Navigation – Plan du site
Lectures

Daniel MATIVAT (1996), Le métier d’écrivain au Québec (1840-1900). Pionniers, nègres ou épiciers des lettres ?

Montréal, Triptyque
Luc Pinhas
p. 296-290
Référence(s) :

Daniel MATIVAT (1996), Le métier d’écrivain au Québec (1840-1900). Pionniers, nègres ou épiciers des lettres ?, Montréal, Triptyque

Texte intégral

1Le projet que s’est donné Daniel Mativat avec Le métier d’écrivain au Québec s’inscrit de manière explicite dans la lignée des travaux de sociologie de la littérature largement initiés dans le domaine français par Robert Escarpit dès les années 1950, puis prolongés et développés par Pierre Bourdieu et son équipe, notamment Alain Viala (1985) et Christophe Charle (1990), ou encore par Jacques Dubois (1978) et par John Lough (1987), travaux que l’auteur s’attache à adapter à la situation spécifique du contexte québécois du XIXe siècle. Issu d’une thèse de doctorat soutenue en 1993 et intitulée Le statut socio-économique de l’écrivain au Québec de 1832 à 1900, l’ouvrage apporte ainsi une contribution riche et dense aux recherches sur le champ littéraire québécois menées depuis une bonne vingtaine d’années (voir en particulier, Lemire, 1986) tant par l’Institut Québécois de Recherche sur la Culture (IQRC) que par le Groupe de Recherche sur l’Édition Littéraire au Québec (GRÉLQ) de l’Université de Sherbrooke et qui seront entre autres prolongées l’année suivante par l’étude, elle aussi déterminante, de François Landry (1997) sur Beauchemin et l’édition au Québec.

  • 1 L’auteur fixe d’ailleurs aux alentours de 1900, terme assigné à l’étude de Daniel Mativat, la « cou (...)

2Après avoir rappelé les principaux concepts mis en place au cours des décennies passées en vue de l’analyse de l’institution littéraire, Daniel Mativat, qui est lui-même écrivain de littérature pour la jeunesse et acteur impliqué de la vie culturelle québécoise, divise son texte en deux parties. La première s’attache, grâce à l’enquête statistique, à esquisser un « portrait type » de l’écrivain québécois du XIXe siècle, en termes de sexe, d’âge, d’origines géographique et sociale, de formation académique ou encore de « seconds métiers », étant entendu que, dans la situation du Bas-Canada de l’époque, le littérateur est « incapable de vivre de sa plume et la plupart du temps intimement persuadé que l’écriture ne saurait être autre chose qu’une activité récréative » (p. 57). Un constat qui, au demeurant, permet aisément de comprendre pourquoi ce dernier se débat généralement sans cesse dans de multiples soucis d’argent, n’est pas en mesure d’entreprendre une œuvre de longue haleine et produit essentiellement durant son âge mûr voire, à l’instar d’Aubert de Gaspé père, une fois la vieillesse venue. Deux autres chapitres permettent également de rappeler les caractéristiques principales de la production au cours d’une période où l’industrialisation du livre peine à se réaliser et où l’édition, comme le précisera François Landry, reste largement « accidentelle et supplétive » (p. 92-93)1, ainsi que de préciser les données majeures d’une diffusion encore fort restreinte, faute de lectorat élargi et de lieux de lecture.

3La seconde partie, beaucoup plus étoffée et abondamment documentée grâce aux fruits d’une recherche minutieuse, s’efforce quant à elle de retracer la naissance difficile de l’écrivain à partir de la date symbolique de 1832, qui est celle du vote de la première loi bas-canadienne sur le droit d’auteur, puis de préciser l’évolution de son statut jusqu’à la professionnalisation de l’activité, vers la fin du siècle. Le cheminement en question, tel qu’il est décrit, passe tout autant, d’abord, par « l’éveil d’une conscience collective » au travers de la parution de revues littéraires et de l’éclosion d’associations culturelles, que par la mise en place, plus tardive, d’institutions académiques et par un lent mouvement en direction de l’industrialisation du marché du livre et du développement d’une instance éditoriale distincte de l’imprimerie et de la librairie. Du coup, l’étude se voit scandée par trois moments forts de la vie littéraire québécoise de l’époque : la fondation de l’Institut canadien de Montréal en 1844 qui manifeste la première tentative d’émancipation plurielle des intellectuels vis-à-vis de la toute-puissance de l’autorité ecclésiastique ; la signature du pacte confédératif de 1867 qui contribue à développer différentes formes de mécénat public et à assurer ainsi une assise financière à l’écrivain ; enfin la création, en 1881, de la Société royale du Canada, première véritable instance de légitimation littéraire québécoise, qui coïncide d’ailleurs avec le couronnement par l’Académie française de Louis Fréchette, premier écrivain québécois à obtenir une reconnaissance institutionnelle de l’ancienne puissance tutélaire.

  • 2 Pour mémoire, l’on peut rappeler que l’imprimerie est exportée par les colonisations espagnole et p (...)

