Navigation – Plan du site
Articles

L’indirection en communication publique

Le cas des débats télévisés canadiens et québécois (1962-1998)
Gilles Gauthier
p. 99-118

Résumés

Le texte a pour objectif d’analyser le recours à l’indirection dans les débats télévisés tenus à l’occasion des élections canadiennes et québécoises depuis une quarantaine d’années. Dans un premier temps, le procédé expressif de l’indirection est caractérisé. Ensuite, sont discutés les huit procédés distincts d’indirection utilisés dans les débats télévisés. Des exemples sont donnés de ces huit procédés. Une analyse quantitative de leur utilisation dans les débats est aussi faite. Finalement, sont avancées quelques raisons expliquant le recours à l’indirection en communication politique.

Haut de page

Texte intégral

Je ne vois pas de plus grand secret dans le langage que de trouver des manières pour adoucir les choses fâcheuses. (Chevalier de Méré)

  • 1 Cette approche critique, florissante au cours des dernières décennies, prend souvent comme point d’ (...)

1On fait souvent reproche aux politiciens de recourir aux mensonges et demi-vérités, d’utiliser un discours trompeur, de tenir un double langage et de faire grand usage d’artifices et de subterfuges rhétoriques (voir, par exemple, Pratte, 1997). Très souvent tributaire d’une approche critique, l’accusation prend presque toujours l’allure d’une dénonciation : elle adopte un ton polémique et moralisateur. Plus souvent qu’autrement aussi, elle reste purement intuitive et n’est pas appuyée sur une véritable démonstration1.

2Adoptant une perspective plus proprement analytique, je voudrais ici proposer un examen rigoureux de l’une des modalités importantes du discours politique : l’indirection. Outre la présupposition qu’il soit possible de mener une analyse scientifique non immédiatement idéologique et normative de la communication politique, le seul a priori de l’approche analytique ici adoptée est l’admission de la finalité persuasive de la communication politique. Comme d’autres pratiques de communication publique, dont bien sûr au premier chef la publicité, qu’elle soit commerciale ou sociale, la communication politique a pour objectif principal de susciter l’adhésion. C’est probablement pour une bonne part en raison d’une appréciation négative de cette visée persuasive que la perspective dite « critique » tend à déconsidérer la communication politique. Rejeter ou même seulement ne pas prendre acte de la volonté de convaincre qui l’anime, c’est dès le départ s’empêcher d’en véritablement rendre compte et se condamner au seul anathème. Pour être en mesure d’analyser adéquatement la communication politique, il faut d’abord reconnaître et admettre sa finalité persuasive. Il faut l’envisager, au point de départ, d’un point de vue axiologiquement neutre : considérer que la finalité persuasive de la communication politique est en elle-même tout à fait légitime et n’est donc pas nécessairement trompeuse, qu’elle peut être au service d’intentions louables et pas seulement coupables et que les moyens mis en œuvre pour l’atteindre ne sont pas toujours répréhensibles.

3Il sera ici question du mode d’opération de l’indirection en communication politique et pas du tout de son efficacité : je n’essaierai pas d’en évaluer l’impact dans la persuasion mais tenterai plutôt d’analyser sa mise en forme et son déploiement. Après avoir caractérisé le phénomène de l’indirection, j’examinerai les principaux mécanismes suivant lesquels elle se manifeste en communication politique et rendrai compte de leur usage dans les débats télévisés. Ensuite, je ferai quelques observations et émettrai quelques hypothèses au sujet du recours à l’indirection en communication politique.

L’indirection

  • 2 Telle que caractérisée dans la théorie des actes de discours : Searle (1969, 1975, 1979) ; Searle e (...)

4L’indirection se prête particulièrement bien à une étude analytique dans la mesure où il est possible d’en fournir une définition opérationnelle et une catégorisation raisonnée. L’indirection2, c’est cette possibilité qu’offre le langage d’effectuer de façon détournée un acte de discours, dit « primaire », par l’accomplissement explicite et littéral d’un autre acte de discours, dit « secondaire ». Par exemple, dans un contexte normal d’énonciation, l’énoncé « Pouvez-vous me passer le sel ? » permet d’effectuer indirectement une requête tout en n’exprimant littéralement qu’une question. J’ai, ailleurs (Gauthier, à paraître), cherché à démontrer que l’indirection n’est pas une opération désordonnée mais au contraire structurée et réglée. C’est parce que de quelque façon l’acte secondaire a trait à une condition d’accomplissement de l’acte primaire qu’il peut servir à l’exécution indirecte de ce dernier. Par exemple, c’est parce que la question exprimée littéralement par l’énoncé « Pouvez-vous me passer le sel ? » porte sur la capacité de l’interlocuteur de passer le sel et que la capacité de l’interlocuteur de passer le sel constitue une condition d’accomplissement de la requête que l’énoncé peut être employé pour effectuer indirectement la requête.

  • 3 Dans Gauthier (à paraître), je propose une liste de quatorze mécanismes semblables d’indirection.

