Navigation – Plan du site
Lectures

Jean Michel PLACE (1999), Xoana : Images et sciences sociales : multimédias en recherche

Nouvelles Pratiques en Sciences Sociales
Mohammed Elhajji
p. 245-254
Référence(s) :

Jean Michel PLACE (1999), Xoana : Images et sciences sociales : multimédias en recherche, Nouvelles Pratiques en Sciences Sociales

Texte intégral

1La question de l’adoption du multimédia comme outil de recherche en sciences sociales doit être analysée à plusieurs niveaux, notamment épistémologique, méthodologique, technologique, organisationnel, sémiologique et cognitif. Car, il ne s’agit pas là d’une simple substitution d’un support physique par un autre ou d’une question de moyens matériels de stockage et de gestion de données, mais plutôt d’une manière inédite et révolutionnaire de production de sens, un virage radical dans nos modes d’appréhension du fait observable et sa transduction en phénomène scientifique quantifiable et analysable — un bouleversement brutal dans toute l’écologie cognitive du monde scientifique.

Recherche et enseignement

2D’abord, il faut souligner que la combinaison de texte, d’image et de son dans un même hyperdocument oblige le chercheur à classer et même à formuler l’information de façon tout à fait particulière, qui ne peut être ni linéaire ni cumulative comme c’est généralement le cas pour les supports traditionnels. L’information doit être ordonnée et présentée de manière à permettre à l’usager final d’y accéder selon un principe modulaire et complémentaire, sous forme d’unités à la fois autonomes et interconnectables qui permettent une lecture dynamique, multifocale et à entrées variables.

3Or, force est de constater que cette non-linéarité et cette modularité semblent constituer, justement, un format tout à fait approprié pour recueillir et présenter le plus adéquatement possible le type d’informations propres aux sciences sociales. Ainsi, dans son article relatif à l’usage du multimédia comme support de ses recherches sur les aborigènes d’Australie, Barbara Glowczewski (p. 13-25) n’hésite pas à esquisser une certaine analogie entre la forme hypertextuelle du multimédia et la nature rhizomatique et ritualistique de l’acquisition et de la transmission des connaissances par les aborigènes.

4« Une grande part de leur vie sociale et rituelle [des aborigènes] consiste à célébrer des parcours, des pistes, déplacements de héros totémiques […] Pour maintenir la structure de la société, chacun doit effectuer des rituels […] afin de célébrer les voyages ancestraux » (p. 16), peut-on lire. Parcours, pistes, déplacements et rituels sont autant de repères spatio-temporels repris métaphoriquement dans la configuration hypertextuelle du multimédia pour tenter de restituer le contenu cognitif de la culture aborigène. Doit-on, pour autant, en déduire que le multimédia soit le support idéal pour rendre compte de la complexité et de la non-linéarité des cultures non occidentales ? Il offre, en tout cas, la possibilité de diversifier les approches narratives et herméneutiques, minimisant ainsi les risques d’imposition d’un discours hégémonique centralisateur, aussi bien ethnocentrique que chronocentrique.

5Contrairement au caractère linéaire figé du livre ou même du film, la plasticité du multimédia permet son adaptation momentanée aux circonstances rituelles de la société traditionnelle. La possibilité d’organiser l’information en diverses couches de lecture, par exemple, rend possible l’usage du multimédia dans les programmes locaux d’éducation ou de préservation de la mémoire ancestrale sans avoir pour autant à violer certains tabous spécifiques, de genre (connaissances d’ordre initiatique réservées à une catégorie donnée) ou momentanés (périodes de deuil ou d’initiation). Même si le travail d’édition réalisé par le chercheur-auteur (découpage, titrage, etc.) finit nécessairement par interférer dans la nature du matériel recueilli et présenté, le multimédia offre de réelles possibilités, comme on peut le constater à travers l’expérience de B. Glowczewski, non seulement de restituer assez fidèlement la carte cognitive des peuples étudiés, mais même d’inscrire sa démarche sociale et subjective dans le cadre d’une véritable éthique de la reconnaissance conforme à la logique primale de potlatch.