4L’apport de Daniel Mativat à la connaissance du fait littéraire québécois est incontestable et précieux. Son ouvrage propose une analyse particulièrement perspicace et nuancée de la multiplication des difficultés qui viennent entraver la genèse du champ littéraire dans la Belle Province où, comme on le sait, durant la période française, le roi avait formellement interdit l’installation de toute presse, perçue comme redoutable instrument de liberté de l’esprit, sinon de sédition2. Faiblesse démographique du territoire, qui explique « une des constantes irréfragables de la réalité culturelle québécoise », soit « l’étroitesse du marché et l’exiguïté du milieu littéraire » (p. 476) ; lenteurs d’une alphabétisation longtemps jugée non prioritaire par les pouvoirs publics ; poids d’une double colonisation économique et culturelle, anglophone et française, voilà autant de handicaps déjà bien sérieux qui viennent se conjuguer à la cause sans doute première du lent développement du livre québécois : l’omnipotence de l’Église.

5L’institution religieuse, en effet, ne se contente pas d’étendre son emprise au système scolaire, dont elle empêche durablement non seulement la laïcisation, mais aussi l’extension et l’accessibilité à tous, en s’opposant au principe de la gratuité ; elle ne cesse d’exprimer, au cours du XIXe siècle, la méfiance la plus grande vis-à-vis de la culture livresque, jusqu’à longtemps entraver la création de bibliothèques et de librairies québécoises. Puis, pour contrer les velléités d’émancipation de la classe intellectuelle, elle entame une lutte sans merci contre l’Institut canadien de Montréal, porte-voix de l’idéologie libérale, et s’évertue à cléricaliser l’ensemble des instances culturelles. C’est elle également qui se refuse dans un premier temps à tout enseignement de la littérature locale, sans se priver ensuite de récupérer cette dernière, après la Révolte des Patriotes, en particulier à travers l’institution du livre de récompense, lorsque l’exaltation du sentiment national sur lequel elle appuie son pouvoir se met à autoriser une littérature de survivance et de défense, qui sera aussi et surtout une littérature édifiante.

6À ce point-là de l’analyse de Daniel Mativat, constatons toutefois, d’un point de vue distancié, que les préjugés sur les dangers de faire accéder le peuple à la culture ne diffèrent guère en réalité de l’opinion largement professée par les instances dirigeantes françaises au cours du XVIIe siècle (par exemple, Lough : 70-71). En revanche, et il s’agit là sans doute d’une différence cruciale, en France, l’institutionnalisation du champ littéraire, patente dès la création de l’Académie française, aura pour objectif de magnifier « la langue du Roy » et de réaliser la doctrine de la translatio studii qui vise à faire du français le « latin moderne » pour la plus grande gloire du pouvoir royal, de sorte que la littérature occupera dès lors une place centrale dans la vie culturelle française qui autorisera, somme toute, assez rapidement des stratégies d’autonomisation, ce qui n’est nullement le cas dans le Québec du XIXe siècle.

7Dans de telles conditions, la professionnalisation de l’écrivain québécois ne pouvait être une tâche aisée, comme le montre l’examen minutieux des trajectoires des principaux écrivains de l’époque concernée auquel se livre Daniel Mativat. Aussi les seuls et rares auteurs qui parviennent à tirer leur épingle du jeu sont-ils ceux qui épousent l’idéologie cléricale et favorisent ses desseins, à l’instar de la figure hautement dominante de la période, l’abbé Casgrain. D’autres littérateurs profitent quant à eux de la réalisation de l’Union pour investir nombre d’emplois de la double fonction publique et se transforment en écrivains-fonctionnaires, en « sinécuristes » (p. 350), à l’exemple d’un Alfred Garneau, d’un Faucher de Saint-Maurice ou encore d’un Joseph Marmette, sans cesse en demande de faveurs. Il est vrai qu’ils peuvent aussi devenir des alliés précieux de l’élite politique lorsque de grandes luttes idéologiques se profilent. Ceux qui, en revanche, refusent de se plier au jeu institutionnel et qui, par romantisme et/ou idéal, tentent d’investir la sphère de production restreinte, faute d’un degré suffisant d’autonomisation du champ, ne peuvent que finir par s’exclure du milieu littéraire et devenir des parias. C’est le cas notamment, parmi les plus connus, d’Arthur Buies et, dans une bonne mesure, d’Octave Crémazie ; ce l’aurait été aussi, sans aucun doute, d’Émile Nelligan, si sa « folie » ne lui avait offert comme une rédemption intellectuelle.

8Vers la fin du siècle, toutefois, à partir des années 1880, l’industrialisation de la presse offre de nouvelles voies aux auteurs qui acceptent de se couler dans le moule de la littérature grand public, roman-feuilleton, contes ou récits de voyage, et qui jouent la carte, entre avant-gardisme et académisme, d’un « art moyen » qui leur permet une relative liberté d’expression, même si les pratiques journalistiques, en particulier à travers le piratage des œuvres et le mépris affiché du droit d’auteur, finiront bientôt par déconsidérer le métier d’écrivain. Louis Fréchette, le « Hugo québécois », constitue de ce point de vue l’archétype de l’écrivain professionnel, prolifique et habile, grand metteur en scène et homme de média, qui saura combiner des stratégies multiples pour à la fois faire des affaires au moyen d’une littérature alimentaire et obtenir la reconnaissance institutionnelle qui convient à la figure du poète national qu’il souhaite devenir.