5C’est en regard de sa structuration qu’il est possible de définir formellement l’indirection : elle est ou procède d’une opération dans l’acte secondaire sur une des conditions d’accomplissement de l’acte primaire. Cette définition est opérationnelle puisqu’on peut identifier un certain nombre de conditions, générales et particulières, d’accomplissement des actes de discours. Relativement à chacune de ces conditions, il est possible de repérer un certain nombre d’opérations et ainsi de formuler autant de mécanismes d’indirection. Par exemple, le mécanisme mis en œuvre dans l’exemple « Pouvez-vous me passer le sel ? » est : inciter l’interlocuteur à effectuer une action en questionnant sa capacité3.

6L’indirection est un outil de détour : elle permet de mener une entreprise de persuasion de façon oblique. C’est ainsi qu’elle contribue au caractère louvoyant de la publicité. Une étude antérieure (Gauthier, 2000) a mis en évidence quelques-uns des principaux mécanismes d’indirection utilisés en publicité pour susciter l’adhésion de manière sinueuse ou biaisée. Les deux plus importants de ces mécanismes, du point de vue de la fréquence d’utilisation, sont :

Inciter l’auditoire à se procurer et/ou à utiliser un produit en affirmant que ce produit sera bénéfique (ou qu’il comblera un besoin ou une attente de l’auditoire).

7Et

S’engager auprès de l’auditoire à un résultat en affirmant qu’il sera atteint.

L’indirection politique

8La communication politique, nous l’avons déjà signalé, a comme la publicité une visée persuasive : elle a pour objectif d’amener l’électorat à adhérer à telle idéologie, à appuyer tel projet ou telle position, à voter pour tel parti. On peut présumer que cette entreprise de persuasion est en partie, comme celle de la publicité, oblique : qu’elle est poursuivie de façon détournée. On peut également présumer que l’indirection est partie prenante à cette persuasion politique oblique. Bien que certains travaux (par exemple, Kerbrat-Orecchioni et Mouillaud, 1984 ; Halsall, 1988 ; Trognon et Larrue, 1994 et Jardine, 1998) aient mis en évidence cette obliquité, aucune analyse systématique de l’indirection en communication politique n’a jusqu’à maintenant été proposée. C’est des résultats d’une telle recherche dont il sera fait état ici.

9Le corpus considéré est celui des débats télévisés tenus à l’occasion d’élections provinciales et fédérales. Le tableau 1 donne la liste de ces débats.

Tableau 1. Les débats télévisés tenus lors d’élections québécoises et fédérales 1962-1998

Tableau 1. Les débats télévisés tenus lors d’élections québécoises et fédérales 1962-1998

10Ces débats, outre qu’ils mettent aux prises des protagonistes distincts, se sont déroulés, bien sûr, dans des contextes politiques et suivant des formats différents. Il faudrait tenir compte de ces particularités s’il s’agissait d’analyser les débats eux-mêmes. Il en est fait abstraction ici en raison de l’objectif poursuivi est de rendre compte du recours qui y est fait à l’indirection.

11L’analyse du contenu de ces débats révèle la présence de huit principaux mécanismes d’indirection. Cette analyse procède d’une méthode d’observation des énoncés. Il s’agit de localiser les énoncés qui, eu égard au contexte d’énonciation, ne peuvent être entendus littéralement (comme « Pouvez-vous me passer le sel ? ») et de « remonter » à l’acte primaire qu’ils permettent d’accomplir indirectement.

  • 4 Les autres types d’actes de discours sont les assertifs (affirmer, nier, prédire, etc.) dont le but (...)

12Quatre des huit mécanismes d’indirection ainsi repérés dans les débats télévisés servent à accomplir des actes de discours directifs et quatre, des actes de discours commissifs. Les actes directifs et commissifs sont deux des cinq types d’actes de discours possibles4. Les actes directifs (demander, requérir, solliciter, inviter, poser une question, etc.) ont pour but d’amener l’interlocuteur à effectuer quelque action. Dans le cas de la communication politique, les actes directifs consistent à inciter l’électorat (ou plus généralement l’ensemble de la population) à agir d’une façon donnée, par exemple à adhérer à telle idée ou, dans un contexte électoral, à voter pour telle formation politique. Quant aux actes commissifs (promettre, offrir, garantir, assurer, menacer, etc.), ils ont pour but d’engager le locuteur à accomplir une action. En communication politique, ils permettent aux politiciens de contracter différents engagements dont des promesses électorales.

13Les huit mécanismes d’indirection principalement utilisés dans les débats télévisés sont énumérés dans le tableau 2.

Tableau 2. Les principaux mécanismes d’indirection dans les débats télévisés canadiens et québécois 1962-1998

Tableau 2. Les principaux mécanismes d’indirection dans les débats télévisés canadiens et québécois 1962-1998

Les mécanismes d’indirection directifs

14Quand ils tentent d’inciter indirectement l’électorat à effectuer quelque action, les participants à un débat recourent à l’un ou l’autre des quatre premiers mécanismes du tableau 2.

D1- Inciter l’électorat à effectuer une action en affirmant qu’il en a la capacité

15Une condition préparatoire d’accomplissement (réussi et non défectueux) des actes de discours directifs est que l’interlocuteur ait la capacité d’effectuer l’action sollicitée. Un ordre, par exemple, ne peut être correctement effectué que si celui à qui il est donné est en mesure de l’exécuter. À tout le moins, certains directifs peuvent être accomplis indirectement par l’affirmation que l’interlocuteur a la capacité requise. Dans un contexte approprié, il est ainsi possible (entre autres choses) de conseiller, recommander ou demander en proclamant qu’il est possible à l’interlocuteur d’effectuer l’objet du conseil, de la recommandation ou de la demande. Ce mécanisme d’indirection — qui est précisément celui qui est à l’œuvre dans l’exemple de la requête effectuée par la question « Pouvez-vous me passer le sel ? » — peut être formulé, eu égard à la communication politique, dans les termes de D1. Il stipule qu’il est possible d’inciter l’électorat à adopter telle conduite, y compris électorale, en affirmant qu’il peut le faire.

