Navigation – Plan du site
Lectures

Éric DACHEUX, L’impossible défi : la politique de communication de l’Union européenne

Paris, CNRS Édition, 2004
Bernard Lamizet
p. 254-257
Référence(s) :

Éric DACHEUX (2004), L’impossible défi : la politique de communication de l’Union européenne, Paris, CNRS Édition.

Texte intégral

1L’auteur propose une analyse de la politique de communication de l’Union européenne. Cette question devient, aujourd’hui, une question majeure. D’abord, et en particulier, à la suite du récent élargissement qui a fait passer à 25 le nombre des pays membres, l’Union européenne devient un acteur considérable de l’espace public international et, par conséquent, la politique qui lui donne sa visibilité acquiert une importance stratégique considérable. Ensuite, l’Europe n’a pas d’autre moyen que sa politique de communication pour se donner une identité qui soit perceptible et reconnaissable partout dans le monde et qui soit assumée par tous les pays membres de l’Union, supposés, à ce titre, être porteurs des formes, des symboles et des représentations de cette identité.

2Il est, d’ailleurs, curieux que l’ouvrage ne pose à aucun moment la question des conséquences de l’élargissement sur la conception, l’élaboration et la mise en œuvre de la politique de communication de l’Union européenne. On a le sentiment d’un livre sans date, puisqu’il ne pose pas au moment de sa parution les problèmes contemporains qui s’adressent à l’Union européenne. S’agissant de la politique de communication, on s’attendrait à une réflexion un peu précise, illustrée d’exemples, sur l’évolution de la communication de l’Union dans son histoire, sur des analyses d’exemples particuliers et sur des réflexions à propos d’événements ayant marqué l’histoire de l’Union européenne, de son identité et de sa visibilité. Or, en fait, l’ouvrage est très général, souvent illustré de réflexions théoriques sur la communication politique en général, et, finalement, assez peu consacré à des expériences particulières ou à la représentation des événements ayant scandé l’histoire de l’unification de l’Europe.

  • 1 Il s’agit, dans le propos de l’auteur, d’A. Briand et de W. Churchill et, précise-t-il, « d’associa (...)

3Par ailleurs, on peut être surpris, dans un passage consacré à l’idéologie qui s’exprime dans la politique de communication de l’Union européenne, de trouver, sous la plume de l’auteur, à propos du processus de fondation de l’Union européenne, une réflexion dénuée de distance critique : « Ces associations et ces hommes politiques visionnaires1 ont su au lendemain de la Seconde guerre mondiale, passer outre leurs divisions, pour se rassembler, le 8 mai 1948, à La Haye » (2004 : 98).

4L’ouvrage ne comporte pas de véritable réflexion critique sur les logiques politiques qui, au commencement de la guerre froide, et dans le contexte de la division de l’Europe en deux blocs, ont amené les pays d’Europe occidentale à s’unir dans une organisation internationale. Cette dernière n’était sans doute pas fondée seulement sur des grands idéaux utopiques européens, mais elle était vraisemblablement animée par le souci de constituer une organisation solidaire face à l’Union soviétique et aux pays d’Europe de l’Est. Une réflexion sur la politique de communication d’une organisation politique internationale ne peut faire l’impasse sur l’analyse critique des logiques idéologiques et politiques qui sous-tendent les formes et les stratégies par lesquelles elle se donne à voir dans l’espace public international.

5Enfin, l’ouvrage d’Éric Dacheux ne s’interroge pas non plus sur les logiques symboliques et les logiques de communication à l’œuvre dans l’établissement de la monnaie unique. Or, qu’est-ce qu’une monnaie, sinon l’une des premières formes de visibilité et de communication d’une puissance politique  L’euro fait doublement partie de la politique de communication de l’Union européenne. D’abord, comme toute monnaie, il est un système de représentation du pouvoir qui l’a émis. Une monnaie est un système symbolique qui fait partie, à ce titre, de l’ensemble de la stratégie de communication politique de l’État ou de l’autorité qui la frappe, parce qu’il en représente l’identité, parce qu’il en manifeste la présence à la fois sur l’ensemble du territoire et à l’extérieur et, enfin, parce que la monnaie d’un pays est un mode de visibilité de ses valeurs. On se rappelle les débats qui ont entouré l’émission des billets d’euros et les critiques apportées à ces billets sans autre image que celles de ponts et d’ouvrages d’art, soigneusement exempts de toute connotation politique. De ces débats ou de la sémiotique monétaire de l’Union européenne, pas de trace dans cet ouvrage.

6L’impossible défi est articulé autour de trois pôles d’interrogation, que l’on peut, sans doute, considérer comme la façon dont l’auteur comprend les réalisations de la politique de communication de l’Union européenne et les difficultés auxquelles sont confrontés les acteurs qui l’élaborent et qui la mettent en œuvre. On peut observer que ces trois pôles correspondent, respectivement, au symbolique (stratégie de communication), au réel (existence effective de l’espace public) et à l’imaginaire (l’utopie) de la construction politique de l’Union européenne.

