Navigation – Plan du site
Articles

Quelques remarques épistémologiques sur l’évolution du « procès de travail »

Réseaux, associationnisme, auto-organisation dans le contexte des nouvelles mémoires numériques
Jean-Max Noyer
p. 65-98

Résumés

L’objectif de cet article est d’examiner la diffusion de modèles associationnistes au cœur du procès de travail et de sa pensée. À partir d’une analyse des profondes transformations de la mémoire et des systèmes d’écritures, l’auteur met en évidence un certain nombre de caractéristiques concernant l’évolution de ce procès. En restant au plus près de la question politico-cognitive des nouvelles mémoires numériques en réseau ainsi que de recherches sur le processus de différenciation des dispositifs collectifs de production des savoirs, il essaie de montrer la puissance de ces modèles et ce, autant que faire se peut, de manière critique.

Haut de page

Texte intégral

Le capitalisme représenterait donc une forme paroxystique d’intégration de divers types de machinismes : machines techniques, machines d’écriture économique, mais aussi machines conceptuelles, machines religieuses, machines esthétiques, machines perceptives, machines désirantes… Son mode de sémiotisationla méthode du Capital — constituerait tout à la fois une sorte d’ordinateur du socius et de la production, et une « tête chercheuse » des innovations adaptées à ses pulsions internes. Dans ces conditions, sa matière première, sa nourriture de base ne serait pas directement le travail humain ou le travail machinique, mais l’ensemble des moyens de pilotage sémiotique relatifs à l’instrumentation, à l’insertion dans le socius, à la reproduction, à la circulation des multiples composantes concernées par ce processus d’intégration machinique. Ce que capitalise le capital c’est du pouvoir sémiotique. Seulement pas n’importe quel pouvoir — car, à ce compte, il n’y aurait pas lieu de le démarquer des formes antérieures d’exploitation —, mais un pouvoir déterritorialisé. Le capitalisme confère à certains sous-ensembles sociaux une capacité de contrôle sélectif du socius et de la production par le biais d’un système de sémiotisation collective. Ce qui le spécifie historiquement, c’est qu’il ne s’efforce de contrôler que les diverses composantes qui concourent au maintien de son caractère processuel (Guattari et Alliez, 1983).

1Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, se sont mis en place, progressivement mais sûrement, un certain nombre de projets, d’expérimentations concernant l’organisation du procès de travail. Ces projets se sont développés à partir d’un ensemble de constats, de schèmes conceptuels et politiques concernant ce que l’on peut appeler, d’une façon très générale, « les moyens de pilotage sémiotique » nécessaires au fonctionnement de sociétés de marché(s) technologiquement avancées, des multiples organisations et institutions qui les constituent. Dans ce cadre, l’évolution des intelligences collectives — le développement de nouvelles formes d’intelligence distribuée — occupe une place importante.

2Ces constats sont les suivants.

3Il y a un mouvement profond tout à la fois d’intégration et de différenciation-fragmentation des dispositifs de production des savoirs. Ce mouvement affecte les processus innovants. Deuxièmement, il y a une croissance exponentielle de la quantité de documents, d’informations. Qu’il s’agisse des secteurs privé ou public, des instances étatiques ou non, cette croissance est, bien entendu, extensive mais aussi intensive. Une hétérogénéité croissante de « traces » étant produite et collectée au terme de cascades de transformations (Latour et Hermant, 1998) toujours plus élaborées, impliquant des collectifs hybrides de systèmes homme(s)-machine(s), de mémoires très différenciées. Très fortement engagée au cours du XIXe siècle, la co-émergence de l’État, de la production-collecte de traces et de la statistique n’a fait que se développer depuis (Desrosières, 1996).

4Enfin, il y a, sinon une espèce de déliquescence, du moins une contestation croissante fondée sur des motifs tant politiques que cognitifs, des systèmes traditionnels de contrôle et de régulation centralisés de types hiérarchiques et descendants.

5Cela se traduit, entre autres, par des demandes accrues, souvent contradictoires dans leurs dimensions politiques et économiques, de mises en visibilité toujours plus poussées de ce qui nous lie, nous attache, nous fait être éléments de communautés diverses et variées.

  • 1 Au sens de B. Latour et M. Callon. Il s’agit de n’accorder aucun privilège ontologique a priori à t (...)

6Cette contestation, voire cette déliquescence, des systèmes de régulation et de contrôle est en vérité plus complexe qu’il n’y paraît. Là encore, différenciation et fragmentation sont à l’œuvre et la multiplication de ces systèmes va de pair avec les nouveaux actants1 générant des nouveaux modes de production, de transmission et de dissémination des savoirs. Ces modes dynamiquement et hiérarchiquement enchevêtrés définissent de nouveaux rapports différentiels entre les modes hérités et entre ces derniers et les nouveaux.

7Parmi ces nouveaux dispositifs, certains visent des strates locales, d’autres encore agissant à plusieurs niveaux d’échelles, voire à tous les niveaux. Ces dispositifs de régulation et de contrôle peuvent prendre des formes très variées et mettre en œuvre des processus de normalisation multiples. Pour aller à l’essentiel, nous avons à faire face à un enchevêtrement complexe de formes centralisées et a-centrées, de formes descendantes et ascendantes, arborescentes et « rhizomatiques », dirigistes et auto-organisationnelles. Mais n’en a-t-il pas été toujours ainsi (de Landa, 1997) ?

8Certains dispositifs agissent comme boucles de réflexivité, instances-boîtes noires complexes, centrales et surplombantes, dont la performativité repose sur la connexion et la mise en procès de longues chaînes d’actants hétérogènes. Ainsi en est-il, par exemple, des institutions étatiques et des administrations qui sont comme autant de systèmes auto-simplifiants qui permettent à des agencements hypercomplexes (une nation, une entreprise) de s’utiliser, pour reprendre l’expression de N. Luhman, comme instance de leurs propres opérations. D’autres agissent localement par contagion, proximité et voisinage (voir par exemple Burt, 1992 ; Lévy, 1990 ; Hayles, 1994). Ces derniers permettent d’appliquer des contraintes locales, distribuées de manière plus ou moins large. Ces dispositifs sont très variés : interfaces, systèmes d’écritures, normes…

9Sur le plan social, les trente dernières années ont été aussi marquées par une différenciation croissante des groupes sociaux ainsi que par un affaiblissement des dispositifs « sur lesquels reposaient la définition et le contrôle des épreuves de sélection sociale (grilles de classification des conventions collectives, syndicats de salariés, déroulements des carrières) ». Ces divers mouvements « ont contribué à la mise en place progressive (se poursuivant toujours) d’une multitude de nouveaux dispositifs et de nouvelles épreuves de sélection (mobilité, passage d’un projet à un autre, polyvalence, aptitude à communiquer au cours d’un stage de formation), relevant d’une autre logique que nous avons appelée <connexionniste> » (Thévenot et Chiapello, 1999).

10Enfin, et ce n’est pas le moins important, la prolifération de nouveaux acteurs humains et non-humains a rendu plus complexe le fonctionnement des procédures délibératives et décisionnelles, plus incertaine la légitimité des instances politiques héritées. Aux parlements des êtres qui tenaient relativement à distance les choses qu’ils prétendaient dominer, surgissent ça et là, mais avec une force croissante, de nouveaux parlements des êtres et des choses qui tentent de faire naître, à travers une bio-techno-politique renouvelée, des formes « démocratiques émergentes ». Les critiques et les contestations des modes représentatifs de la démocratie sont ainsi, depuis au moins trois décennies, sans cesse amplifiées et confortées.

11Nous avons conscience que ces constats ne sont pas les seuls à pouvoir être faits. Les trois grandes lignées technologiques en cours d’actualisation et qui déterminent en partie les variations des conditions sous lesquelles nous ne cessons de faire l’expérience de nous-mêmes affectent les socles anthropologiques constitutifs de notre « humanité ». Numérisation du signe et politiques de la mémoire ainsi que de l’écriture que ce procès engendre ; biotechnologies et bio-politiques associées et nanotechnologie remodèlent si profondément la question du « gramme » et des « programmes » (Stiegler, 1996) que l’ensemble des dispositifs religieux, esthétiques, éthiques, économiques, etc., est travaillé, voire troublé, par l’évolution actuelle du couplage structurel « technogenèse-sociogenèse ». Plus que jamais, notre tâche intellectuelle, notre action politique et notre vie sont traversées par la question de savoir « quelles sont les nouvelles forces qui en nous sont activées par ces nouvelles forces du dehors » (Deleuze et Guattari, 1991).

Procès de travail et nouveaux « collectifs »

12Toutefois, les constats que nous sélectionnons ici sont suffisants pour permettre de mettre en perspective des schèmes et des forces qui portent des transformations importantes du « procès de travail intellectuel ».

13Nous avions, il y a déjà quelques années, insisté sur les nouvelles formes politiques voire anthropologiques de ce procès (Revue SOLARIS no 1). Les questions ouvertes de « l’intellectualité de masse » (pour reprendre l’expression de Karl Marx), des « intelligences collectives », des « infrastructures informationnelles-communicationnelles », des « mémoires hypertextuelles, hypermédias, du capital cognitif, social », sont au cœur de nouveaux enjeux, de nouveaux affrontements.

14Toutes ces évolutions sont « l’expression et l’exprimé » (voir les philosophies de l’expression et, en particulier, Deleuze, 1968) de la montée de nouvelles représentations et formes d’organisation réticulaires du monde en général et du monde socio-politique en particulier. Cette montée en puissance se fait sur l’affaiblissement des modes traditionnels de dissémination des savoirs, des processus de normalisation, des modes traditionnels des moyens de contrôle, de régulation et de formation.

15De même, la perception qu’il est possible — en s’appuyant sur la croyance d’une métastabilité toujours plus grande de systèmes socio-politiques complexes et différenciés, non-totalisables — d’être, plus que par le passé, à soi-même « fondateur de sa propre loi », de pouvoir négocier plus aisément cette sorte d’autonomie relative dans les micro-interstices intra et inter-communautaires et de pouvoir participer à des émergences créatrices de niveaux supérieurs favorables à l’enrichissement général, cette perception donc favorise l’apparition d’une philosophie et d’une économie politique générale fondées plus ou moins radicalement sur des principes associationnistes forts.

