Navigation – Plan du site
Recherches

L’Heure JMP

Phénomène télévisuel
Hélène Bard
p. 173-182

Texte intégral

1Daniel Dayan, dans son texte intitulé « Les mystères de la réception », propose quatre types de publics : celui des industries culturelles, celui des pédagogues et celui des chercheurs, tous trois imaginaires, c’est-à-dire construits de façon discursive, en plus d’un public imaginé, celui-là prenant racine dans la tête du récepteur. « La notion de public est construite de toutes pièces par les discours portés sur lui » (1992 : 156). Et il ajoute : « Si les études de réception prétendent étudier un public, elles doivent commencer par l’inventer » (p. 156).

  • 1 Les meilleurs moments de L’Heure J.M.P., Jean-Marc Parent, Alliance Vidéo, Alliance Communications, (...)

2Pourtant, le sujet réel de la télévision, le téléspectateur, bien tangible, n’est jamais seul à écouter une émission de télévision. Cela va de soi. Or, cette simple constatation demeure la base de notre réflexion : le public est composé de milliers de « moi » solitaires formant un « nous » regardant. Nous verrons que l’impression de « voir avec » d’autres personnes peut se modifier et devenir un attroupement de gens, en regard du quatrième type de public proposé par Dayan, et à la lumière de l’émission populaire L’Heure JMP1. Ainsi, nous constaterons que Jean-Marc Parent a su utiliser la télévision comme agent socialisant et rassembler des foules qui, à la base, étaient constituées d’individus solitaires, destinés à demeurer tranquillement assis devant leur téléviseur.

Le quatrième type de public : le public imaginé

3Une personne écoutant et regardant la télévision, tel que précisé plus haut, sait qu’elle n’est pas seule à le faire. Mais, parce qu’elle ne jouit pas du don d’ubiquité, elle n’a pas la possibilité de se figurer, de façon exacte et tangible, qui, avec qui, de quelle façon et à quel endroit, d’autres pratiquent la même culture qu’elle. Cette personne ne peut qu’exercer un certain contrôle sur son imaginaire et ainsi se figurer qu’en consommant une émission donnée, elle « voit avec » — pour reprendre l’expression de Dayan — un public imaginé dans son esprit, et auquel elle choisit ou non d’adhérer. Ce type de public constitue le point de vue du téléspectateur, soit le public imaginé par le public. Pourtant, il peut aussi bien devenir réel et se manifester de diverses façons.

Présentation de l’émission L’Heure JMP

4L’émission L’Heure JMP, animée par l’humoriste Jean-Marc Parent, était diffusée le dimanche soir de 21 heures à 22 heures sur les ondes de TQS et de Radio-Énergie. Elle a pris l’antenne en 1996 et 1997, de janvier à juin. Essentiellement, l’animateur improvisait en direct, s’exprimant sur différents sujets devant trois cents personnes présentes en studio. Un groupe de musiciens jouait des pièces musicales, majoritairement choisies à travers le répertoire rock de la décennie 1970. L’humoriste, en narrant des histoires cocasses, faisait à la fois rire et pleurer son auditoire. Daniel Labonté écrit, à propos de Jean-Marc Parent : « La seule chose qu’il revendique, c’est le droit d’avoir du plaisir pour le plaisir » (1996 : B-3). Et il ajoute :

[…] Parent fait figure de production « broche à foin ». Il fait sauter les « breakers » électriques lors de sa première émission, parce qu’un effet de lumière utilise trop de courant. On se fout complètement des conventions. Comme dans les années 70, l’imagination est au pouvoir et tout peut arriver. À l’opposé des textes de présentation appris par cœur des animateurs télé, Parent s’exprime avec la spontanéité d’un enfant. Sa diction est mauvaise. Il parle sur le bout de la langue. À l’opposé des producteurs d’Avanti qui se donnent l’image de grands professionnels qui font presque passer un test psychologique à leurs artistes, Guy Cloutier ose prendre le risque de produire une émission de télévision sur laquelle il n’a aucun contrôle. […] Autrement dit, ce n’est pas n’importe qui qui pourrait relever le défi. C’est définitivement le gars qui fait toute la différence. […] Parent ne ressemble qu’à lui-même.

