Navigation – Plan du site
Lectures

Claude JAMET et Anne-Marie JANNET (1999), Les stratégies de l’information

Paris, L’Harmattan, Coll. « Champs visuels »
Marc Lits
p. 277-280
Référence(s) :

Claude JAMET et Anne-Marie JANNET (1999), Les stratégies de l’information, Paris, L’Harmattan, Coll. « Champs visuels »

Texte intégral

1Depuis plus de vingt ans, quelques analystes des médias, installés à Lyon, ont choisi d’observer les différents supports d’information, en construisant une méthodologie solide fondée sur les caractéristiques des objets étudiés, mais en utilisant aussi les outils de la linguistique, de la narratologie, voire de la sociologie ou des sciences politiques. Le livre publié conjointement en 1989 par Jean-François Tétu et Maurice Mouillaud, sobrement intitulé Le journal quotidien, reste une référence pour tout chercheur qui veut analyser la construction de l’information dans la presse écrite. Depuis lors, cette équipe a bien sûr élargi son champ d’investigation à l’audiovisuel et au multimédia, mais en gardant toujours ses repères disciplinaires. Deux volumes rassemblent aujourd’hui les différentes grilles d’analyse confectionnées au fil du temps, composant un « manuel d’analyse du discours de l’actualité au quotidien », comme le mentionne la préface. Il s’agit donc moins de discuter les présupposés épistémologiques des théories de référence, ou de proposer des avancées méthodologiques que de fournir une « boîte à outils » immédiatement applicable par des étudiants ou des chercheurs. De nombreux exemples sont d’ailleurs proposés, comme preuve supplémentaire de l’aspect didactique de ces ouvrages.

2Le premier volume traitait des questions du dispositif, de l’énonciation et du référentiel ; le deuxième commence par un chapitre sur les temporalités médiatiques, puis il analyse les grandes catégories textuelles présentes dans les médias d’information : la narration, la description, l’argumentation, auxquelles les auteurs ajoutent la relation, type pré-narratif pourrait-on dire. Chaque chapitre est construit, pédagogiquement, sur le même moule : mise en place des éléments théoriques minima, application en presse écrite et en télévision, fonction sociale ou esthétique de ces choix narratologiques. La clarté de l’exposé est donc à souligner, ce qui en fait un outil à recommander à des étudiants confrontés à une analyse discursive de l’information.

3Tétu rappelle bien, dans son introduction, combien les sciences de la communication, et particulièrement en ce qui concerne l’analyse des médias, doivent se construire au croisement d’un axe socio-économique et d’un autre, de type linguistico-sémiotique. Ce n’est donc pas par hasard qu’il fonde son propos en référence aux recherches que Paul Ricœur a menées autour du binôme « temps et récit ». Ricœur a excellemment repris les avancées de la sémiotique narrative en analyse structurale du récit, et les a intégrées dans un projet philosophique plus ambitieux, qui place le récit au centre de l’expérience humaine et du rapport que l’homme établit avec le monde et avec l’autre. Georges Balandier, de son côté, a pu dire que le temps est le facteur constitutif du social. Dès lors, la révolution de la communication, fondée sur l’accélération des médias audiovisuels et des multimédias, entraîne une révolution sociale que les analystes de la communication doivent analyser avec leurs outils de type socio-sémiotique, pour comprendre ce qui se construit dans les temporalités narrativisées des médias d’information.

4L’ouvrage s’ouvre donc pertinemment sur un chapitre consacré à l’analyse du temps médiatique. On y rappelle d’abord le modèle mimétique de Ricœur avant de présenter les outils méthodologiques élaborés par Genette, dans Figures III, pour mesurer les questions relatives à l’ordre, à la durée et à la fréquence des modes de narration. Ces outils sont utilement mis en perspective avec les recherches de Michel Picard qui, dans Lire le temps, rappelle bien que « le temps est dans la lecture, non dans le texte ». C’est malheureusement la limite de l’ouvrage, de mettre en perspective cette dimension temporelle, de rappeler que le narrateur n’est pas seulement un gestionnaire du temps raconté, que les enjeux existentiels et sociaux dépassent le relevé des nécessaires réductions temporelles inhérentes à toute mise en récit, mais de clôturer alors le chapitre sur une étude de cas qui se contente de relever les anachronies ou les ellipses d’une séquence de journal télévisé. C’est bien sûr la loi du genre didactique qui impose ces rétrécissements, qui laissent un peu le lecteur sur sa faim.