16Ce mécanisme d’indirection peut être utilisé de manière tout à fait élémentaire :

… you can achieve both unity and diversity by using this formula (P. Manning, Débat 12).

17Il peut aussi faire l’objet d’usages plus particuliers, par exemple en liaison avec un effet d’association ou d’identification :

This country can afford to cut taxes now. We can and we should make this choice (J. Charest, Débat 12).

This is the choice we can and must make (J. Charest, Débat 12).

18ou encore un effet d’opposition ou d’alternative :

… you can choose more of the same or broken promises politician who is ignoring you between elections, or you can choose a fresh start (P. Manning, Débat 12).

D2- Inciter l’électorat à effectuer une action en exprimant le désir qu’il la fasse

19Les actes de discours directifs ont pour condition de sincérité le désir du locuteur de voir l’interlocuteur accomplir une action. Dans son accomplissement d’un directif, le locuteur exprime nécessairement son désir que l’interlocuteur effectue l’action spécifiée. C’est ce qui explique que le locuteur ne peut pas, sans être en contradiction avec lui-même, simultanément ordonner, demander ou solliciter et nier avoir le désir que l’interlocuteur fasse la chose ordonnée, demandée ou sollicitée. D2 consiste en une opération d’indirection sur cette condition de sincérité. Dans un contexte approprié, le locuteur peut exécuter indirectement un acte directif en exprimant son désir que le locuteur effectue l’action faisant l’objet du directif.

20Dans les débats politiques télévisés, D2 prend souvent la forme élémentaire d’appels à la confiance ou à l’appui populaire exprimés sous la forme de souhaits ou de prières. En voici quelques exemples :

We are telling the people what our ideas are, and we hope they will have confidence in them (P.-E. Trudeau, Débat 2).

Nous sommes confiants que nos compatriotes québécois vont nous appuyer lors des prochaines élections (J. Turner, Débat 6).

… and I look forward to your confidence… (J. Charest, Débat 12).

21Comme D1, D2 peut également être utilisé pour marquer une opposition ou un choix :

And I hope that between now and the election Day the people will listen to the answers given by the various political parties and vote according to what they think will be best for them and their loved ones.

D3- Inciter l’électorat à effectuer une action en affirmant qu’il va la faire

22Par définition, un acte de discours directif porte sur une action future du locuteur. Son contenu est contraint par cette visée. Un ordre, par exemple, ne peut être adressé (au sens strict) à soi-même et ne peut concerner une action passée. Ainsi, les énoncés « Je m’ordonne de me saluer » et « Je t’ordonne de m’avoir salué hier » expriment des ordres qui ne font pas sens. La teneur des actes directifs est limitée à une action future du locuteur et cette limite constitue une condition de contenu propositionnel de ce type d’actes de discours. Ainsi que le stipule D3, l’affirmation que le locuteur effectuera une action peut permettre d’accomplir indirectement un acte directif relatif à cette action. Par exemple, l’énoncé « Vous serez de garde ce soir » peut, dans un contexte approprié, servir à effectuer l’ordre que l’interlocuteur soit de garde ce soir.

23Dans les débats télévisés, D3, comme D2, sert souvent à l’expression d’appels :

… la population va nous faire confiance… (D. Johnson, Débat 1).

… il n’y a aura plus le besoin de déchirer l’Entente parce que les Canadiens vont la rejeter (J. Turner, Débat 6).

And Quebeckers are paying taxes in Canada. They have rights to be represented in the House of Commons. And they vote. They will vote for the Bloc Québécois again (G. Duceppe, Débat 12).

D4- Inciter l’électorat à effectuer une action en affirmant qu’elle sera pour lui bénéfique

24Certains actes de discours directifs, comme conseiller, recommander, suggérer, presser, inviter et convier, ont comme condition préparatoire particulière d’accomplissement d’avoir trait à une action bénéfique pour l’interlocuteur. Un conseil, par exemple, porte toujours sur une action dont il est présupposé que l’exécution sera profitable à l’interlocuteur. De même, une recommandation, une suggestion ou une invitation (au sens strict) visent toutes l’intérêt de l’interlocuteur. À une fin purement technique, j’appelle actes « de bienveillance » la sous-classe des actes directifs qui ont pour caractéristique de tenter d’amener l’interlocuteur à effectuer une action qui sera pour lui bénéfique. Les actes de bienveillance se distinguent des autres actes directifs portant sur une action indifférente (au moins formellement) à l’intérêt de l’interlocuteur (comme ordonner, demander, requérir, poser une question, prier) et de ceux qui ont trait à une action allant à l’encontre de l’intérêt de l’interlocuteur (comme avertir, alerter et proscrire).

