Navigation – Plan du site
Lectures

Rodolphe GHIGLIONE et Marcel BROMBERG (1998), Discours politique et télévision

Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Psychologie sociale »
Idriss Ibn Amar
p. 267-271
Référence(s) :

Rodolphe GHIGLIONE et Marcel BROMBERG (1998), Discours politique et télévision, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Psychologie sociale »

Texte intégral

1Rodolphe Ghiglione, professeur de psychologie sociale à l’Université de Paris VIII, et Marcel Bromberg, maître de conférence de psychologie sociale à la même université, nous livrent, dans cet ouvrage, les résultats de leur travail sur la parole des acteurs politiques et la télévision, à un moment fort de la vie politique en France : les élections présidentielles.

2Leur livre — structuré en un préambule, quatre chapitres, une conclusion générale, une bibliographie et un index — a pour toile de fond la communication politique en tant que phénomène particulier, mettant à contribution la psychologie sociale (science des représentations sociales, de la dynamique des groupes, des émotions collectives, des idéologies et des phénomènes de communication) à la fois pour saisir ce phénomène et pour mesurer l’apport de cette science dans son enrichissement.

3Il constitue, à travers ses 216 pages, un assemblage des plus instructifs pour la compréhension des processus, mécanismes et techniques par lesquels s’établit — ou ne s’établit pas — un espace interlocutoire par le biais du verbe politique, véhiculé par les candidats aux élections.

4S’inscrivant dans une logique de rupture avec la démarche traditionnelle en psychologie sociale, qui privilégie le questionnement de l’émetteur et/ou du message, les auteurs élaborent une œuvre complète, basée sur l’interpellation de l’activité cognitive du récepteur et sur l’analyse de l’édification commune d’un idéal ou d’une référence.

5Leur tâche, expliquent-ils, est de donner une réponse satisfaisante à la question nodale de l’apport sui generis de la psychologie sociale dans l’étude du phénomène de communication politique et de démontrer « comment le discours politique co-construit des univers référentiels […] quels en sont les pré-requis, les termes de représentations préalables, de savoirs partagés, d’attentes, d’enjeux de médias utilisés et quels en sont les effets » (p. 2).

6Leurs hypothèses de travail partent du postulat que l’offre politique des candidats à la présidence de la République est marquée par une homogénéisation des éléments constitutifs des univers référentiels proposés par les productions discursives.

7Pour élaborer leur réponse, les auteurs se sont appuyés sur une approche pluridisciplinaire, psychologique, sociologique et pragmatique de la production du sens et de ses effets. Ils se sont efforcés — non sans succès — d’être accessibles à tous les lecteurs et de mettre à contribution les recherches déjà réalisées, sur le sujet, par d’autres chercheurs.

8Leur champ d’investigation s’est porté sur la prestation télévisuelle des candidats dans l’émission « L’heure de vérité », durant les campagnes électorales, et sur les articles parus dans les journaux Le Monde et Libération de novembre 1994 à mai 1995.

9Chapitre après chapitre, ils intègrent, avec un sens aigu de la nuance, les éléments sans lesquels le lecteur ne peut saisir les subtilités et les mutations du champ politique français, les différences programmatiques des candidats de tendances politiques différentes et diverses, voire extrêmes, et les facteurs par lesquels la télévision a pu se transformer, à travers certaines de ses émissions politiques, en un lieu privilégié du déroulement de la campagne électorale.

10Cette approche leur permet, tour à tour, d’utiliser des techniques différentes, mais complémentaires : analyse interne, analyse propositionnelle du discours, linguistique et grammaire, analyse des corpus par un logiciel, analyse de contenu de la presse, entretien avec l’animateur de l’émission, objet de l’étude.

11Il est, évidemment, impossible de recenser, dans ce compte rendu, tous les apports de cet ouvrage, dont ni le caractère parfois technique du sujet ni sa complexité n’entament le vif plaisir intellectuel qu’on éprouve à sa lecture.

12Trois grandes thématiques, en tout cas, nous semblent se dégager, sur lesquelles les auteurs jettent un regard original.

13Premièrement, l’élection présidentielle emprunte, simultanément, plusieurs caractères aux différentes formes historiques de la démocratie (parlementarisme, démocratie des partis, démocratie du public) pour fonder une forme d’expression propre.

14La nature juridique et politique de ce système, où l’élection se déroule au suffrage universel, ainsi que la personnalisation de la politique et des candidats, encouragent l’expression d’une démocratie d’opinion.

15Cette démocratie n’est, cependant, pas sans effets pervers, puisqu’elle induit une versatilité des comportements et des attitudes des électeurs, moins prédéterminés que par le passé, que les auteurs essaient de décrypter à travers trois modèles explicatifs.

16L’engagement politique de moins en mois fort ; les meetings qui échouent à drainer les foules ; les différentes cohabitations entre la gauche et la droite qui ont fini par estomper les clivages entre ces deux pôles ; les hommes politiques qui cherchent un raccourci pour rétablir le contact avec les électeurs sont autant de facteurs explicatifs de la transformation de la télévision en un déclencheur et un médium incontournable pour diffuser les messages politiques et pour la socialisation à la chose publique.

17Deuxièmement, la relation communicative entre les acteurs politiques et les téléspectateurs ne s’effectue pas à sens unique et de façon unilatérale, mais dans le cadre d’un contrat interactif.

18Les auteurs soutiennent avec force que, dans cette relation, l’auditoire ne fait pas que subir les messages politiques, il co-agit, en créant des significations qui lui sont propres. Il n’y a pas un débat entre débattants à statuts symétriques et des téléspectateurs passifs, mais un contrat de communication impliquant plusieurs entités, co-productrices de sens, et analystes attentives des paroles et gestes des prestations télévisuelles des acteurs politiques.

