Navigation – Plan du site
Articles

Stéréotype et information télévisuelle

Catherine Ghosn
p. 97-112

Résumés

Le but de ce travail est de traiter le rôle du stéréotype comme stratégie discursive dans le journal télévisé. Entre ressort théorique et pratique langagière, l’étude porte sur ses mécanismes de construction et d’utilisation. On étudie les pratiques discursives du stéréotype dans le journal télévisé qui a été diffusé sur France 2, à partir du mois de janvier jusqu’à juin 2000, à 13 h 00 et à 20 h 00 chaque jour, en inscrivant cette approche dans l’analyse du discours des médias. En se plaçant ainsi sur un axe bipolaire (modèle/expérience), on relève le « formatage » que subit le stéréotype dans une pratique communicationnelle et télévisuelle.

Haut de page

Texte intégral

1Le but de ce texte est de traiter le rôle du stéréotype comme stratégie discursive dans le journal télévisé. Entre ressort théorique et pratique langagière, on s’interroge sur ses mécanismes de construction et d’utilisation. Notre étude s’attache aux pratiques discursives du stéréotype dans le journal télévisé diffusé quotidiennement sur France 2, en l’espace de six mois, de janvier jusqu’à juin 2000 à 13 h 30 et à 20 h, et s’inscrit dans l’analyse du discours des médias. On y relève quelques événements forts de l’actualité où le recours au stéréotype fut le plus marqué, pour y souligner le « formatage » qu’il subit dans une pratique télévisuelle, et les questionnements qu’il soulève.

Définitions

La communication télévisuelle

2La télévision apparaît comme l’objet d’étude de plusieurs disciplines qui l’abordent avec leurs propres instruments d’analyse. Qu’il s’agisse de l’histoire, de la sociologie, ou d’autres champs scientifiques, se pose la question de la « définir » de façon satisfaisante aux yeux des différents chercheurs. En partant du postulat que l’information télévisuelle fait d’abord partie intégrante de la communication télévisuelle, on partage les caractéristiques que proposent Lochard et Soulages pour donner une « ligne de réflexion sur la dimension spécifiquement communicationnelle et discursive du média » (1998 : 25). Trois traits distinctifs se dégagent. Tout d’abord, les paramètres techniques qui intègrent les nombreux dispositifs technologiques (importance des régies, liaison par satellites, etc.). Ensuite, les modalités de diffusion, et plus particulièrement le changement de temporalité induit par les possibilités du direct (accélération et synchronisation de la communication, ou des différentes communications selon un même rythme). Puis, la dimension « esthétique et langagière » du média audiovisuel qui permet d’étudier les procédés du discours audiovisuel et les élaborations dont il est l’objet.

Le journal télévisé

3Quelle est la place du journal télévisé dans le contexte général de sa production ? Il faut en effet positionner le genre particulier dans le flux d’autres genres que propose la télévision. Celle-ci alterne les films avec les séries, les divertissements avec les documentaires, etc.

4En ce qui concerne les chaînes générales (TF1, France 2 et France 3), le journal télévisé consacre plus d’une heure par jour son espace médiatique à l’information nationale et internationale, à des heures de grande écoute — 13 h, 20 h — lors d’un rendez-vous ritualisé. Il se veut quotidiennement, et même quelquefois heure par heure, fortement rattaché à une actualité en cours d’élaboration. Ce genre spécifique a la particularité de se présenter sous l’impulsion d’événements urgents et plus importants que d’autres, tels qu’ils marquent un moment fondamental dans l’histoire en train de se faire, devant nos yeux et devant ces caméras. Le procédé a pour premier effet de gonfler l’importance d’un événement auquel la vie même du journal semble suspendue (Leblanc, 1987). D’un point de vue commercial, le téléjournal se trouve à la charnière entre « second time » et « prime time » et attire de ce fait à lui plusieurs milliers de téléspectateurs. En plus de suivre de près et partout dans le monde l’information, le journal télévisé font une mise en scène des questions, des sentiments et des impressions.

5Le type d’information diffusée va de pair avec le modèle sur lequel se construit le journal télévisé, à savoir souvent deux « dossiers » brûlants de l’actualité, un événement national qui se déroule sur l’ensemble du territoire ou rattaché à une région, et d’autres types d’informations, elles-mêmes retranchées dans une rubrique préétablie (économie, politique extérieure, sports, etc.). La déclinaison de différents titres et l’appartenance systématique d’événements à un genre précis détermine obligatoirement une même fragmentation de commentaires. Et malgré le principe de segmentation, le journal télévisé doit offrir un intérêt non seulement « intellectuel » à son auditoire, puisqu’il informe, mais aussi un attrait esthétique, puisqu’il doit d’une certaine façon plaire au regard pour retenir l’attention. On retrouve cette double obligation dans les « contrats » que définit P. Charaudeau, celui de crédibilité et celui de captation : « être le plus crédible possible tout en attirant le plus grand nombre possible de récepteurs » (1997).