25Les actes directifs de bienveillance peuvent être accomplis de manière indirecte par l’affirmation que sera bénéfique ou profitable l’action qu’on requiert l’interlocuteur d’effectuer. Il est possible, par exemple, de conseiller indirectement à quelqu’un de consulter un médecin en disant « Ce serait bon que vous voyiez un médecin ». En publicité, cet accomplissement indirect prend fréquemment la forme plus particulière de l’affirmation que l’utilisation de tel produit comblera un besoin ou une attente de l’auditoire. Le mécanisme D4, tel que ci-haut formulé, exprime la même possibilité appliquée de façon plus précise à la communication politique. Dans les débats télévisés, D4 sert à mettre en évidence quelque avantage d’un programme, d’une politique ou d’un parti. Il peut faire l’objet d’une expression tout à fait explicite :

If you elect New Democrats, I think the ordinary person in this country is going to have his or her interest well served (E. Broadbent, Débat 5).

… il s’agit là d’une initiative très impressionnante et fort bénéfique pour le Canada (B. Mulroney, Débat 6).

C’est le temps d’un gouvernement qui mettra l’accent sur les besoins de nos familles… (E. Broadbent, Débat 6).

26Le bénéfice, l’intérêt ou l’avantage présumé de l’interlocuteur peut aussi être formulé par une qualification ou une appréciation favorable d’une proposition ou d’une mesure :

Our child care plan will give you the freedom to make the right choices for you and your family. It will be affordable and accessible (J. Turner, Débat 7).

There will have to be some reallocation of funding to meet the new priorities for youth, preserving our safety net for those who cannot take care of themselves in this country (J. Turner, Débat 5).

27Le tableau 3 rend compte de la fréquence d’utilisation globale des mécanismes d’indirection directifs dans l’ensemble des débats politiques télévisés canadiens et québécois.

Tableau 3. Les mécanismes d’indirection directifs dans les débats politiques télévisés canadiens et québécois 1962-1998

Tableau 3. Les mécanismes d’indirection directifs dans les débats politiques télévisés canadiens et québécois 1962-1998

28Ainsi que le donne à voir ce tableau, les mécanismes D2 et D4 sont les plus utilisés ; à eux deux, ils comptent pour plus de 73 % de tous les cas d’indirection directive. Quand les protagonistes d’un débat cherchent à inciter indirectement l’électorat à adhérer à leur position et/ou à leur accorder leur appui électoral, ils le font essentiellement soit en exprimant leur désir de voir l’électorat agir de la sorte, soit en affirmant le bénéfice que l’électorat pourrait en tirer.

Les mécanismes d’indirection commissifs

29Alors que les actes de discours directifs consistent à tenter d’amener l’interlocuteur à effectuer une action, les actes commissifs ont pour but d’engager le locuteur à exécuter quelque action. Dans les débats télévisés, ils peuvent être accomplis indirectement au moyen de quatre différents mécanismes.

C1- S’engager auprès de l’électorat à effectuer une action en affirmant en avoir la capacité

30Une première façon de contracter indirectement un engagement auprès d’un électorat consiste pour le locuteur à prétendre ou assurer avoir la capacité d’effectuer l’action faisant l’objet de cet engagement. Cela s’avère possible parce que l’accomplissement des actes commissifs a pour condition préparatoire que le locuteur soit capable de faire l’action qu’il s’engage à effectuer. Par exemple, une promesse ne peut être pleinement réalisée que si le locuteur est en mesure de la tenir. Si ce n’est pas le cas, la promesse ne peut être remplie. De ce fait, il devient possible pour le locuteur d’effectuer indirectement une promesse ou tout autre acte de discours commissif simplement en faisant état de son aptitude. Ainsi, dans un contexte approprié, l’énoncé « Je peux vous aider » permet d’accomplir une promesse ou, sans doute le plus souvent, une offre.

31Dans les débats télévisés, on recourt au mécanisme d’indirection C1 pour prendre des engagements concrets :

How to do that (get the debt gradually into better shape) ?… we can do it in three ways. We can do it, first of all, by looking for growth. […] We can look at it by cutting expenditures […]

Nous avons un plan pour créer des emplois de qualité et rémunérateurs et aussi un plan qui peut fonctionner dans la nouvelle économie que nous avons actuellement au Canada (K. Campbell, Débat 8).

… nous pouvons continuer… à consacrer davantage de sommes dans les fonds décentralisés de création d’emplois dans toutes les régions, pour assurer la mise sur pied d’un vrai travail pour les jeunes (D. Jonhson, Débat 10).

32Ou encore des engagements plus abstraits ou même lyriques :

… nous sommes en mesure de bâtir un Québec et un Canada plus tolérants et plus prospères (B. Mulroney, Débat 4).

… we can bring new hope and new prosperity and a better day for Canada (B. Mulroney, Débat 5).

… we can make this a land where every child will have enough to eat, where every young person capable of absorbing an education will be able to get one, where every person who wants to work can find a job and where every family that wants a home will be able to own one, a land where our old people can live out their days in dignity and security and where our young people can live useful and meaningful lives (T.C. Douglas, Débat 2).