16Cette philosophie et cette économie tendent à réévaluer la place des modes auto-organisationnels de production des formes, des savoirs et les modes d’organisation en réseau. La question générale de la morphogenèse, à partir de positions immanentistes, occupe donc le devant de la scène avec force.

17De ce point de vue,

l’ontologie du réseau a été en grande partie établie de façon à libérer les êtres humains des contraintes de justification que faisait peser sur eux l’action des métaphysiques à deux niveaux : l’une occupée par des êtres dispersés, l’autre par des conventions permettant de les rapprocher sous équivalence et donc de les soumettre à des jugements qui caractérisent les philosophies politiques du bien commun d’où a été dérivé le concept de cité. Contre ces constructions à deux niveaux, le réseau se présente comme un plan d’immanence, selon l’expression de Deleuze, dans lequel l’épreuve est entièrement définie comme épreuve de force ou simplement comme « composition de rapports » ou encore rencontre de façon à faire l’économie des boucles de réflexivité passant par un jugement moral (Thévenot et Chiapello, 1999).

18À chaque ébranlement anthropologique, à chaque variation affectant les modes d’écriture, de lecture, de voir, de répéter-imiter, de transmettre-copier-altérer, de mémoriser, à chaque fois qu’une émergence s’actualise, qu’un saut en complexité s’incarne, resurgit donc le problème de la production-constitution du collectif, stable-métastable. Resurgit encore la question, au sein « de l’inépuisable multiplicité du réel en sa création de nouveau (émergences) » du statut des singularités, des processus d’individuation, altération-création. Statut « qui induit à poser la dynamique de la différence à la racine des choses et de leurs devenirs, qui conduit à identifier la fin et l’essence de tout être avec sa différence caractéristique, c’est-à-dire à donner la différence pour but à elle-même » (Alliez, 1999).

19Mais c’est toujours sur le fond de « collectifs », de milieux au milieu d’autres milieux, que vont se dévoiler les processus d’individuation psychique et collective, pour reprendre l’expression de G. Simondon.

20Dans ce cadre, et, au cours de la deuxième moitié du XXe siècle, dans des domaines et des activités très divers, à partir de la formulation de problèmes locaux et de leurs tentatives de résolution, la remontée vers la question de la constitution du collectif se fait à partir d’un certain nombre de positions théoriques et d’attitudes pragmatiques relativement proches.

21Ces positions et ces attitudes ont en commun d’opter principalement pour une approche « associationniste » issue de la grande tradition empiriste, avec comme figure emblématique David Hume, et doublée d’une conception immanentiste de la genèse des formes avec comme figure flamboyante, dans la tradition philosophique occidentale, Spinoza. La monadologie leibnizienne, comme pensée des multiplicités et de l’hétérogénéité, donnant le contrepoint : « il n’est que des substances individuelles », avec en écho puissant, la néo-monadologie de G. Tarde. C’est en effet « ce problème de constitution collective que ce dernier reprend de Leibniz en rétablissant la force active des monades dans le fait de son droit… Il y a chez G. Tarde un pouvoir constituant du socius dont la base est le fait d’association (un associationnisme généralisé) et la manifestation une philosophie de l’avoir ». « Tout cela suppose d’abord que toute chose est une société, que tout phénomène est un fait social ». Et « l’on ne comprend son individualisme que par son sociologisme en ce qu’il engage une constitution collective ou matérialiste des individus » (Alliez, 1999).

22Dans ce contexte et en dépit de profondes divergences, ces positions et attitudes tentent sinon de résoudre du moins de relancer deux types de questions. À travers la critique du « discours des essences » et de la transcendance, la question politique de la création continuée et ouverte du monde est sans cesse relancée contre les conservatismes hérités et, à travers une conception générale immanentiste de la morphogenèse, la possibilité de penser l’histoire de la vie dans une perspective non-linéaire, hyper-complexe, dans laquelle la diversité des conditions d’émergence du nouveau, des processus loin des équilibres et de l’homogène est non seulement possible mais fondée (de Landa, 1997). Partir, selon des perspectives souvent très éloignées, des conditions de possibilité matérielles et idéelles des associations, des « percolations », des traductions, à des niveaux d’échelles très variés, entre des actants infiniment différents, appréhender les divers types de contraintes participant de la genèse des formes en général et de la constitution des collectifs, tel est le socle commun des approches associationnistes. C’est sur ce socle que la question de la constitution du collectif et de l’émergence du nouveau va évoluer et se radicaliser.

Du collectif : en dehors du grand partage

23Dans la perspective qui est ici la nôtre, la question du collectif est double. Tout d’abord, il s’agit, afin de prendre la mesure de la croissance de complexité, de sortir de la séparation traditionnelle individu-collectif. Puis d’étendre, aussi loin qu’il soit possible, en toute rigueur, les effets des affirmations de G. Tarde évoqué précédemment (Tarde, 1999).

24Pour ce qui est du premier problème, il s’inscrit dans la lignée des travaux qui tentent de sortir de ce que Bruno Latour, à la suite de quelques autres, a appelé le « grand partage ». Ce vaste courant recouvre un certain nombre d’approches qui se sont exprimées dans les champs théoriques les plus divers.

25Pour donner quelques repères, nommons, dans le domaine de la philosophie : A.N. Whitehead, G. Simondon, G. Deleuze et F. Guattari, A. Negri, B. Stiegler, P. Lévy ; dans les domaines de la sémiotique, de l’anthropologie et de l’écologie cognitive : C.S. Pierce, G. Bateson, M. Douglas ; dans le domaine de la sociologie des sciences : B. Latour, M. Callon ; dans les domaines des sciences de la cognition et plus particulièrement de la cognition distribuée : E. Hutchins, Norman, P. Lévy, G. Bowker. Ce ne sont là que références et bornes grossières. Certes.

26Ce qu’elles expriment et privilégient est cependant semblable. Elles pensent, avec des réussites variées, l’émergence du nouveau comme co-émergences de processus d’individuation et de différenciation, de niveaux multiples, mettant en jeu les éléments les plus hétérogènes. Et si nous devons considérer que « toute chose est une société, que tout phénomène est un fait social total », ce n’est pas parce que le « social » viendrait les surdéterminer, les surplomber de l’extérieur, mais bien parce nous n’avons à faire qu’à du collectif et à différentes instanciations des pragmatiques qui vont avec. Tout être, toute chose sont du collectif. Et c’est parce qu’il y a une pragmatique interne des multiplicités métastables constitutives de toute entité qu’il peut y avoir articulation avec une pragmatique externe engageant, sur la base de processus associationnistes complexes, multiformes et du développement de médiations, les choses entre elles, les êtres entre eux, les choses et les êtres entre eux.

L’individu n’est ainsi ni substance, ni simple partie du collectif : le collectif intervient comme résolution de la problématique individuelle, ce qui signifie que la base de la réalité collective est déjà partiellement contenue dans l’individu, sous la forme de la réalité préindividuelle qui reste associée à la réalité individuée ; ce que l’on considère en général comme relation à cause de la substantialisation de la réalité individuelle est en fait une dimension de l’individuation à travers laquelle l’individu devient ; la relation au monde et au collectif est une dimension de l’individuation à laquelle participe l’individu à partir de la réalité individuelle qui s’individue étape par étape (Stiegler, 1994).

27Penser l’évolution de ce couplage structurel en actualisation-différenciation permanente donne à la question de la médiation en général, de la médiation technique et des conditions matérielles des mémoires externes, une place centrale dans l’analyse des agencements techno-politico-cognitifs impliqués dans tout procès de travail. Comme l’écrit Alliez, « la question n’est plus celle de la dépendance méthodologique de l’objet par rapport au sujet mais celle de l’auto-constitution ontologique du sujet à partir de ses objets » (1993).

28« Milieu » au milieu des choses et des êtres, traversé par et à la traversée du monde qui est notre milieu associé, pris dans un procès sans fin de plissements-associations, de traductions enchevêtrées, nous sommes en tant « qu’agencement collectif » (Deleuze-Guattari), « acteur-réseau » (Latour), entités connaissantes essentiellement par la vertu des contraintes épiphylogénétiques.

29Ces contraintes sont, pour une part de plus en plus large, techniques. Mais depuis la nuit des temps « noués l’un à l’autre par une relation transductive (une relation qui constitue ses termes, où un terme ne peut exister sans l’autre, où les termes sont constituants) », nous savons « qu’homme et technique sont indissociables ». Dit autrement, « il y a une dynamique du quoi irréductible à celle du qui (la logique du supplément n’est pas seulement anthropologique) mais qui a besoin de celle du qui comme pouvoir d’anticipation » (Stiegler, 1996).

30Conduire l’analyse du procès de travail intellectuel, au sens large, demande donc d’échapper à une conception individualiste, identitaire de l’activité de connaître, de produire des énoncés, des savoirs. Les couplages structurels cerveau-monde, hommes-machines, activités cognitives-médiations ainsi que leurs différenciations doivent être examinés avec attention, sous les conditions nouvelles des modes d’inscription, de répétition, de dissémination.

31Toutefois, depuis quarante ans, le processus de numérisation du signe (les virtualisations et effets dont il est porteur) semble poser certaines difficultés et nous éprouvons quelques résistances face à « cette nouvelle programmatique en tant qu’elle est un processus d’individuation psychique et collective » et qu’elle suspend, inquiète, travaille « les programmes » comportementaux hérités par lesquels une société fait corps.

32Il convient donc d’analyser les spécificités de ces technologies mises en œuvre. Il convient de faire l’analyse du procès de travail intellectuel sous les conditions numériques, des modes d’écriture émergents, des mémoires externes numériques distribuées en réseaux et des outils intellectuels associés. Cette analyse doit s’enraciner au plus près dans les choses mêmes, au cœur des procédures matérielles les plus fines qui sont, encore une fois, issues des temporalités et des différenciations, des couplages structurels hiérarchiquement et dynamiquement enchevêtrés entre le qui et le quoi, entre le cortex et les médiations.

  • 2 Une définition essentiellement individualiste de la connaissance peut évidemment ignorer la constit (...)

33À ignorer les complexités de ces couplages, l’on risque, par exemple, d’affaiblir considérablement les avancées parmi les plus fortes des sciences de la cognition, telle, par exemple, celle de « l’autopoïèse2 ».

