Navigation – Plan du site
Lectures

Antoine CHAR, Comme on fait son lead, on écrit

Québec, Presses de l’Université du Québec, 2002
Gilles Lugrin
p. 247-249
Référence(s) :

Antoine CHAR (2002), Comme on fait son lead, on écrit, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Texte intégral

1Le lead, « locomotive qui entraîne le lecteur malgré lui jusqu’au bout de l’article », intéresse tout journaliste. Antoine Char, fort d’une expérience de trente ans dans le journalisme, nous livre un ouvrage aux vertus pédagogiques incontestables, même si une certaine redondance et quelques titres abscons en rendent parfois la lecture difficile. Plus de 90 exercices corrigés participent aux qualités didactiques de ce manuel.

2Au fil des sept chapitres sont présentées les exigences auxquelles est supposé se soumettre le lead. Le premier chapitre porte sur la captation : le lead doit être une invitation à poursuivre la lecture. Premier paragraphe de l’article, il doit aussi répondre à six questions : qui ?, quoi ?, où ?, quand ?, comment ?, pourquoi ? Le deuxième chapitre présente la pyramide inversée comme plan de texte du lead : « le lead à pyramide inversée, c’est commencer par la conclusion pour grimper ensuite dans les détails de l’information. »

3À ce titre sont déclinés les principaux critères à même de hiérarchiser l’information :

  • l’actualité « le journalisme c’est tout ce qui sera moins intéressant demain qu’aujourd’hui »,

  • l’intérêt « le lecteur lit en fonction de ses atomes crochus, de ses intérêts et de ses émotions »,

  • la conséquence « écrire en fonction de l’importance de la nouvelle sur la vie et l’environnement du lecteur ».

4À la composition en pyramide inversée s’ajoute enfin la structure en poupées russes, aussi appelée ailleurs « tuyau de poêle », et qui désigne la rédaction d’un article d’information en paragraphes assez autonomes pour être éventuellement supprimés sur la table de composition, selon l’espace disponible.

5Le troisième chapitre propose une typologie des différents types de lead, en fonction de la ponctuation privilégiée, du type de discours rapporté, de moules syntaxiques ou logiques… Ce chapitre rappelle aussi les principales caractéristiques du lead « efficace » : il doit être à la fois résumé enrichi et invitation à poursuivre la lecture. Le quatrième chapitre présente les spécificités du contexte de réception de l’article d’information : le lecteur est un kangourou (parcours de lecture propre à chaque lecteur) ; il est pressé ; sa mémoire, véritable passoire, est défaillante. Dès lors, pour qu’un article soit « efficace », il doit être composé d’un lead structuré, d’informations classées et de paragraphes agencés en suivant le cheminement logique de la pyramide inversée. Il doit être concis et objectif. Afin qu’on puisse faire face à ces exigences, le cinquième chapitre précise quelques aspects linguistiques de l’écriture du lead, en s’inspirant notamment des contraintes d’écriture nouvellement imposées par la cyberpresse. Dans ce chapitre sont encore donnés quelques conseils pour sortir de l’éventuel syndrome de la page blanche auquel tout journaliste peut être confronté.

6Le sixième chapitre introduit la distinction entre le hard lead (le lead direct) et le layed lead (le lead indirect). Ce dernier s’utilise par exemple comme préambule aux soft news. Cette distinction permet à l’auteur d’introduire la question du « style », qu’il définit à partir des (cinq) sens du lecteur : écrire avec des images qui parlent au lecteur, solliciter un rythme qui résonne en lui, etc. Le septième et dernier chapitre enseigne l’économie syntaxique : le rewriting, c’est remettre vingt fois l’ouvrage sur le métier. Pour Antoine Char, le lead demande donc « la plus haute exigence de l’écriture journalistique », ce qui en fait un lieu exemplaire de l’apprentissage de l’écriture journalistique, mais aussi un lieu riche d’enseignements pour l’analyste.