C2- S’engager auprès de l’électorat à effectuer une action en exprimant son intention de la faire

33L’accomplissement d’un acte de discours commissif est toujours accompagné de l’expression de l’intention d’effectuer l’action à l’exécution de laquelle il engage. Cette intention constitue la condition de sincérité d’un acte commissif. La preuve en est qu’un locuteur ne peut pas, en toute cohérence, accomplir un acte commissif et simultanément dénier avoir l’intention d’effectuer l’action spécifiée. Par exemple, un locuteur ne peut pas en même temps promettre de faire telle chose et nier avoir l’intention de faire cette chose. La condition de sincérité des actes de discours commissifs fait en sorte qu’ils peuvent être accomplis indirectement par l’expression de l’intention d’effectuer l’action qui en fait l’objet. Une promesse, par exemple, peut, dans un contexte approprié, être accomplie de manière indirecte par un énoncé du genre « Je veux bien faire ce que vous me demandez ».

34C2 établit cette possibilité en la formulant plus spécifiquement pour la communication politique. Dans les débats télévisés, ce mécanisme d’indirection est d’un usage pléthorique. Comme C1, il peut avoir un contenu pratique et précis ou, tout le contraire, général et emphatique :

We have a youth corps that we want to create (J. Chrétien, Débat 9).

Au cours du prochain mandat, nous voulons continuer à développer une économie qui crée des emplois, moderniser notre système de santé, investir dans nos enfants et nos jeunes, investir dans l’innovation, la technologie et le commerce et renforcer l’unité nationale (J. Chrétien, Débat 11).

Ce qu’on veut faire, nous, c’est créer de l’emploi, et puis en créant de l’emploi, on veut d’abord donner une chance aux petites et moyennes entreprises du Québec (J. Charest, Débat 13).

I want women as equal partners running this country (J. Turner, Débat 5).

We want to move ahead and strengthen our values and turn the future to Canada’s advantage (B. Mulroney, Débat 7).

…nous, au Parti Libéral, ce que nous voulons, c’est renforcer le Québec, c’est le rendre plus fort, surtout rassembler des Québécois autour d’un projet commun (J. Charest, Débat 13).

C3- S’engager auprès de l’électorat à effectuer une action en affirmant qu’on va la faire

35Un acte de discours commissif n’a pas n’importe quelle teneur. S’exercent certaines contraintes sur son contenu : il doit porter sur une action future à être accomplie par le locuteur. C’est une condition de contenu propositionnel. Cette condition d’accomplissement fait en sorte qu’une promesse, par exemple, ne peut pas avoir pour objet une action de l’interlocuteur ou encore une action passée du locuteur : les énoncés « Je promets que vous viendrez à la soirée » et « Je promets d’être venu à la soirée d’hier » expriment des promesses qui n’ont pas de sens. En vertu de leur condition de contenu propositionnel, les actes commissifs peuvent être accomplis indirectement par la simple affirmation du locuteur qu’il effectuera l’action qu’il s’engage à exécuter. Ainsi, je peux promettre de venir à la soirée en disant seulement « Je viendrai à la soirée ». Ce mécanisme d’indirection est largement utilisé dans la vie de tous les jours par souci d’économie expressive.

36C3 est une version de ce mécanisme d’indirection plus précisément adaptée à la communication politique. Voici quelques exemples de son utilisation dans les débats télévisés :

Nous assumerons les 150 millions de dollars d’obligations pour lesquelles… les intérêts et l’amortissement seront payés avant le calcul des profits alors nous paierons 250 millions… (J. Lesage, Débat 1).

… en tant que gouvernement, nous allons appliquer un très grand nombre des recommandations du rapport Watkins (P.-E. Trudeau, Débat 2).

I will do that within the limits of the current national debt. We will find the money from other programs and from reallocating (J. Turner, Débat 5).

We Liberals will put fairness back into the tax system (J. Turner, Débat 7).

C4- S’engager auprès de l’électorat à un résultat en affirmant qu’il sera atteint

  • 5 À proprement parler, les actes de résultat ne constituent pas une sous-classe d’actes commissifs, d (...)

37Certains actes de discours commissifs de promesse, de garantie, de certification, d’assurance, d’offre (et certainement d’autres encore) peuvent avoir comme contenu propositionnel caractéristique la production d’un effet. Comme les autres actes de promesse, de garantie, de certification, d’assurance, d’offre et comme l’ensemble des actes commissifs, ils engagent bien le locuteur à l’exécution d’une action. Il se trouve toutefois au surplus que cet engagement est relatif à l’atteinte d’un certain impact sur l’interlocuteur. C’est, par exemple, le cas de la promesse « Je promets de vous guérir » par comparaison à la promesse « Je promets de venir à la soirée ». J’appelle actes « de résultat », ces actes commissifs portant sur un certain aboutissement5. Les actes de résultat ont pour condition de contenu propositionnel particulière l’atteinte de cet effet de l’action du locuteur : la contrainte sur leur teneur n’est pas seulement une action future du locuteur, mais, plus spécifiquement, l’obtention du résultat de cette action future du locuteur. En vertu de cette condition de contenu propositionnel particulière, les actes commissifs de résultat peuvent être accomplis indirectement par l’affirmation de l’atteinte de cet effet ou résultat. Ainsi, la promesse que vous serez guéri peut être accomplie de manière indirecte au moyen de l’énoncé assertif « Vous serez guéri ».

38Dans les débats télévisés, C4 est utilisé de diverses façons :

We have programs for youth employment that will change — alter dramatically — the unemployment insurance fund to put young people back to work so they can be retrained during that period and not be unemployed (B. Mulroney, Débat 5).