34L’intelligence est toujours déjà machinée, distribuée, « l’unité réelle minima est l’agencement et c’est toujours un agencement collectif qui met en jeu en nous et hors de nous des populations, des multiplicités, des territoires… » (Deleuze et Parnet, 1972).

35Ces agencements prennent les formes les plus variées, ainsi que les mécanismes associatifs et les processus d’individuation au terme desquels ils deviennent métastables et continuent de s’actualiser-différencier.

36Faire l’analyse du procès de travail aujourd’hui c’est donc faire, pour une large part, l’analyse des nouvelles formes du couplage structurel hommes-machines. Cette analyse doit porter sur les conditions matérielles-idéelles et techniques de la production. Pour suivre K. Marx, l’analyse du procès de travail doit prendre en considération « l’activité personnelle de l’homme, ou travail proprement dit, l’objet sur lequel le travail agit, le moyen par lequel il agit [et les] moyens de travail sont non seulement les gradimètres du développement de la force de travail mais aussi les indices des rapports sociaux dans lesquels on produit » (Marx).

Associationnisme, processus de numérisation

37On l’a déjà fortement pressenti, les mémoires numériques, les nouveaux logiciels et les nouvelles formes organisationnelles affectent sérieusement ce procès. Parmi les textes et programmes de recherche fondateurs, qui expriment l’émergence aux États-Unis d’une nouvelle économie politique de la mémoire et la mise en place progressive de réseaux d’information-communication distribués, quatre repères nous semblent importants.

  • 3 L’ISI (Institute for Scientific Information) fondée par E. Garfield.

38Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, Vannevar Bush, qui avait, au milieu des années trente, proposé avec le Memex un premier dispositif de séléction-association de documents mis sur micro-film et dirigé le projet Mahattan, publie un texte programmatique dans la revue Atlantic Monthly Review. Ce texte (Bush, 1945), à partir des deux premiers constats relevés en introduction, exprime l’idée que nous sommes mis en demeure d’avoir à inventer de nouveaux outils, techniques intellectuelles capables « d’accroître les capacités analogiques et associatives du cerveau humain ». Et il inscrit d’emblée sa démarche à la suite des grandes traditions humienne et leibniziennne. Ce texte d’une vingtaine de pages, largement diffusé à partir de mai 1945, va irriguer la réflexion d’un nombre important de chercheurs, de politiques, de dirigeants d’entreprises, de documentalistes et susciter un certain nombre de programmes de recherche et d’expérimentation. Ces programmes concernent, entre autres, la réorganisation des programmes R&D, civils ou militaires, publics ou privés, des grands fonds documentaires, des dispositifs innovants. Les constats et propositions de V. Bush co-habitent avec la naissance de l’informatique, l’aube de la guerre froide et des grands programmes liés à la course aux armements, à la machinerie de la dissuasion nucléaire en cours de développement. Ils et elles sont repris sur fond de développement de la première cybernétique qui va triompher lors du colloque de Hixon, en 1948. La décennie 1950 verra la croissance informatique prendre de l’ampleur, la question du temps partagé occupant un des centres de la scène. À la fin des années cinquante et tout au début des années soixante, les grandes bases de données numérisées (Deleuze et Parnet, 1972) commencent à s’imposer. Dans le domaine scientifique et technique en particulier, la mise en service de l’ISI3 et de ses deux bases principales le « SCI » (Science Citation Index) et le « SSCI » (Social Science Citation Index) expriment la conscience qu’a une partie des élites américaines de se doter de nouveaux moyens de mise en visibilité des activités de recherche. Cette mise en visibilité est destinée à une meilleure évaluation-gestion de la recherche, tant d’un point de vue cognitif que du point de vue d’une politique (impériale ?) de la technoscience. C’est aussi à cette époque que le programme d’une science de la science va se développer, programme dédié à la mise en visibilité des fronts de recherche, des collèges invisibles, ce qu’exprimera avec brio, mais avec un point de vue élitiste, D. de Solla Price dans ses ouvrages par exemple (1972).

39Pendant cette période, le vaste système de commandement nucléaire se met en place et la gestion des ressources informationnelles-communicationnelles en réseau se trouve mise au cœur des préoccupations. Le début des années soixante se trouve aussi dominé, dans ces domaines, par la constitution de programmes de recherche concernant « l’augmentation de capacités intellectuelles ».

40Relativement éloignés des imaginaires naissants et hérités de la robotique et du « fantasme » du cerveau humain remplacé par un cerveau artificiel le mimant (si possible de manière plus performante), ces travaux se concentrent sur les manières d’accroître la performativité des dispositifs hybrides que sont, par exemple, les laboratoires de recherche. Sous l’impulsion de D. Engelbart (Engelbart, 1963) (le futur inventeur de la souris) et de Licklider (Serres, 2000) (Man-Computer Symbiosis), ces travaux se donnent pour tâche essentielle de réfléchir aux diverses manières de faire coopérer efficacement les différents actants impliqués, étant entendu que, parmi ces derniers, les actants non-humains se mettent à proliférer. Nouvelles mémoires, réseaux, ordinateurs, logiciels, interfaces et médiations numériques de toutes sortes posent de nouveaux problèmes, suscitant de nouvelles résolutions de problèmes anciens. Les travaux dans les domaines du computer-supported cooperative work (CSCW), du groupware, de l’intellectual teamwork (Social and technological foundations of cooperative work), des sociomedia (multimedia, hypermedia and the social construction of knowledge), prennent sans cesse de l’ampleur.

41C’est dans ces équipes que se mettent donc en place, à n’en pas douter, les fondements des réflexions et expérimentations actuelles concernant le caractère coopératif, collectif du procès de travail, les nouvelles intelligences collectives, ce que l’on appelle à présent la cognition, l’intelligence distribuée.

42En parallèle, les réflexions engagées autour du document électronique, numérique et de la textualité vont converger et s’incarner dans les programmes de recherche de T. Nelson qui, au milieu des années soixante, va proposer un nouveau schème d’écriture et de gestion non-linéaire, associatif, des mémoires numériques émergentes, schème qu’il va appeler « hypertextuel » (Nelson, 1965). Cette notion d’hypertextualité qui va dans les 25 ans suivants imprégner nombre de recherches resurgira avec succès tout au début des années quatre-vingt-dix en s’incarnant dans le Web, développé par les chercheurs du CERN, à Genève. L’hypertextualité dans un contexte numérique s’inscrit au plus près du programme de Bush, permet le développement de systèmes d’écritures capables de favoriser les modes fondamentalement associationnistes, analogiques, de l’activité intellectuelle.

43Du côté des réseaux, le rapport Baran (Baran, 1964) va ébranler, contre « l’establishment » des grandes entreprises de communication, en particulier téléphonique, les schèmes traditionnels et introduire la notion de réseau distribué, acentré, c’est-à-dire fonctionnant indépendamment d’une instance centrale.

44Loin de nous l’idée de faire ici une histoire précise de cette période, A. Serres dans sa thèse (Serres, 2000) « Histoire d’un système d’information : l’émergence d’Arpanet », décrit avec finesse l’entrelacs des convergences, des problématiques théoriques, des intérêts hétérogènes qui sont alors convoqués. Cybernétique, problème du time-sharing, émergence de l’informatique interactive, constitution de groupes et de micro réseaux ad hoc… ces repères, bien que légitimes, n’expriment que très imparfaitement les enchevêtrements des influences, des traductions, des chaînes d’actants, des schèmes conceptuels en jeu. Toutefois, ils représentent les principaux pôles à partir desquels l’essentiel de ce qui touche à la question politique et cognitive de la mémoire dans le contexte des réseaux capitalistes américains va s’organiser, va être organisé.

45Ces repères affirment un certain nombre de positions et de postures. Tout d’abord, ils pensent les mondes comme unités à construire. Deuxièmement, ils sont d’emblée hors du grand partage, en ce sens qu’ils conçoivent, peu ou prou, les activités cognitives, les activités innovantes, les processus de création-altération comme co-émergences à partir du creusement intensif du couplage structurel cortex-techniques, cortex-systèmes d’écritures, cortex-mémoires externes. Troisièmement, ils pensent la constitution des collectifs à partir de positions associationnistes ouvertes. Quatrièmement, ils proposent un ensemble de formes organisationnelles prenant en compte des dimensions jusque-là sinon négligées, du moins sous-estimées, c’est-à-dire les dimensions émergentes, a-centrées, voire auto-organisationnelles.

Les stratégies politico-cognitives de la mémoire et des interfaces-médiations dans le contexte numérique

46Au terme de ces quarante années, nous sommes en partie dans cette postérité-là. Sous l’égide de Tim Berners Lee (1990), la convergence de ces quatre « virtualisations » va s’incarner dans l’avènement du second réseau Internet à savoir le World Wide Web. Les technologies et les systèmes d’écriture, de transmission, (http, sgml-html, url, etc.) développés pour créer le W3, l’ont été dans le cadre conceptuel, technique, voire philosophique, hérité, que nous venons brièvement de décrire. Le premier Internet, et plus encore le second, peut être considéré comme un nouveau système d’écriture, un nouveau système distribué de la mémoire, un nouveau mode de transmission distribué et en tant que tel porteur de technologies favorisant de nouveaux modes de travail coopératif, de nouveaux modes de pensée associationnistes, de traitements documentaires, enfin de nouvelles « traces » et des modes de représentation des activités cognitives en général et des activités socio-politiques en particulier.

47Aujourd’hui, dans l’analyse des procès de travail, le traitement des documents numériques est à cet égard révélateur. Il ne s’agit là que d’un point d’entrée possible. Il est toutefois majeur, d’autant plus que les processus de normalisation qui l’accompagnent montrent certaines des dimensions essentielles des transformations et enjeux en cours.

48En effet, ces processus de normalisation ont comme visées les dimensions socio-cognitives et politiques des activités intellectuelles en général. Ils fournissent un certain nombre de repères, principalement autour et à partir de la notion de document numérique « textuel », dédiés à la relance du débat critique sur les nouvelles formes d’intelligences collectives, les pratiques qui les habitent.