6Parallèlement, la malléabilité et la flexibilité qui font, comme on l’a vu, du multimédia un excellent support pour l’approche des configurations socio-culturelles non linéaires, s’avèrent aussi de précieux recours techno-psychologiques pour se défaire de la rigidité des structures mentales classificatoires héritées de la rationalité formelle des encyclopédistes. Le principe structurant et dynamique du multimédia rend possible et pratique l’élaboration de systèmes cognitifs machiniques, évolutifs et interactifs qui permettent d’appréhender et de mettre en scène différents ordres de grandeur des processus d’acquisition et de traitement des connaissances, générant ainsi des mécanismes de pensée relationnels et dialogiques qui dépassent les modèles linéaires ou associatifs et projettent une perspective à la fois complexe et globale des schèmes de construction du réel. Ce qui est, évidemment, de nature à faciliter la circulation des récits, des temps et des lieux et à fournir des éléments de réflexion, de calcul, d’avalisation et de comparaison à même de traduire de la meilleure manière possible l’organisation interne de l’objet ou du phénomène étudiés.

7Ainsi, la méthodologie proposée par Hélène Ilbert (p. 27-33) vise la composition d’une cartographie sémantique qui couvre l’ensemble des agencements énonciatifs pouvant fonctionner dans les réseaux de sens multimédia. L’approche consiste à déployer des stratégies heuristiques d’accès aux connaissances aptes à situer l’information non pas en l’isolant, mais plutôt en l’intégrant davantage dans l’ensemble de sens complexe qui la contient et en mettant en relief les flux discursifs qui la supportent. Dans ce sens, l’approche en question est assez différente des fameux « arbres de connaissances », dans la mesure où son objectif ne se limite pas à souligner les relations de sens entre « un tronc et ses ramifications », mais consiste plutôt à rehausser la nature polyphonique de l’information et à retracer le jeu d’échos qui la reflète aux yeux du récepteur final. Il s’agit, en fait, de représenter des objets de connaissance holographiques « aux liens virtuels structurés dans des schémas organisationnels dynamiques aux héritages multiples » (p. 28).

8Cette totalité du multimédia en tant que nouvelle configuration cognitive de la pratique scientifique est loin d’être, toutefois, le fruit du simple hasard. Elle correspond, en vérité, au tournant historique qui marque notre époque contemporaine. Car, si la principale spécificité de la civilisation actuelle, dite de l’Information, est le passage de l’analogique au numérique, le multimédia, grâce à sa mobilité, son caractère évolutif et sa capacité de marier plusieurs langages dans le même support, en constitue certainement le cadre de représentation par excellence. Ce qui amène Yvonne Mignot-Lefebvre (p. 35-42) à suggérer que le multimédia peut même aider à forger de nouveaux concepts théoriques relatifs à la recherche scientifique et à tester leur validité. En outre, dans le domaine de l’enseignement, la sociologue souligne l’aspect interactif du multimédia et sa capacité d’être un outil de dépassement du sens commun par le questionnement et « la différenciation entre ce qui est habituellement présenté et ce qui constitue une approche détaillée de l’histoire contemporaine » (p. 42).

9Même si le multimédia est lui aussi l’œuvre d’auteur (généralement collectif) qui n’a pas moins procédé à des choix de formulation, de représentation et même de contenu en fonction des contraintes techniques et discursives inhérentes à tout processus de transduction symbolique, il offre, sans doute, une plus grande marge de réinterprétation et de réélaboration, qui en fait un instrument pédagogique incontournable. Étant un espace d’interaction ahiérarchique où la construction du savoir substitue l’appropriation transversale à la transmission verticale, il renferme la potentialité quasi subversive de transformer le récepteur en acteur responsable de l’ordre d’échange à établir, amené à « analyser sa production et à apprécier la pertinence des décisions qui l’ont conduit à agir et à entreprendre un acte de transformation de ses schèmes mentaux pour améliorer sa performance en cas de besoin » (p. 128).

10Une illustration éloquente de ce genre de rapport autonome peut être fournie par l’usage réflexif de l’image : « La mise en situation d’agir, d’exercer des choix, explique Didier Paquelin, amène l’apprenant à mobiliser ses connaissances initiales, à exprimer ses représentations dans un univers qui réagit en affichant à l’écran une image » (p. 128). Car, sans nier sa valeur polysémique (atténuée par d’éventuels éléments sonores ou textuels), l’image déclenchée par l’acte conscient de l’apprenant rend possible, par son essence icônique, la conceptualisation immédiate et, d’une certaine façon, concrète du phénomène abstrait, renforçant ainsi la dimension autoréflexive de l’acte d’apprentissage.

