Navigation – Plan du site
Articles

Les relations de plaisanteries au Burkina Faso

Un mode communication pour la paix sociale
André Nyamba
p. 119-140

Résumés

Le Burkina Faso est un pays multiethnique où cohabitent plus de soixante groupes culturels. Des échanges multiformes ont toujours caractérisé leur cohabitation. Un fait important né de ces échanges est le jeu verbal et gestuel des relations de plaisanteries, véritables joutes oratoires faites d'insultes, de menaces et de railleries grossières. Les relations de plaisanteries ou encore « parentés à plaisanteries » visent le soutien, la solidarité et la camaraderie entre les différents acteurs sociaux, spectateurs comme « protagonistes » du moment. L’auteur cherche à comprendre comment survivent aujourd'hui ces relations de plaisanteries au Burkina Faso et à connaître quelles nouvelles valeurs sociales elles véhiculent.

Haut de page

Texte intégral

1Cette étude vise à comprendre la pratique des relations de plaisanteries aujourd’hui au Burkina Faso. Pourquoi se maintiennent-elles encore, avec une si grande vivacité ? Deux faits marquants de relations de plaisanteries illustrent mes interrogations :

  • 1 Village de Sidogo, le 8 avril 1997, dans la province du Sanmatenga.

2Le premier s’est déroulé dans un village mossi1 : j’étais en sortie d’études de terrain avec des étudiants ; lors de la visite de courtoisie et de prise de contact préalable avec les habitants du village, avant les enquêtes proprement dites, un jeune Samo parmi les étudiants, feignant une attitude de colère, s’est adressé de façon très agressive à un vieux Mossi parmi nos interlocuteurs, lui disant qu’il était très sale et très mal habillé et qu’il devait d’abord aller se laver, avant de venir lui dire bonjour, à lui. Nous étions tous choqués par de tels propos ; mais le vieux Mossi, sans se troubler aucunement, ni s’offusquer, lui répondit qu’il « n’était qu’un Samo », et qu’il était indigne de faire partie de notre groupe de « gens bien » ! Comment a-t-il su que l’étudiant était effectivement Samo ? S’étaient-ils vus auparavant ? Ce clash n’allait-il pas compromettre notre sortie d’études ? Autant de questions inquiétantes que nous nous posions tous. Toujours est-il que durant le séjour d’enquêtes, le vieux Mossi et l’étudiant samo se sont provoqués et défiés souvent, de façon ostentatoire, en une réciprocité désormais complice ; et c’est même cette pratique de relations de plaisanteries qui a été notre vraie porte d’entrée dans le village, pour la réussite de nos enquêtes.

  • 2 Il s’agit d’un cycle de conférences organisé par le Ministère de la Culture et de la Communication  (...)
  • 3 Il avait été Président de la Haute-Volta, ancien nom du Burkina Faso ; au moment de la conférence, (...)

3Le deuxième fait s’est déroulé à Ouagadougou, à l’occasion d’une conférence sur « le fonctionnement actuel des dynamiques culturelles au Burkina Faso2 ». Plusieurs conférenciers, dont des Mossi et des Samo, intervenaient : tout le temps de la conférence, ils n’ont pas arrêté de se « rentrer dedans », déclenchant une ambiance de détente et d’hilarité dans la salle. Lorsque la parole fut donnée à l’auditoire pour poser des questions, la surprise fut grande de voir un quidam se lever et interpeller avec beaucoup de négligence et de légèreté très affichées l’ancien Chef de l’État de Haute-Volta, le vieux Sangoulé Lamizana3, présent à cette conférence. Il lui demanda de façon irrespectueuse, et avec beaucoup de regrets dans le ton (parce que ce fut lui, le Samo, qui avait été Chef d’État de ce pays), s’il avait eu à recourir aux relations de plaisanteries pour résoudre des problèmes politiques qui l’auraient opposé à des Mossi, quand il présidait aux destinées du pays. L’intervenant avait beaucoup d’ironie dans ses paroles et adoptait une attitude qui se voulait agressive vis-à-vis du vieux Lamizana. Le vieux Président, comprenant aussitôt l’agression du jeu verbal des relations de plaisanteries, lui répondit de façon tout aussi « cavalière », contrastant avec son âge et sa sagesse reconnue, qu’il n’avait pas eu de problèmes avec les Mossi, puisque « ce ne sont que des Mossi », « ses Mossi à lui », et donc « ses esclaves qui ne pouvaient que lui obéir et non lui créer des problèmes… ». Un grand rire s’est emparé de toute la salle ! Le vieux Président Lamizana, Samo, avait eu une bonne réplique, la bonne réplique ; il avait même été « supérieur » dans ce jeu des relations de plaisanteries que le jeune Mossi avait provoqué.

  • 4 Paradigme déjà décrit et expliqué par les ethnologues et les anthropologues depuis le siècle dernie (...)

4Ces deux faits vécus suscitent des interrogations, non pas sur le paradigme même des relations de plaisanteries4, mais sur leur continuation actuelle : elles ont lieu dans un espace étatique désormais commun aux différents groupes socioculturels du Burkina Faso, dans un contexte de mutations sociales qui ne les a ni inspirées, ni créées, avec parfois un nouvel outil linguistique, la langue française. L’hypothèse que j’avance est que si les relations de plaisanteries ont pris ancrage dans la nouvelle réalité sociale des peuples du Burkina Faso tout en continuant de se référer à leurs fondements anciens, c’est qu’elles répondent encore à des besoins de communication sociale, quels que soient le lieu et la langue d’expression. Que visent aujourd’hui ces nouveaux besoins ? Si ces nouveaux besoins sont portés beaucoup plus par les langues nationales, la langue française, qui est présente depuis un certain temps, les exprime aussi, plus ou moins bien, en ville et au village. Quelle influence ce nouveau support linguistique exerce-t-il sur les relations de plaisanteries ?

5Ces quinze dernières années, des travaux de recherche d’enseignants et d’étudiants, au nord comme au sud, dans des perspectives d’approches pluridisciplinaires, abordent le thème des relations de plaisanteries, traduisant par là un certain intérêt pour ce mode de communication sociale qui soulève diverses questions aujourd’hui. Il serait alors opportun de comprendre et d’analyser les relations de plaisanteries, surtout par ces temps de brûlures identitaires et de désintégration progressive des anciennes structures de communication.

6L’étude ne prétend pas apporter une nouveauté au paradigme déjà connu des relations de plaisanteries dans les différents systèmes de parenté et d’organisation sociale des peuples : elle constitue une « prise de température » ponctuelle d’une forme d’expression des interrelations sociales, à un moment important de l’histoire des peuples du Burkina Faso, par ces temps de mutations où la paix sociale est constamment menacée.

