Navigation – Plan du site
Lectures

Jean LOHISSE (2001), La communication. De la transmission à la relation

Bruxelles, De Boeck-Université
Michel Mathien
p. 284-285
Référence(s) :

Jean LOHISSE (2001), La communication. De la transmission à la relation, Bruxelles, De Boeck-Université

Texte intégral

1Avec l’ouvrage de Jean Lohisse, La communication. De la transmission à la relation, les Éditions De Boeck étoffent la collection « Culture et communication » que dirige Gabriel Thoveron. C’est peu dire dans un environnement francophone devenu prudent, en particulier en France, où de grands éditeurs, à l’instar d’Hachette ou des Presses universitaires de France, ont revu ou revoient leur politique éditoriale dans les sciences sociales, a fortiori dans celles de l’information et de la communication.

2L’ouvrage de Jean Lohisse, professeur à l’Université catholique de Louvain, est un manuel de références théoriques fort utile pour les personnes désireuses de s’initier dans le domaine de la communication. En 214 pages, il leur permet d’avoir une approche de l’essentiel des processus et des problèmes de la communication avec les théories qui se sont construites au fil du temps. Le cheminement didactique proposé par l’auteur se fait en deux parties bien équilibrées. La première traite des grands courants mécanistes et de leurs évolutions, à savoir de « la théorie mathématique de l’information », des « théories structurales », des « théories psychologiques en communication interindividuelle » et des « théories fonctionnalistes en communication de masse ». La seconde aborde les grandes théories de la communication comme relation interactive et totalité dynamique. Sous cette appellation un peu grandiloquente, Jean Lohisse regroupe « la systémique », les « théories interactionnistes en psychosociologie », « l’anthropologie de la communication » et les « pragmatiques linguistiques ».

3Certains spécialistes discuteraient déjà de cette présentation. Ne serait-ce que l’abandon par l’auteur du pluriel cher à beaucoup, en France ou ailleurs, pour évoquer une science propre à la communication ! Dès son introduction générale, l’auteur règle le problème du singulier et du pluriel pour envisager « la science de la communication ». Pour lui, elle se définit par son projet ou son ambition de joindre plutôt que de disjoindre et de rechercher effectivement les convergences dans les approches scientifiques classiques ou nouvelles. D’où la cohésion d’ensemble voulue par le sous-titre de l’ouvrage : « de la transmission à la relation ». Le but est — en paraphrasant le Morin de La méthode — de

rechercher, dans le champ des théories de la communication, les articulations entre les points de vue disjoints du savoir et d’amorcer leur mise en cycle actif […], de tenter de montrer les points stratégiques de solidarité et idéalement, d’approcher le problème des principes premiers d’opposition, distinction, relation, association dans les discours, théories, ou pensées, c’est-à-dire des paradigmes.

4D’où aussi les précautions prises par l’auteur dans les définitions et usages des mots et concepts et de la place, à la fin de chaque chapitre, d’un « aide-mémoire ». L’ouvrage, dans sa finalité, présente un glossaire et les index habituels qui permettent une entrée facilitée dans le corps texte avec, bien entendu, une bibliographie cadrée par les thèmes de son plan.

5Il n’est évidemment pas possible, en raison de sa nature, de présenter un tel ouvrage dans sa profondeur comme dans ses diverses parties. Le lecteur quel qu’il soit, débutant sincère ou aguerri soucieux de « faire le point », y trouvera de quoi se former et s’informer, discuter et commenter. À chaque étape, l’auteur n’est pas un didacticien froid et distancié mais, si le mot peut être utilisé au-delà du public originel qu’il désigne ! — un pédagogue qui pointe d’autres chemins ou d’autres références disciplinaires. Nous ne discuterons donc pas de telle ou telle classification ou catégorisation, car un cheminement ou un choix de cette nature peuvent toujours être mis en cause en fonction de ses propres approches ou considérations sur les savoirs présentés. Comme, par exemple, celle consistant à placer La sociodynamique de la culture de Moles dans le fonctionnalisme. On pourrait s’y opposer en demandant à l’auteur pourquoi ne l’avoir pas mise dans le constructivisme puisque la sociodynamique en question — qui relie tous les acteurs du processus communicationnel des médias — est déjà une systémique ? De même, la systémique appliquée aux médias est restée très classique dans les considérations de l’auteur qui ignore nos propres travaux des années 1980 sur le « système médiatique ». Contrairement à ce qu’il en dit, elle n’est pas une idéologie ou alors, toute « représentation » pourrait être qualifiée comme telle ! Qu’en diraient Morin et Le Moigne qui, bien avant et avec Moles, ont été les « grands importateurs » de cette approche scientifique en France ?

6Le manuel suscitera la discussion par ses rapprochements et ses classements. Cela est inévitable surtout quand l’auteur se situe dans une perspective diachronique pour présenter les théories et leur émergence. Mais, ce que nous partageons avec lui, c’est bien sa volonté d’ouverture disciplinaire affichée du début à la fin. Et que la « relation », évoquée en bien des endroits par l’anthropologue qu’est Jean Lohisse, touche aussi au dialogue des disciplines au sein de « la » science de la communication. Bref, l’ouvrage est dans le débat. Avec un cheminement qui l’aide beaucoup.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Mathien, « Jean LOHISSE (2001), La communication. De la transmission à la relation », Communication, vol. 21/2 | 2002, 284-285.

Référence électronique

Michel Mathien, « Jean LOHISSE (2001), La communication. De la transmission à la relation », Communication [En ligne], vol. 21/2 | 2002, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 19 août 2017. URL : http://communication.revues.org/5640

Haut de page

Auteur

Michel Mathien

Michel Mathien, Université Robert Schuman.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org