Navigation – Plan du site
Lectures

Didier COURBET et Marie-Pierre FOURQUET (dir.), La télévision et ses influences

Bruxelles, De Boeck Université, Coll. « Médias Recherches », 2003
Frédérique Calcagno-Tristant
p. 250-253
Référence(s) :

Didier COURBET et Marie-Pierre FOURQUET (dir.) (2003), La télévision et ses influences, Bruxelles, De Boeck Université, Coll. « Médias Recherches ».

Texte intégral

1Cet ouvrage sur les différentes recherches liées aux effets de la télévision sur le téléspectateur manque très souvent d’exemples concrets ou d’analyses critiques, au point non seulement de lasser le lecteur/étudiant, mais également de donner l’image d’une recherche inactive et apathique.

2Par exemple, Jacques Araszkiewiez parle de l’impact de la publicité à travers le concept de frustration et de sa complétude dans le temps :

Cette opération initiale étant effectuée, le publicitaire peut alors réconcilier les deux valeurs [le désirable et l’utile] pour lever le sentiment de frustration initialement créé et provoquer un acte d’achat délié de toute culpabilité (2003 : 49).

3L’auteur continue plus loin en spécifiant que « la publicité oppose à un futur immédiat idéal dans lequel s’insère l’acte d’achat, une unité temporelle spécifique dans laquelle présent et passé tendent à se confondre… » (2003 : 49).

4Jusqu’à présent, Jacques Araszkiewiez pose parfaitement le cadre stratégique marketing mais son mode d’argumentation à partir d’exemples nous semble beaucoup trop implicite. Il demeure dans la généralité au lieu de procéder à une analyse pragmatique d’une publicité qui illustrerait parfaitement son propos : « […] cette publicité pour les téléphones portables qui stipule que le téléphone vendu aujourd’hui sera nécessairement obsolète demain » (2003 : 49).

5D’une autre manière cette fois-ci, Jean-Léon Beauvois met en place un véritable catalogue des travaux sur les effets de la télévision mais sans apporter un réel sens critique. Citons deux exemples :

  • « dans ces recherches, il est montré qu’un héros de film (par exemple agressif ou, au contraire, altruiste) fonctionne comme un modèle pour les gens et ceci d’autant plus que la situation dans laquelle ils se trouvent reproduit les données du film » (2003 : 168) ;

  • « l’effet Werther » : les suicides augmentent après le suicide médiatisé d’un personnage auquel les gens peuvent s’identifier. Cette augmentation est plus forte dans les régions où le suicide a été le plus médiatisé. Phillips a étendu l’effet Werther aux effets de modelage que peuvent avoir les retransmissions de matchs de boxe. Il a pu calculer qu’une élévation significative du nombre de crimes s’observait systématiquement, indépendamment de l’heure, du jour de la semaine, du mois de l’année, de la saison… quelques jours après la retransmission d’un championnat poids lourds. Il a également constaté que ces victimes « surnuméraires » ressemblaient au « boxeur battu » (2003 : 168).

6Heureusement, Didier Courbet et Marie-Pierre Fourquet apportent quelques précisions. Ainsi, au sujet des travaux sur les effets des programmes violents, les auteurs nous racontent ceci :

Dans une célèbre enquête corrélationnelle sur les effets des programmes violents, Greenberg a constaté une corrélation faible mais significative entre un taux élevé d’exposition à des programmes violents et l’agressivité sociale des téléspectateurs (2003 : 182).

7Puis, ils stipulent que « [l]e lien de cause à effet est cependant impossible à déterminer : il est possible que ce soit les personnes déjà agressives qui regardent de tels programmes » (2003 : 182-183).

8Finalement, ils écrivent « Une synthèse de ces différents types d’études montre que l’influence de la violence télévisuelle est effective mais faible comparée à l’influence de l’environnement social ou de la famille » (2003 : 183).

9En revanche, certaines contributions synthétisent parfaitement les dernières hypothèses de la recherche sur l’impact de la télévision. Ioan Dragan et Nicolas Pélissier se sont particulièrement penchés sur les effets de l’information journalistique selon le cas des actualités télévisées. Ils font alors un tour de table qui plante judicieusement les notions élaborées autour des travaux portant sur la réception du journal télévisé. Ainsi, « [p]our Miège, par exemple, le JT produit “un discours de non savoir, dont la fonction résidant avant tout dans la nature du lien crée avec les citoyens” » (2003 : 105).

