Navigation – Plan du site
Lectures

Corey ANTON, Selfhood and Authenticity

New York, State University of New York Press, 2001
Ruud van der Helm
p. 235-237
Référence(s) :

Corey ANTON (2001), Selfhood and Authenticity, New York, State University of New York Press.

Texte intégral

1Pour réussir sa vie, doit-on chercher l’authenticité ? Et si oui, qu’est-ce que l’authenticité ? Et encore, comment peut-on comprendre la relation entre l’authenticité et le moi ? Par ces questions et maintes autres, Corey Anton, spécialiste de l’interface de la communication et de la philosophie, cherche à éclairer la quête pour l’authenticité qui pousse l’homme à réussir son existence individuelle. Mais, ajoute-t-il dès le début, il ne s’agit ni de voir le moi en dehors du social ni d’apprécier l’authenticité comme la révolte contre le social. L’authenticité véritable ne doit point surgir d’un moi égoïste et superficiel, mais d’un moi multidimensionnel et approfondi. Par conséquent, l’authenticité humaine ne peut s’établir que par un renouvellement, par une remise en discussion, de « l’être-moi » (selfhood). Ce défi se trouve à la base de la délibération philosophique que développe Anton au long de son ouvrage. Il s’agit de rétablir le moi par une lecture érudite des pensées phénoménologiques et existentialistes, en faisant appel à de grands penseurs comme Heidegger, Merleau-Ponty, Sartre, Bakhtine, Schrag ou Taylor.

2La grande part de cette réflexion remet en avant quatre dimensions du moi : la corporalité (embodiment), la socialité, la symbolicité et la temporalité. Chaque dimension est mise en exergue dans un chapitre au sein duquel l’auteur lance maintes questions. Comprendre le moi est certainement un enjeu de poser les bonnes questions et Anton va loin dans cette quête, parfois en énumérant question après question pour arriver aux fondements radicaux de son objet. Par exemple : pour comprendre si le moi transcende ou dépasse le corps physique (la corporalité du moi), il faut aller aux questions basiques, comme : Qu’est-ce que le corps ? Le corps, n’est-il qu’une enveloppe charnelle au sein duquel le moi réside, ou n’est-il pas du tout matériel ? Quelle est la place de ce corps dans le « monde » ? Qu’est-ce que le « monde » ? Existe-t-il un monde en dehors des corps vivants, etc. ? L’avalanche de questions, parfois couvrant des pages entières, peut parfois susciter la perplexité du lecteur.

3Il est évident qu’il est impossible de répondre à autant de questions, notamment parce qu’elles touchent aux fondements de l’être et de l’existence – en effet le lieu où Anton cherche à construire sa réponse. Par conséquent, il propose, pour chaque dimension, une mise en perspective par des positions « extrêmes », pour donner au fur et à mesure forme à une conception plus authentique du moi, en puisant abondamment à la philosophie phénoménologique et existentialiste. Ce mode de travail lui permet de contourner le moi par des positions opposées, pour ensuite se positionner par rapport à elles. Le but final est de présenter le moi comme un être-existence, comme un corps-monde, comme un moi-société, comme une temporalité-intemporelle. C’est par cette voie que le moi peut s’éloigner de l’égoïsme introverti : l’être-moi est un état qui met en dialogue perpétuel ce qui est du moi et ce qui est du monde. L’authenticité qui en est le résultat n’est donc pas une authenticité qui oppose le moi au monde : je ne suis point authentique (c’est-à-dire créatif et original) parce que j’oppose mon moi à ce qui l’entoure. Tout au contraire : je ne serai véritablement authentique qu’en cherchant l’originalité et la créativité d’un moi qui est du monde et dans ce monde, du temps et dans le temps.

4L’ouvrage Selfhood and Authenticity est une tentative de rétablir la métaphysique pour comprendre les enjeux de l’homme qui, comme le disait le philosophe Gaston Berger, « imagine alors qu’il n’a pas seulement un futur, mais qu’il a peut-être une destinée ». L’importance de l’ouvrage est qu’il se produit au moment où la notion de « l’homme » ne réfère plus à l’humanité en entier, mais à « l’homme » comme individu, qui cherche à concrétiser une destinée qui appartient à lui seul. La revendication d’Anton, que l’authenticité devrait être un concept majeur dans les sciences de la communication, se justifie donc par le fait que l’histoire en a profondément changé la base. La communication doit comprendre l’homme qui revendique un nouveau moi dont on ne comprend pas encore les motivations les plus profondes.

5Toutefois, il faut se demander à quel point l’auteur a atteint son objectif de rapprocher l’authenticité de la communication par le détour phénoménologique et existentiel. À la base, ses réponses demandent une forte connaissance préalable de ces courants de pensée, auxquels il puise à la fois les idées et le vocabulaire. Notamment, l’invention des concepts composés, à la recherche d’une précision aiguë des concepts, rend la lecture difficile. On se pose parfois la question à quel point le vocabulaire pourrait être simplifié pour mieux mettre en avant les idées ; de notre point de vue, la codification l’emporte parfois trop sur le message. De ce fait, Selfhood and Authenticity se trouve plus proche des ambitions de la philosophie (la précision des concepts afin d’en comprendre les conséquences ad extremis) que de la communication, qui est, elle, plus proche de la théorie pratique en sacrifiant un certain niveau de précision.

6Cela ne met certainement pas en cause l’érudition importante de cet ouvrage, qui met bien en exergue la pensée de plusieurs grands auteurs à la lumière d’un nouvel enjeu. C’est pour cela que le livre a obtenu en 2004 le Erving Goffman Award de la Media Ecology Association. Mais en contraste avec la quatrième de couverture qui suggère qu’Anton arrive à ouvrir ces philosophies à des auditoires plus larges, le lecteur, à notre avis, se prépare bien à lire ou à relire certains auteurs pour mieux pouvoir l’apprécier. Autrement, il risque de passer à côté de ce qu’apporte l’ouvrage à la réflexion sur le moi et son authenticité, aussi bien qu’à l’intégration de la communication et de la philosophie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ruud van der Helm, « Corey ANTON, Selfhood and Authenticity », Communication, Vol. 24/1 | 2005, 235-237.

Référence électronique

Ruud van der Helm, « Corey ANTON, Selfhood and Authenticity », Communication [En ligne], Vol. 24/1 | 2005, mis en ligne le 25 septembre 2008, consulté le 24 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/549

Haut de page

Auteur

Ruud van der Helm

ruudvanderhelm@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org