Le stéréotype

6Le stéréotype est un concept contemporain introduit dans le vocabulaire courant vers la fin du XIXe siècle, mais son origine et le contexte dans lequel il apparaît nous aident à mieux comprendre les éléments qui le caractérisent.

7Utilisé au début dans l’imprimerie, il se définit d’abord comme l’objet imprimé dupliqué à l’infini, grâce à la reproduction d’un même modèle. Il glisse ensuite vers un sens péjoratif : de la standardisation industrielle pure, il passe à la mécanisation de la production culturelle. C’est Walter Lippmann, journaliste de profession, qui le présente dans son ouvrage en 1922 comme ces pictures in our heads, images de seconde main qui médiatisent notre rapport au réel. Nous ne percevons que ce que notre culture a défini d’avance pour nous ; notre vision et notre expérience de la réalité se coulent dans les moules transmis par notre culture. Tantôt image, tantôt représentation, il est aussi concept, croyance, idée, jugement.

8L’information télévisuelle, principal vecteur de la communication de masse, procède à des choix de mise en scène langagière qui répondent à des attentes sociohistoriques. Ce dispositif médiatique contraint les journalistes à « mettre en discours » le traitement de l’information de façon à ce qu’il serve un souci de déchiffrage immédiat et simplifié d’un événement. Pour que l’information capte l’intérêt des téléspectateurs et que la majorité accède rapidement à sa compréhension, les reportages s’inscrivent à l’intérieur des repères supposés les mieux partagés, ceux de la culture populaire. Le ressort le plus utilisé, le stéréotype, relève de techniques narratives préétablies et obéit à des grilles de lecture définies.

9Les approches sémiotiques préalables (Lévi-Strauss, Greimas, Courtès) posent un postulat théorique qui permet d’appréhender le stéréotype comme une élaboration et une « typification ». Étudié ensuite dans un contexte vivant et interactif, le stéréotype apparaît en plus étroite relation avec « l’autre » dans un rapport d’émission et de réception (Amossy), qui permet d’estimer l’opération de sélection auquel il est soumis.

10Mais le problème qui se pose en amont est celui du parti pris narratif dans le traitement d’une information. Quelle image le stéréotype produit-il des sujets concernés ? Le fonctionnement discursif « stigmatise » le thème à la longue et construit autour de lui un environnement syntagmatique figé. Cette catégorisation opère une généralisation qui greffe autour du thème une suite de sèmes, au détriment quelquefois d’un nouvel éclairage plus pertinent. De par sa bivalence, le stéréotype pris comme ressort rhétorique par les médias est ambigu : ne nuit-il pas au sujet en cristallisant systématiquement ses traits par un jeu d’associations récurrentes ?

Les actes de discours

L’identification et la catégorisation

  • 1 Arkan a été assassiné le 15 janvier 2000.
  • 2 Celui du « grand méchant loup », qui est la cause et l’origine d’un conflit.

11La catégorisation de personnes détermine dans le commentaire un grossissement, une focalisation sur un type de personnage et ce qu’il représente surtout dans l’imaginaire collectif. Un des grands titres de l’actualité durant le mois de janvier est relié à l’assassinat d’Arkan1, le chef de la milice serbe. La principale information de plusieurs semaines a représenté un motif ininterrompu de rapports et d’enquêtes diffusé au moins deux fois par jour pour les journaux télévisés de 13 h et 20 h, une dizaine de fois dans la journée pour toutes les éditions d’informations, en plaquant sur les mêmes images un discours quasi identique. Le reportage d’images, diffusé dans sa totalité ou coupé en fonction du temps imparti, reposait sur des techniques narratives similaires. Les quelques variations discursives se rattachaient à l’aspect syntaxique (simplicité ou complexité des phrases), mais peu à son type, essentiellement descriptif. Les journalistes ne pouvant se procurer de nouvelles sources sur les lieux du crime, la tension et le drame de cette actualité devaient plus ressortir à travers les mots et les titres, centrés essentiellement sur le personnage : Arkan. L’assassinat du chef de la milice serbe. Les commentaires journalistiques filtrent le genre et la nature de leurs propos afin que les caractéristiques du chef de la milice serbe s’apparentent à un type déterminé qui le classe dans une catégorie stéréotypée de personnages. Ils n’auront de cesse de présenter Arkan en images sous des traits diaboliques : en train d’exhiber aux caméras ses prisonniers bosniaques avant leur exécution, ou encore devant sa milice, Les Tigres, accusée de viols, de crimes contre l’humanité et d’épuration ethnique. Les ingrédients du « persécuteur », au sens où l’emploie P. Charaudeau2, sont réunis ici pour mettre sur la scène internationale une figure emblématique susceptible d’alimenter la figure du « barbare glorifiant et destructeur ». Si Arkan rejoint dans le savoir collectif largement exploité par la télévision les Lucifers de la dictature, au même niveau que Pinochet et Hitler, le traitement de l’information réunit pêle-mêle l’idéologie interethnique, l’ultranationalisme et la propagande. Le modèle suprême de la figure maléfique, l’archétype du dictateur sanguinaire, se rattache au mythe (Amossy), dans le sens où l’image simplifiée s’avère reçue et reconnue par la collectivité. L’importance de cette situation vient du poids que possède désormais l’image, dans la mesure où elle motive un comportement et une signification particulière.

