Navigation – Plan du site
Lectures

Kevin ROBINS et Frank WEBSTER (1999), Times of the Techno-Culture: From the Information Society to the Virtual Life

New York, Routledge
Nadia Dillenseger
p. 304-308
Référence(s) :

Kevin ROBINS et Frank WEBSTER (1999), Times of the Techno-Culture: From the Information Society to the Virtual Life, New York, Routledge

Texte intégral

1Dans ce livre provocant et audacieux, Kevin Robins et Frank Webster proposent une réflexion sur les enjeux du développement technologique. Il s’agit de s’interroger sur les implications culturelles et sociales des technologies, plus particulièrement sur la foi ou la confiance que nous plaçons dans la technologie, laquelle « prétend » améliorer notre quotidien. L’originalité de l’approche proposée par les deux Anglais vient notamment de ce qu’ils se positionnent par rapport aux discours habituels sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), lesquels sont généralement foncièrement utopistes. Ces technologies sont souvent décrites comme le nouvel espace où se réaliserait le lien social. Robins et Webster critiquent cette idéologie qui entoure les cyberespaces en axant leur propos sur la dimension capitaliste qui se cache derrière le nouvel ordre informationnel global. Leur ouvrage se divise en quatre grandes parties, qui abordent chacune un aspect de ce que l’on appelle la société de l’information.

  • 1 H. Jenning (1985), Pandaemonium : The Coming of the Machine As Seen by Contemporary Observers, Deut (...)
  • 2 C’est le terme utilisé par Robins et Webster (1999 : 6).

2La première partie précise le cadre conceptuel des auteurs en présentant trois approches sur les technologies, trois « techno-visions ». La première approche est celle d’un réalisateur de films documentaires, Humphrey Jenning (1907/1950), qui, dans un livre intitulé Pandaemonium1, fait remarquer que l’industrialisation ne doit pas être perçue uniquement comme une question d’adaptation technologique et de changements des modes de production. Il projette de décrire l’impact culturel de la révolution industrielle en étudiant pour cela les relations entre science et poésie, ou encore entre raison et imagination. Plus simplement, il s’agit de resituer sciences et technologies au sein du discours public. La seconde approche est le luddisme, un mouvement de pensée anglais qui est généralement décrit comme une attitude violente et « destructive » du mouvement ouvrier vis-à-vis de la technologie moderne. Selon Robins et Webster, les luddites ne seraient pas opposés à l’innovation technologique et industrielle, mais à l’articulation entre la technologie et le grand capital (p. 62). Une solution de remplacement au libéralisme, en somme. Robins et Webster se réclament ouvertement du (néo-)luddisme qu’ils définissent comme une critique de la « technologisation » de la société et se réfèrent pour cela à des auteurs comme William Blake ou encore Mary Shelley. Pour aller bien au-delà, nous nous permettrons de dire qu’ils se positionnent comme des opposants au parti conservateur britannique. Enfin, dans un troisième chapitre, les auteurs critiquent la notion même de « progrès » qui accompagne chaque innovation technologique, ainsi que l’idée d’une neutralité de l’innovation. Les auteurs « démontent » les hypothèses ou approches les plus utopistes sur les TIC, lesquelles annonçaient l’entrée de notre société dans une véritable ère de l’information et seraient le symbole d’une seconde révolution industrielle. Pour eux, les technologies « articulent » des valeurs et des priorités sociales. Cette première partie expose un point de vue critique, voire « pessimiste2 », sur les discours à propos du paysage technologique contemporain, discours qui seraient (par trop) idéalistes.

  • 3 J.-P. de Gaudemar (1979), La mobilisation générale, Éditions du Champ Urbain (ouvrage cité par Robi (...)
  • 4 « Le panoptisme est une forme de pouvoir qui repose non plus sur une enquête, mais sur quelque chos (...)