… notre projet de loi que nous avons passé a pour effet de doubler, dans l’espace de sept ans, de 200,000 à 400,000 le nombre d’espaces disponibles pour les enfants (B. Mulroney, Débat 6).

… j’ai dit que pour l’an 2000, le niveau de chômage sera très baissé en comparaison d’aujourd’hui (K. Campbell, Débat 8).

… M. Parizeau a déjà dit, lui, … qu’il ne s’occuperait pas du déficit avant quatre ou cinq ans. Moi, je dis aux Québécois que dans quatre ou cinq ans ce sera réglé (D. Johnson, Débat 10).

We have set out very clearly our choices. An economy that creates jobs, through a balanced budget and low interest rates, preserving and modernizing health care, investing in children, particularly poor children, investing in knowledge, innovation, education, technology and trade, and strengthening the unity of Canada (J. Chrétien, Débat 12).

39L’utilisation totale des mécanismes d’indirection commissifs dans les débats politiques canadiens et québécois est précisée dans le tableau 4.

Tableau 4. Les mécanismes d’indirection commissifs dans les débats politiques télévisés canadiens et québécois 1962-1998

Tableau 4. Les mécanismes d’indirection commissifs dans les débats politiques télévisés canadiens et québécois 1962-1998

40Les mécanismes C3 et C2 totalisent un peu plus de 72 % de l’indirection commissive. Quand un locuteur prend indirectement un engagement dans un débat politique télévisé, c’est le plus souvent en exprimant son intention d’effectuer une action ou en affirmant qu’il l’effectuera.

41Le tableau 5 combine les données des tableaux 3 et 4 pour offrir une vue d’ensemble de l’indirection directive et commissive dans les débats télévisés étudiés.

Tableau 5. Les mécanismes d’indirection directifs et commissifs dans les débats politiques télévisés canadiens et québécois 1962-1998

Tableau 5. Les mécanismes d’indirection directifs et commissifs dans les débats politiques télévisés canadiens et québécois 1962-1998
  • 6 Cela ne veut cependant pas dire que les debaters s’engagent plus indirectement qu’ils n’incitent l’ (...)

42Le tableau fait apparaître quelques résultats dignes d’attention. On peut d’abord constater un écart très net entre le recours aux mécanismes d’indirection commissifs et directifs. Les premiers sont utilisés neuf fois plus que les seconds. En chiffres absolus, les protagonistes des débats politiques pratiquent l’engagement indirect beaucoup plus que l’incitation indirecte6. Aussi, n’est-il pas étonnant que les mécanismes d’indirection les plus employés soient les quatre mécanismes commissifs, deux d’entre eux, C2 et C3, comptant même pour tout près des deux tiers de l’usage total de l’indirection dans les débats télévisés. Aucun des mécanismes directifs ne réussit à atteindre un taux d’utilisation de 5 %.

Les raisons de l’indirection

43Comment expliquer le recours, relativement abondant, aux mécanismes d’indirection dans les débats télévisés ? Un certain nombre de raisons peuvent être invoquées pour chacun des mécanismes d’indirection et aussi, eu égard aux deux types d’actes de discours dont ils servent à l’accomplissement, les actes directifs et les actes commissifs.

44L’usage de chacun des mécanismes d’indirection repose sur des motifs et comporte des avantages particuliers afférents relativement à la finalité persuasive de la communication politique.

45En posant la capacité de l’interlocuteur, le mécanisme D1 se trouve à valoriser ce dernier, ce qui ne peut que le disposer favorablement à l’égard du locuteur. Les mécanismes D2, C1 et C2 ont un même effet de valorisation mais dans le sens contraire : ils font valoir quelque vertu du locuteur, respectivement une aptitude, un souhait et une volonté.

46Les mécanismes D3 et C3 ont pour avantage commun de présenter comme plus évident ou certain l’accomplissement d’une action (de l’interlocuteur ou du locuteur). Tous deux représentent comme allant être réalisée l’action en question alors que, de fait, elle n’est en quelque sorte qu’appelée dans le cas de D3 et annoncée dans le cas de C3. Considérons les choses en détail, d’abord pour ce qui est de D3. Quand un locuteur, pour inciter l’interlocuteur à effectuer une action, affirme ou prétend que l’interlocuteur accomplira cette action, il en présente l’accomplissement comme plus sûr. Le propos porte alors non pas sur l’incitation, de laquelle l’accomplissement de l’action est tout à fait indépendant, mais sur son exécution ainsi expressément posée. Quand, par exemple, je dis « Vous allez à Montréal » afin de tenter d’amener mon interlocuteur de se déplacer vers la Métropole, je présente l’exécution de cette action comme étant plus évidente que si je disais « Allez à Montréal ».

47Le même phénomène joue dans C3. Quand un locuteur affirme ou prétend qu’il accomplira telle action pour s’engager à l’effectuer plutôt que de prendre directement cet engagement, il présente comme plus assuré l’accomplissement de cette action. L’accent n’est pas mis sur l’engagement à l’action, ce qui rendrait son exécution tributaire du bon vouloir du locuteur et donc plus hasardeuse, mais sur l’exécution de l’action elle-même alors présentée comme plus certaine parce qu’autonome de l’engagement du locuteur. Par exemple, si, afin de m’y engager, j’asserte « Je me rendrai à Montréal », je représente cette action comme plus avérée que si je dis « Je promets de me rendre à Montréal » pour préciser que je m’engage à l’effectuer. D3 et C3 permettent ainsi de présenter avec une plus grande force ou de manière plus prononcée l’accomplissement de l’action faisant l’objet d’une incitation ou d’un engagement. Ils y parviennent parce qu’ils sont des assertions et que, pour cela même qu’ils sont plus objectifs qu’une incitation et un engagement directs, ils posent comme allant être indubitablement réalisée l’action de l’interlocuteur ou du locuteur.