Quelle méthode pour analyser l’actualité des relations de plaisanteries ?

  • 5 Les entretiens se sont déroulés durant les mois de février et de mars 1997, dans des villages d’ori (...)

7Pour répondre aux interrogations sur le fonctionnement actuel des relations de plaisanteries et sur leurs objectifs, deux types5 d’enquêtes ont été réalisés, avec simultanément des observations directes (et parfois participantes) de la pratique des relations de plaisanteries.

8Le premier type d’enquête, une démarche qualitative d’entretiens semi-structurés individuels et de groupe, a concerné essentiellement la genèse, l’évolution et les formes d’expression des relations de plaisanteries. Ces entretiens ont été menés auprès de personnes âgées des deux sexes, dépositaires de certaines traditions dans leurs milieux, ou jouant une fonction sociale précise dans l’espace villageois ; mais également auprès de personnes ressources vivant en ville ou en milieu rural : hommes de culture, fonctionnaires retraités, responsables officiels en charge de la culture, etc. Les informations recueillies dans cette première série d’entretiens ont contribué à l’analyse de la genèse, de l’évolution actuelle des relations de plaisanteries et de leurs fonctions sociales ; l’objectif étant de comprendre d’abord ce fait de communication sociale.

9Je dois signaler que pendant les entretiens, lorsqu’on posait la question sur l’origine et sur le degré d’historicité des relations de plaisanteries, l’on se heurtait à un manque de réponses précises, la même réponse revenant invariablement : « c’est ce que faisaient les pères de nos pères ! » Une telle affirmation montre que la pratique des relations de plaisanteries par des générations successives est liée à l’histoire sociale de chaque ethnie, dans sa relation avec ses voisins. Dès lors, on peut penser que ces pratiques ont, avec le temps, construit et affirmé l’identité propre de l’ethnie.

  • 6 En ce qui concerne le questionnaire d’enquête, il a été administré dans la deuxième quinzaine du mo (...)

10Le deuxième type d’enquête a été une démarche plutôt quantitative, avec l’administration d’un questionnaire6 comportant différentes variables sur le thème, auprès d’un échantillon de populations urbaines et rurales, de catégories sociales, d’âges et de sexes différents. Les espaces urbains des villes de Ouagadougou, de Bobo-Dioulasso et de bien d’autres villes moyennes favorisent en effet un brassage de la soixantaine de groupes ethniques du pays. Les variables les plus importantes mises en œuvre pour comprendre l’évolution des relations de plaisanteries concernaient les modifications survenues dans les relations de plaisanteries : formes, langues utilisées, nouveaux protagonistes, interdits, milieux sociaux interpellés, pratiques urbaines et rurales, pratiques entre sexes différents, etc. L’objectif était cette fois d’analyser la « nouvelle situation » des relations de plaisanteries, avec les besoins actuels et les comportements sociaux qui les déclenchent.

11Par ailleurs, des discussions avec des historiens, des anthropologues et des linguistes ont permis de recentrer l’objet de cette étude et de le rapporter constamment au fonctionnement de la réalité sociale actuelle du Burkina Faso. En effet, tout au long de l’étude, il existait le danger permanent d’isoler l’objet de réflexion en le considérant comme un fait social en soi, alors qu’il se fonde sur la vie des Burkinabè au quotidien, en tant que forme de communication sociale vivante et ouverte à des modifications diverses, tout en étant inscrit dans l’histoire spécifique de chaque groupe.

12Si l’objectif global de ces enquêtes portait bien sur l’actualité des relations de plaisanteries et la gestion de la paix sociale, je n’y avais pas la prétention d’analyser systématiquement les « nouveaux » comportements psychosociologiques des Burkinabè en ville et au village, face aux relations de plaisanteries aujourd’hui ; encore moins d’en tirer des théories d’ordre anthropologique : une bien plus grande investigation s’imposerait. Mon objectif reste avant tout la compréhension de la pratique actuelle des relations de plaisanteries, dans un espace social en perpétuelle mutation.

Genèse et évolution des relations de plaisanteries au Burkina Faso

L’ancrage historique des relations de plaisanteries et la gestion de la paix sociale

  • 7 Voir le contenu de la charte de « kurukan fuga », issue de la réunion convoquée par Soundiata Keita (...)

13Bien avant la colonisation, au début du XIIIe siècle7, les relations de plaisanteries entre les différents groupes ethnolinguistiques de l’Afrique existaient déjà. Le peuplement des espaces du Burkina Faso a fait naître des relations de voisinage entre divers groupes socioculturels ; cela allait de la méfiance systématique à des échanges matrimoniaux soutenus. Les intentions que l’on prêtait facilement au voisin étaient nombreuses, d’autant plus que la circulation des biens et des personnes était limitée : tel voisin était considéré comme barbare ou même anthropophage ; les femmes de tel groupe seraient particulièrement sales ; celles de tel autre seraient de véritables vagabondes sexuelles — et cependant elles seraient bien appréciées des hommes qui leur portent de telles critiques, car elles auraient d’excellents talents de partenaires sexuels ! Autant de clichés et d’idées préconçues ! Et cela a contribué à faire émerger une sorte de communication sociale très vivace, qui perdure encore aujourd’hui, puisque ces clichés existent toujours.

14Au siècle dernier, les anthropologues ont vu dans les « parentés à plaisanteries » des formes de gestion des relations socio-familiales entre des gens de statut social et d’âge différents (Radcliffe-Brown, 1950 et 1952). Pour Marcel Mauss (1950), les relations de plaisanteries sont des « taquineries diverses et des licences verbales envers un parent plus âgé ». L’objectif de telles attitudes, selon lui, est de provoquer un « relâchement qui constitue […] une détente et une compensation nécessaire à la vie de groupe ». Marcel Griaule (1954) parle, lui, de défoulement et d’exutoire publics, qualifiés « d’alliance cathartique ».

15L’une des caractéristiques importantes de la population burkinabè est sans doute sa composition pluriethnique. Selon les linguistes, il existe 61 langues parlées, réparties dans 8 grandes familles linguistiques. Cette soixantaine de langues correspond à une soixantaine de groupes culturels, différents par leurs tailles, leurs situations géographiques et leurs histoires spécifiques : par exemple, les Mossi constituent plus de 50 % de la population du pays, et les Dogosyè en représentent moins de 1 %. Ces différentes entités ont édifié chacune leur ethnie, l’ethnie entendue ici comme une totalité fonctionnelle différente d’une autre, avec ses acteurs sociaux qui résolvaient une question identitaire, à nulle autre pareille, à une époque donnée.