9Peut-être est-ce à ce stade que l’on peut émettre une réserve à propos de l’étude de Daniel Mativat et regretter que, face à l’abondance d’une matière touffue qui ne permet pas d’éviter les répétitions et les ressassements, l’auteur ne soit pas parvenu à proposer une vue plus synthétique de la dynamique du champ littéraire québécois et ne souligne pas suffisamment la complexité structurelle des positions des différents agents qui l’animent. En particulier, la mise à plat des tensions entre stratégies d’institutionnalisation et d’autonomisation, certes difficile à réaliser, aurait pu permettre de mieux saisir en profondeur les mutations qui animent au cours du siècle les représentations culturelles et sociales de la société québécoise. Quelques erreurs factuelles et contradictions viennent également, par instant, contrarier la lecture de l’ouvrage. Ainsi, lorsque l’auteur écrit tantôt que « de Gaspé a presque 60 ans lorsqu’il publie Les anciens Canadiens » (p. 293), tantôt que « le vieux de Gaspé se lance dans l’aventure littéraire à l’âge de 75 ans » (p. 354). Ainsi lorsqu’il avance que les gains obtenus par Casgrain grâce à sa collection se montent « à environ 1 000 $ annuellement » entre 1876 et 1886 (p. 342), puis qu’ils s’élèvent « entre 50 000 et 60 000 $ » au cours de la même période (p. 355). Ainsi, lorsqu’on apprend, selon les moments, que la pension offerte par la tante Luce à Arthur Buies s’élève entre 100 et 150 F ou entre 10 et 15 F (p. 359 et p. 376, note 140) et lorsqu’on lit que l’écrivain se marie en 1877 « malgré ses 47 ans » (p. 361), alors qu’il est né en 1840 (p. 358). Ainsi, encore, lorsqu’on découvre que le feuilleton « fait son apparition vers 1849, c’est-à-dire seulement huit ans après son <invention> en France dans Le Journal des débats (1841) » (p. 262 et p. 310, note 71), alors qu’il est établi que le premier roman-feuilleton inédit français, La vieille fille de Balzac, se voit publié par La Presse en octobre 1836 (Thiesse, 1990 : 511).

10Rien de bien grave du reste, ces quelques remarques ne retranchant aucune de ses qualités à une somme qui manifeste la vitalité de la recherche en sociologie de la culture québécoise.

Haut de page

Bibliographie

CHARLE, Christophe (1990), Naissance des intellectuels, 1880-1900, Paris, Éditions de Minuit.

DUBOIS, Jacques (1978), L’institution de la littérature, Bruxelles, Nathan/Labor.

LANDRY, François (1997), Beauchemin et l’édition au Québec : une culture modèle, 1840-1940, Saint-Laurent, Fides.

LEMIRE, Maurice (dir.) (1986), L’institution littéraire, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture/Centre de recherche en littérature québécoise.

LOUGH, John (1987), L’écrivain et son public, Paris, Éditions du Chemin vert.

THIESSE, Anne-Marie (1990), « Le roman populaire » dans Roger CHARTIER et Henri-Jean MARTIN (dir.), Histoire de l’édition française, tome 3, Paris, Fayard/Cercle de la Librairie.

VIALA, Alain (1985), Naissance de l’écrivain : sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Éditions de Minuit.

Haut de page

Notes

1 L’auteur fixe d’ailleurs aux alentours de 1900, terme assigné à l’étude de Daniel Mativat, la « coupure assez radicale » qui détermine « les deux périodes de l’édition québécoise ».

2 Pour mémoire, l’on peut rappeler que l’imprimerie est exportée par les colonisations espagnole et portugaise dès le XVIe siècle en Amérique centrale et du Sud (à Mexico en 1539 et à Lima en 1584) et en Asie (à Goa en 1557, à Macao en 1588) et qu’en Amérique du Nord, les premières presses sont installées en 1638 à Cambridge, dans le Massachusetts. La première imprimerie canadienne se fixe pour sa part à Halifax en 1752.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Pinhas, « Daniel MATIVAT (1996), Le métier d’écrivain au Québec (1840-1900). Pionniers, nègres ou épiciers des lettres ? », Communication, vol. 21/2 | 2002, 296-290.

Référence électronique

Luc Pinhas, « Daniel MATIVAT (1996), Le métier d’écrivain au Québec (1840-1900). Pionniers, nègres ou épiciers des lettres ? », Communication [En ligne], vol. 21/2 | 2002, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/5641

Haut de page

Auteur

Luc Pinhas

Luc Pinhas, Université Paris 13-Villetaneuse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org