Navigation – Plan du site
Lectures

Jean-Marc FERRY et Séverine DE PROOST (dir.), L’École au défi de l’Europe. Médias, éducation et citoyenneté postnationale

Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, Coll. « Philosophie et Société », 2003
Alain Payeur
p. 261-265
Référence(s) :

Jean-Marc FERRY et Séverine DE PROOST (2003), L’École au défi de l’Éurope. Médias, éducation et citoyenneté postnationale, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, Coll. « Philosophie et Société ».

Texte intégral

1Quelle différence existe-t-il entre un numéro thématique de revue spécialisée ou savante et un livre à multiples contributeurs ? Sans doute une architecture plus forte et la mise à disposition de travaux de recherche arrivés à maturité parce qu’élaborés avec un minimum d’échanges critiques et de regards croisés. Ce sont ces deux qualités supplémentaires que l’on retrouve dans l’ouvrage coordonné par Jean-Marc Ferry et Séverine De Proost et qui justifient l’opportunité éditoriale. Cet ouvrage reflète les travaux menés « au sein du Centre de théorie politique de l’Université libre de Bruxelles » (2003 : 7) et c’est aux deux coordonnateurs que revient le mérite d’une publication des contributions, publication soignée, bien ordonnée et bien encadrée. Ils donnent ensemble à lire une solide introduction, fidèle à la lettre mais surtout à l’esprit des articles rassemblés et auxquels d’une certaine façon ils accordent leur patronage ; il revient à Séverine De Proost seule la prise en charge de la traduction d’un texte signé par Peter Dahlgren ainsi que la rédaction d’une conclusion substantielle (2003 : 203-218) dont le titre particulier reformule, mais d’une certaine façon aussi réoriente, le titre général de l’ouvrage : « Éducation à la citoyenneté et communication médiatique ».

2Pour éviter toute redondance et pour faire vite, car chaque lecteur pourra se faire rapidement une représentation synthétique des articles réunis en parcourant l’introduction qui les présente de manière linéaire, soulignons simplement, à notre tour, le projet éditorial. Les textes rassemblés renvoient à « la problématique des transformations (ou crises) affectant aujourd’hui l’État-nation, la citoyenneté, l’école, le paysage médiatique ainsi que la brûlante question », ajoutent les coordonnateurs. Mais ce n’est peut-être pas le plus nouveau si l’on souvient de travaux comme ceux de Louis Porcher « de la concurrence entre l’école et les médias » (2003 : 10). Ce qui relance l’intérêt pour ces questions, ce sont sans conteste les liens qui se dessinent avec la construction européenne au moment où celle-ci cherche, même timidement, ses voies d’entrée dans le domaine politique et où les avancées ne se font plus dans la seule perspective du développement d’un marché économique. Autrement dit, c’est bien dans le cadre d’une théorie politique que les analyses développées sont abordées. Mais il arrive que ce cadre devienne de plus en plus flou. Il le devient pour une première raison : « le contrepoint pour l’Europe » d’un article de Jean-Marc Larouche, « retraçant l’évolution historique des supports de l’éducation à la citoyenneté au Québec depuis 1965 » (2003 : 12), rompt un peu la ligne générale. Pourquoi sortir du domaine géographique fortement centré par ailleurs (trop peut-être ?) sur l’expérience de la Belgique francophone ? Certes, le regard sur cet État laboratoire du postnationalisme n’est pas tout à fait exclusif, mais une poussée vers le Sud avec l’intervention d’Antonio Candeias, professeur à l’Université de Lisbonne (« État-nation et éducation dans le contexte européen : une approche socio-historique ») et une poussée vers le Nord avec la contribution de Peter Dahlgren, professeur à l’Université de Lund (« Vers quelle citoyenneté européenne ? La démocratie au défi des bouleversements médiatiques ») ne suffisent pas à brosser un tableau vraiment satisfaisant de ce qui se passe à l’échelle continentale. Nul pas de côté vers l’Ouest ni vers l’Est. Signe que la dimension européenne sur le plan universitaire n’est pas tout à fait non plus une réalité ? Ce cadre théorique, celui d’une Europe à la recherche de sa construction politique, devient surtout de moins en moins bien marqué. Le contour d’une théorie politique s’estompe au fur et à mesure que les auteurs retenus s’attachent surtout aux processus de construction d’un sens commun, de l’émergence de communautés d’interprétation.

