Navigation – Plan du site
Lectures

Denis SAINT-JACQUES (dir.) (2000), Que vaut la littérature ?

Québec, Éditions Nota bene, Coll. « Les Cahiers du CRELIQ »
Claude Brévot Dromzée
p. 314-316
Référence(s) :

Denis SAINT-JACQUES (dir.) (2000), Que vaut la littérature ?, Québec, Éditions Nota bene, Coll. « Les Cahiers du CRELIQ »

Texte intégral

1Bel exemple de titre interrogatif qui a le mérite d’interpeller le lecteur sur une question rarement posée concernant la littérature, question assez abrupte pour être difficilement reformulée : s’agit-il de s’interroger sur l’intérêt ? Le mérite ? L’importance de la chose littéraire ? Titre qui contraint le lecteur, au seuil de l’essai, à un rappel de sa propre représentation de la littérature. Démarche salutaire.

2Les vingt et un auteurs de ce livre — dirigé et introduit par Denis Saint-Jacques — se sont donc posé la question de la valeur littéraire aujourd’hui. Certes la question n’est pas spécifiquement d’ordre millénariste, ni même séculaire : déjà, « au tournant du XXe siècle, Mallarmé et Proust s’interrogeaient sur l’existence problématique de la littérature ». L’ouvrage, paru en 2000, tente de faire le point (en plus de 370 pages) sur la place de la littérature dans la sphère publique, modifiée — voire modelée par les nouvelles technologies (édition, médias). Trois espaces sont successivement explorés, avec un souci d’équilibrage certain (6, 7 puis 8 contributions d’auteurs) : l’enseignement, le milieu littéraire, les médias.

3En tant que base à la formation de l’individu dans la société, c’est d’abord l’espace de l’enseignement qui est visité. Les auteurs de cette première partie s’interrogent donc légitimement sur les fondations de la matière littéraire : pratiques fondatrices (pour l’agrégation à la française) ou textes et programmes (re)fondateurs (pour le renouveau scolaire et les récents manuels de littérature québécoise). S’interroger sur la valeur de la littérature, c’est aussi prendre en compte la notion de distance : dans le temps — comment et pourquoi un(e) écrivain(e) (Colette) peut-il (elle) entrer dans la liste des auteurs du programme ? Distance dans l’espace — comment un corpus de littérature française peut-il « s’angliciser » outre-Atlantique ?

4La deuxième partie intitulée « Dans le milieu littéraire » se compose de cinq articles, prioritairement tournés vers la réception de la littérature canadienne, voire québécoise. À l’avènement de Colette dans les manuels de littérature française fait écho la reconnaissance — institutionnelle — d’un poète québécois, Alain Grandbois. Deux catégories littéraires — situées dans la littérature française — font l’objet de deux études ; l’une éclairant la réception de la « folie littéraire et de l’excentricité culturelle » à travers la critique ; la seconde mettant en perspective la catégorie de non-valeur par excellence — le médiocre — avec la hiérarchie littéraire.

5La question des genres (littérature québécoise) et du genre (littérature canadienne) est au centre des deux dernières contributions à cette deuxième partie. À l’image de la définition du « milieu littéraire », foisonnant et fluctuant, il est montré combien une partie de la littérature québécoise profite d’une dynamisation des genres, faisant éclater le cloisonnement traditionnel. Peut-on parler de métissage des écritures — à l’instar des nouvelles formes musicales dans la variété francophone ? L’approche de dynamisation sera d’autant plus intéressante à suivre que se place, en toile de fond, le Conseil des Arts du Canada qui, depuis 1957, contribue à façonner le goût littéraire des générations de Canadiens, en « proposant des visions admissibles et subventionnées ».

6Voilà donc une piste que les limites de ces contributions (placées dans un ouvrage collectif) ne permettent pas d’explorer et qui mériterait de l’être pour un rendez-vous ultérieur, de plus grande ampleur.

7La sphère médiatique constitue l’espace le plus visité de l’ouvrage. Huit auteurs, deux sous-parties organisées selon un axe diachronique : « Légitimité et exclusions historiques », « Une nouvelle légitimité ». D’abord il s’agit — historiquement — d’assurer la diffusion d’une vision culturelle prônée dans l’Institution scolaire : c’est l’École de la IIIe République. Même si est laissée de côté — sciemment — la question relative à la réception du contenu des manuels scolaires, le rappel de ce « socle idéologique » s’imposait dans un ouvrage s’interrogeant sur la valeur actuelle de la chose littéraire. À la diffusion massive des manuels scolaires (et parascolaires) peut correspondre — comme élément constitutif d’une culture populaire — le succès des almanachs, à la fois « savoir encyclopédique et littérature populaire ». Tel est l’objet de la deuxième contribution qui — outre l’intérêt intrinsèque — permet de donner tout son sens à l’articulation annoncée dans le sous-titre (Légitimité et exclusions historiques). Si le même engouement — relayé par l’édition — pour le manuel scolaire ou l’almanach doit être souligné, il s’agit bien de contextes différents, l’almanach représentant « un genre non canonisé par excellence ». Certes le terme « exclusions » peut rendre compte de certaines formes de déclassements subies par ce que la culture dominante appelle « littérature prolétarienne » et c’est en partie la thématique des deux derniers articles de cette sous-partie. N’est-ce pas avant tout une question de « point de vue » — catégorie signifiante en littérature ? Peut-être s’agit-il « de voir pourquoi un mineur qui écrit ne devient pas nécessairement un écrivain mineur » (p. 315) !

8Par quoi est assurée une nouvelle légitimité ? Quatre auteurs — dont trois femmes — tentent de répondre à la question posée au seuil de l’ouvrage. À défaut d’une mise en perspective générale de cette lancinante interrogation, les auteurs se placent sur le terrain de la réception, piste jugée édifiante, dont il faudrait donc poursuivre l’exploration. L’abondance des moyens de diffusion et les outils de mesure y afférents permettent aujourd’hui de répondre par l’arithmétique — mais est-ce une réponse ? — à la question posée. C’est notamment le cas des « meilleurs vendeurs » (best-sellers), têtes d’affiche chez les libraires. Les communications suivantes font écho à d’autres articles du même ouvrage, montrant l’imbrication des champs. Historiquement déclassées par rapport à une idéologie dominante, les femmes-auteurs (voir I, 3) font encore l’objet d’une attitude parfois circonspecte de la part de la critique qui leur reproche de faire (trop) de sentimental et/ou de vouloir… en sortir ! Quelle que soit la posture, elle mérite d’être analysée.

9C’est cette piste de la réception ainsi que l’élargissement du champ des nouvelles technologies qui pourraient compléter l’exploration d’une question — déjà largement alimentée par cet ouvrage — que le siècle commençant n’a pas fini de poser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Brévot Dromzée, « Denis SAINT-JACQUES (dir.) (2000), Que vaut la littérature ? », Communication, vol. 21/2 | 2002, 314-316.

Référence électronique

Claude Brévot Dromzée, « Denis SAINT-JACQUES (dir.) (2000), Que vaut la littérature ? », Communication [En ligne], vol. 21/2 | 2002, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 29 juillet 2016. URL : http://communication.revues.org/5662

Haut de page

Auteur

Claude Brévot Dromzée

Claude Brévot Dromzée, Université de Reims, Champagne-Ardenne (URCA).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org