5Ces propos, à notre sens, décrivent bien la façon dont l’humoriste et l’émission étaient perçus. Pourtant, Jean-Marc Parent était déjà apprécié des Québécois avant la présentation de L’Heure JMP. Il s’était notamment fait connaître pour son sketch de l’handicapé, dans les années 1980, mais également pour ses soirées d’humour improvisées, formule qu’il a d’ailleurs reprise pour l’émission qui nous intéresse. « Il a déjà fait six heures d’impro au Forum pour ses fans en délire. Ils étaient 8 000 à tripper avec lui dans le même Forum la semaine dernière, la veille du jour de l’an » (Cousineau, 1996 : B-4). Or, le fait qu’une personne soit connue et appréciée du public ne garantit pas un succès télévisuel. En guise d’exemple, l’émission Besoin d’amour, animée par Guy A. Lepage, n’a pas connu un franc succès, bien que son animateur comptait quantité d’admirateurs convaincus.

6On écrit, à propos de Parent : « Le gars professe ne rien connaître à la télé. Mais voilà : il sait quoi faire avec un auditoire » (p. B-4). Peut-être est-ce là le fruit d’une expérience de la scène déjà éprouvée, ou encore d’un instinct maintes fois mis à profit au cours de spectacles antérieurs. Qui sait… Toujours est-il que le succès de L’Heure JMP demeure bien réel, et ce, dès la première émission. « […] Il est humain dans tout ce qu’il y a de plus humain », écrit Daniel Labonté (1996 : B-3). Peut-être est-ce là un ingrédient naturel du succès, combiné à la transparence, la sensibilité et la spontanéité :

Son message c’est : « Si vous voulez vous promener en motoneige, écouter de la vieille musique trop fort, manger de la pizza pepperoni-fromage et <tripper> sur les belles filles, faites-le ! » Un message qui contient un paradoxe : faites comme moi, soyez vous-même. Joignez-vous à mon troupeau de moutons noirs (Gendron, 1996 : 19).

7affirme Jean-Pierre Desaulniers, professeur de communication à l’Université du Québec à Montréal, à la journaliste Louise Gendron.

8L’Heure JMP a déplacé quantité de « trippeux » qui souhaitaient n’avoir que du plaisir pour le plaisir. Et Parent n’a été que l’instrument de ces rencontres humaines entre individus qui, à la base, ne « voyaient qu’avec ».

L’Heure JMP : agent socialisant

  • 2 « La direction de TQS a en effet accepté que L’Heure JMP puisse parfois se prolonger de quelques mi (...)

9L’Heure JMP devient un lieu de rassemblement pour une masse d’individus partageant le plaisir d’écouter discourir l’humoriste. Trois cents personnes réunies en studio forment un public réel, rient en même temps que « les gens à la maison ». Le million et quelque de téléspectateurs se regardent ainsi dans le miroir de la télévision. Certes, ils ne se voient pas mais observent des gens qui leur ressemblent, qui s’amusent, comme eux. Comme nous l’avons vu, la formule demeure simple : un humoriste parle, raconte toutes sortes d’histoires drôles ou tristes pendant une heure ou plus2. Parent invite les téléspectateurs à lui transmettre des télécopies. Celles-ci atterrissent sur scène grâce à un télécopieur installé sur des caisses de bières Grand Nord, commanditaire principal de l’émission. « Il aurait, paraît-il, reçu quelque 5 000 <fax> en une semaine » (1996 : B-3). Une pratique, soit dit en passant, assez courante : François Paradis, lorsqu’il animait Première ligne à TVA, recevait quantité de messages envoyés de cette façon. Les téléspectateurs ont ainsi la certitude qu’ils ne sont pas seuls à écouter une émission. Jean-Marc Parent prenait plaisir à lire certains de ces fax, alors qu’une recherchiste bavardant sur Internet avec des auditeurs branchés nous faisait part d’autres commentaires. Tranquillement, une partie de la population québécoise, partagée en millions d’individus solitaires, se rassemble par les minces fils imaginaires de l’esprit, grâce à L’Heure JMP, sans toutefois se voir entre eux.

La télévision me réunit à ce que je vois et en même temps, elle me réunit à tous ceux qui regardent avec moi ce que je vois. Elle nous réunit par le biais d’une image tierce, en même temps qu’il y a toujours un tiers invisible dans ma relation à l’image que je vois (Gheude, 1994 : 276).

10Pourtant, Parent ne se contente pas des télécopies et des courriels envoyés par ses auditeurs. Il propose à son public de « flasher les lumières », sur les paroles d’une chanson composée pour l’occasion :

Tu parles pus à personne/ T’as oublié comment/ T’as ben des choses à dire/ Mais tu gardes tout’en d’dans/ Quand tu veux faire/ Signe à ton monde/ Mets l’doigt sur la switch/ […] Que tu sois pauvre ou millionnaire/ Que tu sois up, que tu sois down/ À soir on fait ket’chose ensemble/ Flash tes lumières […]3.

