Navigation – Plan du site
Lectures

Dan MOKONYANE (1979/1994), The Bus Boycott in South Africa. Lessons from AZIKWELWA

Londres, Nakong Ya Rena
Érik Neveu
p. 296-297
Référence(s) :

Dan MOKONYANE (1979/1994), The Bus Boycott in South Africa. Lessons from AZIKWELWA, Londres, Nakong Ya Rena

Texte intégral

1Lessons from Azikwelwa décrit et analyse, sous la plume d’un de ses acteurs et animateurs directs, un des grands mouvements de mobilisation des Noirs sud-africains face au pouvoir blanc. Protagoniste et animateur de ce mouvement social, Dan Mokonyane propose en effet de tirer les « Leçons d’Azikwelwa ». Azikwelwa ! (Nous ne monterons pas, We shall not ride) a été le cri de ralliement des Noirs dans plusieurs épisodes, trop peu connus, de leurs luttes dès les années quarante et cinquante. La mobilisation décrite ici est celle des habitants de la township d’Alexandra près de Johannesburg (et d’autres cités puisque le mouvement rassemblera par moments 300 000 protestataires). Vivant déjà dans des conditions de misère matérielle effrayante, les résidents d’Alexandra se voient soudain imposer une hausse de quatre à cinq cents du trajet de bus vers leurs lieux de travail. Tout suggère d’ailleurs que cette hausse n’a pas que des objectifs économiques pour la compagnie de bus, mais correspond aussi au souci d’accroître la pression sur une township où les résidents disposent — comparativement à des sites comme Soweto — d’une relative marge d’autonomie dans le développement d’une sociabilité locale. Détail hautement symbolique : après quelques semaines de lutte, les autorités blanches feront une étonnante proposition de compromis. Si les passagers noirs acceptent de payer le nouveau tarif de cinq cents, ils pourront se faire rembourser, au prix d’une nouvelle queue, le cent d’augmentation à l’arrivée devant un guichet ad hoc ! On ne saurait mieux signifier que c’est aussi le marquage de la domination qui se joue sur cette hausse.

2Le livre de Mokonyane s’intéresse à la manière dont la presse sud-africaine couvre cette lutte. Il rend compte des luttes d’appareils et des conflits entre mouvements de la communauté noire quant à la stratégie et aux objectifs de cette lutte de plusieurs mois, inaugurée le 7 janvier 1957. Il s’emploie à réfléchir sur des thèmes comme la spontanéité, l’usage de la violence. Son mérite est d’abord de rendre visibilité et dignité à un épisode important de lutte, méconnu dans l’hémisphère Nord. Les pages où l’auteur suggère à la fois avec enthousiasme et retenue le courage de ces milliers d’Africains assumant pendant des mois à pied les vingt-deux miles quotidiens d’aller-retour vers Jo’burg, l’éclairage qu’il apporte sur le mouvement de solidarité d’une partie des Sud-Africains blancs constituant une forme de service de covoiturage pour aider les grévistes sont particulièrement justes et sensibles.

3On pourra aussi s’interroger sur l’usage que peut faire un lecteur-chercheur d’un texte qui se donne avant tout pour militant. L’auteur y dénonce avec beaucoup de vigueur ce qu’il analyse comme les compro­missions de l’ANC, son peu de prise réelle sur la vitalité du mouvement. Si l’ouvrage contient tout un ensemble de matériaux sur les modes de couver­ture du conflit par la presse, les échanges lors des assemblées où délibèrent les grévistes, il en offre plutôt des aperçus, des approches partielles dont le lecteur universitaire a quelque mal à tirer la possibilité de réflexions ou de conclusions très assurées. S’il ne permettait que de redonner mémoire et dignité à un combat exemplaire, ce livre ferait œuvre utile. Mais il n’est pas certain que ses usages académiques puissent aller très au-delà, sauf à le lire de façon distanciée comme la prise de position d’un acteur dans un débat qui est aussi celui d’une lutte pour la construction d’une mémoire, d’une histoire des luttes des Noirs sud-africains dont les enjeux de fond sont aussi, d’abord, à trouver dans les débats et désillusions liés à l’exercice du pouvoir noir dans l’Afrique du Sud contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Érik Neveu, « Dan MOKONYANE (1979/1994), The Bus Boycott in South Africa. Lessons from AZIKWELWA  », Communication, vol. 21/2 | 2002, 296-297.

Référence électronique

Érik Neveu, « Dan MOKONYANE (1979/1994), The Bus Boycott in South Africa. Lessons from AZIKWELWA  », Communication [En ligne], vol. 21/2 | 2002, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/5646

Haut de page

Auteur

Érik Neveu

Érik Neveu, Institut d’Études politiques de Rennes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org