49Plus particulièrement, ils mettent en évidence, au-delà de l’évolution documentaire stricto sensu, les effets de formatage et de performation que l’utilisation des nouvelles normes du document numérique textuel engendre au sein de multiples communautés. Nous pensons précisément ici à l’émergence de nouveaux dispositifs hommes-machines prenant en compte les caractères de plus en plus distribués des intelligences collectives.

50Dans les domaines de la formation, de la recherche et de la diffusion, l’appropriation des univers socio-cognitifs émergents est relativement avancée. Ces communautés, en s’appuyant sur les nouvelles normes, ont développé et continuent de développer de nouveaux outils, de nouvelles mémoires ; ont exploité et continuent d’exploiter diverses dimensions liées à l’hypertextualité numérique, aux modes de représentation émergents des caractères de plus en plus distribués, coopératifs, différenciés des dispositifs de production, de circulation des savoirs.

51Il apparaît de plus en plus nettement à présent que les communautés d’œuvres, de chercheurs (pour ne parler que d’elles) tentent d’exploiter plus fortement que par le passé, les multiples « incomplétudes en procès de production » dont elles sont l’expression et l’exprimé. En particulier, au moyen de la prise en compte des nouvelles traces (nœuds, liens, hyperliens…) qui expriment de manière plus précise et complète que par le passé, la vie des univers de référence, de co-production, de répétition, d’altération-création, de dissémination des œuvres, de travaux divers… Mais aussi au moyen des nouvelles pratiques cartographes qui permettent la mise en visibilité des modes collectifs de co-émergence des activités, des productions de telle ou telle communauté. Au cœur de ces nouvelles pratiques, les possibilités offertes par les normes et standards émergents affectent ainsi l’évolution de l’édition électronique scientifique, des bases de connaissances en réseaux.

52De plus, ces normes ouvrent des possibilités d’exploitation renouvelées de la « plasticité numérique », et ce de manière toujours plus singulière, en favorisant la différenciation des pratiques d’écritures(s)-lecture(s), des « éthologies » socio-cognitives. Il vaut donc la peine de s’y attarder.

La montée en puissance du document numérique : nouvelles caractéristiques et différenciation(s)

53Le processus de numérisation du signe engagé depuis ces dernières décennies a atteint aujourd’hui un degré de développement tel que l’ensemble des activités, des productions humaines, s’en trouve grandement affecté, du moins dans le monde « technologiquement développé ». Parmi ces productions subissant les effets de ce processus, se retrouvent ce que l’on appelle un document et, en amont, les notions de trace(s), d’écriture(s) et de mémoire(s).

54Ce que l’on rassemble sous le terme « document » est non seulement devenu plus vaste, mais nous avons affaire à présent à une population de plus en plus dynamique, ouverte, qui ne cesse de se différencier et de participer à d’autres différenciations, à des niveaux d’échelles variés, par exemple, au cœur des pratiques socio-cognitives les plus diverses.

55Déjà, P. Otlet avait en son temps étendu très loin ce qui sous ce terme de document devait être subsumé : hyperdocument.

L’évolution de la Documentation se développe en six étapes. […] Au sixième stade, un stade de plus et tous les sens ayant donné lieu à un développement propre, une instrumentation enregistreuse ayant été établie pour chacun, de nouveaux sens étant sortis de l’homogénéité primitive et s’étant spécifiés, tandis que l’esprit perfectionne sa conception, s’entrevoit dans ces conditions, l’Hyper-intelligence. « Sens-Perception-Document » sont choses, notions soudées. Les documents visuels et les documents sonores se complètent d’autres documents, les tactiles, les gustatifs, les odorants et d’autres encore. À ce stade aussi l’« insensible », l’imperceptible, deviendront sensible et perceptible par l’intermédiaire concret de l’instrument-document. L’irrationnel à son tour, tout ce qui est intransmissible et fut négligé, et qui à cause de cela se révolte et se soulève comme il advient en ces jours, l’irrationnel trouvera son « expression » par des voies encore insoupçonnées. Et ce sera vraiment alors le stade de l’Hyper-documentation (Otlet, 1989 ; Buckland et al., 1997).

56Plus que jamais, l’émergence des normes numériques nous rappelle, à la suite de bien d’autres, (Latour, 1989 ; Goody, 1979) l’importance des « humbles pratiques d’écritures et d’enregistrements » et de ce qui les affecte mais aussi des « résistances » que certains ont à « reconnaître le rôle des inscriptions, à s’intéresser au rôle de la pratique instrumentale » et à ce qui les affecte.

57En ce sens, ce qui se passe aujourd’hui est aussi ancien que l’histoire de l’écriture et donc une partie essentielle de l’histoire de l’homme. L’émergence de l’écriture est émergence d’une stabilisation créatrice (supposant donc divers procès de standardisation), de modes de production de traces répétables et combinables, transportables, quels que soient les milieux associés où ces traces sont répétées, dupliquées, combinées, transformées, déplacées, où quelqu’un répète, duplique, transforme…

Ainsi l’histoire de l’écriture revient à dire une double décontextualisation : des pictogrammes sumériens à l’alphabet consonantique sémitique, de là à l’alphabet grec, autrement dit à partir de l’union première entre le signe, le langage et le monde que réalise l’univers cunéiforme, via l’énigme du mot dans les alphabets sémitiques, pour aboutir à l’illusion sonore de l’alphabet grec, l’écriture s’est détachée du contexte ; dans cette distanciation, diversement réalisée par les différentes cultures graphiques, elle a fini par rendre visible, en l’homme, les choses du langage et les choses du monde (Herrenschmidt, 1990).

58Premier et lent processus de normalisation autour et à partir de Sumer, autour et à partir de Sarde, qui conduit respectivement à l’émergence de l’Écriture, de la Monnaie (Herrenschmidt, 1999 ; http://barthes.ens.fr/​atelier/​actuel/​herrenschmidt.html).

59Plus près de nous, de l’an mille jusqu’à nos jours, langages, systèmes d’écritures, dispositifs de réplication-dissémination, n’ont cessé d’évoluer, de se différencier selon des processus complexes, impliquant des chaînes d’actants (au sens latourien) très variés. Ces processus, fruits du vaste creusement du couplage originaire « cortex-silex » (Stiegler, 1996), sont pour une large part de types associationnistes et autopoïétiques. Nous renvoyons, pour un exposé brillant de ces problèmes, à la deuxième partie intitulée « Memes and Norms » de l’ouvrage de Manuel de Landa (1997).

  • 4 In the world of electronic document formats, the following levels of standardization can be identif (...)

60Parmi ces systèmes d’écritures, les plus importants, les plus connus, sont à la suite du procès de numérisation lui-même, le code ASCII, les normes et standards de réseau et de protocoles de télécommunications (Ethernet, ATM, TCP-IP, Http…) les normes de balisage des textes et documents, (Sgml, Html, Xml, TEI, HyTime…), les normes d’échanges industriels, institutionnels et commerciaux, (EDI), les normes MPEG, les normes et standards spécifiant les supports et formats logiques et matériels de l’information (Disquettes, CDROM, DVD, ZIP…), les standards de traitement de textes, etc. (Marcoux et Sévigny, 1987)4

61Donc, ces documents qui viennent à l’existence aujourd’hui présentent un certain nombre de caractéristiques générales, caractéristiques qui sont comme autant de problèmes à explorer, comme autant de questions à questionner.

62Examinons rapidement ces principales caractéristiques.

63La première, qui a été très rapidement exploitée, renvoie au problème du stockage du document numérique. Dès lors que l’on dispose de moyens de stockage adéquats, il est en effet possible de collecter et de rassembler de vastes quantités de documents dans des espaces relativement réduits. Les bases de données émergeant à la fin des années cinquante et au début des années soixante ont, les premières, incarné cette possibilité.

64La seconde caractéristique du document numérique est sa grande « plasticité », c’est-à-dire les possibilités étendues que ce dernier offre de traitements automatiques (qu’il s’agisse de textes, d’images de sons), de types de manipulations, de transformations. La troisième caractéristique, très vite perçue, par exemple, par Ted Nelson, ce sont les possibilités d’association(s) des documents entre eux, de parties de documents entre elles et ce, quelle que soit la nature des documents associés, liés. On a évoqué à ce propos, selon nous de manière parfaitement justifiée, une « nouvelle alliance » images/textes/sons. Cette caractéristique est au cœur de la problématique des écritures et des mémoires « hypertextuelles », « hypermédias ».

65D’autres caractères expriment cette plasticité.

66Très rapidement, l’extrême transformabilité des formats de stockage, par exemple, mais aussi l’étendue des modes de recherche, d’analyse, d’interprétation des documents ainsi qu’une grande capacité de duplication, de circulation via des réseaux électroniques, dans un espace-temps en partie déterritorialisé, et impliquant, entre autres choses, des nouvelles temporalités, des nouveaux rapports de vitesse et de lenteur concernant les pratiques d’écriture(s)/lectures se sont manifestées.

67Ces caractères affectent l’histoire des traces, de l’écriture, de la pensée, les modes de répétition et de combinaison de ces traces, des signes, les modes de production et de dissémination des documents et des effets de ces modes de dissémination (ce qui, au passage, hantait déjà Platon) — (Platon ; Van Sevenann, 1999). Sont donc transformées les conditions nouvelles de la cognition.

Le processus d’hypertextualisation

68Les deux notions centrales de l’hypertextualité, à savoir celle de nœud et celle de lien, sont ici au cœur des dimensions processuelles et collectives du document numérique. Cette dimension processuelle, à dire vrai, est depuis toujours présente.

Il n’y a pas de texte (Derrida, Latour) qui ne soit par et au milieu d’un collectif de pratiques d’écritures-lectures, de duplication-circulation-dissémination de textes ou fragments de textes, de leur reprise, itération, citation, altération… dans des agencements divers et ouverts. N’oublions pas qu’« itérabilité » ne signifie pas simplement […] répétabilité du même, mais altérité de ce même idéalisé dans la singularité de l’événement (Derrida, 1990).

69Procès sans fin…

70Ce qui est véritablement nouveau aujourd’hui, c’est la mise en visibilité de ce procès, entre autres par les capacités à écrire et à inscrire une partie importante des processus associationnistes et collectifs de la cognition en acte, à des niveaux d’échelle potentiellement indéfiniment ouverts.