12Utilisé plusieurs fois par jour, de manière consécutive, le commentaire journalistique sur Arkan pose un voile mystérieux sur la pression entre les différents partis et sur les meurtriers potentiels, donnant ainsi plus d’épaisseur dramatique à l’identité de la victime. Cela fait de lui l’incarnation d’une force et d’un tempérament hors du commun qu’ont redoutés ses adversaires, puisqu’il agissait au premier plan de la scène internationale, et que le plus grand flou règne sur les auteurs du crime. À quel parti politique, quelle police secrète, quel pays étranger doit-on imputer cet acte ? Inévitablement, l’affaire renvoie, dans le savoir collectif, à l’assassinat d’un homme politique et amène rétrospectivement les drames du même genre qui sont survenus dans l’histoire. Le journal télévisé intègre donc des images d’archives de présidents ou autres personnalités assassinés (J.F. Kennedy, Sadate…). Il classe ces deux types d’événement dans une rubrique commune, au détriment d’une analyse plus poussée qui aurait évité un brassage stéréotypé de l’information.

13La catégorisation du personnage est motivée par le contexte général, puisque dans la présentation de l’information, Arkan n’apparaît jamais seul. On le présente avec un ensemble de discours et de références qui l’expose dans des domaines publics et privés différents. La détermination paradigmatique d’Arkan le met donc constamment en relation ou en opposition (dictateurs/société) avec d’autres éléments négatifs, de sorte que « l’inventaire » du personnage permet de le lire toujours au même niveau dramatique. La dramatisation de l’information, ici concentrée en un personnage, est l’objet d’une mise en intrigue qui touche au final à l’information entière.

14L’actualité rattache depuis longtemps l’homme à différentes fonctions, et souvent comme une victime subissant les conséquences désastreuses des tremblements de terre, des guerres, de la marée noire, d’un dictateur (Leblanc, 1987). Les rares reportages le montrant dans un contexte plus heureux lui confèrent une aura particulière qui rehausse les raisons de sa position « triomphante ». S’il réussit, c’est parce qu’il a surmonté un obstacle difficile, a triomphé d’une adversité redoutable (le dissident), ou accompli un exploit insensé (la traversée du désert, etc.). Si Arkan représente le revers de la médaille, il existe aussi dans l’actualité une face plus héroïque, où la bravoure et le courage sont exaltés.

15D’un point de vue communicationnel, la dimension dramatique de l’information prend plus d’ampleur encore lorsqu’elle pèse de tout son poids sur une personne qui incarnera dès lors les tensions d’un conflit extérieur se jouant à plus grande échelle. L’appréhension plus facile de la réalité tient à la manière dont les rôles et les charges sont distribués aux « principaux acteurs » de l’histoire. Dans les techniques narratives journalistiques, le fait d’attribuer un « type » à un personnage, de le caractériser d’une certaine manière et de lui imputer une telle responsabilité (Charaudeau, 2001) s’apparente au mode de construction du mythe et de la littérature (Amossy). La figure du héros et du destin, la personnalisation du bien et du mal facilitent une explication dont tous les ressorts tiendraient en fait à une « situation » plus abstraite, plus scientifique ou technique, et participent surtout à pérenniser l’imagerie collective.

16Le cas précis de Véronique Vasseur, la médecin-chef de la Prison de la Santé pendant sept ans, est révélateur en ce sens. Avant même que son livre ne paraisse en librairie, il suscite une vive polémique, puisqu’elle y décrit la vie au quotidien en prison, les conditions terribles d’hygiène, d’insalubrité et de violence. Plusieurs facteurs ont concouru à la représentation de la victime héroïque dans les journaux télévisés de janvier 2000 :

17Les autorités. Les répréhensions foudroyantes des différentes instances institutionnelles et les réactions des autorités éclatent au grand jour. Le directeur de la prison dénonce une « présentation fallacieuse » ; l’administration pénitentiaire réplique immédiatement en invitant les médias à visiter la prison de la Santé, suivant le parcours balisé habituel. Mais le commentaire journalistique fait apparaître que personne n’est dupe de ce parcours balisé à l’initiative des autorités.

18La Ministre de la Justice. Élisabeth Guigou, tout en admettant que « la situation, dans beaucoup de nos prisons, n’est pas digne d’un pays comme le nôtre », regrette la manière bruyante et explosive dont la prison s’est ainsi fait connaître. En effet, la remise en cause des activités professionnelles et judiciaires dérange les pratiques habituelles. Normalement, les magistrats et les politiques ont les moyens d’inspecter régulièrement les prisons pour en vérifier le bon fonctionnement.

