Navigation – Plan du site
Lectures

Jean-Michel SAILLANT (1996), Comprendre la dimension médiatique. Comment analyser les médias ?

Paris, Ellipse
Pierre Gosselin
p. 311-313
Référence(s) :

Jean-Michel SAILLANT (1996), Comprendre la dimension médiatique. Comment analyser les médias ?, Paris, Ellipse

Texte intégral

1« Vers un homo communicativus » pourrait être le sous-titre de cet ouvrage dans lequel Jean-Michel Saillant se propose de pratiquer

une analyse systémique du couple média-communication s’enracinant dans un type d’approche qui veut dépasser celle des mécanicistes, par trop analytique des briques de la construction des échanges communicationnels et celle des organicistes, par trop globale des signifiances multiples des échanges communicationnels (p. 9).

2L’objectif principal du livre étant de proposer une méthode pour analyser les médias, nous nous proposons de suivre le plan donné par l’auteur et de suivre le développement de son argumentation.

3La première partie insiste sur le couple média-communication en affinant l’étymologie du mot « communication » dont l’auteur précise, au regard des différents radicaux latins, que ce terme « comporte l’idée d’un émetteur, d’un produit intermédiaire, d’un récepteur existant » (p. 26), d’une mise en relation. Cette précision sémantique nous conduit au chapitre suivant qui constitue le point fort de l’ouvrage : l’approche systémique du couple média-communication.

4Proposition est faite de comparer les deux types d’approche : analytique/systémique. À l’aide d’exemples pris à la radio et à la télévision, en insistant sur tous les éléments qui sont à prendre en compte, l’auteur montre la façon dont l’analyse systémique permet d’« explorer les relations circulairement déterminantes du couple média-communication » (p. 51) alors que trop souvent on se contente de porter l’attention seulement sur un point particulier de la relation en ignorant les autres éléments qui entrent en jeu.

5Les éléments ainsi précisés permettent de définir une « typologie médiatique et communicationnelle » (p. 54) afin de repérer les différents points qui interviennent dans notre participation aux phénomènes de communication.

6L’auteur poursuit son analyse du système médiatique qu’il se propose de décrypter de l’intérieur, tout d’abord en le définissant puis en déterminant les rapports qu’il entretient avec les différents agents régissant la communication. Dans le couple média/message, il reprend le concept de médiologie défini par Régis Debray qu’il interprète en parlant de « tandem entre support en message » (p. 64).

7Arrivé à ce point de sa réflexion, l’auteur introduit la notion de « massage » en montrant que nous sommes soumis par les médias à toutes sortes de pressions ; il précise : « Les systèmes médiatiques et leur dimension génèrent des dépendances suffisamment importantes pour que leurs relations exercent une action de pétrissage, de pressions, de vibration sur les opinions, opérant de véritables massages, économique, social, politique, propagandiste » (p. 88).

8Massage économique dans une société qui laisse la part belle à l’économie au détriment de l’humain. Massage social quand les responsables de médias organisent notre vie de tous les jours par le biais de l’agenda-setting. Massage politique, car on ne peut nier la part tenue par les professionnels des médias dans le paysage politique et leur influence, même partielle, sur telle ou telle décision de l’électorat. Massage propagandiste ; l’auteur rappelle, entre autres, l’importance tenue par les médias pour préparer le grand public à la guerre du Golfe et les conséquences qui s’ensuivirent.

9Le dernier chapitre pose le problème de l’amplification médiatique et de l’adaptation aux systèmes médiatiques. Amplification quand l’organe émetteur « impose son message » en lui donnant une vérité qu’il n’a pas mais qui est imposée par l’environnement, la présence d’un commentaire, la personnalité d’un présentateur, voire la notoriété d’une chaîne : « on parle du mégaphone CNN » (p. 98). Adaptation quand l’homme utilise à son profit la présence du média, ainsi la renommée d’une émission littéraire à la télévision entraîne les éditeurs à choisir de publier des ouvrages qui pourront satisfaire à l’émission et obtenir ainsi une notoriété conséquente.

10Son argumentation ainsi développée, Jean-Michel Saillant conclut :

L’investigation épistémologique du couple média-communication, à travers le prisme de l’analyse systémique, a permis de cerner l’importance de sa logique et de ses relations circulaires avec l’environnement. […] Du courant pléthorique des médias, qui plonge et noie les hommes dans des paquets d’informations, émerge un homme, dont l’énergie de décision et la raison lui permettent d’aborder le choc communicationnel. Cet homo communicativus, propre à communiquer, est membre d’une société, qui n’est pas ce que la communication l’a faite, mais ce que les hommes, ayant fait de la communication, en feront (p. 108-110).

11Quant à nous, nous conclurons en disant que l’analyse des phénomènes de communication sous l’angle de la systémique apporte un nouvel éclairage dans un domaine où abonde la littérature. Ce livre se situe dans un champ nouveau et se veut délibérément pragmatique afin de proposer au lecteur de réelles solutions face à la dimension médiatique.

12Bien documenté et d’une grande clarté, il apportera au chercheur des thèmes de réflexion et à l’étudiant en communication une approche originale des principaux concepts de la communication ainsi qu’une abondante bibliographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Gosselin, « Jean-Michel SAILLANT (1996), Comprendre la dimension médiatique. Comment analyser les médias ? », Communication, vol. 21/2 | 2002, 311-313.

Référence électronique

Pierre Gosselin, « Jean-Michel SAILLANT (1996), Comprendre la dimension médiatique. Comment analyser les médias ? », Communication [En ligne], vol. 21/2 | 2002, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/5660

Haut de page

Auteur

Pierre Gosselin

Pierre Gosselin, Université Catholique de l’Ouest-ISCEA.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org