71C’est la raison pour laquelle ces caractères doivent être « creusés », dès lors que l’on considère les ensembles de mémoires numériques associées en réseau de type hypertextuel, et que l’on veut en comprendre les modes d’exploitation en devenir. Pierre Lévy a, au début des années quatre-vingt-dix, caractérisé « afin d’en préserver les chances de multiples interprétations » le modèle hypertextuel, par six principes abstraits :

Le principe de métamorphose : le réseau est sans cesse en construction et en renégociation… Son extension, sa composition et son dessein sont un enjeu permanent pour les acteurs concernés, que ceux-ci soient des humains, des mots, des images…

Le principe d’hétérogénéité : les nœuds et les liens d’un réseau hypertextuel sont hétérogènes… Le processus sociotechnique mettra en jeu des personnes des groupes, des artefacts, des forces naturelles de toutes tailles, avec tous les types d’association que l’on peut imaginer entre ces éléments.

Le principe de multiplicité et d’emboîtement des échelles : l’hypertexte s’organise sur un mode « fractal », c’est-à-dire que n’importe quel nœud ou n’importe quel lien, à l’analyse, peut lui-même se révéler composé d’un réseau, et ainsi de suite indéfiniment, le long de l’échelle des degrés de précision…

Le principe d’extériorité : le réseau ne possède pas d’unité organique, ni de mot interne. Sa croissance et sa diminution, sa composition et sa recomposition permanente dépendent d’un extérieur indéterminé…

Le principe de topologie : dans les hypertextes, tout fonctionne à la proximité, au voisinage. Le cours des phénomènes y est affaire de topologies, de chemins…

Le principe de mobilité des centres : le réseau n’a pas de centre, ou plutôt, il possède en permanence plusieurs centres qui sont comme autant de pointes lumineuses perpétuellement mobiles, sautant d’un nœud à l’autre, entraînant autour d’elles une infinie ramification de radicelles, de rhizomes ; fines lignes blanches esquissant un instant quelque carte aux détails exquis, puis courant dessiner plus loin d’autres paysages du sens (Lévy, 1990).

72Ces dimensions du document numérique, dans l’espace-temps des mémoires hypertextuelles, sont au centre d’un vaste travail d’expérimentation et d’exploration collective, travail appellant le développement de nouveaux logiciels d’écriture(s), d’analyse(s).

73Dans les domaines de l’ingénierie linguistique, de l’ingénierie documentaire, de la représentation des flux des savoirs, des flux communicationnels-informationnels quelconques, des agencements socio-cognitifs, les principes associationnistes sont encore convoqués.

74Qu’il s’agisse en effet de la constitution de thesauri émergents, du traitement automatique des nœuds (nœuds calculés), des liens (liens calculés), des analyses dites des co-citations, des « co-sitations », des mots-associés, des formes visuelles sonores associées, des co-liens, qu’il s’agisse encore du développement des moteurs de recherches (textes, images, sons), des logiciels de filtrage collaboratifs, des outils cartographiques dédiés à la représentation et à l’exploitation « intelligente » des communautés les plus diverses, des ressources les plus variées (de la recherche aux entreprises en passant par le commerce et la veille stratégique informationnelle), les variations des algorithmes œuvrant au cœur des programmes informatiques se font à partir de ces principes associationnistes (Balpe, 1996 ; Bourdoncle, 2000).

75Des groupes de recherche, travaillant depuis le début des années quatre-vingt (par exemple au Centre de Sociologie de l’Innovation de l’École des Mines de Paris), ont su très rapidement établir le lien entre l’émergence des nouvelles traces numériques et l’exploitation automatique du principe général de co-occurrence, et ce dans des disciplines très variées, pour des usages très ouverts (Latour et Teil, 1994).

76Dans ce contexte, le travail sur les normes ne cesse d’alimenter les tensions naissant de la production-appropriation de ces dimensions processuelles, collectives-collaboratives, hybrides. Il exprime les efforts que font des individus, des groupes, des institutions, des industriels, pour maîtriser et exploiter à leur avantage, à leurs profits, des systèmes d’écritures puissants et les mémoires qui vont avec ces systèmes.

77Avertis pour une part importante des émergences, des gains en complexité et différenciation, qui n’ont pas manqué de suivre les grandes révolutions graphiques de l’histoire humaine, les grandes et petites révolutions de l’écriture, des mémoires externes, les systèmes anticipent et accompagnent les variations qui affectent les puissants dispositifs auto-organisateurs que sont les hypertextes, hypermédias numériques en réseau.

78Ces derniers, en effet, sont caractérisés par de multiples niveaux d’organisations systémiques, reliés par des boucles récursives de rétroactions. Grâce aux multiples interfaces, logiciels, mémoires, mécanismes de répétition et de redondance dont ils sont porteurs, ils sont marqués par une utilisation de structures hautement récursives. Ils se caractérisent aussi par un nombre très important de règles et de pratiques locales, qui, par leur application répétée, favorisent l’émergence de structures plus vastes, plus complexes. Et les boucles de rétroaction agissent à l’intérieur et entre les niveaux de codes, de sémiotiques, de mémoires, de textes et ce, parce qu’ils sont habités par une grande variété de commandes, de modes d’écriture… largement distribués sur un nombre de niveaux d’échelles important, voire à tous les niveaux d’échelles. Ces dispositifs donnent aux méthodes, pratiques ascendantes, une place prépondérante.

79Dans le même ordre d’idées, les pratiques, les comportements et les usages se développent en interaction directe avec l’environnement plutôt que par l’intermédiaire de modèles abstraits. Enfin, les dispositifs de type hypertextuel incluent les utilisateurs dans leurs diverses boucles et les processus d’altération-création, d’associations, peuvent se produire en des lieux multiples et ouverts : à l’intérieur-extérieur des textes, des mémoires, à l’intérieur-extérieur des programmes, des logiciels, des interfaces, enfin à l’intérieur-extérieur des pratiques collectives singulières et spécifiques ou de ce que l’on pourrait appeler « les cheminements synaptiques » liés aux multiples pratiques d’écriture-lecture, pratiques singulières et/ou collectives pour aller à l’essentiel. Mentionnons, pour finir, les multiples niveaux de production de sens et de représentation et les niveaux des codes, algorithmes, etc., utilisés pour produire ce sens, ces représentations.

80Ces caractéristiques montrent que l’on touche à un point critique lorsqu’on se concentre sur les phénomènes collectifs et sur ce fait que des savoirs peuvent être présents à un niveau d’échelle tout en étant absent du niveau inférieur. C’est pour nous d’une importance majeure. Dans le cadre de la cognition distribuée, cela signifie que l’on ne peut faire l’impasse sur la multiplicité des logiques ou des usages impliqués et que le statut des médiations, des technologies intellectuelles, les possibilités de connexion, de filtrage, de représentation qu’elles permettent, l’étendue de leur dissémination, jouent un rôle essentiel. D’autant que ces phénomènes collectifs mettent en jeu des hybrides comme agencements complexes de couplages d’éléments humains et non-humains.

81Selon les domaines socio-cognitifs d’activités — les acteurs — et selon les niveaux d’écritures considérés, mis en jeu dans la création de ces dispositifs cognitifs hypercomplexes, ces efforts convergent ou divergent, privilégient ou négligent tel ou tel aspect de la plasticité numérique.

82De telle sorte que le débat sur les normes émergentes, les technologies d’écriture hypermédias, les modes de classification, d’échange, etc., du document numérique est le débat le plus complexe et le plus ouvert qui ait jamais eu lieu quant à la question de l’écriture, de la mémoire et quant aux conséquences de la mutation présente de cette dernière.

83Il en est ainsi, parce que la « nouvelle infrastructure informationnelle est incorporée et totalement immanente aux nouveaux processus de production » (Negri et Hardt, 2000).

84Si l’on reprend l’essentiel des événements dans l’ordre, sont advenus :

  • un changement radical du mode d’écriture et d’inscription des traces et des signes (numérisation) ;

  • le développement de la science informatique (langages de programmation et approfondissement de la question des pro-grammes-logiciels) ;

  • la création de réseaux électroniques distribués et l’émergence sous la forme de la définition de protocoles, par exemple le protocole fondateur « TCP/IP » du réseau Internet, le protocole « Http » fondateur du deuxième Internet et W3 « hypertextuel ») permettant l’échange et la circulation de données numérisées ;

  • le développement de normes d’écritures rendant possible le partage de ressources hétérogènes sous un mode client-serveur (langages dits de « balisage », Sgml, Html, Xml), est à la base de cette strate anthropologique complexe, où sont produits, distribués, dupliqués, échangés, commentés, bref mis en mouvement une variété considérable de documents numériques.

85Ces événements, répartis sur près d’un demi-siècle, ont été engendrés par un ensemble d’acteurs, de réseaux d’acteurs hétérogènes, œuvrant en marge ou sur des fronts de recherche ayant pour but l’amélioration des intelligences collectives, des capacités innovantes, la maîtrise économique et politique des sociétés complexes. Cette marge et ces fronts ont consisté et consistent toujours, à partir du procès de numérisation, à définir des modes d’écritures rendant possible l’exploitation intelligente des ressources documentaires en croissance exponentielle bien avant la Seconde Guerre mondiale, la maîtrise, autant que faire se peut, des processus de fragmentation-différenciation affectant les multiples sphères de production des savoirs, d’informations nécessaires à la bonne marche de sociétés, d’organismes de plus en plus complexes.

86Les caractéristiques du document numérique, telles que nous les avons décrites et mises en perspectives, ont engendré et engendrent un grand nombre de problèmes.

87Ces problèmes concernent tous les aspects de la vie des documents, c’est-à-dire de leur production, de leur circulation, de leur diffusion, de leur conservation et de leur protection.

88Les systèmes qui rendent possible la réalisation du plus grand nombre des modes de chacune de ces fonctions reposent, entre autres, sur la création de standards, de normes (Marcoux et Sévigny, 1987), qui correspondent donc à des objectifs, des intérêts extrêmement variés et parfois variables.

89Ces derniers peuvent être conflictuels, voire contradictoires, selon, par exemple, qu’ils visent un partage le plus large possible des ressources, ou bien la protection maximale d’un certain nombre de ressources, selon qu’ils visent la production de savoirs complexes dans et par des espaces socio-cognitifs eux-mêmes complexes ou bien l’accès simple et largement partagé à un type particulier et limité de ressources.