11Toujours au chapitre de l’enseignement, Michel Lefebvre (p. 131-134) nous rappelle l’importance des banques de connaissances (produit du développement du multimédia) dans la reformulation de l’idée de stockage et traitement de l’information. Contrairement aux traditionnelles banques de données limitées à des champs d’activité fermés et clairement définis, celles-là offrent un abordage des connaissances à partir de régions sémantiques cohérentes et réagissant selon les principes de la complexité. Leur pouvoir d’agrégation des savoirs et des expertises ainsi que leur forme organisationnelle collectiviste en font un modèle pédagogique assez séduisant. La nature matricielle de tels dispositifs informatiques, qui les dote de la faculté de génération de connaissances capables d’engendrer de nouveaux phylums cognitifs, invite à réfléchir sur le concept même de savoir et de connaissance.

12Il ne s’agit pourtant pas de corroborer le discours selon lequel il ne serait plus nécessaire de faire l’effort d’apprendre puisque les connaissances sont à tout moment disponibles et facilement accessibles grâce aux techniques multimédias. L’apprentissage, en effet, n’est pas de nature quantitative et l’optimisation du recours au multimédia ne peut être séparée du relationnel (aux autres apprenants et aux formateurs ou médiateurs), dans la mesure où la construction de tout projet de formation est profondément liée aux dynamiques dialogiques qui in-forment (forment par dedans) notre réalité sociale, historique et philosophique. De même aucune application multimédia n’est capable de reproduire les mécanismes cognitifs sous-jacents aux processus d’édification de la connaissance ou du savoir, lesquels ne peuvent, justement, être réduits à la compréhension littérale de l’information ou à son accumulation purement quantitative.

13Enfin, il est à noter qu’en plus du risque de dévalorisation du corps enseignant et d’élimination ou marginalisation de certaines activités sociales non conformes au discours instrumentaliste, plusieurs auteurs craignent que ce genre de conception du multimédia ne soit responsable, d’une part, de l’appauvrissement des interactions interpersonnelles et, d’autre part, de la provocation de difficultés psycho-pédagogiques dues à la surcharge cognitive et au bousculement de repères encourus aussi bien par l’apprenant que par le formateur.

Aspects technologiques et organisationnels

14L’emploi des technologies traditionnelles de communication (principalement télévision, cinéma et vidéo) dans la recherche en sciences sociales a, depuis toujours, soulevé des interrogations d’ordre aussi bien épistémologique et méthodologique que pratique et organisationnel. En plus du problème de la valeur scientifique des documents utilisés ou réalisés et de celui de la difficulté de leur exploitation, ce genre d’appareillage et le langage qui lui est associé souffrent aussi de restrictions de nature financière et corporative. Aussi, si le multimédia n’est pas une panacée pour tous les maux des sciences sociales, il peut néanmoins aider à rendre le matériel élaboré plus accessible et plus opérationnel. Par ailleurs, dans le domaine de l’enseignement, même s’il ne peut remplir seul la fonction d’apprentissage, les spécialistes admettent que, dans un contexte académique intégré, le multimédia peut représenter un complément précieux non seulement pour décharger le professeur de tâches automatiques et répétitives mais aussi pour permettre un passage en douceur à l’alphabétisation numérique et la maîtrise des outils de production de sens sur ordinateur.

15À ce niveau plutôt élémentaire (son degré zéro en quelque sorte), le multimédia peut, donc, être d’une grande utilité dans le sens de mettre l’information, sous sa forme quantitative, à la disposition du chercheur, du formateur, du médiateur et de l’apprenant. Il y a là tout le côté descriptif, statistique, taxinomique de la connaissance à explorer, analyser, commenter et à mettre au service de projets de recherche plus complexes. Les exemples de ce genre d’usage sont nombreux et vont des banques de données, banques de connaissances et systèmes experts jusqu’à l’archéologie, la muséologie et autres collectionnismes, principalement de nature iconique ou iconographique comme la philatélie, la numismatique, etc. À un plan plus élaboré, et pour contourner les limitations matérielles dont souffrent la plupart des institutions de recherche en ces temps de suprématie absolue de la logique mercantile, le multimédia peut être d’une aide réellement inestimable dans la divulgation des recherches et la communication entre professionnels et spécialistes du monde entier.