7Le premier de ces pôles d’interrogation pose le problème de la stratégie de communication d’une institution comme l’Union européenne, de ses outils et de ses « impasses ». En parlant d’une « construction politique continue mais aux fondations mal assurées » (2004 : 77), Éric Dacheux situe le problème politique sans doute majeur qui se pose à la stratégie de communication de l’Union européenne. C’est qu’en effet, un pays, une organisation politique, une organisation internationale, ne peut se mettre en scène qu’à partir du moment où il repose sur une construction qui fait l’objet d’un consensus, d’un accord, sur sa signification et sur ses implications. S’il y a des « impasses » de la politique de communication de l’Union européenne, la plus importante d’entre elles renvoie à l’absence d’adhésion de l’ensemble des pays et des acteurs politiques qui la composent à des orientations communes, à une politique générale commune. En ce sens, on peut s’interroger sur la pertinence des réformes institutionnelles ou techniques de la stratégie de communication de l’Union et de ses supports. La question n’est pas une affaire de moyens, de médias, mais, sans doute, bien davantage, une question de signification politique. « Beaucoup d’outils pour rien », diagnostique É. Dacheux (2004 : 35-51), mais sans doute ne s’agit-il pas d’une affaire de complexité des processus de communication ni, comme il le suggère également, « d’une absence de média européen généraliste et populaire », mais, bien davantage, de l’absence de signification politique d’un engagement européen qui soit pleinement assumé par les acteurs politiques de l’Union.

  • 2 L’auteur définit un espace public comme « un espace de légitimation, de mise en visibilité et comme (...)

8Le second pôle de l’ouvrage pose le problème de l’existence d’un « espace public européen » et, en particulier, revisite, à ce propos, le concept habermassien dans une logique internationale. Il s’agit, là, selon nous, du problème majeur de l’existence même de l’Union européenne. L’absence d’espace public européen, c’est à la fois l’absence de langue commune, l’absence d’espaces géographiques et de constructions qui rendent pleinement identifiables les institutions de l’Union européenne, mais, sans doute aussi, l’absence de pratiques quotidiennes de déplacement et de parcours de ses habitants dans l’ensemble de l’espace de l’Union. Comment acquérir le sentiment d’une appartenance sans expérience réelle, effective et quotidienne, pas exceptionnelle, de l’espace européen ? Il n’y a pas, dit É. Dacheux (2004 : 86), d’espace symbolique européen qui réponde aux trois critères que l’auteur énonce comme les exigences d’existence d’un espace public2 au plein sens du terme. Sans doute, d’ailleurs, conviendrait-il d’ajouter aux critères retenus par l’auteur celui de l’existence d’un espace de débat public et de confrontation des identités politiques, ce que ne constituent, pour le moment, ni les médias européens, qui n’existent pas pleinement faute de langue, ni les institutions européennes, dominées par la représentation des États. Par ailleurs, l’ouvrage ne comporte pas véritablement d’analyse critique des institutions qui devraient assurer l’existence réelle de l’Union européenne par la mise en œuvre de pouvoirs effectifs et de responsabilités engagées.

9Le troisième pôle est celui d’une utopie, qui renvoie l’identité politique de l’Union européenne à son histoire, aux mythes qui ont pu la jalonner et aux idéaux politiques qui peuvent donner un sens à la construction de l’Europe politique. Outre le fait que, comme sur d’autres aspects de l’ouvrage, on peut regretter une approche trop générale, trop abstraite, du concept d’utopie, on peut remarquer que l’ouvrage n’analyse ni les « mythes fondateurs » de l’Union ni le rôle des médias dans la formation des mythologies et des utopies qui peuvent nourrir l’imaginaire de l’Union. La « nostalgie xénophobe », dont la présence est dénoncée par l’auteur dans de nombreux pays de l’espace européen (2004 : 104 sqq.), gagnerait à être pleinement analysée sous les multiples formes qu’elle peut revêtir dans les médias et dans les discours politiques européens. Mais, par ailleurs, pour être pleinement pensé comme l’une des structures constitutives de l’identité européenne, sans doute faudrait-il que l’imaginaire européen fasse l’objet d’une analyse, à la fois dans l’histoire, la mémoire et le présent de la médiation esthétique et de la médiation culturelle mises en œuvre dans l’espace européen. C’est là une tâche qui est encore devant nous, et qui est indispensable à qui veut comprendre pleinement les logiques et les significations de la construction de l’Europe comme identité politique, au-delà des médias et des techniques que l’Union peut être appelée à mettre en œuvre dans le quotidien de ses activités.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit, dans le propos de l’auteur, d’A. Briand et de W. Churchill et, précise-t-il, « d’associations comme les fédéralistes européens, le mouvement pan-européen ou le United Europe Movement, initié par W. Chruchill ».

2 L’auteur définit un espace public comme « un espace de légitimation, de mise en visibilité et comme une matrice identitaire d’une communauté politique » (2004 : 81).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lamizet, « Éric DACHEUX, L’impossible défi : la politique de communication de l’Union européenne », Communication, Vol. 24/1 | 2005, 254-257.

Référence électronique

Bernard Lamizet, « Éric DACHEUX, L’impossible défi : la politique de communication de l’Union européenne », Communication [En ligne], Vol. 24/1 | 2005, mis en ligne le 12 septembre 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/562

Haut de page

Auteur

Bernard Lamizet

Institut d’études politiques de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org