90Les dispositifs numériques, hypertextuels, en réseau étant composés d’un emboîtement complexe d’écritures et de programmes, la définition de nouvelles normes et la manière dont elles vont s’affronter ou s’imposer, sont affaires complexes. De plus, chaque norme spécifique, bien qu’opérant, au sein d’un système d’emboîtement, d’une combinatoire de systèmes de traduction et d’interopérabilité complexes, à des places-niveaux-strates spécifiques, n’en produit pas moins des effets de création-altération à des niveaux supérieurs. Le protocole Http, la norme Html, par exemple, viennent, à la suite de normes antérieures (ces dernières en étant pour une large part conditions de possibilité) comme des axiomes supplémentaires dans le vaste système d’écritures, des normes héritées, créer des conditions de production et de créativité nouvelles en appellant à son tour l’émergence de nouvelles normes, selon des rythmes et des temporalités divers.

91À partir donc des normes fondamentales que nous avons énoncées précédemment, les problèmes posés par l’appropriation cognitive, socio-économique, politique, des documents numériques en croissance rapide, prennent forme et consistance, ou bien si l’on préfère, s’actualisent à travers l’invention et la définition de normes d’écritures, d’échange et les espaces de jeu qu’elles offrent aux intérêts et passions singulières et/ou collectives. Ces inventions-définitions répondent à des problèmes qui répondent eux-mêmes à des séries spécifiques de conditions portées par des ensembles d’actants plus ou moins hybrides.

92La plasticité du document numérique ouvre donc une certaine période d’instabilité tant sur le plan cognitif que politique, économique et géopolitique.

Nouvelle économie politique et enjeux stratégiques

93Sur le plan de l’économie politique, cette instabilité brouille le jeu classique des actants en en introduisant de nouveaux et en offrant des légitimités inédites à la remise en cause de formes organisationnelles qui tenaient jusqu’alors le haut du pavé, et à travers lesquelles et par lesquelles étaient fondés les termes des relations structurales des conflits politiques.

94Les systèmes d’information distribuée et la constitution de grands fonds documentaires sont donc l’enjeu de batailles redéfinissant les rapports de force économique et politique, de même que les nouvelles formes organisationnelles et les systèmes coopératifs de travail servent de substrats à la redéfinition des rapports de production.

95Cette redéfinition se fonde sur des motifs « techno-politiques » plus ou moins avoués. Ils s’inscrivent, en effet, dans un vaste mouvement de contestation et de critique des modes d’organisation néo-marxistes et sociaux-démocrates, d’une critique de leurs systèmes de régulation et d’axiomatisation. Portée par le devenir complexe des sociétés techniquement avancées, l’effondrement des grands récits de légitimation, des moyens de pilotage sémiotique qui vont avec eux ainsi que par une transformation (de type anthropologique) des sémio-politiques et bio-politiques héritées, cette critique va s’attaquer à un certain nombre de bastions conceptuels tels, entre autres, celui marxiste de « pratique », va introduire la notion de « performativité » liée à celle d’innovation, des systèmes homme(s)-machine(s)-interface(s), et va mettre à mal la question politique des fins, de la réflexivité.

96Le développement des sémio-politiques et des bio-politiques en cours, parce qu’elles frayent la voie à une « expérimentation qui fait règle, qui est à soi-même sa propre règle, expérimentation généralisée qui a pour objet les pouvoirs agençant la vie plutôt que des propriétés globales ou spécifiques du vivant, […] mais engendre de manière immanente ses propres critères », (Laruelle, 1981) à une expérimentation généralisée qui a pour objet les pouvoirs agençant l’écriture, la mémoire, ce développement tend donc à masquer la différenciation des forces politiques mises en mouvement, la redistribution, encore souterraine, des rapports de production.

97Ceci, d’autant que les réseaux d’actants qui en sont les maîtres d’œuvre dominent les représentations techno-idéologiques qui en donnent — ou sont susceptibles d’en donner — les lisibilités générales.

Une politique devient réellement expérimentale et l’expérimentation relaie enfin le concept marxiste de la « pratique », lorsque la distinction des objets, des moyens, des matières premières et des produits s’efface dans celle différentielle, des méthodes, dans la généralisation et le triomphe des moyens, lorsqu’on a compris qu’il n’y a plus de contradictions dans les choses. Une stratégie généralisée met en rapport différentiel et détermine l’un par l’autre dans une « chaîne machinique continue », mais en dehors de toute fin éthique ou scientifique les procédés théoriques ou non du pouvoir (Laruelle, 1981).

98Sous les conditions de cet horizon, qui serait selon certains indépassable, mais qui selon nous rate la différenciation anthropologique en cours et qui, en contrepoint, ne peut penser à son tour la question des fins, c’est-à‑dire la question du politique, que sous les conditions de la transcendance et d’un universel totalisant et totalitaire, les uns pleurent la disparition des schèmes et dispositifs de régulation hérités du marxisme, les autres célèbrent l’avènement du libéralisme auto-organisationnel héritier d’A. Smith.

99Plus que jamais, en effet, l’ensemble des réseaux capitalistes est aujourd’hui au cœur d’un vaste système de couplages hétérogènes et hiérarchiquement enchevêtrés entre « les divers types de machinismes : machines techniques, machines d’écriture économiques, mais aussi machines conceptuelles, machines religieuses, machines esthétiques, machines perceptives, machines désirantes… » (Guattari et Alliez, 1983).

100C’est dans ce cadre que l’ensemble des acteurs-réseaux, constitutifs des sociétés avancées, contraints de faire l’expérience d’eux-mêmes, sous les conditions des nouveaux systèmes d’écritures, de communications qu’ils ont eux-mêmes développés, remettent sur le métier la question du « caractère hautement socialisé du procès de travail intellectuel » et ce, loin des équilibres historiques. Plus que jamais, donc, les grands dispositifs capitalistiques sont porteurs de forces qui tentent « de ne contrôler que les diverses composantes qui concourent au maintien de son caractère processuel » (Guattari et Alliez, 1983).

101Ce qui est exploré, ce sont d’autres modes coopératifs de production, circulation, consommation (modes qui sont d’une manière générale, artificiellement séparés) des savoirs, d’autres modes de gestion des compétences, d’autres modes de « contrôle continu » des acteurs humains, non-humains, de façon à maîtriser les processus de capitalisation sémiotique. Les nouvelles technologies intellectuelles et les nouveaux modes d’organisation du travail développés et mis en place, définissent alors les conditions matérielles-idéelles, à la fois « d’une sorte d’ordinateur collectif du socius et de la production, et une tête chercheuse des innovations adaptées aux pulsions internes, elles-mêmes, expression et exprimé des conditions de co-émergence(s) des êtres et des choses, impliquant l’immense <feutrage> […] à n dimensions des chaînes d’acteurs-réseaux de plus en plus hétérogènes… » (Deleuze et Guattari, 1981).

102À partir de ce procès, sont donc abordés les problèmes liés à la question politique de la mémoire, aux variations affectant les « intelligences collectives » productrices de nouveau, de richesse, aux approches auto-organisationnelles du procès de travail intellectuel, à la place et au statut des nouveaux outils et « boîtes noires » permettant à ces nouveaux dispositifs de s’utiliser comme instances de leurs propres opérations. Les réseaux électroniques, les documents numériques, les nouvelles capacités d’écriture et de simulation, prennent alors sur eux et avec eux la charge processuelle de la création continuée des êtres et des choses, des organisations et des dispositifs humains, non-humains quelconques.

103Les processus d’intégration et de différenciation en cours sont appréhendés à partir d’une critique des schèmes arborescents et téléologiques dominants. Ces schèmes se sont développés sur les bases d’une conception représentationniste, « par délégation », négociée ou non, et principalement descendante, des organisations. Bien évidemment, si l’on examine plus attentivement les modes d’organisation hérités et leur fonctionnement, nous constatons, suivant les niveaux d’échelle et le point de vue de description considérés, une hybridité profonde des schèmes de travail et de production. Nous pensons toutefois que le modèle de l’auto-organisation est suffisamment puissant pour servir de fil conducteur à toute analyse visant les processus d’émergence à l’œuvre, dans le passé et… aujourd’hui. La prise en compte et le dévoilement, par de nouveaux traitements des traces de ce qui nous attache, circule et nous lie, de ce qui est décrit par ce qui attache et circule, que la création et le développement de systèmes métastables complexes ne reposent pas seulement sur des principes et dispositifs descendants et hiérarchiques, sur l’imposition plus ou moins régalienne de contraintes et de normes, mais aussi sur des processus auto-organisationnels variés, étendent l’espace des formes organisationnelles possibles.

104Cela ne signifie pas pour autant que ces systèmes de travail et de fonctionnement impliquent l’abandon de procédures normalisées, de systèmes d’écriture et de représentation puissante ! Bien au contraire, ils supposent l’apprentissage et l’adoption de normes, de programmes, de routines et dispositifs d’écriture, d’interfaces à la plasticité très grande, ils supposent que soient développés et appropriés des modes de représentation et navigation dans des espaces-temps coopératifs complexes, distribués. D’où le renouvellement de la notion de formation continue et la remise en cause des systèmes de formation figés dans le temps comme dans les contenus (Deleuze, 1989). C’est à ces conditions que des dispositifs coopératifs impliquant des agents hybrides, hétérogènes, asynchrones, porteurs de temporalités et de subjectivités très différenciées, sont susceptibles de fonctionner de manière performante selon des schèmes ascendants, « rhizomatiques », favorisant les pratiques auto-organisationnelles.

105Loin donc de nous satisfaire de l’idéologie de l’immatériel, nous plaidons avec force pour une approche matérialiste des systèmes auto-organisateurs, enracinée dans l’examen des conditions de production politico-cognitives des systèmes d’écriture, des programmes, des interfaces, des hybrides, des normes. De la même manière, l’efficacité des dispositifs hypertextuels qui sont déployés pour la gestion des divers agencements coopératifs suppose une appropriation, dissémination de technologies matérielles et idéelles relativement complexes.

  • 5 Communication au colloque de l’IGR, Rennes, 1999 : « Nouvelles technologies intellectuelles et Stra (...)