11Et les téléspectateurs exécutent l’ordre de l’animateur. D’abord timidement, et ensuite de façon régulière. « En deux mois à peine, il a fait de L’Heure JMP une vitrine où un million de Québécois se regardent <tripper en gagne>. De La Sarre à Rimouski, ils font flasher les lumières de leur balcon à l’unisson […] » (Gendron, 1996 : 19). Louise Cousineau (1996 : B-4), pour sa part, écrit à propos de ce phénomène : « On se croirait dans le film Network avec le gourou fou de l’information qui enjoignait ses téléspectateurs d’ouvrir leur fenêtre et de crier leur insatisfaction. » Pourtant, cette comparaison demeure un peu boiteuse : l’un des deux cas, « arrangé avec le gars des vues », demeure fictionnel, alors que l’autre est bien réel. Dans de vraies rues, de vraies villes, de vraies personnes signifient leur appartenance à ce groupe de fans, de téléspectateurs ou encore de « trippeux », qui prennent plaisir à écouter les discours de l’humoriste. Les gens n’ont qu’à regarder à l’extérieur pour constater qu’ils ne sont pas seuls à écouter L’Heure JMP. Le public imaginé devient ainsi lumières alternantes, sourires à travers la fenêtre et salutations entre voisins. Pourtant, cette socialisation cesse d’être possible à la fin de l’émission. La diffusion terminée, il ne reste plus rien de ce groupe social, maintenant dissout dans la masse des individus sans visage.

12D’une façon banale, voire binaire, l’alternance lumière/noirceur crée à la fois un sentiment d’appartenance et tisse un lien social entre des gens partageant une heure d’écoute télévisuelle. Michel Gheude écrit, à ce propos : « Aucun d’entre nous n’allume la télévision pour s’abstraire de la société, pour se retirer du monde, pour se retrouver seul, mais au contraire pour renouer avec le monde et avec les autres » (1994 : 275). Et c’est d’autant plus vrai lorsque des téléspectateurs manifestent leur présence d’une quelconque façon.

  • 4 Il sera question de ces rassemblements dans les pages suivantes.

13Dans le cas qui nous intéresse, la télévision elle-même ne joue pas le rôle d’agent socialisant. C’est plutôt l’utilisation qu’en fait Jean-Marc Parent puisqu’il propose aux auditeurs de poser le même geste en même temps, en plus de les inviter à se rencontrer dans un endroit précis4. Le téléviseur, meuble d’un salon, d’une cuisine ou d’une chambre à coucher, technologie permettant à des gens de visionner à distance, ouvre une fenêtre sur un happening diffusé en direct. Trois cents personnes en studio « trippent » en même temps que les musiciens, l’animateur et plus d’un million de téléspectateurs à la maison. Jamais, avant la diffusion de L’Heure JMP, notre esprit n’avait fait naître un public imaginé de façon aussi tangible. Et, jamais nous n’avions éprouvé un tel sentiment d’appartenance. Cette impression de faire partie intégrante d’une masse d’individus bien réelle demeurait d’abord possible grâce à la deuxième fenêtre, le téléviseur, puisque c’était grâce à celle-ci que nous pouvions visionner des images à distance. Paradoxalement, c’était la première fenêtre, celle qui permet de vérifier s’il pleut, s’il neige ou si le soleil enchantera notre journée, qui rendait tangible ce public imaginé avec qui nous « voyions » et, surtout, que nous « voyions ». Si les gens « flashaient » leurs lumières dans notre rue, c’est que dans les autres rues, dans les autres villes, d’autres gens faisaient de même. « […] On perçoit ce geste comme un signe positif de solidarité et de communion […] », affirme la sociologue Diane Pacon de l’Université d’Ottawa (citée par Lemieux, 1996 : A-2).

14Or, l’humoriste ne se contente pas d’imaginer que des gens, à la maison, se plient à cet ordre d’éteindre et d’allumer les lumières. Voilà qu’il envoie des équipes techniques sur place, filmer les rues où l’on peut admirer le public participant. On donne ainsi à ce dernier la possibilité d’entrer dans la télévision. Les gens se regardent faire le show. Jouant le rôle de fenêtre, la télévision nous présente un public à la base imaginé, et le rend réel. Aussi devient-elle miroir puisqu’elle renvoie une image déformée des téléspectateurs participants qui, eux, ne sont pas filmés. Et, des gens, caméra amateur à l’épaule, filmeront leur rue et feront parvenir la cassette à l’animateur pour fin de diffusion.