  • 8 Ici, je donne au mot « ethnie » un sens pratique et dynamique de système d’identification et de rep (...)

16Les relations diverses instaurées entre les populations ont contribué à l’émergence de faits socioculturels multiethniques. Par exemple, l’espace commun aux Gourounsi et aux Samo est un espace concrétisé par un même village appelé Sapala par les Gourounsi et Zéwa par les Samo ; ces deux appellations ont des connotations et des représentations sociales différentes pour chaque ethnie8. C’est la même situation pour les Mossi et les Bissa dans la région de Tenkodogo où une longue cohabitation a entraîné une forte interpénétration socioculturelle. Les linguistes et les géographes ont qualifié de tels espaces communs de « zones d’isoglosse », traduisant par là le statut égalitaire et la valeur intrinsèque qu’avaient les langues et les diverses cultures en présence.

17Aujourd’hui, après l’avènement colonial, les relations de plaisanteries perdurent, malgré les changements survenus dans leur contexte social d’expression originale : une plus grande circulation des biens et des personnes ; de nouveaux modes de communication portés par la langue française.

Des récits anecdotiques passes nourrissent encore la pratique des relations de plaisanteries

  • 9 L’on peut donc évaluer au moins à 120 le nombre de ces histoires qui circulent au Burkina Faso, pui (...)

18Les histoires sur l’origine des relations de plaisanteries foisonnent dans les sociétés burkinabè, avec des versions différentes selon les ethnies, mais aussi selon l’inspiration des protagonistes du moment9. Ces histoires, au fil du temps, se sont chargées d’intrigues nouvelles liées aux temps actuels ; les protagonistes se les racontent inlassablement, en préalable au jeu verbal.

  • 10 Le chien a constitué dans bien des sociétés une référence culturelle d’importance ; le rapport au c (...)

19Selon l’histoire de la tête de chien entre les Bissa et les Samo, deux frères raffolaient de viande de chien ; ils aimaient l’un et l’autre manger plus particulièrement la tête de cet animal. Après des discussions âpres, et n’arrivant pas à s’accorder sur qui devait garder cette partie précieuse d’un chien qu’ils avaient abattu, ils en vinrent à se bagarrer, et « se séparèrent ainsi, pour une tête de chien ! » Et depuis, Bissa et Samo, issus de ces deux frères, se rejettent les uns sur les autres la responsabilité de l’éclatement de leur unité familiale initiale. Les autres groupes ethniques ne manquent pas d’ailleurs une occasion de le leur rappeler, pour les tourner en dérision. La compréhension de cette histoire repose sur la connaissance de la représentation du rôle et de la place du chien dans les sociétés de tradition orale10 : il n’est pas l’animal choyé et chouchouté, comme c’est le cas sous d’autres cieux. Il garde la maison, il accompagne à la chasse et lorsqu’il devient vieux ou même enragé, on le tue et on le mange. De fait, la banalité de l’histoire et son contenu drôle montrent la futilité des motifs qui, bien souvent, opposent les hommes et les conduisent à des conflits. La forme des relations de plaisanteries dans le cas des Bissa et des Samo est moins violente, car il s’agit de « parenté » à l’origine entre les deux ethnies. Ils ont encore en mémoire le souvenir amer de leur séparation et de leur désunion pour si peu de chose ; bien plus, ils ressentent maintenant cruellement le besoin, mais hélas, peine perdue, de se rassembler à nouveau en une même « famille ». C’est pourquoi, très souvent, les éléments de chacun de ces groupes ethniques, lorsqu’ils se rencontrent, s’appellent du surnom affectueux de « cousins ».

Les relations de plaisanteries actuelles sont parties des rapports historiques de voisinage

20Les populations qui cohabitent ont en commun une histoire, une « histoire de voisins ». Il en est ainsi des Peuhls et des Bobo : leurs rapports de voisinage expliquent l’établissement de relations de plaisanteries entre eux. En effet, l’histoire relate leur longue cohabitation dans la plaine du Gondo, au nord-ouest du Burkina Faso. Pour chaque groupe, ce sont les différences dans les modes de vie, les activités de production et les systèmes de représentation sociale qui expliquent « l’étrangeté » de l’autre. Leur étrangeté réciproque s’est muée en relations de plaisanteries, évitant ainsi d’être une source de conflits réels, même si, de temps à autre, il y a eu de sérieuses bagarres entre eux. Les Peuhls, pasteurs nomades, « détestent » les Bobo parce que ces derniers raffoleraient de chenilles grillées, en plus de leur bière locale, le dolo. Les Bobo, agriculteurs sédentaires, le leur rendent bien en retour, les traitant de buveurs de lait, ce qui, selon eux, donne aux Peuhls un aspect de créatures fragiles et immatures. Là encore, dans cette histoire de voisinage, les motifs d’accusation sont futiles ; peu importe ! L’essentiel est l’affirmation d’une différence supposée supérieure de l’un sur l’autre… Et la paix sociale entre voisins reste ainsi sauve.

  • 11 L’histoire du peuplement de leurs espaces respectifs actuels a mis en contact direct les Mossi et l (...)

21La même réalité de cohabitation historique11 explique les relations de plaisanteries entre les Samo et les Mossi. Les Samo pensent que les Mossi sont peu raffinés et qu’ils ont des comportements barbares et un mauvais penchant à vouloir toujours être les chefs, là où ils se trouvent. En retour, les Mossi pensent que les Samo sont anarchiques dans leur système d’organisation ; ils les traitent de voleurs, et même de voleurs de biens futiles que l’on pourrait se procurer gratuitement. Selon eux, les Samo auraient la manie de voler aux femmes (et même à leurs propres femmes) le « zom koom », cette eau fraîche, farineuse et sucrée dont ils raffoleraient, alors qu’ils pourraient se la faire offrir. Dans le jeu verbal de la plaisanterie, un des protagonistes doit convaincre l’autre de la déraison et de la faiblesse de l’organisation sociale de son groupe ethnique.

Les alliances matrimoniales contractées par le passé ont généré des relations de plaisanteries

  • 12 Cette version explicative de l’origine des relations de plaisanteries m’a été aimablement fournie p (...)