7Les qualités pédagogiques indéniables de cet ouvrage ont cependant à souffrir de trois reproches. Le premier concerne la définition du lead. Ce dernier est sommairement défini comme le premier paragraphe d’un article (le sublead en étant le second). Nous y voyons deux problèmes. D’une part, certains leads donnés en exemple, en particulier des leads delayed, sont formés de plusieurs paragraphes, ce qui mène à une certaine confusion définitionnelle. D’autre part, la structure en pyramide inversée, le lead en tête, n’est applicable qu’aux articles d’information. Ces modalités d’écriture ne sont donc pas transposables aux articles dits d’opinion ou de commentaire : l’éditorial ou le billet d’humeur ne s’écrivent pas comme la brève (forme de lead) ou le fait divers.

8Le second reproche porte sur l’absence de mise en rapport du lead avec l’ensemble du péritexte, entendu comme tout ce qui entoure matériellement le corps de l’article (surtitre, titre, sous-titre, chapeau, photographie, légende, intertitres…). Le lead n’est pas le premier niveau de lecture de l’article. Il intervient au mieux dans un deuxième temps, après la prise de connaissance des constituants du péritexte énumérés ci-dessus. Se pose dès lors la question des liens entre le lead et le péritexte. Cette question éludée est pourtant centrale : toute information « divulguée » par le péritexte perd de son importance vue depuis le lead. Ce dernier est donc un prolongement du péritexte ; il développe le contenu livré par le péritexte. Travailler un lead sans son contexte péritextuel est dès lors très artificiel. On pourrait certes nous rétorquer que, dans les faits, le journaliste écrit le lead, alors que le péritexte est du ressort de la table de rédaction (ce qui n’est que partiellement le cas). Antoine Char va dans ce sens lorsqu’il s’étend sur le titre, qu’il considère « un peu comme le lead ». À cette similitude, nous préférons une complémentarité : pour qu’un article d’information reste de qualité, il faut soit écrire le lead en fonction du péritexte, soit réécrire le lead après avoir pris connaissance du péritexte. Séparer radicalement les deux paraît être une erreur, parfois commise par les rédactions.

9Le troisième et dernier reproche concerne l’arsenal de citations et de références savantes (Aristote, Cicéron, Caelius, Confusius et autres Descartes) auxquelles recourt l’auteur. Pas toujours très heureuses, elles comportent, parmi quelques imprécisions, une erreur fâcheuse. Faisant allusion aux preuves d’Aristote, l’auteur associe le logos à l’introduction, le pathos au développement et l’éthos à la conclusion. Or, si Aristote parle de disposition pour décrire l’organisation du discours (exorde, narration, confirmation, réfutation, péroraison), il n’associe pas les trois preuves (éthos, pathos, logos) à la disposition. Pour éviter toute confusion, rappelons les définitions minimales des trois preuves : l’éthos désigne l’image de l’orateur et du sujet dont il est question ; le pathos désigne les sentiments, les passions que l’on convoque et que l’on tente de communiquer à son auditoire ; le logos désigne enfin la part argumentative, démonstrative du discours. Certes, Quintilien a pu ici ou là observer une certaine prédilection des trois preuves pour l’une ou l’autre des parties du discours, mais tout discours reste un panachage des trois preuves. Il est donc erroné d’attribuer aux trois preuves des places prédéterminées dans l’organisation textuelle d’un article d’information ou d’un lead. Cette erreur est d’autant plus regrettable que ces notions héritées de l’ancienne rhétorique ont été réactualisées par de nombreux travaux ces vingt dernières années, et qu’elles constituent aujourd’hui un apport précieux à l’analyse du discours journalistique. Malgré ces quelques réserves, cet ouvrage demeure un bon manuel pour qui souhaite s’initier à l’écriture d’articles d’information.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Lugrin, « Antoine CHAR, Comme on fait son lead, on écrit », Communication, Vol. 24/1 | 2005, 247-249.

Référence électronique

Gilles Lugrin, « Antoine CHAR, Comme on fait son lead, on écrit », Communication [En ligne], Vol. 24/1 | 2005, mis en ligne le 12 septembre 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/557

Haut de page

Auteur

Gilles Lugrin

gilles.lugrin@unil.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org