15Un dimanche soir, l’humoriste s’écrie : « <Aie la gagne, on s’voé toute à l’heure au Capitole de Québec> […] Une idée qui vient de lui passer par la tête et qui fait fureur. Le Théâtre Capitole est bondé et des centaines de personnes font le pied de grue devant l’entrée, incapables de se trouver de la place » (Labonté, 1996 : B-3). Le mercure du thermomètre, ce soir-là, marquait moins trente degrés, paraît-il. Pourtant, Jean-Marc Parent réussit à rassembler des téléspectateurs devenus « public réel » dans le Vieux Québec. Équipe technique à l’appui, on filme cette rencontre et la semaine suivante, lors de la diffusion de l’émission, il est possible de voir, sur grand écran, des images de ce happening, rencontre entre un homme de la télévision sorti de ce monde pour l’occasion, accompagné de centaines de fans qui entreront à leur tour dans le petit écran. Encore une fois, les téléspectateurs se regardent eux-mêmes faire l’émission. Qu’ils aient été sur place ou non. Au cours des semaines suivantes, les rassemblements se multiplient : « Hey, la gang, après l’émission, on va aller souper à Val-d’Or au restaurant Capri. Venez donc nous rejoindre ! » (Gendron, 1996 : 19). Vient ensuite le Splash JMP de l’été 1996 : en tout dix journées de midi à minuit en compagnie de l’humoriste, lesquelles seront également filmées et diffusées sur les ondes de TQS dans le cadre de L’Heure JMP, la saison suivante.

16Il demeure impossible d’affirmer avec certitude que Jean-Marc Parent avait conscience qu’il utilisait la télévision en tant qu’agent socialisant. Pourtant, certains détails nous prouvent que, d’instinct, il n’ignorait pas qu’il se passait quelque chose. Les paroles de la chanson Flash tes lumières, citées plus haut, l’illustrent bien : « À soir on fait ket’chose ensemble ». Aussi, l’animateur, plusieurs fois, démontre-t-il qu’un public imaginé prend racine dans son esprit. Souvent il dit : « Les gens à la maison… », « Les enfants à la maison… » ou encore « Les gens à la maison qui mangent en m’écoutant… », prenant soin de ne pas les choquer, selon la narration en cause. Or, cette façon bien à lui de tisser des liens sociaux entre des individus solitaires ne se limite pas à la simple pratique de « flasher les lumières » et de réunir des foules après l’émission. Louise Cousineau, dans La Presse, relate cet événement :

Il reconnaît dans la salle une dame qui était à son dernier spectacle. L’invite à monter sur scène. Danse un slow avec elle, sur l’air d’Ordinaire de Robert Charlebois. La salle crie. On finira par apprendre que la dame a perdu un grand ami dans la nuit du jour de l’An, juste après le show de Jean-Marc. Il n’offrira pas de mot de condoléances. À la place, il la serre dans ses bras. La peine de la dame est devenue un événement médiatique, partagé par la collectivité. « Attendez d’aller au dépanneur demain », lance l’animateur (Cousineau, 1996 : B-4. C’est nous qui soulignons).

17Ici, nul doute que Parent a conscience de son influence. Aussi s’imagine-t-il stimuler la sympathie des téléspectateurs.

Se pourrait-il, donc, qu’au détriment d’un système trop ordonné, trop aseptisé, sclérosé même, le bon peuple réclame le droit le plus légitime et le plus rassembleur, celui de se reconnaître en tant qu’être humain, imparfait et inconstant, parce que tributaire du mouvement perpétuel de la vie qui nous amène à être parfois drôle, parfois triste, parfois brillant, parfois niaiseux, parfois génial, parfois médiocre ? Poser la question c’est y répondre (Labonté, 1996 : B-3).

18Peut-être le succès d’une telle émission tenait-il à ce simple besoin de rassemblement. Qui sait…

  • 5 Archives dont nous nous sommes servis pour cette réflexion. Voir bibliographie.