3C’est à partir de la contribution de Peter Dahlgren que ce glissement s’opère vers une sociologie de la réception, et s’achève sur une analyse des processus cognitifs de construction du sens fondés sur une épistémologie génétique appliquée (voir Geoffroy Patriarche, « Une lecture piagétienne de la pratique des jeux vidéo »). La qualité intrinsèque des interventions, comme celle de Dominique Pasquier, auteur dont on connaissait déjà la qualité des travaux sur le sujet (la série Hélène et les garçons), n’est pas contestable. Toutefois, l’école dont on parle finalement est moins mise au défi de l’Europe que des médias en général. Est-ce l’effet du bicéphalisme de l’entreprise éditoriale ? Séverine De Proost prend en effet clairement la main dans la seconde partie de l’ouvrage ; en attestent les renvois qu’elle effectue elle-même prioritairement vers le texte de Dominique Pasquier (« Médias et expérience de vie : le rôle de la télévision dans les apprentissages relationnels des jeunes ») ou, avec une moindre fréquence, vers celui de Monique Rémy (« Le rôle des technologies de l’information et de la communication dans l’espace éducatif européen. Des médias-miracles ? »). Tout se passe dès lors comme s’il fallait prendre acte de la « position spectatorielle » de sujets pour lesquels le système politique institutionnel présenterait désormais moins d’intérêt que d’autres activités, notamment les activités de loisir. D’où le recul de la citoyenneté dans une société composée : d’« individus politiquement désengagés » (2003 : 111) ; Dahlgren parle alors d’« aliénation ». Le questionnement politique n’apparaît plus que par bribes.

4Emmanuelle Machet (« Tendances et limites des politiques européennes de la communication ») oppose deux principes régulateurs, celui du service public et celui du service universel qui rend problématique « la reconnaissance des objectifs d’intérêt général » (2003 : 136). Évoquant une « enquête européenne », Dominique Pasquier choisit « de ne pas alourdir le propos par l’étude des variations selon les cultures nationales » (2003 : 169). Dommage car une sociologie des usages pouvait apporter un éclairage utile et se rattacher à « l’échec de l’espace pan européen de télédiffusion » puisque « les cadres de références des récepteurs restent nationaux » (2003 : 100). Plus loin, Pasquier évoque rapidement la montée de la privatisation des équipements et la naissance de sous-groupes familiaux, révélatrices moins d’« une accessibilité économique (accrue) des matériels » que du déclin du modèle de l’autorité, en l’occurrence, parentale ; non négociable (2003 : 172). Bref, le glissement n’échappe pas à Séverine De Groot elle-même qui, dans la conclusion de sa conclusion, relance la question : « Quels sont, en définitive, les apports de ce qui précède pour une éducation à la citoyenneté ? » (2003 : 213). Rejoignant des formulations de Monique Rémy à propos d’une « médiatisation englobante de la société » (2003 : 209), d’une situation où la médiatisation précède la scolarisation, ce qui entraînerait, pour la recherche, « une focalisation sur le micro et sur le moment de la réception » (2003 : 208), elle tente comme mot de la fin une réponse, encore un peu énigmatique à nos yeux : elle prend position pour une « éducation renouvelée » : « une éducation aux médias, conçue comme une critique des médias avec les médias » (2003 : 215).

5Ce que l’on ne voit pas, c’est pourquoi des analyses macro, celles des logiques politiques, sociales, économiques, celles portant sur les modalités de la convergence technologique en Europeet bien évidemment de ses limites, n’auraient pas leur place. Plus généralement, pourquoi ne pas faire écho aux travaux relevant de l’économie politique critique par exemple ? Dahlgren indique rapidement quelques traits caractérisant la mutation du système médiatique : la commercialisation, la digitalisation, la popularisation et l’essor du « non journalisme » (2003 : 107). Bref, il est significatif que Séverine De Groot, dans les dernières lignes, n’emploie plus le mot « Europe ». Si elle le fait, c’est en le resituant, en l’englobant, dans une « des missions du système médiatique. Il s’agit pour lui, de fournir les éléments d’une culture commune européenne », et dit-elle plus loin « une culture politique commune », c’est-à-dire offrant les ressources d’« une posture critique face au mode de fonctionnement du système », sous-entendu : médiatique. Peut-on mieux signifier que le médiatique l’emporte sur le politique et le pédagogique ?