16Revues scientifiques, listes de discussion ou « newsletters » en ligne ou sur cédérom, causes scientifiques qui n’attirent pas l’enthousiasme institutionnel ou projets trop osés pour mériter une rubrique respectable dans les budgets universitaires peuvent trouver dans le multimédia une véritable « bouée de sauvetage », grâce à son universalité, à ses faibles coûts et à sa grande adaptabilité. Même les dispositifs informatiques les plus communs aujourd’hui, à l’exemple des moteurs de recherche, forums et salles de chat, peuvent en vérité contribuer à l’avancement et à la consolidation de bon nombre de lignes de recherche qui ne jouissent pas des faveurs de « l’audimat » ; ce qui ne veut pourtant pas dire que le multimédia et le succès commercial soient nécessairement incompatibles — bien au contraire !

17En profitant de plus en plus des effets avantageux du multimédia sur le marché culturel, l’édition électronique a pu s’imposer, en peu de temps, comme une industrie à part entière. Ayant su exploiter largement les capacités sans cesse croissantes des nouvelles technologies (interactivité, navigation hypertextuelle, segmentation de l’information en fonction des différentes catégories d’usagers), la nouvelle branche éditoriale offre, aujourd’hui, un choix considérable de collections et, surtout, contient un potentiel fort prometteur. Le problème qui se pose, cependant, est celui de la masse critique indispensable pour la survie économique de toute activité sociale moderne. Ainsi, comme l’affirme Anne-Marie Guimier-Sorbets, « il ne peut pas s’agir de produits uniquement destinés aux spécialistes : il faut d’emblée viser aussi le grand public […] et atteindre une diffusion internationale » (p. 142).

18Ces contraintes organisationnelles, comme on peut s’y attendre, finissent par déterminer en grande partie le choix des thèmes traités, leur forme et leur contenu. Aussi, les sujets de prédilection du secteur de l’édition électronique sont-ils relativement limités et fortement imprégnés par le discours de la diversité pour concilier goûts culturels et approches géostratégiques locaux et marchés mondiaux. Car, dans la mesure où les thèmes traités doivent être en adéquation avec l’univers de référence de l’usager et tenir compte de ses acquis culturels, même si l’interactivité et les dispositifs hypertextuels permettent d’offrir des compléments d’information à la demande, le choix de ces informations est assez délicat lorsqu’on vise un public hétérogène par sa culture, sa langue et sa formation historique.

19Il existe, d’autre part, un conditionnement réciproque entre les produits à consommer et les standards informatiques proposés. Le succès aussi bien du programme informatique que du matériel électronique (leur acceptation ou rejet par le public consommateur) est proportionnel à leur degré de compatibilité. La prise de conscience de cette dure réalité de la technologie représente un profond désenchantement pour les chercheurs en sciences sociales séduits par le chant des formes électroniques d’expression. Après le plaisir de tâter de nouvelles possibilités sensorielles (presque sensuelles) de production de sens et la joie de découvrir qu’en manipulant concrètement le contenant on peut reformuler le contenu lui-même, ils finissent par se rendre compte que leur entreprise n’est pas aussi autonome qu’elle en a l’air, puisqu’ils dépendent de limitations matérielles (surtout financières) et doivent composer avec les véritables détenteurs du savoir-faire et du secret de la programmation, les informaticiens — ce clergé de la société de l’information !

20En évoquant ces aspects d’ordre techno-organisationnel de la question, on ne peut ignorer que ce dont il s’agit, en fait, c’est le propre devenir évolutif de cet ensemble d’applications et de dispositifs informatiques regroupés sous la notion générique de multimédia. Il faut d’abord rappeler que l’idée de multimédia, dans son acception originale, renvoyait à la possibilité « d’accéder à n’importe quel type d’information (écrite, sonore, visuelle), à n’importe quel moment et sur n’importe quel support (récepteur de télévision, micro-ordinateur, communicateur personnel) » (voir Encyclopédie Universalis). Cette structure technologique, aujourd’hui désignée par le concept de convergence, vise à englober tous les moyens de communication existants et pose la question de savoir s’il est encore possible de parier sur des supports isolés.

21La nouveauté, en effet, est beaucoup moins dans les supports qui composent le multimédia que dans la modalité de leur convergence. Ghislaine Azémard avertit, cependant : « On risque de voir apparaître un chassé-croisé entre l’univers PC et l’univers télé avec une fuite en avant technologique qui, intrinsèquement, devrait jouer en faveur de la qualité mais qui joue surtout en faveur de la concentration des ressources autour de quelques titres » (p. 155) ; ce qui correspondrait à un transfert de valeur ajoutée du contenu vers le contenant et renforcerait le spectre du monopole.