19Pourtant, il serait vain de croire qu’une seule personne écoutant les meilleurs moments de L’Heure JMP5 puisse recréer le mouvement de foule dont il était question les dimanches soirs, lorsque l’émission était diffusée. On peut lire, à l’endos de la boîte de cette anthologie : « Faites <flasher vos lumières> à volonté en regardant cette vidéocassette réunissant les meilleurs moments de l’émission la plus populaire sur les ondes de TQS et sur le réseau RADIO ÉNERGIE : L’Heure JMP ». La concrétisation du public imaginé s’effectue dans la mesure où le téléspectateur n’est pas seul à écouter, où l’émission est diffusée en direct et où le gourou JMP, comme certains se plaisent à le nommer, commande la pratique de « flasher les lumières » à plus d’un million de téléspectateurs regardant l’émission en même temps. Tous ces éléments réunis, il était non seulement possible de stimuler la création d’un public imaginé dans la tête de l’auditoire, mais également de le rendre visible par le biais de la première et de la deuxième fenêtre. Et, par-dessus tout, de rendre ce public bien réel grâce à des rassemblements ayant lieu dans diverses villes de la province après la diffusion de l’émission.

20En somme, le public imaginé peut se limiter à une vague idée naissant dans la tête d’un téléspectateur. Pourtant, l’impression de « voir avec » peut aussi bien devenir un « je les vois voir et agir en même temps que moi », et ce, grâce à des pratiques stimulées par un animateur sentant d’instinct qu’il peut user de la télévision en tant qu’agent socialisant. Jean-Marc Parent a su utiliser les ondes pour rassembler des gens et les faire « tripper » ensemble, dans la seule optique d’avoir du plaisir pour le plaisir. Des sociologues se sont plu à justifier cette réussite en précisant que l’humoriste comblait un vide chez les téléspectateurs. D’autres ont parlé de « gourou ». Pourtant, il n’en demeure pas moins qu’en regard du quatrième type de public proposé par Daniel Dayan, l’émission L’Heure JMP se présente comme un objet de réflexion intéressant, un phénomène télévisuel sans précédent.

Haut de page

Bibliographie

ALLOR, Martin (1996), « The politics of producing audiences », dans James HAY, Lawrence GROSSBERG et Ellen WATTELA (dir.), The Audience and its Landscape, Westview, Boulder, p. 201-220.

AMOSSY, Ruth (2000), « L’adaptation à l’auditoire », dans L’argumentation dans le discours, Paris, Université Nathan, p. 33-58.

ATTALLAH, Paul, « Public broadcasting in Canada. Legitimation crisis and the loss of audience », Gazette, no 62 (3-4) : 177-203.

CALLON, Michel et Bruno LATOUR (1985), « Les paradoxes de la modernité », Prospectives et santé, vol. 35 : 13-25.

CARIGNAN, Gilles (1996), « Jean-Marc Parent se jette (encore) à l’eau », Le Soleil, 24 mai, p. C-5.

CHAMBAT, Pierre et Alain EHRENBERG (1988), « De la télévision à la culture de l’écran. Sur quelques transformations de la consommation », Le Débat, no 52 : 107-132.

COLPRON, Suzanne (1996), « Jean-Marc Parent fermera le Furum », La Presse, 27 février, p. A-18.

COUSINEAU, Louise (1996), « L’étonnant Jean-Marc Parent en direct », La Presse, 9 janvier, p. B-4.

DAYAN, Daniel (1992), « Les mystères de la réception », Le Débat, no 71 (janvier-février) : 146-162.

DE LA GARDE, Roger, « De la télévision à la vision télé », dans Denise LEMIEUX (dir.), Traité de la culture, Montréal, IRNS-Culture et société.

DES RIVIÈRES, Paule (1996), « La platitude en rappel », Le Devoir, 5 novembre, p. B-7.

DRAPEAU, Jacques (1995), « La programmation 1995-1996 », Le Soleil, 24 août, p. B-4.

DRAPEAU, Jacques (1996), « La course destination monde », Le Soleil, 9 janvier, p. C-4.

DRAPEAU, Jacques (1996), « Le retour de JMP va coûter cher à TQS », Le Soleil, 19 avril, p. C-3.

FESSOU, Didier (1997), « Le baptême de l’air d’Aline Gauvin », Le Soleil, 13 janvier, p. A-1.

FESSOU, Didier (2001), « Insolences sur la télé », Le Soleil, 3 février, p. G-8.

GENDRON, Louise (1996), « JMP Le roi des moutons noirs », L’Actualité, vol. 21, no 7, 1er mai : 19.

GHEUDE, Michel (1994), « La réunion invisible », Hermès, no 13-14 : 275-283.

GIRARD, Marie-Claude (1996), « CKOI toujours premier », La Presse, 14 juin, p. A-16.

LABONTÉ, Daniel (1996), « JMP : l’imagination au pouvoir ! », La Presse, 24 février, p. B-3.

