Navigation – Plan du site
Lectures

Guy BESSETTE, Communication et participation communautaire. Guide pratique de communication participative pour le développement

Québec, Presses de l’Université Laval, 2004
Micheline Frenette
p. 240-242
Référence(s) :

Guy BESSETTE (2004), Communication et participation communautaire. Guide pratique de communication participative pour le développement, Québec, Presses de l’Université Laval.

Texte intégral

  • 1  Guy Bessette travaille au Centre de recherches pour le développement international, Ottawa, à titr (...)

1L’auteur1 présente ici un condensé de son expérience dans les pays en voie de développement.

Ce guide introduit les notions de communication participative et de recherche pour le développement ; il aborde les sujets reliés à l’utilisation efficace de la communication bi ou multidirectionnelle entre les communautés locales et les intervenants ; et il présente une méthodologie qui aidera à planifier, à mettre en œuvre et à évaluer des stratégies de communication efficaces (2004 : 2).

2La première section définit les rôles du chercheur et de l’intervenant en tant que facilitateur d’un processus de communication. Disons d’entrée de jeu que le paradoxe inhérent à l’approche participative n’est pas abordé. La question fondamentale du comment et du pourquoi le chercheur ou l’intervenant se retrouve dans une communauté quelconque, sans y avoir été invité par celle-ci, demeure entière. La deuxième section aborde la méthodologie et propose une stratégie en 10 étapes à partir de la relation initiale avec la communauté jusqu’à l’utilisation des résultats. L’étape de l’évaluation est particulièrement bien détaillée et un schéma résume la démarche d’ensemble. La dernière partie traite des outils de communication et de leurs usages particulier : les médias habituels mais coûteux comme la télévision, les médias modestes comme de simples affiches mais aussi les médias traditionnels comme le théâtre qui demeurent pertinents pour des communautés moins scolarisées.

3Le premier grand mérite de cet ouvrage est de s’inscrire dans la vision participative du développement et de promouvoir une approche proprement dialogique de la communication, et non une conception linéaire ou autoritaire comme c’est souvent le cas dans des projets de développement impliquant des experts, le plus souvent de cultures étrangères. Le second mérite est d’avoir écrit dans un style clair un ouvrage qui témoigne d’une volonté de partager et de systématiser des connaissances dans un secteur important et complexe, où le besoin d’ouvrages en français se fait sentir. Néanmoins, la prétention de l’auteur d’offrir un guide pratique nécessite qu’on y jette un regard attentif.

4L’objectif de l’auteur n’est pas de défendre sur un plan scientifique ou pragmatique l’approche participative quoique la supériorité de la méthode participative soit fortement affirmée tout au long de l’ouvrage. S’il retrace brièvement l’évolution des modèles de développement, l’auteur ne cite aucun exemple de réussite et n’évoque aucune évaluation de projets menés selon les différentes approches. Quoique cet ouvrage s’inscrive dans une optique de développement international, on ne peut s’empêcher de constater la parenté étroite, tant philosophique que pratique, avec l’approche de l’empowerment dont s’inspirent certains projets communautaires avec des groupes souvent défavorisés ici même au Québec (Damant et al., 1999 ; Ouellet et al., 2000). Le croisement de l’expérience de l’auteur et de ces pratiques aurait été une source d’enrichissement et, à la limite, un ouvrage qui aurait servi également de guide au développement communautaire, de la pertinence de l’approche participative dans un contexte bien précis. Celui ou celle qui a beaucoup d’expérience de terrain et qui est convaincu, comme l’auteur, y trouvera un aide-mémoire utile. Celui ou celle qui n’a pas d’expérience y trouvera un canevas pour parfaire sa formation. Les préceptes énoncés sont certes valables, mais demeurent plutôt vagues : établir une relation, éviter les conflits, utiliser les résultats oui, mais comment au juste ? Les difficultés de mettre en pratique l’approche participative sont trop rapidement évoquées (la possibilité de conflits, le temps requis, la participation des femmes dans des sociétés patriarcales). Aucune solution ou ressource n’est offerte et l’absence de référence à des ouvrages plus concrets, par exemple sur la communication interculturelle, la gestion des conflits, l’organisation d’un groupe de discussion ou la conduite d’une recherche formative, est étonnante. L’idée de parsemer le livre de photographies est bonne mais malheureusement, leur qualité laisse à désirer. De plus, les lieux, les peuples, les projets qui y sont représentés sont trop peu identifiés. Enfin, une reliure en spirale n’aurait-elle pas été souhaitable compte tenu de la vocation du livre ?

5On peut regretter que l’auteur n’ait pas fait bénéficier davantage les lecteurs de son expérience en développement international en étayant ses propos par des exemples. Sa visée semble plutôt d’offrir une ressource aux formateurs et à leurs étudiants. « Ce guide n’est qu’un point de départ […] [qui] doit être adapté à chaque contexte […] La démarche présentée ici demande à être enrichie de l’expérience dans les communautés […] » (2004 : 128).

6La véritable valeur de l’ouvrage se jugera donc sur le terrain.

Haut de page

Bibliographie

Damant, D., C. Bouchard, L. Bordeleau, N. Bastien et G. Lessard (1999), « 1, 2, 3 GO ! Modèle théorique écologique et activités d’une initiative communautaire pour les enfants et parents de six voisinages de la grande région de Montréal », Nouvelles pratiques sociales, 12 (2), p. 133-150.

Ouellet, F., J.-F. René, D. Durand, R. Dufour et S. Garon (2000), « Intervention en soutien à l’empowerment dans Naître égaux-Grandir en santé », Nouvelles pratiques sociales, 13(1), p. 85-102.

Haut de page

Notes

1  Guy Bessette travaille au Centre de recherches pour le développement international, Ottawa, à titre de spécialiste en environnement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Micheline Frenette, « Guy BESSETTE, Communication et participation communautaire. Guide pratique de communication participative pour le développement », Communication, Vol. 24/1 | 2005, 240-242.

Référence électronique

Micheline Frenette, « Guy BESSETTE, Communication et participation communautaire. Guide pratique de communication participative pour le développement », Communication [En ligne], Vol. 24/1 | 2005, mis en ligne le 25 septembre 2008, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/554

Haut de page

Auteur

Micheline Frenette

Université de Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org