3Les auteurs se penchent ensuite, dans une seconde partie, sur l’histoire de la notion d’information avec les implications culturelles et politiques qui lui sont liées. Le recours au management social et à des stratégies de contrôle dans les sociétés capitalistes est présenté comme un élément clé de la révolution informationnelle, et ce, dès le début du XXe siècle avec le « déploiement » du taylorisme et du fordisme. À cette occasion, Robins et Webster prennent particulièrement appui sur les écrits de M. Foucault, A. Giddens et C. Castoriadis sur l’organisation sociale, en mettant en avant une question qui leur paraît centrale dans le contexte de la révolution informationnelle, à savoir la relation entre la connaissance/l’information et le pouvoir politique. L’idée est reprise dans le chapitre suivant, dans lequel les auteurs s’interrogent sur la façon dont les NTIC ont été ou sont impliquées dans une logique de mobilisation sociale. Le fordisme représente, selon J.-P. de Gaudemar, un point culminant dans la mobilisation des populations : il correspond non seulement à une révolution dans l’usine, mais aussi à la création d’une nouvelle manière de vivre avec l’avènement de la société de consommation, l’augmentation du poids de l’État dans la conduite des affaires sociales et une nouvelle gestion du temps et de l’espace3. La vie sociale est, dans ce contexte, soumise aux contraintes de la productivité et de la discipline (p. 113). Robins et Webster voient la révolution communicationnelle comme une reconfiguration des valeurs du fordisme. Le concept de mobilisation est selon eux le plus à même de rendre compte du contrôle de la société par le capital. Ce contrôle, cette manière de rendre la société « transparente », voire plus « disciplinée » (p. 118), est un projet de longue date comme en témoignent le panoptique de J. Bentham (XVIIIe siècle)4, la constitution d’une encyclopédie mondiale permanente suggérée dans le World Brain de H. G. Wells (1938), le recours à la propagande (notamment pendant la période de l’entre-deux-guerres) ou encore le projet d’une société en réseau (global network society). L’irrationalité de ces projets est généralement voilée par leur caractère utopiste. Robins et Webster en viennent à l’idée que la révolution informationnelle n’est pas une révolution technologique, mais une révolution politique (p. 142).

  • 5 « L’année des Technologies de l’Information (TI) ».

4On retrouve cette idée dans l’étude du rôle des technologies militaires dans le développement des NTIC. Les (soi-disant) « impératifs » militaires constituent une part importante de l’histoire de la société de l’information, comme en témoignent par exemple les exercices de simulation militaire ou encore la théorie des jeux en économie. Les auteurs ont donc choisi d’aborder les dimensions politiques du cyberespace en commençant par l’aspect militaire, en raison notamment de la désaffection du sujet par une grande partie de la littérature postindustrielle (p. 164). Or, la Guerre du Golfe de 1991, et plus particulièrement l’opération « Tempête du Désert », est souvent considérée comme la première guerre de l’information (The First Information War, p. 157). Le second espace étudié dans cette partie de l’ouvrage porte sur l’éducation dans les écoles britanniques. Les NTIC sont présentées par les chefs du gouvernement successifs comme cruciales pour la modernisation de l’éducation et l’entrée dans le nouveau millénaire. Les années 1982 (sous M. Thatcher) et 1998 (sous T. Blair) ont respectivement été « proclamées » « IT Year5 » et « Net Year ». Une analyse fine des années Thatcher/Major et Blair permet de rendre compte des changements de priorités dans l’éducation britannique, lesquels permettent de souligner les transformations dans les modalités de contrôle social, depuis la discipline sociale et morale préconisée par les conservateurs, jusqu’à une recherche de flexibilité dans l’éducation et la formation chez les travaillistes. Robins et Webster positionnent ainsi leur propos dans un contexte de contrôle social. Ils étendent ensuite leur réflexion aux changements profonds dans le supérieur, à savoir dans les universités britanniques, depuis deux siècles. Depuis quelques années (surtout depuis que certaines Polytechnics sont désormais appelées « universités », c’est-à-dire depuis 1992), l’accent a été mis par le gouvernement sur ce que devraient être les principales « missions » de l’université, comme de moduler les programmes d’enseignement, de développer les aptitudes et compétences notamment interdisciplinaires des étudiants et de favoriser leur esprit critique. À cela s’ajoute le fait que les universités sont de grands utilisateurs de NTIC et qu’il s’agit notamment de s’interroger sur le rôle de ces nouvelles technologies, en particulier sur les avantages et les limites que leur utilisation pose dans l’enseignement, la recherche et l’apprentissage.

  • 6 P. Lévy (1997), Cyberculture, Paris, Odile Jacob.
  • 7 A. Mattelart (1994), Les nouveaux scénarios de la communication internationale, Generalitat de Cata (...)

5La dernière partie est relative à des thèmes entrés dans le langage commun, comme celui de cyberespace, des autoroutes de l’information ou de l’Internet. Tout cela est regroupé par nos deux auteurs sous l’expression d’« espace » ou de « société virtuelle ». Ils dénoncent la rhétorique cyber autour des NTIC et des espaces virtuels ainsi créés. Cette rhétorique serait fondamentalement conservatrice et peu créative, dans le sens où elle se fonderait sur des valeurs communautaristes, comme en témoigne par exemple la vision de P. Lévy dans son livre Cyberculture6, et sur les concepts qui entourent la globalisation qui « se sont imposés pour rendre compte des nouveaux scénarios de la communication internationale7 ». Le travail de P. Lévy serait représentatif des discours autour de la réalité virtuelle de la fin des années quatre-vingt-dix, le langage employé étant en quelque sorte trop idéologique. Pour P. Lévy (et d’autres, comme Bill Gates notamment), on assiste à l’émergence d’un nouvel espace de connaissance (le World Wide Web) qui serait ouvert, fluide, pacifique et dynamique. On aurait, en somme, atteint l’apogée de la communication. Pourtant, l’idéologie autour des nouveaux espaces virtuels connaît de plus en plus de critiques, notamment au sujet de la supposée « stabilité » de ces espaces et de « l’ordre » censé régir leur fonctionnement (p. 231). Robins et Webster vont beaucoup plus loin que cette simple constatation, et vont jusqu’à considérer que tout cet engouement autour de l’espace virtuel serait « pathologique » (p. 239) : il révèlerait un désir de supprimer les difficultés rencontrées habituellement lorsque l’on communique, comme la distance et les conflits par exemple. Bref, les NTIC seraient censées répondre aux problèmes sociaux contemporains. L’idéal cybernétique n’est-il pas en effet d’être « présent à distance » (p. 242) ?