10Quant à Bourdieu, il « dénonce ce leurre avec tout autant de vigueur : “on va de plus en plus vers des univers où le monde social est décrit-prescrit par la télévision. Celle-ci devient l’arbitre de l’accès à l’existence sociale et politique” »2003 : 105).

11Ainsi, selon Bourdieu, la télévision définit un moule social auquel les téléspectateurs-citoyens doivent adhérer pour être dans la « norme ».

Toujours dans une perspective critique, certains travaux ont mis en évidence les fonctions rituelles et identitaires des actualités télévisées. […] Le vision du monde proposée par les JT est plutôt consensuelle que critique […]. Le JT est ritualisation du rendez-vous quotidien, mais il est aussi ritualisation de la quotidienneté elle-même : éternel retour du même, il inscrit le temps au cœur de sa fonctionnalité (2003 : 106).

12Mais, l’effet symbolique le plus important sur le public consiste dans ce sentiment d’appartenance à un groupe :

L’intérêt de voir le JT en direct réside dans ce sentiment de faire partie d’une communauté – la communauté nationale essentiellement – que confère le fait de prendre connaissance des nouvelles en même temps que tous les autres membres de cette communauté. On retrouve ici la fonction de contact, centrale dans l’opérativité du JT. La ritualité du rendez-vous prend le pas sur l’actualité de l’information (2003 : 106).

13Bref, les effets du journal télévisé seraient moins à évaluer en termes de transmission de contenu que de construction d’une relation communautaire.

14Lucien Sfez, pour finir, nous fera saisir que les médias audiovisuels construisent aussi une certaine réalité par ses images. En effet, en résumé,

[l]’information est liée à l’image. L’image est reçue comme indice véritable de la réalité. […] ; la réception de l’image est univoque ; nous ne pouvons renvoyer une réponse imagée en direction du média (pas d’interaction) ; l’image des choses […] est soumise à la répétition. La répétition renforce la preuve […] ; l’image est toujours vue comme simultanéité […]. Nous sommes dans le temps de la prise de réalité ; ce temps est impossible à remonter […]. La force de l’image est de ne pouvoir être discutée (2003 : 139).

15Mais, pour conclure, ce qui manque à cet ouvrage, c’est ce rappel majeur que les images ne sont en soi ni trompeuses, ni mensongères, ni fausses. Leur « vérité » ne se juge qu’en fonction des genres dans lesquels elles s’insèrent. Selon Jost (2003), les mondes du réel, du ludique et du fictif permettent de regrouper les principaux genres télévisuels. Finalement, toujours selon Jost,

seuls les genres renvoyant au monde réel s’évaluent sur l’axe vrai-faux. Ainsi, à sa manière, « l’affaire » Timisoara marque la fin de la croyance à l’image vérité à la télévision. Si cet événement fit un tel scandale, ce n’est pas, comme on le dit rapidement, qu’il rappela à ceux qui l’avaient oublié le pouvoir de l’image, mais plutôt qu’il attira l’attention sur le fait que derrière les images, il y a des mots. Ce ne sont pas une douzaine de corps qui ont suscité l’indignation, mais leur traduction verbale en « charnier des martyrs de Ceausescu ». Nous faisions confiance au voir et nous nous apercevions finalement que nous avions cru l’image sur parole, et qu’à son origine se trouvait une parole mensongère (2003).

16Dès lors, dans ce monde d’influence, il s’agirait peut-être d’abord de former l’individu-citoyen à la lecture de l’image dès son plus jeune âge, mais c’est loin d’être le cas.

Haut de page

Bibliographie

JOST, François (2003), La télévision du quotidien, Bruxelles, De Boeck

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Calcagno-Tristant, « Didier COURBET et Marie-Pierre FOURQUET (dir.), La télévision et ses influences », Communication, Vol. 24/1 | 2005, 250-253.

Référence électronique

Frédérique Calcagno-Tristant, « Didier COURBET et Marie-Pierre FOURQUET (dir.), La télévision et ses influences », Communication [En ligne], Vol. 24/1 | 2005, mis en ligne le 12 septembre 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/559

Haut de page

Auteur

Frédérique Calcagno-Tristant

Courriel : frederique.calcagno.tristant@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org