6Pour mieux comprendre cette domination du système médiatique sur l’État et la société civile, et l’impact des changements qui l’affectent (p. 106), on peut se reporter sur la première partie de l’ouvrage, là où la question politique reste prégnante. François De Smet (« L’éducation à la citoyenneté en Communauté française : un concept en quête de sens ») s’interroge sur les effets d’une « liberté moderne passive [qui] ne se manifeste plus que par quelques manifestations ponctuelles actives strictement encadrées par la loi » (2003 : 37). L’affaiblissement de l’exercice des droits politiques que l’auteur désigne par la notion (aux contours un peu imprécis) d’oblitération a pour corollaire une tendance à la présentation formelle, abstraite, des devoirs. Et voilà l’École au risque de « barber » (oh !), voire de « braquer » (oh ! oh !) les jeunes si elle ne se donne pas les moyens d’une approche pratique, apte à « aiguiser dans les faits [leur] sens des responsabilités, et donc de [les] faire participer à des processus de décision » (2003 : 43), à commencer par ceux qui les concernent directement. De Smet s’intéresse en particulier à la démarche participative dans le cadre scolaire et aux vertus du « pouvoir d’élaboration du projet pédagogique » (2003 : 48). Il signale notamment à ce propos le « décret Missions de 1997 en Communauté française » (2003 : 47) qui installe des conseils de participation au sein de chaque établissement.

7Il revenait à Majo Hansotte (« Formation à l’espace public et intelligences citoyennes ») de montrer la différence avec l’intentionnalité à l’œuvre dans ce qui fut l’éducation populaire. L’auteure décrit le « refoulement de l’expérience citoyenne active au profit d’une éducation tournée vers la socialisation et la paix sociale, devenues synonymes de citoyenneté » (2003 : 54). Autrement dit, l’intentionnalité fondatrice devient « non problématique » ; l’école du civisme s’impose au détriment de l’éducation à la citoyenneté et des mouvements qui « se sont régulièrement affirmés en rupture avec l’école, [qui] se sont dressés contre ses enjeux de reproduction sociale et de sélection » (2003 : 55). Approfondissant le débat, Majo Hansotte s’engage alors dans une réflexion qui la fait passer de la « capacité de subjectivation » repérée par Benveniste à la « conquête de l’énonciation » (2003 : 61) inspirée des travaux de Lefort. On pourrait discuter ce saut théorique. Quoi qu’il en soit, le texte qui suit enfonce la touche. Jean-Marc Larouche montre le passage d’une éducation à l’interculturel vers une éducation pour une culture publique commune et finalement, vers des « termes plus neutres tels que “cadre civique” ou “espace civique” » (2003 : 71). Dans un contexte pluraliste et surtout compliqué par les jeux de pouvoir et d’influence, ou dans un contexte, disons, qui n’est plus strictement national et qui passe par une refonte des visions historique et géographique que les sociétés se donnent, il montre un nouveau risque d’affadissement ; ce risque réside dans le passage de l’éthique à une morale privée. Cette évolution coïncide dans les « curriculum » avec des orientations (politiques) qui tendent à affirmer, au détriment de l’éducation aux valeurs, l’apprentissage de règles permettant avant tout le savoir-agir en public, assurant concrètement la capacité au vivre ensemble (2003 : 73). C’est en tenant compte de ce contexte que Pierre-Henri Tavoillot (« Les contenus d’enseignement en Europe : différences et convergences ») en arrive à sa proposition de « lieux de mémoire qu’ils soient lieux topographiques ou monumentaux, privés ou publics, symboliques ou matériels » (2003 : 94). L’objectif serait pour lui de surmonter les antinomies « qui pèsent sur toute considération identitaire ». Des annexes repoussées en toute fin d’ouvrage apportent d’utiles informations et rafraîchissent les données qui avaient pu être rassemblées, en particulier, par Jacques Fialaire (L’école en Europe, 1996).

8En conclusion, il convient de retenir la problématique centrale dégagée d’entrée de jeu par Antonio Candeias : « La notion de système éducatif national – et il n’y a pas de système éducatif qui ne soit pas “national” – semble historiquement contradictoire avec le dépassement de l’État-nation comme “noyau politique” central de la modernité » (2003 : 28). Or, penser la modernité politique de la construction de l’Europe conduit à penser, comme Dominique Wolton l’avait déjà clairement indiqué, à penser la communication non seulement en raison de la nouvelle centralité occupée par le système médiatique mais aussi en raison de la crise politique ouverte par les bouleversements identitaires et le pluralisme culturel. Peut-être faut-il y voir les nouvelles conditions d’un agir communicationnel en reconstruction ?

9C’est sur ces interrogations qu’ouvre, pour nous, en définitive le solide ouvrage coordonné par Jean-Marc Ferry et Séverine De Proost et dont la lecture se révèle fort stimulante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Payeur, « Jean-Marc FERRY et Séverine DE PROOST (dir.), L’École au défi de l’Europe. Médias, éducation et citoyenneté postnationale », Communication, Vol. 24/1 | 2005, 261-265.

Référence électronique

Alain Payeur, « Jean-Marc FERRY et Séverine DE PROOST (dir.), L’École au défi de l’Europe. Médias, éducation et citoyenneté postnationale », Communication [En ligne], Vol. 24/1 | 2005, mis en ligne le 12 septembre 2013, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/566

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org