19Le Manifeste. Un groupe de personnalités très connues, ayant elles-mêmes traversé l’enfer pénitentiaire (Loik Le Floch-Prigent, Pierre Botton, Christine Deviers-Joncourt…), lance un manifeste pour en dénoncer l’horreur, et apporte son soutien à l’initiative audacieuse, voire dangereuse pour elle-même, de Véronique Vasseur. Ils la remercient d’avoir eu le courage de s’exprimer sur ce qu’elle vit au quotidien, en tant que médecin et en tant que témoin, à travers les terribles pressions exercées sur les détenus. Leur reconnaissance est fondée sur l’audace d’avoir brisé la lourde chape de la loi du silence qui règne dans les prisons.

  • 3 Violence physique et psychologique, opacité des décisions administratives, manque de moyens, bricol (...)

20Les journaux télévisés des heures de grande écoute donnent de l’ampleur aux dénonciations qui motivent le livre3 pour ouvrir dans une moindre mesure le débat sur la fonction de la prison, la remise en cause de la détention provisoire et l’affirmation du principe de la présomption d’innocence. Ils bâtissent les problématiques et les discussions sur la justice toujours à partir d’une même origine : Véronique Vasseur, en enveloppant cette figure d’une même couche : le courage d’une seule femme qui a subi la loi du silence et qui, en dénonçant cette réalité, se heurte désormais à la colère terrifiante de l’administration pénitentiaire.

21Le choix narratif du stéréotype répond à plusieurs exigences techniques. La personnalisation permet de jouer plus facilement sur les affects et de capter l’attention, en présentant des supports d’identification jouant sur la projection et l’empathie. Elle s’adapte aussi plus facilement aux contraintes temporelles qui régissent les lois de l’information télévisée, espace médiatique où l’événement en bouscule un autre et précède une catastrophe d’un ordre différent, avec de nouvelles figures emblématiques.

La représentation de la violence

22Les images collectives traduisent la participation à une vision commune du monde qui donne à un ensemble d’individus isolés la sensation de former un corps social homogène. Cette représentation cimente les croyances en fixant les modes de pensée et joue un rôle stabilisant, conservateur (Amossy). Si l’on s’en réfère à l’actualité, dans la plupart des cas la connaissance d’un événement important ou d’un conflit international peu familier au public est toujours de seconde main. Elle passe par les médias, l’opinion publique et s’assimile à une bonne logique dont nous tendons à absorber passivement les schèmes divulgués par la tradition. Ce « folklore » obéit, au même titre qu’un récit, à une structure narrative qui comporte dans son déroulement un ordre chronologique communément admis (Leblanc, Mercier). L’histoire commence par un exposé qui fera successivement apparaître le nœud du problème, sa résolution et enfin la conclusion. La structure narrative dont les tenants et les aboutissants font sens et, de fait, captent l’attention du public, comporte des « invariants » et se fonde inévitablement aussi sur un parti pris narratif.

23La représentation sociale et l’interprétation de l’environnement dépendent en majorité de la manière dont on apprend à décoder et à lire l’information. Cet acquis pose problème dans la formulation et les « normes » sur lesquelles repose le commentaire lié à l’information, puisque notre savoir, qui découle de sources formelles et codées (délivrées par l’enseignement officiel) et non formelles (les sources médiatiques, les expériences personnelles, etc.), doit trouver satisfaction dans le message qu’il reçoit, sans être contrarié par une ignorance ou une incompréhension. Un système de procédés permet de présenter à un public hétérogène des notions diverses, afin que, quelles que soient les difficultés de forme ou de fond relatives à ces notions, celui-ci puisse en assimiler le contenu, aussi bien dans la saisie de l’information que dans son explication. On peut ainsi fournir des « notions prêtes à l’emploi et un système de relations entre ces notions permettant ainsi l’interprétation, l’explication et la prédiction » (Moliner, 1996 : 15). Pour ce faire, les principales fonctions discursives facilitant l’accès à une connaissance globale suivent des étapes formelles dans lesquelles le stéréotype occupe une place essentielle. La première de ces étapes vise à réduire la complexité de notre environnement, en fournissant des catégories descriptives qui permettent aux individus de traiter un plus grand nombre d’informations. En attribuant à l’objet de l’information des références familières ou plus ou moins connues du destinataire, il est alors possible de « reconnaître » certaines qualités, par comparaison ou par analogie, si l’objet en question n’est pas bien appréhendé dans sa présentation. Cette mise en place de reconnaissance et de compréhension détermine alors chez le récepteur une certaine disposition plus ou moins identifiable et connue vis-à-vis d’autres informations. Elle prépare d’autant mieux le téléspectateur à recevoir l’information qu’elle le sensibilise à l’événement de façon presque émotive.