  • 8 À ce sujet, voir par exemple D. MacKenzie, J. Wacjman et al. (1999), The Social Shaping of Technolo (...)

6Robins et Webster concluent sur cette question des (nouveaux) espaces virtuels en les « interprétant » comme des manières de neutraliser les relations sociales par le biais de la technologie (p. 259). La culture virtuelle serait une culture qui dénierait les potentialités de la société contemporaine à résoudre les conflits et les problèmes. Bien plus qu’une simple histoire moderne et contemporaine de la notion d’information, les auteurs nous proposent une réflexion sur le capitalisme et sur cette « révolution informationnelle » promise au travers des nouvelles technologies de la communication. En prenant une position claire par rapport au libéralisme (il suffit de se référer pour cela aux orientations idéologiques, voire politiques, soutenues par les penseurs auxquels ils se réfèrent principalement), Robins et Webster se démarquent de certains discours « infocom » habituels sur les enjeux des NTIC au niveau sociétal et notamment pour des institutions comme l’armée ou le monde universitaire. Cet ouvrage nous semble de plus constituer un « ouvrage ressource » du point de vue des nombreuses références bibliographiques présentées, même si nous pouvons regretter l’absence de références à des courants contemporains de sociologie des sciences et de l’innovation, par exemple les travaux de W. Bijker, M. Callon ou encore D. MacKenzie et J. Wajcman, lesquels introduisent chacun à leur façon l’idée d’une construction sociale des sciences et des technologies8.

Haut de page

Notes

1 H. Jenning (1985), Pandaemonium : The Coming of the Machine As Seen by Contemporary Observers, Deutsch.

2 C’est le terme utilisé par Robins et Webster (1999 : 6).

3 J.-P. de Gaudemar (1979), La mobilisation générale, Éditions du Champ Urbain (ouvrage cité par Robins et Webster).

4 « Le panoptisme est une forme de pouvoir qui repose non plus sur une enquête, mais sur quelque chose de totalement différent que j’appellerai l’examen. […] Surveillance permanente des individus par quelqu’un qui exerce sur eux un pouvoir — instituteur, chef d’atelier, médecin, psychiatre, directeur de prison — et qui, tant qu’il exerce le pouvoir, a la possibilité aussi bien de surveiller que de constituer, sur ceux qu’il surveille, à leur sujet, un savoir. Un savoir qui a maintenant pour caractéristique non plus de déterminer si quelque chose s’est passé ou non, mais de déterminer si un individu se conduit ou non comme il faut, en conformité ou non à la règle, s’il progresse ou non », M. Foucault (1974), « La vérité et les formes juridiques », dans M. Foucault (1994), Dits et écrits, tome II, Paris, Gallimard, p. 594-595.

5 « L’année des Technologies de l’Information (TI) ».

6 P. Lévy (1997), Cyberculture, Paris, Odile Jacob.

7 A. Mattelart (1994), Les nouveaux scénarios de la communication internationale, Generalitat de Catalunya, p. 24.

8 À ce sujet, voir par exemple D. MacKenzie, J. Wacjman et al. (1999), The Social Shaping of Technology : Second edition, Londres, Open University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadia Dillenseger, « Kevin ROBINS et Frank WEBSTER (1999), Times of the Techno-Culture: From the Information Society to the Virtual Life », Communication, vol. 21/2 | 2002, 304-308.

Référence électronique

Nadia Dillenseger, « Kevin ROBINS et Frank WEBSTER (1999), Times of the Techno-Culture: From the Information Society to the Virtual Life », Communication [En ligne], vol. 21/2 | 2002, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/5653

Haut de page

Auteur

Nadia Dillenseger

Nadia Dillenseger, doctorante en Sciences, Technologies, Sociétés, Sciences de l’Information et de la Communication, Groupe d’Étude et de Recherche sur la Science de l’Université Louis Pasteur (GERSULP), Strasbourg.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org