19Certaines émissions politiques sont plus en phase que d’autres avec les élections présidentielles dans l’animation du débat public politique. « L’heure de vérité » en était une, car elle incarnait, de par sa structure et les liens tissés avec les télé-électeurs, « l’espace public » cher à J. Habermas et qui faisait d’elle une émission qui s’articule bien avec la démocratie du public.

20Cette émission interpelle le chercheur sur la dichotomie du contrat que la télévision offre en permanence au téléspectateur (captation/séduction, information/formation), et sur la mutation du rôle du journaliste en tant que poseur de questions, en particulier lors de la campagne électorale, à une personnalité qui assume le pouvoir, au nom d’une prétendue légitimité de représentation des questions du public et en qualité de détenteur du pouvoir de structurer les univers référentiels, par ses interrogations.

21Chose certaine, le petit écran est devenu un lieu principal de la politique à grande échelle, en ajoutant aux hommes politiques « une légitimation institutionnelle », en partie en raison de la crise et du déclin des corps intermédiaires.

22Il a, certes, contribué à estomper l’identification des électeurs à un parti politique donné, mais il n’est pas capable de fonder, à lui seul, l’espace politique nécessaire à une élection si celui-ci ne lui préexistait pas.

23La télévision a permis à l’acteur politique, même de manière artificielle et trompeuse, de rétablir la proximité avec son électorat, mais elle ne joue pas automatiquement un rôle déterminant dans le vote des spectateurs.

24En général, ce qui intéresse le public, c’est davantage le spectacle que le contenu des messages politiques, surtout avec l’érosion du rôle de l’idéologie et l’affaiblissement du débat d’idées, qui se font au profit de l’affrontement de personnalités.

25Et troisièmement, l’offre politique des présidents potentiels, influencée par la personnalisation accrue des élections présidentielles, sous l’effet conjoint de la constitution et de l’essor de la télévision, n’échappe pas à la recherche d’une légitimité politique propre, au-delà de la légitimité partisane ou gouvernementale.

26Ces élections atténuent, momentanément, la profondeur des divergences idéologiques entre partis ayant présenté des candidats, mais ces derniers assistent au rétrécissement de leur marge de manœuvre. Pour incarner l’idéal de tous les citoyens-électeurs, ils doivent composer avec l’opinion publique, qu’ils doivent prendre en considération, l’idéologie de leurs partis, qu’ils ne peuvent négliger, la situation réelle du pays qu’ils ne peuvent totalement déformer et l’impératif d’offrir un « principe de partage » différent de celui des autres candidats et pertinent pour l’électorat.

27L’élection présidentielle conduit, de ce fait, à réactiver la bipolarisation gauche-droite et à personnaliser le vote, tout en utilisant certains principes-clés des autres formes d’expression de la démocratie : notion de confiance liant l’élu aux électeurs pour le « parlementarisme », nécessaire appartenance du candidat à un parti de gouvernement pour la « démocratie des partis », nécessité d’offrir un principe de partage pertinent, pour la « démocratie du public ».

28Quid de la relation entre offre politique des candidats et médias ? Les auteurs saisissent l’occasion pour tordre le cou à des idées reçues sur le rôle des médias dans le façonnement de l’opinion publique. À travers une analyse factuelle des journaux Le Monde et Libération, ils démontrent que le rôle de la presse n’est pas seulement d’interpeller le non-dit des hommes politiques, d’analyser et de démontrer une certaine « vérité », mais aussi de faire jouer des rôles à chacun des candidats, de mettre en scène leurs discours politiques et de construire une représentation du candidat. La presse est, par conséquent, co-productrice de la campagne électorale, au même titre que les électeurs qu’elle sonde.

29Que retenir de ce livre ? Une recherche méthodique et bien documentée, qui s’efforce de faire revivre au lecteur l’ambiance médiatique des élections présidentielles de 1995, en auscultant le discours politique et le profil de l’électeur, qui passe allègrement de la « sédentarité électorale » au « nomadisme » au gré de pesanteurs sociologiques et psychologiques et des débats télévisuels.

30S’il faut reconnaître un autre mérite à l’entreprise menée par les auteurs, c’est de proposer un travail d’intégration théorique, doublé d’une recherche empirique, apportant au champ de la communication politique questions et matériaux de base pour alimenter d’autres réflexions attentives à la relation dialectique entre la parole — et les gestes — des acteurs politiques et les médias.

31De ce fait, malgré quelques réserves mineures qu’il soulève — son titre est trop général et plus ambitieux que son contenu, qui est lié au seul champ politique français durant les élections présidentielles, et la définition du politique est absente, alors que la notion de discours a été explicitée (p. 50) —, sa lecture est, non seulement édifiante et féconde pour le psychologue social, mais aussi instructive pour le politique et le citoyen, en somme pour le lecteur et l’électeur.

32Au fait, ces outils et ces analyses sont-ils transposables sous d’autres cieux ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Idriss Ibn Amar, « Rodolphe GHIGLIONE et Marcel BROMBERG (1998), Discours politique et télévision », Communication, vol. 21/2 | 2002, 267-271.

Référence électronique

Idriss Ibn Amar, « Rodolphe GHIGLIONE et Marcel BROMBERG (1998), Discours politique et télévision », Communication [En ligne], vol. 21/2 | 2002, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/5629

Haut de page

Auteur

Idriss Ibn Amar

Idriss Ibn Amar, Rabat.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org