106On comprend mieux à présent l’importance des enjeux politiques et économiques attachés au développement des technologies intellectuelles numériques. Leur dissémination et leur exploitation locale bien conçue constituent une des conditions d’un accroissement de la performativité des intelligences collectives. Nous avons montré ailleurs la manière dont ceux qui ont en charge le devenir de l’empire américain conceptualisaient ces enjeux5. Il suffit pour l’instant de dire que l’infrastructure informationnelle-communicationnelle mondiale se présente comme mélange dynamique, ouvert et relativement instable de réseaux de type rhizomatique, déterritorialisé, inventant un espace topologique, relationnel de densité variable et de réseaux de type arborescent, centré, transcendant. Pour reprendre les termes de M. Hardt et A. Negri, le premier est « un mécanisme démocratique et le second un mécanisme oligopolistique », Internet et le modèle hérité du système de radiodiffusion.

107Les modèles arborescents et « représentationnistes » de la gestion des connaissances, des savoirs, des informations, la coupure information-action, le schème moyens-fins, les modes du faire fondés de manière dominante sur une conception transcendante du plan, sur la notion d’univers clos, sont donc remis en cause. Et la notion de coopération, identifiée par Grice comme composante de base des interactions communicatives, a largement évolué et s’est progressivement éloignée du simple mécanisme initial de reconnaissance des plans de l’émetteur envisagé dans un univers clos.

108Le travail coopératif et le procès de travail doivent donc être repris à partir d’un examen critique de la notion de « médiation », et à partir d’un abandon radical de la substantialisation de la réalité individuelle. Là encore, l’opposition individuel et collectif, dans sa figure héritée, se révèle être néfaste.

109Nous devons donc nous interroger sur les manières dont les nouvelles technologies d’écritures, les dispositifs processuels de la mémoire, permettent d’appréhender le travail coopératif à partir des différents espaces-temps individuels, à partir d’une agrégation ouverte et métastable des comportements singuliers, des événements « productifs », pour favoriser la résolution de problèmes dans un système ouvert. Il est, en effet, difficile de déterminer à priori (dès sa conception et son utilisation) le répertoire complet des comportements du système.

110Dans un univers productif complexe, sont convoqués non seulement diverses expertises et disciplines, mais aussi un grand nombre de dispositifs communicationnels-informationnels, des activités langagières, des procédures sémiotiques et des médiations très hétérogènes. Dans ce cadre de référence, tout agent ou ensemble d’agents doit pouvoir se représenter le dispositif processuel à l’intérieur duquel il est inclus et dont il est, encore une fois, l’expression et l’exprimé. Il doit aussi pouvoir agir sur les moyens de pilotage sémiotique locaux et/ou globaux qui sont nécessaires au procès de travail. L’interaction, en tant qu’elle est processus et médiation, en tant qu’elle est encore compréhension du monde à l’épreuve des conceptions que l’on a de soi et d’autrui, suppose donc de nouveaux modes de production et de représentation des savoirs attachés au procès de travail lui-même.

111D’où apparaît l’importance du « mapping », des nouvelles pratiques cartographes, au cœur non seulement des analyses concernant les réseaux socio-techniques, les mémoires numériques collectives en acte, mais encore des pratiques coopératives. Cartographier, selon diverses métriques et niveaux d’échelles les dynamiques d’actants, à partir d’un nombre « processuel » que sont les liens et hyperliens, devient primordial, afin d’améliorer l’activité coopérative des agents humains, non-humains. La mise en jeu socio-cognitive de ces « pratiques cartographes », au sein des intelligences collectives émergentes, pose certains problèmes, dont l’un des plus délicats est la renégociation politique du partage des savoirs transversaux, des légitimités institutionnelles acquises au cours de la longue histoire techno-politique, passionnelle, des savoirs protégés, des opacités cognitives et informationnelles héritées, de la construction et du partage des secrets.

112C’est à ces conditions, en effet, que la coopération peut être maintenue, « augmentée », dans des systèmes métastables, complexes, ouverts, selon une approche émergente, « bottom-up ». Les savoirs et les aptitudes, les comportements des agents sont alors ancrés dans l’exploitation concrète de l’environnement coopératif dévoilé, la communication n’étant qu’un des aspects de la contextualisation puisque l’action de chacun des agents s’enracine dans l’exploration de l’espace-temps du procès de travail, la manipulation des objets, des sémiotiques, dont elle est l’émanation toujours locale et singulière, fragmentaire et événementielle.

113Cet environnement coopératif dévoilé ouvre sur de nouvelles formes d’indétermination, d’altération-création où se renégocient entre autres les rapports politiques, les légitimités sociales. Dans ces systèmes coopératifs complexes, l’interaction locale des agents (humains, non-humains) devient prépondérante. Le comportement « collectif émergent » du système, réagit en retour sur les agents qui le composent, selon des causalités et des voies très diverses et toujours singulières. Ce problème est complexe dès lors que le « comportement collectif émergent » doit être lui aussi représenté, discuté, aménagé, dans un contexte humain, social conflictuel, passionnel, et qu’il n’est pas transparent de soi à soi et ne se donne, de lui-même, à personne. La notion de fonction globale à atteindre réintroduit la question des fins comme « désir individuel-collectif de se perpétuer dans son être », entrant en conflit avec d’autres désirs…

114Mais loin de la rigidité hiérarchique des modèles représentationnistes, les nouvelles approches coopératives relient émergence, fruit des processus auto-organisationnels, et interaction contextualisée par l’indexicalité et la spatialité dans un environnement où toute norme est ressource et tout agent-objet, un support potentiel d’action signifiante.

115Comment négocier dans l’espace des passions et désirs politiques les nouvelles formes organisationnelles possibles ? Telle est pour les différents acteurs la question. Car ces formes possibles ou en train de s’imposer touchent tous les secteurs, le militaire par exemple, mais encore l’éducatif.

116Le rapport de la commission M. Serres, réalisé à la demande d’E. Cresson, alors Premier ministre de la France, et dont une partie a été publiée, exprime, par exemple, avec radicalité, une des manières possibles de lier nouvelles mémoires numériques et nouvelle économie politique du savoir. Prenant en compte, là encore, les évolutions affectant les sphères de production des savoirs et leurs instances de légitimation, les lieux d’éducation et d’apprentissage et leurs instances de légitimation, sont proposés de nouveaux modes d’expression et de représentation dynamique, non-transcendants des savoirs répartis au sein de multiples collectivités. Ce rapport plaide pour la mise en place de nouvelles infrastructures informationnelles, communicationnelles, de nouveaux agencements techno-politiques de formation, d’évaluation des savoirs et des compétences (SOLARIS, no 1 ; Lévy et Authier, 1992).

117Dans le domaine stratégique et militaire, des dynamiques voisines sont à l’œuvre. L’exemple des États-Unis d’Amérique est le plus avancé (Joxe ; Négri et Hardt, 2000). Il conviendrait donc de réfléchir, dans cette perspective, aux transformations des nouveaux modes d’administration des sociétés de contrôle et aux nouvelles formes impériales qui sont en train de se déployer. Conjuguant formes transcendantes, bureaucratiques de gestion stratégique et gouvernance par la dissémination de nouvelles normes, le « vieux principe administratif d’universalité traitant toutes choses également, est remplacé par la différenciation et l’individualisation des procédures chacune étant traitées différemment. […] De ce point de vue, l’action administrative est devenue fondamentalement non-stratégique et elle se trouve ainsi légitimée par des moyens hétérogènes et indirects » (Négri et Hardt, 2000 : 54).

118Découle de cela, selon nous, la nécessité de développer des approches qui tiennent compte de la nature profondément cosmopolite des agencements d’actants qui sont à l’œuvre dans les champs socio-politiques ainsi que des enchevêtrements d’échelles, temporelles, spatiales, subjectives.

119Nous sommes loin d’épuiser, à partir de ces quelques intrigues exemplaires, la question des procès à l’œuvre.

120La force et la prégnance des modèles associationnistes est à l’œuvre au cœur des batailles politiques et économiques actuelles. On ne saurait donc faire l’économie de l’analyse critique, des formes théoriques, organisationnelles, cognitives, sociales dont ils sont l’expression et l’exprimé.

Haut de page

Bibliographie

ALLIEZ, E. (1993), La signature du monde, Éditions du Cerf.

ALLIEZ, E. (1999), « Présentation : Tarde et le problème de la constitution », réédition de La monadologie sociologique de Gabriel Tarde, Les Empêcheurs de penser en rond, Institut Synthélabo.

BALPE, J.P. et al. (1996), Techniques avancées de l’hypertexte, Paris, Éditions Hermès.

BARAN, P. (1964). [En ligne]. http://www.rand.org

BATESON, G. (1980), L’écologie de l’esprit, t. 1 et 2, Paris, Éditions du Seuil.

BERNERS LEE, T. (1989, 1990), « Information management : A proposal », CERN.

BOURDONCLE, F. (2000), « Recherche d’aiguilles dans une botte de liens », La Recherche, no 328.

BOWKER, G. C. et al. (1997), Social Science, Technical Systems, and Cooperative Work, London, Lawrence Erlbaum Associates, Publishers.

BUCKLAND, M. et al. (1997), « Paul Otlet and his successor », Jasis, 48(4).

BURT, B. (1992), Structural Holes, Cambridge, Harvard University Press.

BUSH, V. (1945), « As we may think », The Atlantic Monthly Review.

CONKLIN, J. (1987), Hypertext : An Introduction and Survey, IEEE Computer.

CYBERMETRICS. [En ligne]. http://www.cindoc.csic.es/cybermetrics/

DE LANDA, M. (1997), A Thousand Years of Non-Linear History, Londres, Swerve.

DELEUZE, G. (1968), Spinoza et le problème de l’expression, Paris, Éditions de Minuit.

DELEUZE, G. (1989), « Postcript on the societies of control » dans Pourparlers, Paris, Éditions de Minuit.

DELEUZE, G. et C. PARNET (1972), Dialogues, Paris, Éditions Flammarion.

DELEUZE, G. et F. GUATTARI (1968), Différence et répétition, Paris, Édition PUF.

DELEUZE, G. et F. GUATTARI (1981), Mille plateaux, Paris, Éditions de Minuit.

