure (la biologie) peut être assimilé à un ordinateur. Puisqu’un comportement cognitif peut être dissocié de son conditionnement, rien ne s’oppose à ce qu’il soit exécuté sur des supports multiples : cerveau humain, animal ou machine (réseau neuronal ou ordinateur symbolique qui reste à inventer). Avec cette conception, la cybernétique a été à l’origine de l’Intelligence Artificielle symbolique, du connexionisme et de la Théorie des Systèmes auto-organisateurs. Elle entretient aussi des liens de parenté avec la philosophie de l’esprit.

17 Ce débat avait été ouvert, dès le XIXe siècle, par la publication à peu près simultanée, en 1883, de deux ouvrages. Tout d’abord, celui de C. Menger qui était partisan de la méthode scientifique pure et dure, intitulé Recherches sur la méthode des sciences sociales. Puis, l’ouvrage de W. Dilthey, Introduction aux sciences de l’esprit. Dans ce dernier, Dilthey présente l’opposition entre « sciences de la nature » et « sciences de l’esprit ». Il soutient la nécessité d’élaborer une autre méthode que celle des sciences naturelles, une méthode qui permette de prendre en compte la subjectivité et le sens comme le fait l’herméneutique.

18 Penser l’esprit sciences et technologies de la connaissance (collectif), PUG, 1996.

19 Cognition et information en société (collectif), EHESS, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Meyer, « Les représentations mentales », Communication, vol. 21/1 | 2001, 9-31.

Référence électronique

Claude Meyer, « Les représentations mentales », Communication [En ligne], vol. 21/1 | 2001, mis en ligne le 25 janvier 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/5445 ; DOI : 10.4000/communication.5445

Haut de page

Auteur

Claude Meyer

Claude Meyer est professeur à l’Université d’Orléans. Courrier : meyer.claude@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org