LAFRENIÈRE, Michel (1996), « La vérité selon Jean-Marc », Le Soleil, 27 décembre, p. C-1.

LEMAY, Daniel (1996), « JMP fait flasher le Forum », La Presse, 1er avril, p. B-4.

LEMIEUX, Julie (1996), « Le happening JMP », Le Droit, 4 mai, p. A-2.

LEMIEUX, Michel (1990), L’affreuse télévision, Pamphlet, Montréal, Guérin.

MACÉ, Éric (1992), « La télévision du pauvre, Sociologie du <public participant> : une relation <enchantée> à la télévision », Hermès, no 11-12 : 159-175.

MACÉ, Éric (1994), « La programmation de la réception : une sociologie critique des contenus », Réseaux, no 63, CENT : 39-58.

MALO, Gérard et Luc GIROUX (1998), « La mesure industrielle des auditoires », dans Serge PROULX (dir.), Accusé de réception. Le téléspectateur construit par les sciences sociales, Québec, Les Presses de l’Université Laval, p. 14-46.

MARTINEAU, Richard (1993), Pour en finir avec les ennemis de la télévision, Montréal, Boréal.

MEHL, Dominique (1994), « La télévision compassionnelle », Réseaux, no 63, CNET.

PASQUIER, Dominique (1995), « <Chère Hélène> Les usages sociaux des séries collège », Réseaux, no 70, CNET.

PASQUIER, Dominique (1999), La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescentes, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

PETROWSKI, Nathalie (1997), « L’Heure JMP : vol au-dessus d’un nid de coucou ? », La Presse, 14 janvier, p. A-15.

QUÉRÉ, Louis (1992), « Espace public et communication. Remarques sur l’hybridation des machines et des valeurs », dans Pierre CHAMBAT (dir.), Communication et lien social. Usages des machines à communiquer, Paris, Éditions Descartes, p. 29-49.

QUÉRÉ, Louis (1996), « Faut-il abandonner l’étude de la réception ? », Réseaux, no 79 : 31-38.

ROY, Martin (1993), « Le happening JMP à Gatineau », Le Droit, 6 mai, p. 2.

SARFATI, Sonia (1996), « Splish splash en prenant… mes vacances avec JMP », La Presse, 8 juin, p. D-2.

WILLIAMS, Raymond (1996), « Des communications comme science de la culture », Réseaux : CNET.

WOLTON, Dominique (1999), Internet et après ? Une théorie critique des nouveaux médias, Paris, Flammarion.

WUNENBURGER, Jean-Jacques (2000), L’homme à l’âge de la télévision, Paris, Presses universitaires de France.

http://iquebec.ifrance.com/jmparent/

http://www.canoe.qc.ca/TempoChat/parent_final.html

http://www.canoe.qc.ca/TempoScene/otc10_parent-cp.html

http://www.csdecou.qc.ca/projets/journal/critique/flash/html

http://www.freenet.carleton.ca/~aq766/jmp.htm

http://www.pierregravel.com/PageCategorie/HuimoristeFR/JMParent/photos.htm

Haut de page

Notes

1 Les meilleurs moments de L’Heure J.M.P., Jean-Marc Parent, Alliance Vidéo, Alliance Communications, Montage Yves Lefebvre, Production Guy Cloutier, Réalisation Luc David et Alain Chicoine, Producteur du vidéo : Patrick Roy. Réalisateur du vidéo : Yves Lefebvre, 1997, 1 h 30.

2 « La direction de TQS a en effet accepté que L’Heure JMP puisse parfois se prolonger de quelques minutes constituant un accroc très important à la tradition des ondes » (Drapeau, 1995 : B-4). Ce qui n’était certes pas un secret pour personne.

3 Extraits tirés de la chanson Flash tes lumières, source : http://www.csdecou.qc.ca/projets/journal/critique/flash/html

4 Il sera question de ces rassemblements dans les pages suivantes.

5 Archives dont nous nous sommes servis pour cette réflexion. Voir bibliographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Bard, « L’Heure JMP », Communication, vol. 21/2 | 2002, 173-182.

Référence électronique

Hélène Bard, « L’Heure JMP », Communication [En ligne], vol. 21/2 | 2002, mis en ligne le 25 janvier 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://communication.revues.org/5606 ; DOI : 10.4000/communication.5606

Haut de page

Auteur

Hélène Bard

Hélène Bard poursuit des études de troisième cycle à l’Université Laval en littérature française.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org