22Selon certains Mossi12, les relations matrimoniales contractées par le passé dans les zones frontalières de leur ancien empire, entre eux et des éléments de groupes ethniques différents, à la suite de rapts de femmes et même d’enlèvements d’enfants, ont fini par faire apparaître des neveux, des cousins et toutes sortes de « parents » de degrés divers, de part et d’autre. La situation « ambiguë » de tous ces « parents » en fait des intermédiaires obligés dans les relations de voisinage. De fait, aujourd’hui encore, les neveux, les beaux-fils et les cousins maternels interviennent dans les cas de conflits réels et pour l’organisation de manifestations rituelles de solidarité : annonce de décès, organisation de funérailles, de baptêmes, de mariages, etc. Et chaque « parent » remplit ainsi un rôle bien précis. En se comportant de la sorte, ces « parents » établissent ou rétablissent des liens qui ont pu être tendus ou distendus dans l’épreuve quotidienne des relations de voisinage. En effet, les différences entre les individus d’une part et entre les groupes ethniques d’autre part, peuvent être des facteurs de division et de conflits ouverts ; il faut les conjurer ! Le développement de relations de plaisanteries entre des « parents obligés » est une garantie pour la paix sociale.

23Le point commun aux diverses formes de relations de plaisanteries est qu’au départ se trouve toujours une histoire, vraie ou inventée. Cette histoire n’est ni un conte, ni une épopée, ni une légende, ni un mythe. Dans tous les cas, elle a toujours un contenu conflictuel puisqu’elle doit « opposer » les alliés à plaisanteries. Elle est toujours très drôle, simple, concise, enjouée et très enlevée, pour détendre les spectateurs dont la présence est une condition du bon déroulement du jeu.

L’actualité des relations de plaisanteries et la gestion des relations interethniques au Burkina Faso

Les traits caractéristiques des relations de plaisanteries au Burkina Faso

24La soixantaine de groupes ethniques du Burkina expriment leurs diverses relations de plaisanteries dans les langues suivantes : les langues mandé (Dioula, Bissa, Samo, Dafing, Bobo-fing, etc.), les langues Otivolta (Berba, Gourmantché, Moba, Birifor, Dagari, Mossi, etc.), les langues Gurunsi (Pougouli, Ko, Sissala, Lyélé, Kasséna, etc.), les langues Nilo-sahéliennes (Djerma, Songhraï), les langues ouest-atlantiques comme le Peul, les langues afro-asiatiques comme le Haoussa, les langues Kurunfé et la langue Dogon.

25Le tableau qui suit présente la plupart des groupes alliés à plaisanteries au Burkina Faso d’aujourd’hui ; il a été établi sur la base d’informations issues des enquêtes.

Tableau 1. Groupes alliés à plaisanteries

Tableau 1. Groupes alliés à plaisanteries

26Il apparaît dans ce tableau qu’un même groupe ethnique peut entretenir des relations de plaisanteries avec plusieurs autres à la fois ; cela signifie que les différences entre les groupes ethniques ne sont pas perçues par le seul voisin immédiat, mais aussi par tous ceux avec lesquels ils entretiennent des échanges divers. Il y a des groupes « privilégiés » pour la pratique des alliances à plaisanteries : par exemple, les Mossi, à cause de leur grand nombre et de leur caractéristique de migrants, sont en contact avec d’autres ethnies. Les Peuhls aussi, à cause de leur activité d’élevage extensif, sont en relation avec plusieurs groupes ethniques sédentaires : la mobilité spatiale des Peuhls, trait caractéristique de leur activité pastorale, « s’oppose » à la sédentarité de la majorité des groupes ethniques qui sont des agriculteurs. Des conflits réels pouvant naître à tout moment entre eux, du fait de cette différence, il faut les conjurer par l’instauration des relations de plaisanteries.

  • 13 Se référer en particulier aux interrelations des Gourmantché, des Peuhls et des Yadcé, dans le même (...)

27Cependant, le voisinage immédiat n’est pas le seul facteur déterminant dans l’instauration des relations de plaisanteries : par exemple, les Gourmantché et les Yadcé, bien qu’éloignés les uns des autres, sont cependant des alliés à plaisanteries, à cause de faits historiques vécus ensemble13.

28Par ailleurs, ce tableau montre que les différences linguistiques ne constituent pas vraiment des blocages pour la pratique des relations de plaisanteries. On y remarque en effet des langues qui ne font pas partie de la même famille linguistique et dont les groupes culturels correspondants sont cependant des alliés à plaisanteries.

29Les relations de plaisanteries très ostentatoires existent aussi entre des individus de même groupe ethnique, mais d’identités, de pratiques et de statuts socioprofessionnels différents : par exemple, entre les griots et tous les autres membres du groupe, généralement les agriculteurs ; entre les forgerons, les potiers, les cordonniers et les autres membres du même groupe ethnique. Il y a là, assurément, la prise en charge de la différence d’avec autrui, au sein de la même ethnie.

30L’on pourrait donc affirmer que si les différents groupes ethniques du Burkina Faso ont toujours cohabité jusqu’à nos jours, sans conflits majeurs de voisinage, c’est sans doute parce qu’ils ont appris à rire ensemble, à rire les uns des autres, à imposer de l’humour dans leurs interrelations, à tourner en dérision leurs différences. Et cela reste valable encore aujourd’hui.

Les fonctions sociales des relations de plaisanteries aujourd’hui

  • 14 Le professeur Sory Camara de l’Université de Bordeaux a publié plusieurs ouvrages qui font état des (...)

31Parmi les ethnologues qui analysent la pratique des relations de plaisanteries aujourd’hui, Sory Camara14 les situe à la fois dans le cadre quotidien des relations familiales et de la vie communautaire villageoise plus large. Il signale aussi que le jeu des relations de plaisanteries peut concerner des individus de patronymes différents, au sein d’un même groupe ethnique : par exemple, c’est le cas entre les Ouattara et les Coulibaly dans le même groupe ethnique des Sénoufo. Le principe de base dans la pratique des relations de plaisanteries étant de simuler le conflit pour éviter d’entrer réellement en conflit avec l’allié(e), il y a presque une obligation de pratiquer le jeu de l’agression verbale, de l’irrespect, et du sans-gêne, en se soumettant toutefois aux devoirs qui l’accompagnent.

32La vie d’un groupe familial ou social repose sur l’ordre et la hiérarchie : il y aurait donc des catégories familiales ou sociales éternellement « brimées », s’il n’y avait pas la possibilité de critiquer l’exercice de l’ordre et de la hiérarchie, sans cependant les remettre en cause dans le principe. Et c’est le rôle des relations de plaisanteries, de favoriser cette critique par le jeu de la paix.