24Outre le fait qu’ils correspondent à cet objectif de « vulgarisation » d’un événement épineux et délicat (aux ressorts politiques, économiques, etc.), les événements relatés doivent de préférence s’inscrire dans un cadre défini, identifiable dans un court laps de temps ou, s’il l’est difficilement, rendu identifiable par un procédé de comparaison ou d’analogie. Ce principe permet ainsi au téléspectateur d’appréhender une réalité à sa portée et conforme aux schémas de ses lectures traditionnelles.

25Le journal télévisé du lundi 03/04/00 présentait à 20 h une scène de violence à l’école X, où une adolescente avait subi des violences physiques et sexuelles de la part de trois de ses camarades de classe, et ce, depuis la rentrée 1999. Les images censées appuyer le reportage montraient une cour d’école vide, un vieux préau et pour seule intervention, non pas un témoignage (parents, avocat, adolescente, autres camarades de classe) directement relié à ce drame, mais celui du proviseur d’école récitant le discours maintes fois entendu sur la violence à l’école : zone sensible, enfants non encadrés, trop d’élèves dans les classes, une seule assistante sociale pour des centaines d’enfants, racket, bandes de petits délinquants… Le thème de la violence à l’école recoupe d’autres documentaires, faits divers où est souvent indissociablement mêlée à la chaîne de stéréotypes sur la délinquance, la crise du système scolaire, l’exclusion, une pédagogie ou une formation inadaptée des enseignants. En prenant en compte les rapports qui s’établissent dans le procédé discursif de cette actualité, on relève qu’autour de ce thème, se greffent d’autres sujets qui se déclinent quelquefois à tort et à travers de manière injustifiée, et l’image diffusée pour illustrer le propos se prêterait en fait à nombre des notions invoquées. L’image ne paraît pas ici justifier le nœud autour duquel se construit l’action. Cet exemple, comme tant d’autres pourraient le faire, touche la notion de décalage (spatial et temporel, quand le reportage n’est pas effectué en direct) dans laquelle l’image du journal télévisé est placée dans le montage. La méthode de décontextualisation (Jost, 1999 : 85) s’inscrit dans une logique de flux et de défilé d’images qui semblent servir alors de prétexte à l’intérêt de l’information, puisqu’il s’agit désormais d’une information rapportée au service d’une logique de séduction. Par son insignifiance et sa faible valeur monstrative, l’image sert ici à prolonger encore, sans les justifier, les arguments stéréotypés qui alimentent le thème de « la violence à l’école ».

26Les moyens explicatifs utilisés participent à l’aplanissement de la réalité qui s’avère en fait plus complexe qu’elle ne paraît, en raison de divers facteurs de différents ordres (social, politique, économique) qui l’ont motivée. L’information stéréotypée et schématisée présentée dans ce journal télévisé a une réelle vertu communicationnelle. En effet, ainsi transmise, elle délivre une clé qui rend plus facilement et plus rapidement accessible l’essentiel, en imposant une certitude, une conviction, qui élimine toute place laissée au doute sur le fait (Moliner, 1996 : 24).

Stéréotype et scénarisation

27Dans son ouvrage qui traite de la mise en scène en œuvre dans l’audiovisuel, Gérard Leblanc parle de scénarisation. Pour lui, cette notion

fait aujourd’hui tout autant partie des termes-clés du vocabulaire journalistique et il est fréquemment employé par des industriels, des économistes, des financiers, des scientifiques, des politiciens. En fait, il n’est guère d’acteur social qui ne soit amené à l’utiliser et la notion de scénario intervient dans la plupart des discours qui prétendent avoir prise sur tel ou tel aspect de la réalité (1997 : 9).

28Le discours médiatique procède ainsi dans son ensemble, extrayant d’un contexte particulier une séquence qui sera ensuite replacée dans un cadre bien différent. Objet d’un travail sur l’image et sur le texte, la séquence apparaît aux téléspectateurs parmi d’autres informations d’ordres divers.

29Les informations traitant de l’anniversaire de la Loi Veil, diffusées au journal télévisé pendant une grande partie du mois de janvier sous le titre La Loi Veil ou le « grand combat des femmes », sont montrées avec le rappel systématique du Manifeste des « 343 Salopes » et de la revendication à « disposer de son ventre ». C’est le moment aussi de rendre publiques à travers les médias, et principalement à travers l’organe télévisuel, les créations qui se rattachent à cet événement. On se réfère ici au journal télévisé qui propose un reportage sur le feuilleton adapté par Nadine Trintignant avec sa fille Marie Trintignant dans le rôle principal, d’après le livre de Gilbert Schlogel, Victoire ou la douleur des femmes, ouvrage particulièrement cité et exposé à ce moment-là.