DELEUZE, G. et F. GUATTARI (1991), Qu’est ce que la philosophie ?, Paris, Éditions de Minuit.

DERRIDA, J. (1990), Limited and co, Paris, Édition Galilée.

DESROSIÈRES, A. (1996), Histoire de la raison statistique, Paris, Éditions de la Découverte.

DESROSIÈRES, A. (1997), Cognition et information en société, Raisons Pratiques, no 8, Paris, Éditions de l’Ehess.

DOUGLAS, M. (1982), « Introduction to group/grid analysis », The Sociology of Perception.

ENGELBART, D. (1963), « A conceptual framework for the augmentation of man’s intellect » dans Vistas on Information Handling, vol. 1, Spartan Books, Washington DC.

GOODY, J. (1979), La raison graphique, Paris, Éditions de Minuit.

GUATTARI, F. et E. ALLIEZ (1983), « Le capital en fin de compte : systèmes, structures et processus capitalistiques », Change International, no 1.

HAYLES, Katherine, N. (1994), « Vie artificielle et culture littéraire », Théorie et Littérature, no 12.

HERRENSCHMIDT, C. (1990), « Le tout, l’énigme et l’illusion », Le Débat, no 62.

HERRENSCHMIDT, C. (1999), « Écriture, monnaie, réseaux », Le Débat.

HUTCHINS, E. (1995), Cognition in the Wild, Londres, MIT Press.

JOXE, A. (dir.) (1995), « Révolution dans les affaires militaires ? », Cahier d’études stratégiques, no 18, CIRPES.

LARUELLE, F. (1981), « Homo ex Machina », Revue de Métaphysique.

LATOUR, B. (1984), Irréductions précédé de Les microbes guerre et paix, Paris, Éditions A-M Métaillé.

LATOUR, B. (1985), « Les vues de l’esprit », Culture Technique.

LATOUR, B. et É. HERMANT (1998), Paris ville invisible, Paris, Édition Les empêcheurs de penser en rond, Coll. « La Découverte ».

LATOUR, B. et G. TEIL (1994), « The hume machine : Can associations networks do more than formal rules ? », Stanford Humanities Review, 4(2) : 47-66.

LÉVY, P. (1990), Les technologies de l’intelligence, Paris, Éditions La Découverte.

LÉVY, P. et M. AUTHIER (1992), Les arbres de connaissances, Paris, Éditions la Découverte.

MARCOUX, Y. et M. SÉVIGNY (1987), « Why SGML, why now ? », Jasis, July.

NEGRI, A. et M. HARDT (2000), Empire, Paris, Éditions EXIL.

NELSON, T. (1965), « A file structure for the complex, the changing and the indeterminate », ACM 20th National Conference et « All for one and one for all », Hypertext’87 Proceedings, novembre 87.

OTLET, P. (1989), Traité de documentation, le livre sur le livre, Liège, Édition C.L.P.C.F.

PIERCE, C. S. (1978), Écrits sur le signe, Paris, Éditions du Seuil.

POLANCO, X. (1995), Aux sources de la scientométrie, Rennes, Presses universitaires de Rennes II.

Revue SOLARIS no 1. [En ligne]. http://www.info.unicaen.fr/bnum/jelec/Solaris

SERRES, A. (2000), Histoire d’un système d’information : l’émergence d’Arpanet, thèse, Université de Rennes II. [à paraître]

SIMONDON, G. (1969), Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Édition Aubier.

SIMONDON, G. (1989), L’individuation psychique et collective, Paris, Édition Aubier.

SOLLA PRICE, D. (1972), Science and suprascience, Paris, Éditions Fayard.

STIEGLER, B. (1994), « Technique et individuation psychique et collective dans l’œuvre de G. SIMONDON » dans Simondon : Une pensée de l’individuation et de la technique, Paris, Édition Albin Michel.

STIEGLER, B. (1994, 1996), La technique et le temps, t. 1 et t. 2, Paris, Éditions Galilée.

TARDE, G. (1999), Monadologie et sociologie, Les Empêcheurs de penser en rond, Institut Synthélabo.

THÉVENOT, L. et E. CHIAPELLO (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Éditions Gallimard.

VAN SEVENANN, A. (1999), Écrire à la lumière, Paris, Éditions Galilée.

WHITEHEAD, A. N. (1994), L’effet Whitehead, Paris, Édition Vrin.

WHITEHEAD, A. N. (1995), Le procès de la réalité, Paris, Édition Gallimard.

http://anandbhatt.hypermart.net/sppl.htm

http://barthes.ens.fr/atelier/actuel/herrenschmidt.html

http://www.bootstrap.org/public/bootsrap/home.html

http://www.eastgate.com

http://www.geog.ucl.ac.uk/casa/martin/geography_of_cyberspace.html

http://www.info.unicaen.fr/bnum/jelec/Solaris

http://www.larecherche.fr/VIEW/328/03280661.html

http://www.stanford.edu/group/SHR/4-2/text/teil-latour.html

http://www.stg.brown.edu/projects/hypertext/landow/ht/memex.html

http://www.w3.org/History/1989/proposal.html

Haut de page

Notes

1 Au sens de B. Latour et M. Callon. Il s’agit de n’accorder aucun privilège ontologique a priori à tel ou tel type d’acteur et de généraliser le principe de symétrie de D. Bloor. Les propositions et scolies suivants sont tirés de l’ouvrage de B. Latour (1984).
a) Aucune chose, n’est par elle-même, réductible ou irréductible à aucune autre. (1.1.1)
b) Toute forme est l’état d’une épreuve de forces que celles-ci déforment, transforment, informent ou performent. Stable, la forme n’apparaît plus comme une épreuve. (1.1.6)
c) Aucune chose n’est par elle-même égale ou différente d’aucune autre chose. Autrement dit, il n’y pas d’équivalence, il n’y a que des traductions. (1.2.1)
d) Qu’est-ce qu’une force ? Qui est-elle ? Que peut-elle ? Est-elle sujet, texte, objet, énergie ou chose ? Combien y a-t-il de forces ? Qui est fort et qui est faible ? Quel est l’enjeu de cette force et sa mesure ? Est-ce une bataille ? Est-ce un jeu ? Est-ce un marché ?… Toutes ces questions ne se définissent et ne se déforment que par d’autres épreuves. (1.1.7)
e) Au lieu de forces, nous pouvons parler d’entéléchies, ou plus simplement d’actants. (Scolie, 1.1.7)
f) Chaque entéléchie définit : a) ce qui lui est extérieur et ce qui lui est intérieur ; b) quels autres acteurs elle croira pour décider de ce qui lui appartient et de ce qui ne lui appartient pas ; c) par quelle suite d’épreuves elle pourra décider si elle doit les croire. (1.2.7)
Le terme « actant » est en outre utilisé abondamment dans la littérature produite par la réflexion théorique sur la stratégie politico-militaire. (Voir, par exemple, en France, L. Poirier et A. Joxe.)
Enfin, dans une perspective spinoziste, par actant, on entend tout ce qui a la capacité d’affecter et/ou d’être affecté.

2 Une définition essentiellement individualiste de la connaissance peut évidemment ignorer la constitutivité des supports techniques du savoir : elle n’a pas à rendre compte du fait que le savoir est ce qui se transmet d’individus en individus, de générations en générations, qu’il est une mémoire toujours déjà en extériorité par rapport au « sachant » enchaînant sur un déjà-là. Au contraire, questionner la sociogenèse des connaissances, c’est poser comme préalable à toute définition du connaître l’interrogation sur la nature de la mémoire mobilisée par tout connaître. Et à propos de F. Varela : « [l]e concept de couplage structurel, notamment tel qu’il est développé par Francisco Varela, nous intéresse à plus d’un titre, et en premier lieu en ce qu’il livre des éléments à la question de la maïeutique du silex et du cortex, et plus largement, à la question du qui et du quoi conçu très généralement comme maïeutique. Reste que Varela n’échappe pas non plus à la permanence de l’oubli de la matière, celle du papier comme de tant d’autres […] ».

3 L’ISI (Institute for Scientific Information) fondée par E. Garfield.

4 In the world of electronic document formats, the following levels of standardization can be identified :
a) Secret proprietary format : A format defined by a specific hardware or software producer, and whose specifications are unpublished. The original software or hardware must be used to access the documents. Under users’ pressure, this kind of format is starting to disappear.
b) Public proprietary format : A format defined by a specific producer, by whose specifications are publicly available. Others parties can develop import/export converters for the format, if they want, e.g., RTF (Microsoft’s Rich Text Format), Wordperfect.
c) De facto standard : A public proprietary format that has become very popular and is recognized by a large number of producers, e.g., GIF (Graphic Interchange Format, introduced by Compuserve), Wordperfect.
d) Official standard : A standard defined and adopted by an official standardization body. Standardization bodies include a number of non-profit organizations or consortia, various national or international associations, as well as organizations entirely devoted to standardization on a national or international level, e.g., SGML, ODA.
The International Organization for Standardization (ISO), which has its headquarters in Geneva, Switzerland, is possibly the most important standardization body in the world. In particular, the General Agreement on Tariffs and Trade (GATT) recognizes the precedence of ISO standards over others. SGML is an ISO standards, ISO 8879, adapoted in 1986. It is, therefore, a first-rate international standard.

5 Communication au colloque de l’IGR, Rennes, 1999 : « Nouvelles technologies intellectuelles et Stratégie impériale, L’exemple des États Unis d’Amérique ». [En ligne]. http://www.uhb.fr/urfist/ et Rapport pour le ministère de la Défense « L’Externalisation des fonctions détachables de la Défense », décembre 2000, à paraître en 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Max Noyer, « Quelques remarques épistémologiques sur l’évolution du « procès de travail » », Communication, vol. 21/1 | 2001, 65-98.

Référence électronique

Jean-Max Noyer, « Quelques remarques épistémologiques sur l’évolution du « procès de travail » », Communication [En ligne], vol. 21/1 | 2001, mis en ligne le 05 novembre 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/5480 ; DOI : 10.4000/communication.5480

Haut de page

Auteur

Jean-Max Noyer

Jean-Max Noyer est professeur associé à l’École militaire de St Cyr Coëtquidan, cofondateur de la revue électronique SOLARIS et président de l’ADEST. Courriels : jean-max.noyer@uhb.fr 

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org