33Le jeu verbal et gestuel des relations de plaisanteries ne vise pas le seul besoin de communication au quotidien ; il réalise une prise en charge totale de l’individu avec ses caractéristiques physiques, morales, spirituelles et intellectuelles, autant de déterminismes individuels de son histoire propre et de l’histoire de son groupe ethnolinguistique. L’on instaure de façon ostentatoire la guerre verbale et gestuelle, pour ne pas en arriver à la vraie guerre destructrice des biens et des personnes ! Même en étant des mises en scène, et parfois exagérées, les joutes oratoires gèrent au travers d’une agressivité somme toute « agréable », la paix sociale au quotidien.

34Les pratiques de relations de plaisanteries restent le plus souvent liées aux structures de la parenté et aux rapports de voisinage entre divers groupes. En effet, la situation, le rôle et la place d’un individu au sein de sa famille lui déterminent et lui fixent ses alliés. C’est là le premier fondement institutionnel des relations de plaisanteries ; elles jouent un rôle de soupape de sûreté dans la gestion des interrelations familiales des individus, des structures sociales et des groupes ethniques, dans le sens d’une composition positive pour la paix. Par exemple, à cause des relations de plaisanteries entre eux, une femme mariée peut s’adresser de façon intempestive à son beau-frère ou à sa belle-sœur, au sujet de son mari enclin à négliger la satisfaction de ses besoins de coquetterie féminine et à « l’oublier » sur le plan sexuel : « Je ne suis pas venue chez vous pour être votre sœur ! Vous m’apparaissez comme des gens incapables ! » L’entourage rit et c’est au mari présent de comprendre l’allusion, sans se fâcher, et de se comporter désormais en conséquence. La situation entre cette femme et son mari aurait pu dégénérer autrement plus gravement : les relations de plaisanteries l’ont sauvée.

35Les exemples les plus courants de contenus de relations de plaisanteries concernent généralement les caractéristiques physiques : ce sont les plus visibles lorsqu’on rencontre quelqu’un. Ensuite viennent les comportements sociaux, en particulier la façon de parler et les manières à table. Le contenu des relations de plaisanteries se ramène à la question primordiale de la relation à autrui, une question de communication sociale essentiellement.

36Si l’on approfondit une telle dynamique des relations de plaisanteries, force est d’y voir en définitive un objectif d’égalité fondamentale entre les hommes. En effet, insulter quelqu’un sans qu’il ne prenne cela pour une atteinte à sa propre personne, voilà un tour de force que seules les relations de plaisanteries peuvent réussir, à cause précisément de la plaisanterie qui y est dominante. Se moquer de quelqu’un suppose que l’on dépasse un blocage physique initial sur le plan de la relation à instaurer avec lui ; cela suppose aussi que l’on mette une certaine distance entre la « nature sérieuse » de l’homme et sa dimension superficielle. C’est la fonction même du rire et de l’humour, une capacité à instaurer une distance avec soi-même d’une part, et avec les autres d’autre part !

37Voici comment Sory Camara illustre le fonctionnement des relations de plaisanteries, au plan familial :

Schéma 1. Rapports d'autorité directe (à gauche) et rapports de parenté à plaisanteries (à droite)

Schéma 1. Rapports d'autorité directe (à gauche) et rapports de parenté à plaisanteries (à droite)

38L’observation de ces deux schémas fait apparaître une relation étroite entre l’affirmation de l’autorité (schéma A) et la pratique de la parenté à plaisanteries (schéma B) ; la relation de plaisanteries entre alliés vient alors tempérer l’autorité qui doit s’exercer de toute façon pour la reproduction et la continuité de l’ordre familial et social.

39Si ce schéma reste encore valable au village où existe toujours le système de « grande famille », il est peu fonctionnel par contre en ville ; les relations de plaisanteries s’en accommodent.

Les significations sociales des modifications dans les relations de plaisanteries au Burkina Faso

Le sens des modifications dans les relations de plaisanteries

40Les modifications de forme et de contenu constatées dans les relations de plaisanteries sont dues en partie à l’introduction progressive de la langue française dans les milieux urbains et ruraux ; les médias dont le principal support linguistique est la langue française renforcent ces modifications.

41Sur le plan de la forme, les langues nationales qui expriment habituellement les relations de plaisanteries ont fait une certaine ouverture à la langue française. Et aujourd’hui, l’influence de cette langue sur les modes de communication des Burkinabè en général et sur les relations de plaisanteries en particulier concerne autant la forme que le contenu. De façon générale, il faut relever la mauvaise maîtrise du français par les protagonistes du jeu verbal et par les spectateurs du moment. Le nouveau support linguistique des relations de plaisanteries ne traduit pas toutes les finesses des joutes oratoires ; il n’en rend que des clichés et cela diminue la truculence des relations de plaisanteries. De fait, les différentes représentations sociales que véhicule la culture de chaque groupe ethnique apparaissent très faiblement pendant le jeu de la plaisanterie. Cela conduit à des clichés très réducteurs et à des stéréotypes dans l’expression des relations de plaisanteries aujourd’hui ; ils sont du genre : « espèce de Mossi » ou « espèce de Samo ! » Derrière de telles expressions lapidaires se cache en réalité une grande richesse sémantique que seuls des Mossi et des Samo peuvent comprendre comme par le passé ; mais la langue française devient, dans ce cas, réductrice de la pensée des Samo et de celle des Mossi. Il en va de même de l’accusation des Samo par les Mossi citée précédemment : « espèce de voleur de Zom koom » ; le mot « Zoom koom », littéralement « eau de miel », a une grande signification anthropologique dans l’organisation sociale des Mossi. Quand ces derniers fustigent les Samo de la voler, eux seuls peuvent comprendre la portée d’un tel acte : le manque de retenue et de maîtrise de soi devant ce qui est bon, « l’eau de miel ». L’aspect futile du délit, la langue française ne le rend pas pleinement. Cela signifierait-il que par le passé les groupes ethniques alliés du jeu verbal se comprenaient totalement sur le plan linguistique ? « Non », répondent les personnes âgées interrogées à ce sujet. Elles ajoutent cependant que le fait de cohabiter en tant que voisins a fini par créer un lien qui est plus fort que la langue ; c’est ce lien qui est intraduisible par la langue française. De fait, jadis, dans le jeu verbal, chaque protagoniste parlait dans sa langue et se faisait comprendre de l’autre : car, ce qui est le plus important dans cette « rencontre » des alliés à plaisanteries, c’est leur présence physique, c’est leur face à face et c’est leur volonté de « se rentrer dedans ». Rien ne peut les en empêcher ; pas même la barrière de la langue !