48Finalement, D4 et C4 évoquent tous deux l’intérêt de l’interlocuteur en affirmant le premier qu’une action lui sera bénéfique, le second qu’un résultat sera atteint. L’interlocuteur sera naturellement porté à entretenir une certaine obligeance à l’égard de qui lui fait ainsi miroiter quelque avantage ou utilité.

49Sur un plan plus général, il est possible de rendre compte différemment de l’indirection directive et de l’indirection commissive. L’indirection directive s’explique par la nécessité devant laquelle se trouvent les hommes et femmes politiques d’inciter avec délicatesse : ils ne peuvent pas exiger mais seulement briguer l’appui de l’électorat. Ils ne peuvent évidemment pas contraindre l’électorat à adopter leur position ou à voter pour eux (ce qui, déjà, exclut l’usage de directifs autoritaires comme l’ordre, la convocation, l’exigence, l’interdiction, la proscription), mais il est aussi à leur avantage de procéder à une sollicitation plus aimable qu’astreignante. L’indirection permet d’adoucir l’incitation : elle atténue la pression mise sur l’électorat, l’influence qu’on cherche à exercer sur lui.

50Quant à l’indirection commissive, elle se révèle utile sur deux plans complémentaires. Elle permet d’abord de se dédouaner de la perception péjorative qui entoure les « promesses électorales ». Les hommes et femmes politiques sont dans une situation paradoxale. D’une part, ils se doivent de contracter quelques engagements à l’égard de l’électorat. C’est l’une des raisons d’être et donc aussi l’un des enjeux de l’affrontement idéologique et électoral et également l’une des attentes des électeurs et citoyens. Mais les engagements politiques, et tout particulièrement les engagements électoraux, sont par ailleurs frappés de discrédit. « Promesses d’élections » est une expression qui est même devenue, dans beaucoup d’usages, synonyme de mensonges ou de tromperies. En vertu de cette déconsidération, il y a un certain avantage à ne pas afficher ses engagements en tant que tels, mais plutôt à leur donner un mode de présentation implicite. L’indirection a cette fonction : elle permet de prendre des engagements en faisant autre chose, par exemple pour ne considérer que C2, en exprimant son intention d’accomplir une action donnée.

51Le second avantage de l’indirection commissive est de ménager une éventuelle sortie de secours au locuteur. Prendre un engagement implique une responsabilité et même une obligation d’effectuer l’action faisant l’objet de l’engagement. Quand il contracte un engagement, le locuteur se reconnaît le devoir d’accomplir cette action. S’il ne l’accomplit pas, l’homme ou la femme politique pourra se voir mis en cause : on pourra lui faire reproche de ne pas honorer sa parole. S’il a pris son engagement indirectement, l’homme ou la femme politique pourrait, au prix de faire preuve de mauvaise foi, nier l’avoir vraiment contracté. Par exemple, en regard encore une fois de C2, celui ou celle qui s’est engagé auprès de l’électorat à accomplir telle action indirectement par l’expression de son intention de l’effectuer peut techniquement se défendre de ne pas l’avoir effectivement accomplie en prétendant qu’il avait en fait seulement manifesté sa disposition ou détermination à l’exécuter.

Conclusion

52Des différentes façons dont il vient d’être fait état, l’indirection contribue à la visée persuasive de la communication politique paradoxalement en l’atténuant, en la rendant moins visible, d’aucuns diraient même en la camouflant. La communication politique a pour objectif de nous faire adhérer à telle idée ou doctrine, endosser tel projet ou proposition et voter pour le parti et les hommes et femmes qui appuient cette idée ou doctrine, ce projet ou cette proposition. Or, la communication politique (comme toute autre entreprise de persuasion d’ailleurs) a davantage de chances de réussite si elle n’affiche pas son intention persuasive. Car la persuasion reste toujours, peu ou prou, suspecte du fait qu’on l’associe à la manipulation. La communication politique a ainsi tout intérêt à masquer ou du moins à taire sa visée persuasive. L’indirection sert cette fin : elle distrait de la finalité persuasive de la communication politique en centrant l’attention sur autre chose : la capacité du locuteur (C1) ou de l’interlocuteur (D1), le désir du locuteur (D2) ou son intention (C2), l’avantage ou le bénéfice de l’interlocuteur (D4), pour ne prendre que quelques exemples de mécanismes d’indirection.

53L’indirection ne relève pas du mensonge ou de la tromperie, mais de l’obliquité. Ne pas s’exprimer littéralement procède certes d’une manière de faire détournée ou sinueuse ; ce n’est tout de même pas de la tromperie. Le repérage des mécanismes d’indirection permet de dédouaner partiellement la communication politique du reproche de manipulation qui lui est souvent adressé. Pour mesurer correctement la portée de ce blâme, il faudrait, dans la foulée de la recherche qui vient d’être exposée, mener de nouveaux travaux dans lesquels le recours à l’indirection serait comparé à l’utilisation de procédés véritablement mensongers et trompeurs.