22Dans tous les cas de figure, Internet semble un outil de recherche et d’enseignement — sinon un vecteur de sociabilité — incontournable. Son intégration dans l’environnement académique en tant que modus vivendi est en train de s’imposer jour après jour comme une réalité sociale qui transcende les débats pédagogiques ou philosophiques, malgré les insuffisances et les abus qu’on connaît, tels que le plagiat, l’incertitude des sources, etc. Il s’agit d’une nouvelle forme de phémé, rumeur sans visage, dans l’analyse de Igor Babou (p. 81-85) ; ce qui n’aide guère l’idéal de la bibliothèque babélique à surmonter les obstacles organisationnels, juridiques, éthiques et psychologiques qui le handicapent. Comment, en effet, éviter la cacophonie, le syndrome du « big brother », le plagiat généralisé et aussi la difficulté de production d’une subjectivité singulière si le « I Think then I am » cède de plus en plus le terrain à un flou « I Link then I am » ?

23L’on assiste, ainsi, à un processus continu de virtualisation des relations sociales les plus intimes comme l’amitié ou l’érotisme, réduisant l’énonciation de l’identité et la production de la subjectivité à un vulgaire exercice de clonage affectif de nature purement onanique. La construction du moi, comme il est aisé de le constater, devient un jeu ambivalent de combinaison de « looks » : une personnalité pour chaque saison ou chaque composition vestimentaire. Or, collages, performances et « superposition de différents mondes ontologiques » sont, symptomatiquement, les principales caractéristiques de la scène artistique et culturelle post-moderne. Ce qui implique une certaine dilution aussi bien de l’objet que du sujet social, et une perte de leur pérennité et leur unicité. En même temps que le cadre traditionnel de la toile disparaît et les textes sociaux deviennent de plus en plus interactifs et indéfinis, de la nouvelle relation entre auteur, acteur et spectateur, émerge la figure inédite du « expect-acteur » — acteur/auteur en expectative !

Une nouvelle économie sémio-cognitive

24Dans le domaine spécifique de la recherche, cette nouvelle configuration cognitive correspond à une approche inédite de la corrélation entre langage et modes de penser. Il est vrai que les instruments multimédias existants sont encore à leurs premiers balbutiements, mais l’on peut constater d’ores et déjà qu’au-delà de leur vocation naturelle de support absolu de la recherche en audiovisuel (avec lequel ils partagent le fait écranique en tant qu’espace signifiant), ils représentent véritablement une nouvelle forme techno-psychologique d’appréhension du réel et de ses dédoublements techniques. Au fur et à mesure que la pratique scientifique et le développement du multimédia convergent vers un usage à la fois plus souple et plus approprié, de nouvelles possibilités de compréhension (mnésiques notamment) du phénomène médiatique sont explorées.

25Ainsi, chaque nouveau pas dans le sens de la convergence des moyens de communication, comme c’est le cas avec l’intégration des enregistrements analogiques dans l’univers numérique, constitue un approfondissement dans le changement des conditions de réception, déstructurant le flux linéaire traditionnel, bouleversant les fameux effets de réel et approchant la narrative audiovisuelle de la dynamique réflexive de l’écriture livresque. Avec l’amélioration des techniques de discrétisation numérique principalement, les documents audiovisuels offrent de nouvelles possibilités d’organisation, d’articulation et de navigation. Ses composants formels tels que les mouvements de caméra, la parole, la musique, l’étiquetage des locuteurs, le contenu spécifique, la profondeur de champ, la signature d’images, etc. deviennent instantanément accessibles au chercheur comme au simple spectateur.

Le rapport qu’entretient l’utilisateur de ces outils avec l’audiovisuel, explique Xavier Lemarchand, tend à se rapprocher de celui qu’entretient le lettré au texte. […] Notre appréhension de l’audiovisuel était jusqu’alors semblable à celui du flux de la parole à une dimension temporelle. […] Comme l’écriture spatialise et discrétise la parole, les outils informatiques spatialisent et discrétisent les objets temporels audiovisuels (p. 116).