42Du point de vue du contenu, les modifications subies par les relations de plaisanteries ont trait surtout à la diminution du temps de la plaisanterie et des « agressions » physiques, à l’atténuation de la violence verbale et de son caractère licencieux. De tous ces changements, la diminution du temps de la plaisanterie vient en tête, suivie de celle de la violence du jeu et de la licence verbale. Or, la diminution de la durée de la plaisanterie signifie la diminution de la parole elle-même ; cela est dû en partie à la barrière de la langue française dans certains cas de plaisanteries. Dans un contexte où les acteurs du jeu de la plaisanterie ont changé, mus désormais par de nouvelles difficultés de cohabitation et par des besoins différents de ceux du passé, les contenus des relations de plaisanteries se chargent aussi de nouveaux sens et de nouvelles valences sociales. Mais la paix à sauvegarder reste toujours l’ultime but des nouvelles formes de relations de plaisanteries.

Les relations de plaisanteries au village et en ville : quelles différences significatives ?

43Il serait opportun ici de signaler quelques résultats bruts des enquêtes réalisées. Ils rendent compte des changements de forme et de contenu intervenus dans les relations de plaisanteries, et par là des différences de fonctionnement des relations de plaisanteries entre la ville et le village.

44Parmi les jeunes de moins de 20 ans, tout sexe et toute origine confondus, vivant au village comme en ville, 80 % ne comprennent pas le sens profond des relations de plaisanteries, ni leurs justifications passées et présentes ; sans doute ont-ils pris de la distance par rapport au passé…

45En ville, 60 % des personnes interrogées expriment les relations de plaisanteries en langue française ; ce qui veut dire qu’elles vont à l’essentiel, ne recherchant que leur impact et leur portée sociale. Cette situation favorise l’émergence et le maintien des clichés réducteurs dans le jeu de la plaisanterie. Par ailleurs, pour 55 % des citadins, le recours à la langue française dans la pratique des relations de plaisanteries n’est pas un obstacle majeur, « puisque de toute façon, on la <baragouine> pour se faire comprendre de l’allié à plaisanteries », disent certains.

46Pour 85 % des ruraux également, la méconnaissance de la langue de l’autre n’est pas un obstacle majeur à la pratique des relations de plaisanteries : il suffit de s’assurer d’abord de l’origine ethnique de celui à qui l’on s’adresse. Par exemple, en milieu samo, les acteurs du jeu verbal de la plaisanterie disent qu’un « Mossi est un Mossi », et que l’on n’a pas besoin de comprendre sa langue pour « l’agresser ». Quant à l’utilisation de la langue française, ils disent que ce n’est pas un problème, l’essentiel étant de « tout faire » pour monter son « hostilité ».

47Pour 90 % des personnes interrogées, le contenu des relations de plaisanteries concerne d’abord les traits physiques particulièrement remarquables : calvitie, embonpoint, mode vestimentaire, etc. Viennent ensuite les histoires de sexe ; et enfin suivent les comportements sociaux différents de ceux de l’allié à plaisanteries.

48Ce sont les femmes qui recourent le plus aux relations de plaisanteries, sans doute à cause de leur situation d’alliées doubles : appartenance à une ethnie et statut de femme mariée. Cependant, elles attendent toujours d’être interpellées d’abord. Les alliés à plaisanteries de sexes différents ne doivent pas entretenir de rapports sexuels. Toutes les personnes interrogées à ce sujet soulignent cet interdit, tout en ajoutant aussitôt « qu’avec les temps qui changent, plus rien n’est comme avant ».

49Chez les étrangers non africains interrogés, 60 % sont surpris de cette pratique des relations de plaisanteries : ils pensent qu’il s’agit de véritables bagarres au début. Ce qui veut dire que l’universalité de ces pratiques de relations de plaisanteries reste relative.

  • 15 Des conférences sont organisées par le ministère de la Culture sur ce thème ; il s’est même créé au (...)

50Enfin, il faut noter que les relations de plaisanteries sont perçues sur le plan national comme un fait culturel à encourager, à cause de l’impact de cette forme de communication sur les rapports sociaux et interindividuels15. Cependant, de nombreuses personnes interrogées estiment qu’il ne faut pas institutionnaliser les pratiques des relations de plaisanteries. Elles justifient cette prise de position par le fait que l’institutionnalisation de telles pratiques conduirait à des dérives et à des déviations contraires à l’esprit et à la philosophie qui les animent actuellement, mais aussi à des formes et à des contenus étrangers aux groupes ethniques eux-mêmes. De toute façon, disent-ils, « le rire ne se décrète pas ! La relation de plaisanteries est comme l’amitié, elle ne s’impose pas ! »

51Que constate-t-on en ville ? On constate que les relations de plaisanteries se déroulent presque autant dans les langues nationales qu’en français. Leur expression s’en trouve modifiée d’un espace social à un autre ; c’est pourquoi les relations de plaisanteries apparaissent comme de véritables constructions sociales autour d’objectifs et de besoins divers que les générations présentes éprouvent dans le nouveau contexte de leur vie sociale. Le paradigme des relations de plaisanteries demeure le même, certes, mais leur dynamisme à composer avec une nouvelle situation sociale se modifie et s’adapte. Elles continuent de conserver ce rôle d’exutoire dans les relations sociales qui sont désormais plus tendues ; la paix sociale en devient plus difficile à gérer.

Les reconstructions identitaires dans les relations de plaisanteries

52Les relations de plaisanteries se déroulent aujourd’hui dans un contexte d’organisation sociale, politique, économique et culturelle qui interpelle les Burkinabè. Jadis, le contenu des alliances et des parentés à plaisanteries concernait la question identitaire principalement. Aujourd’hui, elles concernent les impératifs et les difficultés de l’insertion sociale, dans le contexte pénible et violent du changement social auquel sont soumis les individus et les groupes. Beaucoup de personnes interrogées ont parlé de « modus vivendi » en lieu et place du consensus social qui regroupait les individus par ethnie.

53La situation de changement social crée assurément une tension qu’il faut gérer. En conséquence, le contenu des relations de plaisanteries se réfère de plus en plus à la culture et aux préoccupations du moment. Ainsi, l’État burkinabè a des exigences de développement qui ne peuvent plus s’accommoder des pratiques de relations de plaisanteries à l’ancienne. Dans l’administration, l’on ne peut plus prendre tout son temps pour écouter l’autre, ou pour être spectateur des joutes oratoires qui pourraient être gênantes aux heures de service ; il y a un impératif de production inculqué aux individus. Les personnes interrogées sur cette situation insolite des relations de plaisanteries sur les lieux de travail disent qu’elle est positive, si le jeu ne dure pas.