Haut de page

Bibliographie

CHAKHOTIN, Sergej (1952), Le viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard.

EDELSTEIN, Alex S. (1997), Total Propaganda : From Mass Culture to Popular Culture, Mahwah, N.J., L. Erlbaum Associates.

GAUTHIER, Gilles (2000), « L’indirection comme procédé de persuasion en publicité : le cas des magazines féminins québécois », Communication, 20(1) : 155-178.

GAUTHIER, Gilles [à paraître], « L’indirection : procédé d’expression et de persuasion ».

HALSALL, Albert W. (1988), L’art de convaincre : le récit pragmatique, rhétorique, idéologie, propagande, Toronto, Paratexte.

JARDINE, Murray (1998), Speech and Political Practice : Recovering the Place of Human Responsibility, Albany, State University of New York Press.

KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine et Maurice MOUILLAUD (1984), Le discours politique, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

PRATTE, André (1997), Le syndrome de Pinocchio : essai sur le mensonge en politique, Montréal, Boréal.

SEARLE, John R. (1969), Speech Acts. An Essay in the Philosophy of Language, Cambridge, Cambrige University Press.

SEARLE, John R. (1975), « Indirect speech acts », dans Peter COLE et Jerry L. MORGAN (dir.), Syntax et Semantics 3 : Speech Acts, New York, Academic Press, p. 59-82.

SEARLE, John R. (1979), Expression and Meaning, Cambridge, Cambridge University Press.

SEARLE, John R. et Daniel VANDERVEKEN (1985), Foundations of Illocutionary Logic, Cambridge, Cambridge University Press.

TROGNON, Alain et Janine LARRUE (1994), Pragmatique du discours politique, Paris, Armand Colin.

VANDERVEKEN, Daniel (1988), Les actes de discours, Liège, Bruxelles, Pierre Mardaga Éditeur.

Haut de page

Notes

1 Cette approche critique, florissante au cours des dernières décennies, prend souvent comme point d’appui une réflexion sur la propagande. En voici deux seuls exemples, choisis en raison de leur origine culturelle différente et aussi de leur distance dans le temps : Chakhotin (1952) et Edelstein (1997).

2 Telle que caractérisée dans la théorie des actes de discours : Searle (1969, 1975, 1979) ; Searle et Vanderveken (1985) et Vanderverken (1988).

3 Dans Gauthier (à paraître), je propose une liste de quatorze mécanismes semblables d’indirection.

4 Les autres types d’actes de discours sont les assertifs (affirmer, nier, prédire, etc.) dont le but est de représenter un état de choses, les actes expressifs (remercier, s’excuser, féliciter, etc.) dont le but est d’exprimer un état psychologique et les actes déclaratifs (déclarer, démissionner, renier, etc.) dont le but est d’instaurer un nouvel état de choses du fait même de leur accomplissement.

5 À proprement parler, les actes de résultat ne constituent pas une sous-classe d’actes commissifs, du moins pas de la même manière que les actes de bienveillance forment une sous-catégorie des actes directifs. Dans le cas de ceux-ci, certains actes sont en soi et donc toujours des actes de bienveillance (conseiller, recommander, suggérer, presser, inviter et convier par définition visent l’intérêt de l’interlocuteur). Mais ce ne sont pas toutes les promesses, garanties, certifications, assurances, offres et autres qui engagent à la production d’un effet, mais seulement certains de ces actes.

6 Cela ne veut cependant pas dire que les debaters s’engagent plus indirectement qu’ils n’incitent l’électorat à adopter leurs positions et à voter pour eux. Pour établir la proportion d’engagement et d’incitation indirects, il faudrait l’un et l’autre les comparer au nombre total respectivement d’engagement et d’incitation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les débats télévisés tenus lors d’élections québécoises et fédérales 1962-1998
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5497/img-1.png
Fichier image/png, 110k
Titre Tableau 2. Les principaux mécanismes d’indirection dans les débats télévisés canadiens et québécois 1962-1998
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5497/img-2.png
Fichier image/png, 70k
Titre Tableau 3. Les mécanismes d’indirection directifs dans les débats politiques télévisés canadiens et québécois 1962-1998
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5497/img-3.png
Fichier image/png, 14k
Titre Tableau 4. Les mécanismes d’indirection commissifs dans les débats politiques télévisés canadiens et québécois 1962-1998
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5497/img-4.png
Fichier image/png, 14k
Titre Tableau 5. Les mécanismes d’indirection directifs et commissifs dans les débats politiques télévisés canadiens et québécois 1962-1998
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5497/img-5.png
Fichier image/png, 42k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Gauthier, « L’indirection en communication publique », Communication, vol. 21/1 | 2001, 99-118.

Référence électronique

Gilles Gauthier, « L’indirection en communication publique », Communication [En ligne], vol. 21/1 | 2001, mis en ligne le 05 novembre 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/5497 ; DOI : 10.4000/communication.5497

Haut de page

Auteur

Gilles Gauthier

Gilles Gauthier est professeur au Département d’information et communication, à l’Université Laval (Québec). Courriel : gilles.gauthier@com.ulaval.ca.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org