Navigation – Plan du site
Lectures

Josette BONTE (1996), La télévision à la carte aux États-Unis

Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Que sais-je ? »
Géraldine Félix
p. 257-259
Référence(s) :

Josette BONTE (1996), La télévision à la carte aux États-Unis, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Que sais-je ? »

Texte intégral

1La télévision par câble se développe aux États-Unis dans les années quarante. En 1995, 90 % des foyers américains sont raccordables au câble, 65 % d’entre eux y sont abonnés.

2L’industrie du pay per view (« choix à la demande ») commence dans les années soixante-dix avec le lancement en 1975 de la société Home Box Office qui introduit la première notion de péage, sous forme d’abonnement. De 1977 à 1984 un test est conduit avec le principe du pay per view mais celui-ci n’est pas très concluant, faute de réel marketing.

3Il faut attendre 1985 pour assister au lancement officiel du pay per view avec la société Viewer’s Choice, suivie par Request TV. Ces dix dernières années ont vu l’explosion de l’offre dans ce domaine.

4Bien que les revenus des pay per view soient en progression, ils restent néanmoins derrière les recettes de salles de cinéma et l’édition vidéo.

5Les sociétés de pay per view ne sont pas si nombreuses et proposent chacune un modèle économique qui lui est propre :

6La société Viewer’s Choice est issue de l’alliance de huit câble-opérateurs. Elle propose cinq chaînes de pay per view diffusées par satellite sur l’ensemble du pays et retransmises par les câble-opérateurs. Depuis 1993, quatre chaînes en multiplexage se sont ajoutées aux cinq déjà existantes. Viewer’s Choice propose une grande diversité de programmes et compte plus de 14 millions d’abonnés.

7La société Request TV est quant à elle issue de l’alliance de 8 studios de cinéma. Elle propose cinq chaînes en pay per view. Request 1 diffuse des films nouveaux, tandis que Request 2-3-4 rediffusent les mêmes films en alternance. La dernière chaîne, Request 5, cible les films d’action et les films érotiques. Request TV comptabilise 15 millions d’abonnés.

8La société Câble Video Store est née en 1986, financée par un constructeur de matériel électronique. Ce dernier propose un système de commande par boîtiers adressables. Trois millions d’abonnés sont équipés de ce boîtier. Cable Video Store propose trois chaînes : la première est grand public, les deux autres (Spice 1 et 2) sont des canaux érotiques. Une troisième chaîne à vocation érotique, Adam et Ève, a vu le jour en 1995. Cable Video Store représente 12 millions d’abonnés.

9Trois autres sociétés complètent ce paysage pay per view :

  • Action Pay Per View : propose des films indépendants. Elle a été rachetée en 1993 à la suite de problèmes financiers. Elle compte sept millions d’abonnés.

  • Playboy TV : issue de la chaîne câblée Playboy Channel créée en 1982 et transformée en Pay per view en 1989. En juillet 1995, une deuxième chaîne est créée : Adultvision. Cette société comptabilise 10,5 millions d’abonnés.

  • Set Pay Per View : diffuse essentiellement du sport et un peu de concerts.

10La situation financière de toutes ces chaînes est précaire. Cela est dû en partie aux frais de fonctionnement et surtout à la location des récepteurs satellites.

11L’économie actuelle du pay per view oscille entre facteurs de stagnation et facteurs de croissance.

12Les problèmes majeurs de cette industrie sont une tarification élevée, une fenêtre d’exploitation peu avantageuse et un marketing inexistant. Pourtant, l’avantage du pay per view sur la vidéo est réel : le client ne se déplace pas. De plus, les ayant-droit participent à chaque opération tandis qu’avec les vidéoclubs, un film est payé une fois et les bénéfices vont ensuite aux loueurs.

13Mais le film en pay per view est proposé deux mois après sa mise en location et les tarifs proposés ne se justifient pas. De plus, les systèmes de facturation sont primaires. Toutefois, l’industrie du pay per view connaît le facteur de croissance le plus élevé de l’industrie du câble. Dans les régions rurales, le pay per view se développe par le satellite.

14Au travers du développement du pay per view, différentes industries essaient de mettre au point des boîtiers ou des télécommandes qui enregistrent et stockent des données, favorisant ainsi l’intervention directe du client-téléspectateur. D’autres systèmes mis au point modifient l’image et le son des émissions reçues, permettant ainsi la vente de services d’infographie interactive et de jeux électroniques.

15Grâce à ces différents systèmes, des chaînes de télévision interactives sont nées, des chaînes dédiées aux jeux vidéo et aux jeux télévisés interactifs : Game Show Network de Sony et Sega Channel. Ces deux chaînes de jeux ont un chiffre d’affaires satisfaisant. Toutes les autres expériences de diffusion interactive, financées par des organismes privés, ne font pas beaucoup recette.

16Les grands groupes américains de communication développent de nouvelles stratégies industrielles. Il s’agit pour eux de passer de la télévision à la carte à un « réseau de pleins services ».

17La loi sur le câble de 1984 interdit aux sociétés de téléphone d’exploiter un réseau câblé pour offrir des programmes vidéo. Depuis octobre 1991, les sociétés de téléphone régionales (les « Baby Bells ») ont le droit de transporter des signaux vidéo par leur réseau téléphonique. C’est le concept de « Video Dialtone ». Puis peu à peu, la réglementation s’est assouplie et ces sociétés régionales de téléphonie ont obtenu le droit d’acheter des réseaux câblés situés dans leurs zones d’exploitation. Dès lors, elles sont entrées dans le monde du divertissement à la demande. À l’heure actuelle, les Baby Bells développent chacune leurs stratégies pour entrer dans le monde de la vidéo à la demande et du multimédia.

18Près de 95 % des foyers américains sont raccordés au téléphone et les Baby Bells possèdent un excellent service clientèle qui flatte leur image de marque. Leur faiblesse est, comme pour les sociétés de pay per view, un marketing inexistant et une inexpérience dans l’habillage des programmes. De plus, dans les années à venir, ces sociétés ne doivent pas négliger le coût de la rénovation des réseaux de diffusion.

19Les sociétés de télécommunication longue distance se lancent quant à elles dans une politique multimédia. Dans le même temps, les industriels de l’informatique proposent de mettre le savoir informatique au service de la télévision et d’utiliser le PC comme l’outil de divertissement à la carte. Les ambitions divergent selon les produits fabriqués par les industries informatiques.

20La concurrence entre les câble-opérateurs et les sociétés de téléphone a cessé. Le mariage entre l’ordinateur et la télévision ne semble pas prêt à se concrétiser. L’ordinateur à lui seul pourra peut-être assurer l’avenir du multimédia.

21Le pay per view a amené le consommateur à développer une relation nouvelle avec sa télévision : de simple regardant, il est devenu participant. Mais cet engouement pour les multiples prestations interactives va peut-être détourner le téléspectateur de sa télévision si celle-ci n’est plus à même de le combler.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Géraldine Félix, « Josette BONTE (1996), La télévision à la carte aux États-Unis  », Communication, vol. 21/2 | 2002, 257-259.

Référence électronique

Géraldine Félix, « Josette BONTE (1996), La télévision à la carte aux États-Unis  », Communication [En ligne], vol. 21/2 | 2002, mis en ligne le 25 janvier 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/5621

Haut de page

Auteur

Géraldine Félix

Géraldine Félix, Toulouse.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org