54Quant aux individus, ils sont influencés par les moyens de communication modernes et par une certaine culture de consommation véhiculée par les médias. À la question de savoir à quels moments les relations de plaisanteries gênaient le plus, la première réponse est la suivante : « au moment où l’on regarde la télé, ou lorsqu’on écoute la radio… ». Le choix des individus en ville apparaît sans équivoque : les relations de plaisanteries ne sont plus prioritaires dans la gestion de leur vie quotidienne. Les moyens de communication modernes véhiculent une autre culture de l’oralité par la télévision et le cinéma. La force d’attraction de la culture des médias semble plus puissante, surtout en matière d’animation, qu’une avalanche de paroles agressives et de gestes fous qui ne portent plus en eux que le souvenir d’une organisation sociale qui a déjà fait son temps. L’on se rappelle que les acteurs sociaux du jeu verbal des relations de plaisanteries, dans la réalisation des paroles et des gestes d’autrefois, se réfèrent, avec un peu de nostalgie, au passé et à l’histoire de leurs groupes ethniques. En réalité, durant le jeu verbal de la plaisanterie, ils déclinent respectivement leur identité sociale. C’est dire que le changement n’est pas que circonstanciel ; autant il touche les valeurs du passé, autant il modifie les individus préoccupés par de nouveaux besoins à satisfaire. Leurs relations sociales s’en trouvent changées, avec d’autres types de conflits et d’autres solutions : il s’agit de conflits d’intérêts aujourd’hui, au lieu des conflits d’identité d’hier.

55La situation de mutations sociales impose aux individus de se faire leur place avec les autres, parfois contre eux, entraînant inévitablement des désagréments. Alors, la pratique des relations de plaisanteries, si elle reste encore un recours dans la nouvelle situation, n’est plus assurément le recours systématique ; au mieux, elle vise un objectif de dédramatisation sociale, en facilitant les rapports individuels. Jadis, la « dédramatisation sociale » se déroulait plus à l’intérieur du groupe ; aujourd’hui, elle s’effectue davantage à l’extérieur, avec plus de différences à concilier. Et l’on remarque que tous les conflits sociaux ou individuels, en ville ou au village, ne se résolvent plus par le jeu de la plaisanterie.

Conclusion

56Au cœur de l’organisation sociale des hommes se trouve la question fondamentale de la communication. C’est ce besoin de communication sociale pour la paix que l’on retrouve exprimé dans la pratique des relations de plaisanteries, hier comme aujourd’hui. Les personnes interrogées l’ont affirmé. Qu’advient-il des relations de plaisanteries, lorsque le temps et l’espace qui les ont produites se modifient ? Un enquêté disait : « si le cours de la rivière change, le caïman s’y adapte ! »

57Le changement des individus s’accompagne de nouvelles formes de communication. Les changements qui s’introduisent dans la forme et le contenu des relations de plaisanteries apparaissent comme des conditions de leur survie, puisqu’ils poursuivent les mêmes objectifs de paix sociale indispensable à toute organisation humaine. Ce sont des adaptations aux contingences de la vie moderne où c’est tout de même la question de la relation à autrui qui reste centrale.

58Il apparaît alors urgent de procéder à la collecte des récits et de toutes les histoires qui sous-tendent ou qui expliquent les relations de plaisanteries, en tenant compte de la version spécifique à chaque protagoniste de l’histoire. Ensuite, il faudrait les traduire dans des actes pédagogiques, pour les faire connaître aux jeunes générations et à celles à venir, en une sorte d’initiation à la culture de la paix. Je propose ici, sans prétention d’en tirer des concepts théoriques généralisables à toutes les situations sociales, un petit bout d’entretien avec une Française, enseignante de littérature à l’Université de Ouagadougou. Cet entretien aboutit à l’idée de conserver impérativement la trame première des interrelations humaines, le besoin de communication, pour sauvegarder la paix :

  • J’ai remarqué en arrivant au Burkina Faso que vous plaisantez beaucoup entre vous… Chez nous aussi, en France, nous plaisantons : entre nous Français d’une part et entre les Français et les Belges d’autre part !

  • Ah oui ! Et comment ça se passe ?

  • Chez nous, ce sont surtout des survivances d’une lointaine cohabitation où les différences se sont manifestées souvent dans les habitudes alimentaires ; par exemple, nous associons les Belges aux frites et à la bière ! Aujourd’hui, ces plaisanteries, ces « histoires belges » comme on dit, ont un peu perdu de leur vivacité et de leur truculence d’antan…

  • Ici, au Burkina, les alliances et les parentés à plaisanteries sont encore très vivantes. Aucun groupe ethnique n’est absent de cette forme de communication sociale ; chacun a son allié à plaisanteries et bon nombre de nos conflits de cohabitation se « noient » le plus souvent dans le jeu verbal des relations de plaisanteries. L’allié à plaisanteries est une sorte de souffre-douleur sur qui l’on déverse son mal de vivre social ; cependant qu’il doit demeurer toujours un soutien ferme.

  • Est-ce que tu sais que les Hutu et les Tutsi avaient eux aussi ce genre de relations de plaisanteries dans leurs rapports sociaux ? Eh oui ! Ils l’avaient ! Ils l’ont perdu !

  • Mais alors ? Peut-être que leurs problèmes politiques actuels n’auraient pas atteint le degré de violence qui les a caractérisés, s’ils les avaient maintenues… Mais pourquoi les Hutu et les Tutsi ont-ils « perdu » leurs relations de plaisanteries ? » Etc.

  • 16 Paroles d’un vieil enquêté du village de Nimina, province du Nayala, Burkina Faso ; 17 avril 1997.

59Le danger de les perdre conduit à une méconnaissance de sa propre identité et à un rejet de celle de l’autre. Or l’objectif ultime des relations de plaisanteries est de défendre son égalité fondamentale d’être humain, devant qui que ce soit ; c’est la première condition de la paix sociale. Un ancien, lors des enquêtes, disait : « Il faut se faire une bonne petite guerre aujourd’hui, pour que la vraie guerre n’ait pas lieu demain16 ! »

Haut de page

Bibliographie

BAERENDS, Elza A. (1994), The One-Legged Chicken in the Shadow of Indebtedness and Social Relationships Among the Anufom of Northern Togo, Rijksuiniversiteit Groningen.

CAMARA, Sory (1975), Gens de la parole, essai sur la condition et le rôle des griots dans la société Malinké, Paris, Éditions Mouton.

CAMARA, Sory (1978), Paroles de nuit ou l’univers imaginaire des relations familiales chez les Mandenka. Thèse de Doctorat d’État, Paris Sorbonne.

CAMARA, Sory (1982), Paroles très anciennes, Grenoble, La pensée sauvage.