5Après ce passage obligé par la gestion du temps, l’ouvrage passe en revue quatre types de texte, en s’inspirant des typologies affinées par Jean-Michel Adam. Les auteurs lui empruntent la catégorie de la relation, qui est une simple succession chronologique d’événements, telle qu’on en trouve à foison dans les dépêches d’agence, les brèves, les séquences du journal télévisé. Le mode narratif est présenté selon une logique structurale stricte, reprise à G. Genette (temps, voix narrative, focalisation) et inscrite dans le schéma syntaxique de la sémiotique greimassienne. Ces schémas sont à nouveau appliqués à deux articles de presse, puis au journal télévisé. Pour celui-ci, la grille d’analyse s’inspire des travaux de F. Jost, fondée sur la tripartition ocularisation (qui voit ?), auricularisation (qui entend ?), focalisation (qui sait ?). On peut bien sûr s’interroger sur la disparition de la question « Qui parle ? », qui n’est pas entièrement recouverte par les trois autres, ou sur l’élimination rapide de la musique et des bruits dans les séquences télévisées (« Ces deux dernières catégories sont actuellement suffisamment rares pour être considérées comme des exceptions que nous négligeons », p. 151), mais à nouveau la dimension opératoire l’emporte ici sur la discussion théorique. On peut néanmoins regretter qu’une seule page soit octroyée à l’analyse de l’image, alors que de longs développements sont laissés à l’analyse lexicale (des verbes entre autres).

6Le mode descriptif accorde d’abord de la place à la question de l’instance énonciatrice. Le descripteur impose en effet un certain type d’autorité, de par sa fonction, à ce qu’il donne à voir, et il en assure une organisation qui n’est jamais neutre. On sait combien, au-delà de la fonction illustrative et explicative, la description peut avoir des dimensions persuasive, axiologique et idéologique. Et la description qui est nécessaire dans un reportage de presse écrite, voire même un article de fait divers, reste tout aussi présente dans le journal télévisé, que ce soit dans le commentaire ou dans les images elles-mêmes. Souvent, la seule justification de l’intervention d’un envoyé spécial en direct dans le journal se limite à attester de sa présence sur place, pour la chaîne. Il n’apporte pas d’information nouvelle, il montre, par le fond devant lequel il parle, que la chaîne est au cœur de l’événement, là où il se passe. Le seul plan de caméra balayant son environnement immédiat (souvent dans des scènes de conflit) témoigne de l’événement ; la description du lieu vaut pour information.

7La rhétorique classique était quelque peu oubliée, jusqu’au moment où Perelman et d’autres ont repris les études sur l’argumentation. Depuis lors, la pragmatique s’est aussi fortement redéployée, et tout particulièrement dans les études en communication. Il est donc normal que l’analyse du discours d’information relève aussi les procédés argumentatifs qui émergent dans la diffusion des nouvelles (au-delà des libres opinions, tribunes et autres lieux de débat ouverts dans la presse écrite). L’éditorial sera typiquement un lieu propice à l’argumentation, où l’énonciateur s’affiche et prend une position fondée sur un raisonnement (plus ou moins) explicitement présenté au lecteur. Contrairement au discours convenu sur les limites du régime analogique d’un audiovisuel peu propice au symbolique et à l’interdiscursivité, la prise de parole télévisuelle se prête aussi au travail rhétorique, comme l’a montré, a contrario, Philippe Breton quand il démonte les manipulations affectives et cognitives de Jean-Marie Le Pen. Les commentateurs politiques aussi, même au sein d’un service public tenu à la neutralité, peuvent apporter une lecture d’un événement, qui ne relève plus de l’ordre du narratif mais bien de l’argumentatif, ainsi que le montrent bien nos deux auteurs dans leurs dernières études de cas. Logos, ethos et pathos ne sont pas absents de l’image télévisuelle. Et s’ils sont présents dans les produits montrés, ils interagissent aussi avec le téléspectateur, mais cela est une autre histoire, puisque l’ouvrage se limite à l’analyse des productions journalistiques, non à leur usage et à leurs effets. Cela requiert en effet d’autres méthodologies que celles ici proposées.

8Ainsi, même si l’on peut regretter parfois la prise en compte trop immédiate de certains concepts ou de méthodologies parfois très résumées, il faut apprécier la qualité des synthèses proposées, qui offrent au chercheur un outil directement opératoire. Le débat conceptuel doit aussi pouvoir se plier aux contraintes, plus modestes, de l’analyse de terrain. Et dans cette perspective, les deux volumes complémentaires de Claude Jamet et Anne-Marie Jannet sont de précieux auxiliaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Lits, « Claude JAMET et Anne-Marie JANNET (1999), Les stratégies de l’information », Communication, vol. 21/2 | 2002, 277-280.

Référence électronique

Marc Lits, « Claude JAMET et Anne-Marie JANNET (1999), Les stratégies de l’information », Communication [En ligne], vol. 21/2 | 2002, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/5636

Haut de page

Auteur

Marc Lits

Marc Lits, Observatoire du récit médiatique, Louvain-la-Neuve, Belgique.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org