30L’anniversaire de la Loi Veil est retransmis parallèlement à une autre actualité touchant au même domaine sensible de la sexualité féminine. Il s’agit de la pilule du lendemain dans les établissements scolaires, à la suite du projet de Ségolène Royale, et celle du polémique Professeur Nisand. Martine Aubry, ministre de l’Emploi et de la Solidarité, et Bernard Kouchner, secrétaire d’État à la Santé et à l’Action Sociale, avaient en effet demandé au professeur Nisand de leur remettre un rapport sur l’état de l’Interruption Volontaire de Grossesse en France. La focalisation sur le thème « Femme et sexualité » décliné sur le mode l’enfant/l’adolescente/la femme a largement favorisé la thématique « rapport femme-société », en fusionnant les deux actualités. En effet, la retransmission de Simone Veil huée à l’Assemblée Nationale, de la manifestation féminine/féministe dans la rue, des procès à l’encontre des mères-filles coupables de meurtre aux yeux de la morale bien-pensante pour avoir avorté, fait écho à l’autre actualité. Celle de la pilule du lendemain fut souvent retransmise à partir de faits anecdotiques et ponctuels, en référence à la jeune adolescente enceinte, âme en perdition pleurant de honte dans l’infirmerie de son lycée pour devoir utiliser cette fameuse pilule. Ou encore à ce groupe de jeunes collégiennes filmées masquées pour exprimer leur réconfort à l’idée d’un droit et d’un choix qu’on leur reconnaît et auxquels elles ont maintenant accès. Si d’un côté les professionnels de l’information choisissent de mettre en lumière l’adolescente et son rapport à la sexualité, ils contrebalancent de l’autre en montrant les réactions des associations de parents d’élèves ou autres citoyens qui se regroupent énergiquement pour mieux faire entendre leurs protestations.

31L’explication sur la date anniversaire de l’IVG ne met pas en évidence la valeur temporelle qui sépare de 25 ans les deux dates clés (1975-2000). La première partie de l’information est essentiellement basée sur l’image de type reportage, permettant au journaliste de prétexter dans la forme un suivi historique. Mais le prétexte d’analyse censé accompagner le reportage cherche peu à démentir les clichés obsolètes et les stéréotypes usés de la femme militant pour une amélioration des conditions générales (médicales, sociales, etc.). Or, à part 1975 et 2000, le journaliste écarte les autres dates, événements et personnalités qui auraient marqué entre-temps l’histoire de l’IVG. Le lien qui justifie ces images cherche davantage des points de comparaison entre les deux actualités pour alimenter leur thématique.

32Le commentaire journalistique choisit de procéder à une forte scénarisation de l’événement en stéréotypant ces deux entités à deux forces contestataires et revendicatrices opposées. Le fait en tant que tel et sa restitution qui passe par une scénarisation, une mise en scène de l’information, contribuent à consolider l’épaisseur du stéréotype. Le souci des journalistes consiste à donner à la réalité une dimension dramatique qui peut être soutenue par une « scénarisation », au sens où G. Leblanc la définit :

Réel et scénarisation : les deux termes se présentent rarement l’un sans l’autre, comme si, pour atteindre quelque chose du réel, il fallait nécessairement en passer par l’étape de la scénarisation. Cette alliance de concepts signifie que le réel qu’on évoque est le résultat d’une construction et non un « déjà là » dont on pourrait se saisir sans médiations. L’idée de construction fait référence, y compris dans ses représentations les plus stéréotypées, à des stratégies d’appropriation (1997 : 10).

33Les affaires de pollution constituent aussi un sujet brûlant parce qu’elles touchent directement l’environnement et la santé. Les accidents qui se sont passés en côte atlantique en 2000 ont largement nourri cette thématisation. Tout d’abord, le pétrolier maltais « Erika », affrété par TotalFina, qui a fait naufrage le 12 décembre 1999 au large des côtes bretonnes et qui s’est brisé en deux à 70 km au sud de Penmarch, avec 37 000 tonnes de fuel lourd à bord. Puis, le tanker italien Ievoli Sun, dont le naufrage a menacé les côtes atlantiques de pollution chimique. Ces deux événements ont alimenté pendant plusieurs mois la une de la presse et le générique des journaux télévisés. Le traitement de l’information a eu ceci de particulier qu’il réduisait les deux catastrophes à trois points communs : les responsables, le naufrage, les conséquences. La diffusion des deux naufrages a été quelquefois précédée d’un historique sur les « principales affaires de pollution qui ont frappé la côte atlantique » depuis 1960, avec une insistance particulière sur le type de polluant (pétrolier ou chimique) et la quantité de cargaison toxique échouée en mer ou sur les côtes. Est cité le 31 mars 1988 le pétrolier italien « L’Amazzone » qui perd au large d’Ouessant 3 000 tonnes de pétrole. Ou plus récemment encore, le 19 décembre 1993 le cargo français « Sherbro » qui perd dans une tempête au large du Cotentin 91 conteneurs de nitrocellulose et de pesticide. C’est d’après ces grandes orientations que l’information s’est principalement dessinée :

34Le naufrage. Outre la fréquence à laquelle le naufrage est diffusé, les professionnels de l’information insistent sur la menace de pollution chimique, d’échouage de produits toxiques et de déversement de pétrole sur les côtes française, avec plusieurs estimations chiffrées. Le tanker contenait 6 000 tonnes de produit chimique, et l’Erika 37 000 tonnes de fuel, dont 10 000 tonnes se sont échappées.