26Ce qui signifie que si nul langage n’est neutre, l’usage du multimédia doit, fatalement, impliquer de nouveaux modes de dire qui ne manqueront pas d’altérer les processus traditionnels de production de sens. Aussi, en fonction même de la complexité de la nouvelle écologie cognitive produite par le multimédia, l’élaboration d’une nouvelle sémiologie qui ne serait plus du signe, mais de l’hypersigne ou du multi-signe se fait-elle urgente. Pour ce faire, cependant, il faut d’abord tenir compte de l’environnement écranique en tant que nouvel espace hégémonique de signification et de « l’écrit d’écran » comme « un nouveau stade historique de l’écrit » qui impose des compétences inédites d’écriture et de lecture, inscrites dans une véritable « pensée de l’écran » à même de décodifier adéquatement la syntaxe et la sémantique multimédias.

L’analyse de l’écrit d’écran, expliquent Y. Jeanneret et E. Souchier, requiert tout à la fois une description précise de la matérialité des dispositifs techniques, une réflexion sur la nouvelle économie des signes (écrit, image et son), ainsi qu’une mise en perspective des processus sociaux d’appropriation, d’interprétation et de réécriture qui organisent cette nouvelle économie sémiologique (p. 97).

27Les auteurs avertissent, par ailleurs, que « faute d’une telle analyse critique, les nouveaux dispositifs d’écriture produiront une illusion de liberté, la dynamique des documents leur donnant un semblant de transparence. Fasciné par la technique, l’utilisateur court le risque d’être aveuglé par les enjeux de l’écrit, ne cherchant pas même à en saisir le sens » (p. 107).

28L’aspect interactif des nouveaux médias, par exemple, ne doit pas être entendu comme un simple procédé systémique ou ergonomique, mais plutôt en tant qu’acte subjectif et signifiant qui doit être situé dans son contexte social, historique et culturel et analysé dans ses dimensions sociologique, sémiologique et philosophique. De même, ce qui est souvent défini comme une spécificité immatérielle du texte (au sens large) multimédia, doit être plutôt comprise comme sa réalité temporelle, étant donné que l’écran n’existe que par le temps et le mouvement. Ce qui nous donne une idée des changements paradigmatiques produits par l’écriture informatique sur nos modes de perception et d’appréhension de la réalité écranique et toutes les structures symboliques qui l’accompagnent !

29Aussi, au lieu de se laisser séduire par les terminologies en vogue, dont l’efficacité rhétorique est proportionnelle à leur ambiguïté conceptuelle, le chercheur en sciences sociales doit-il être conscient de la valeur sémantique des instruments virtuels mis à sa disposition. Ceux-ci sont, en fait, loin d’être neutres et leur sens dépend de « la façon dont le texte est conçu, dont les signes sont organisés à l’écran, dont les conditions sociales d’écriture et de lecture chargent ces signes d’enjeux et dont l’interprétation se pratique dans une aire culturelle définie » (p. 98).

30Ce qui veut dire que, contrairement au sens commun postmoderne, le multimédia n’est pas une déflagration totale du sens, mais plutôt sa réorganisation en fonction de principes sémantiques, logiques et herméneutiques issus de la vision du monde techno-informaticienne et dictés directement par les programmateurs-concepteurs. « Situés au commencement et au commandement de l’acte d’écrire, les maîtres de l’architexte détiennent un pouvoir considérable sur la production du texte et par là même sur celle du sens et de l’interprétation » (p. 106). Car, comme le rappelle Georges Perec dans son classique hypertextuel La vie, mode d’emploi, « [c]haque geste que fait le poseur de puzzle, le faiseur de puzzle l’a fait avant lui ». Le travail de déconstruction/reconstruction du texte, nécessaire à la réception/production du sens, et l’accès à la structure sémantique du texte ou de l’objet multimédia étant systématiquement encadrés dans « un architexte dont la forme est elle-même marquée par une culture et une idéologie textuelles » (p. 106).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohammed Elhajji, « Jean Michel PLACE (1999), Xoana : Images et sciences sociales : multimédias en recherche », Communication, vol. 21/2 | 2002, 245-254.

Référence électronique

Mohammed Elhajji, « Jean Michel PLACE (1999), Xoana : Images et sciences sociales : multimédias en recherche », Communication [En ligne], vol. 21/2 | 2002, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/5650

Haut de page

Auteur

Mohammed Elhajji

Mohammed Elhajji, Université Fédérale de Rio de Janeiro

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org