ENDA TIERS MONDE et UNESCO (2000), Parenté plaisante, citoyenneté et culture de la paix, Dakar.

GOODY, Esther (1973), Contexts of Kinship : An Essay in the Family Sociology of the Gonja of Northern Ghana, Londres, Cambridge University Press.

GOODY, Jack R. (1959), « The mother’s brother and the sister’s son in West Africa », Journal of the Royal Anthropological Institute, n89, p. 61-88.

GRIAULE, Marcel (1954), « Remarques sur l’oncle utérin au Soudan », Cahier international de sociologie, no 16, p. 35-49.

HÉRITIER, Françoise, (1981), L’exercice de la parenté, Paris, Éditions du Seuil.

LÉVI-STRAUSS, Claude (1949), Les structures élémentaires de la parenté, Paris, Éditions Mouton.

LÉVI-STRAUSS, Claude (1958), Anthropologie structurale, Paris, Plon.

MAUSS, Marcel (1950), « Essai sur le don : forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », Année sociologique, nouvelle série I, p. 30-186 ; 

MAUSS, Marcel (1968), Sociologie et anthropologie, Paris, Presses universitaires de France.

PLATIEL, Suzanne (1987) « Le conte, lieu et source du discours. L’exemple de la société san », Cahiers de littérature orale, no 21, Paris, Publications langues O.

PLATIEL, Suzanne et André NYAMBA (1980), « Chants de funérailles sanan », dans Textes Manding, Paris, ACCT, p. 146-181.

RADCLIFFE-BROWN, Alfred Reginald (1952), Structure et fonction dans la société primitive, (1re édition), Paris, Éditions de Minuit.

RADCLIFFE-BROWN, Alfred Reginald (1953), Systèmes familiaux et matrimoniaux en Afrique, (1re édition), Paris, Presses universitaires de France.

RADIO RURALE DE GUINÉE (Collectif de traditionalistes) (1998), La charte de kurukan fuga, Conakry.

SINGLETON, Michaël (1998), Amateurs de chiens à Dakar. Plaidoyer pour un interprétariat anthropologique, Louvain-La-Neuve/Paris, Académia-Bruylant et l’Harmattan, (Coll. « Population et Développement »).

TIENDREBEOGO, Gérard (1983), Langues et groupes ethniques de Haute-Volta, Paris, ILA et ACCT.

Haut de page

Notes

1 Village de Sidogo, le 8 avril 1997, dans la province du Sanmatenga.

2 Il s’agit d’un cycle de conférences organisé par le Ministère de la Culture et de la Communication ; la conférence dont il est question ici s’est déroulée le jeudi 6 mai 1999.

3 Il avait été Président de la Haute-Volta, ancien nom du Burkina Faso ; au moment de la conférence, il avait la quatre-vingtaine passée.

4 Paradigme déjà décrit et expliqué par les ethnologues et les anthropologues depuis le siècle dernier.

5 Les entretiens se sont déroulés durant les mois de février et de mars 1997, dans des villages d’origine ethnique différente ; les informations ont été enregistrées et transcrites par la suite.

6 En ce qui concerne le questionnaire d’enquête, il a été administré dans la deuxième quinzaine du mois d’avril 1998, avec la collaboration d’étudiants de 4e année de Maîtrise de Sociologie, dans les villes de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso, dans les villes moyennes de Koudougou, Ouahigouya, Fada N’gourma, Gaoua, Banfora, Orodara, et dans certains villages localisés autour de ces différents centres urbains. J’exprime ici mes remerciements aux étudiants.

7 Voir le contenu de la charte de « kurukan fuga », issue de la réunion convoquée par Soundiata Keita en 1236, au lendemain de la fameuse bataille de Kirina en 1235, pour « organiser la paix sociale et familiale » dans le grand Mandingue ; charte mentionnée par les historiens Joseph Ki-Zerbo et Djibril Tamsir Niane, dans leur ouvrage Histoire du Mandingue. Les relations de plaisanteries y sont abordées.

8 Ici, je donne au mot « ethnie » un sens pratique et dynamique de système d’identification et de représentation construit au cours de l’histoire de la cohabitation de ces différents groupes culturels.

9 L’on peut donc évaluer au moins à 120 le nombre de ces histoires qui circulent au Burkina Faso, puisqu’il y a une soixantaine de groupes ethniques dans ce pays et que chaque groupe a sa version des faits.

10 Le chien a constitué dans bien des sociétés une référence culturelle d’importance ; le rapport au chien a évolué proportionnellement à l’évolution de ces mêmes sociétés.

11 L’histoire du peuplement de leurs espaces respectifs actuels a mis en contact direct les Mossi et les Samo.

12 Cette version explicative de l’origine des relations de plaisanteries m’a été aimablement fournie par le Pr Rambré Moumouni Ouiminga, lors d’une conférence organisée sur le thème, en avril 1996.

13 Se référer en particulier aux interrelations des Gourmantché, des Peuhls et des Yadcé, dans le même espace social du nord-est du Burkina, le Yatenga et le Liptako-Gourma.

14 Le professeur Sory Camara de l’Université de Bordeaux a publié plusieurs ouvrages qui font état des alliances et des parentés à plaisanteries, en particulier dans la société malinké (1975 et 1978).

15 Des conférences sont organisées par le ministère de la Culture sur ce thème ; il s’est même créé au Burkina Faso depuis peu une association dénommée « AB3P », Association Burbinabè pour la Promotion de la Parenté à Plaisanteries. Mais la création de ce type d’association appelle quelques interrogations : n’y a-t-il pas des risques de dérapages vers d’autres objectifs inavoués et inavouables, avec ce genre d’association ? Ou même de récupération opportuniste par un clan politique par exemple ?

16 Paroles d’un vieil enquêté du village de Nimina, province du Nayala, Burkina Faso ; 17 avril 1997.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Groupes alliés à plaisanteries
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5503/img-1.png
Fichier image/png, 165k
Titre Schéma 1. Rapports d'autorité directe (à gauche) et rapports de parenté à plaisanteries (à droite)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5503/img-2.png
Fichier image/png, 48k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Nyamba, « Les relations de plaisanteries au Burkina Faso », Communication, vol. 21/1 | 2001, 119-140.

Référence électronique

André Nyamba, « Les relations de plaisanteries au Burkina Faso », Communication [En ligne], vol. 21/1 | 2001, mis en ligne le 25 janvier 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/5503 ; DOI : 10.4000/communication.5503

Haut de page

Auteur

André Nyamba

André Nyamba est professeur au Département de Sociologie, des Arts et de la Communication à l’Université de Ouagadougou. Courriel : pluri.nyamba@fasonet.bf

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org