35Les responsables. Les informations dénoncent les responsables, et aussitôt les projecteurs se braquent sur les coupables, en mettant sur le devant de la scène la Société Rina, qui a procédé à la vérification et au contrôle aussi bien de l’Erika que du Ievoli Sun.

36Les conséquences. Les conséquences environnementales, naturelles et psychologiques s’avèrent désastreuses. On estime jusqu’à 300 000 le nombre d’oiseaux mazoutés par le pétrolier Erika, et à 79 % les Français inquiets des risques de pollution par Ievoli Sun. L’émergence d’associations, de manifestations et de revendications par des groupes spontanés ou d’acteurs reconnus (Société pour l’Étude et la Protection de la Nature en Bretagne, Greenpeace) fait autant de bruit que la mobilisation d’une unité d’intervention de la Sécurité Civile Spécialiste de la décontamination et des services départementaux de dépollution de la Manche.

37La ramification de l’information s’est donc principalement portée sur ces trois thèmes. Une telle sélection se comprend aisément dans la mesure où la première catastrophe (l’Erika) avait déjà tracé les grandes lignes dans lesquelles s’engouffrent ensuite les choix explicatifs du Ievoli Sun, elles-mêmes tracées par les catastrophes précédentes. Cela s’explique ensuite par le fait que le déroulement suivant : 1/ le naufrage 2/ les responsables 3/ les conséquences, correspond à une structure narrative classique dans le traitement médiatique : 1/ Fait 2/ Cause 3/ Conséquences, soit la reprise d’une grille de lecture familière à laquelle notre raisonnement est déjà sensibilisé.

38Les recherches préalablement menées pour étudier l’utilisation du stéréotype dans le traitement de l’information, en vue de sa transmission à un public hétérogène, soulignent la même valeur de construction du stéréotype. Lorsque l’émetteur veut sensibiliser le destinataire à l’information, il use de moyens calculés qui obéissent à des principes précis.

39À ce niveau-là, nous touchons un point sensible dans l’étude relative à théorie de la réception. En effet, s’il est possible de mesurer l’importance numérique des téléspectateurs, il est autrement plus difficile d’évaluer la qualité et le degré de leur vigilance face aux émissions qu’ils regardent. D’ailleurs, la question même de l’indication d’une audience n’est pas une acception univoque, puisqu’il existe au moins six moyens différents pour constituer les données de réception (Proulx, 1998). Les indicateurs ne peuvent fournir qu’une estimation quantitative des consommateurs des programmes télévisuels, et limitent donc une évaluation qualitative. D’ailleurs, que pouvons-nous dire de l’efficacité de compréhension et d’attention d’un téléspectateur ? Qu’en est-il de son « apprentissage », selon le mot de Philippe Viallon (1996) ? Déchiffre-t-il « comme il faut » le message télévisuel, et le lui a-t-on enseigné ? La facilité de lecture de l’image, qu’elle soit « fixe ou animée », est la plupart du temps estimée comme évidente. Le message ne semble pas poser davantage de problèmes : l’image paraît aller de soi, le son évident pour peu que les paroles soient de la langue maternelle du téléspectateur. Il semble même saugrenu de suggérer qu’il puisse y avoir là la moindre difficulté.

40Le second problème que pose la réception de l’information télévisuelle, surtout en ce qui concerne le journal télévisé, est sa dimension monologale et irréversible, malgré une apparence d’interactivité : le présentateur semble regarder le récepteur dans les yeux et s’adresser directement à lui ; son commentaire comporte quelquefois une fonction conative. Cette relation intersubjective motive paradoxalement une réciprocité imaginaire. La mise en place d’un tel dispositif favorise une lecture attrayante et agréable de l’information, parce qu’elle développe un certain confort, mais place le spectateur dans une double position équivoque : il est vu soit comme « public », soit comme « marché ». Dans le premier cas, il est vu comme « potentiel acteur sociopolitique dans la sphère publique » ; dans le second cas, il correspond à un « sous-ensemble déterminé de consommateurs potentiels, enjeu principal de l’échange économique liant les diffuseurs aux annonceurs par l’entremise de la vente d’auditoires spécifiques » (Proulx, 1998). Il est effectivement encore difficile de considérer distinctement les situations particulières de réception comme des activités « structurées » et « structurantes », vu que des attentions, des interprétations et des raisonnements différents sont élaborés à partir d’une même émission d’information.

Conclusion

41La théorie de la réception est donc l’objet de questions transversales d’ordre méthodologique et épistémologique, qui laissent encore le débat ouvert sur le public et les médias. Mais en remontant aux sources mêmes de diffusion de l’information, on peut considérer à l’inverse les techniques que suivent les émetteurs et les producteurs de l’information pour sensibiliser leur public au message qu’ils leur transmettent. L’anthropologue Clifford Geertz (1986) a travaillé sur les procédés de construction de ce qui est couramment appelé le sens commun. Considéré comme un mode de pensée structuré et organisé, il le définit comme un « système culturel » qui analyse et raconte un fait sans nécessairement motiver un raisonnement complexe ni intellectualiste. L’accessibilité de l’information sous sa forme stéréotypée représente un atout déterminant pour sensibiliser le destinataire du message à son intérêt et à sa place dans le contexte audiovisuel.

42Dans les informations retenues, la reconstitution de la réalité repose essentiellement sur le mode narratif qui semble répondre au mieux aux attentes du public en ce qui concerne la connaissance, la lecture et la représentation d’un événement. Il faut donc à ces événements des personnages, des lieux établis, autant « d’ingrédients » qui proposent à ses lecteurs une structure organisée de la réalité. Le journaliste privilégie un éclairage pour mettre en lumière une face sélectionnée de l’événement. Il influence le traitement thématique en privilégiant tout ce qui porte sur des représentations supposées partagées de « l’univers événementiel » (Soulages, 1999).

Haut de page

Bibliographie

AMOSSY, Ruth (1989), « La notion de stéréotype dans la réflexion contemporaine », Littérature, 73 : 49-63.

AMOSSY, Ruth (1991), Les idées reçues. Sémiologie du stéréotype, Paris, Nathan.

AMOSSY, Ruth (1997), Stéréotypes et clichés, Paris, Nathan, Coll. « 128 ».

BARTHES, Roland (1957), Mythologies, Paris, Seuil, Coll. « Points ».

CHARAUDEAU, Patrick (1997), Le discours d’information médiatique. La construction du miroir social, Paris, Nathan-INA, Coll. « Médias-Recherches ».

CHARAUDEAU, Patrick (dir.) (2001), La télévision et la guerre. Déformation ou construction de la réalité ? Le conflit en Bosnie (1990-1994), Paris, INA-DeBoeck Université, Coll. « Médias Recherches ».

CHARNAY, Thierry (1995), « Formation de la stéréotypie discursive », Ethnologie française, « Le motif en sciences humaines », 2 : 266-277.

COURTÈS, Joseph (1986), Le conte populaire : poétique et mythologie, Paris, Presses universitaires de France.

DE CERTEAU, Michel (1978), « Croire/faire croire », dans Pierre BIRNBAUM (dir.), Critiques des pratiques politiques, Paris, Galilée.

GALATANU (1994), « Convocations et reconstruction des stéréotypes dans les argumentations de la presse écrite », Protée, 22(2) : 75-79.

GEERTZ, Clifford (1986), Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir, Paris, Presses universitaires de France.

GREIMAS, Algirdas Julien (1985), Des Dieux et des hommes, Paris, Presses universitaires de France.

JOST, François (1999), Introduction à l’analyse de la télévision, Paris, Ellipses.

LEBLANC, Gérard (1987), 13h-20h, le monde en suspens, Hitzeroth, Marburg.

LEBLANC, Gérard (1997), Scénarios du réel, tome 2, Paris, L’Harmattan.

LÉVI-STRAUSS, Claude (1968), L’origine des manières de table, Paris, Plon.

LIPMANN, Walter (1922), Public Opinion, New York, Penguin Books.

MOLINER, Pascal (1996), Images et représentations sociales, Presses universitaires de Grenoble.

PROULX, Serge (dir.) (1998), Accusé de réception, Québec/Paris, Presses de l’Université Laval/L’Harmattan.

SOULAGES, Jean-Claude (1999), Les mises en scène visuelles de l’information, Paris, Nathan.

VASSEUR, Véronique (2000), Médecin-chef à la prison de la Santé, Paris, Le Cherche Midi Éditeur.

VIALLON, Philippe (1996), L’analyse du discours de la télévision, Paris, Presses universitaires de France.

Haut de page

Notes

1 Arkan a été assassiné le 15 janvier 2000.

2 Celui du « grand méchant loup », qui est la cause et l’origine d’un conflit.

3 Violence physique et psychologique, opacité des décisions administratives, manque de moyens, bricolage et médecine de brousse, insuffisance des structures à répondre à des moyens spécifiques ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Ghosn, « Stéréotype et information télévisuelle », Communication, vol. 21/2 | 2002, 97-112.

Référence électronique

Catherine Ghosn, « Stéréotype et information télévisuelle », Communication [En ligne], vol. 21/2 | 2002, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/5568 ; DOI : 10.4000/communication.5568

Haut de page

Auteur

Catherine Ghosn

Catherine Ghosn est membre du Laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociale (LERASS), 115 rte de Narbonne, 31077 Toulouse Cedex 4. Courriel : ghosn@lerass.iut-tlse3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org