Navigation – Plan du site
Lectures

Jacques ZYLBERBERG et François DEMERS (dir.) (1992), L’Amérique et les Amériques

Québec, Les Presses de l’Université Laval
Alain Laramée
p. 317-321
Référence(s) :

Jacques ZYLBERBERG et François DEMERS (dir.) (1992), L’Amérique et les Amériques, Québec, Les Presses de l’Université Laval

Texte intégral

1Ce livre contient un ensemble de textes sélectionnés parmi ceux qui ont été présentés lors d’un colloque qui s’est tenu à l’automne 1991 à l’Université Laval sous l’égide de l’Association canadienne des études latino-américaines et caraïbes, colloque auquel ont participé plusieurs centaines de personnes provenant de divers horizons intellectuels, de divers pays et de diverses institutions, les universités étant toutefois fortement représentées. Outre une introduction bilingue, ce recueil contient 51 textes, répartis presque à parts égales entre le français et l’anglais, regroupés en quatre parties elles-mêmes subdivisées en deux ou trois sections.

2La première partie, intitulée « Information, communication, représentation », se subdivise en trois sections portant respectivement sur l’information, les communications et les représentations. Dans cette partie, les douze textes retenus porte sur de multiples sujets différents : la couverture de l’Amérique latine dans les médias canadiens, la couverture des élections salvadoriennes en 1989 dans la presse canadienne et américaine, la presse internationale et le développement de l’Amérique latine, l’accès et la protection du citoyen dans la perspective des relations entre l’État, le citoyen et la presse au Québec et au Canada, le rôle du Conseil de presse comme moyen d’autorégulation des médias, les nouvelles technologies de communication et d’information et la liberté en Amérique latine, les politiques nationales de communication, la Conférence des autorités cinématographiques ibéro-américaines vue comme un exemple de coopération dans les politiques portant sur le film et la télévision, les structures anciennes et nouvelles de communication dans les Amériques, la coopération scientifique internationale à la lumière des cas du Canada et de l’Argentine, l’image de l’Amérique du Sud telle que vue par l’Amérique du Nord et l’institutionnalisation des études latino-américaines au Canada sous l’angle des dessins humoristiques.

3Dans la deuxième partie, on aborde les questions relatives à l’intégration et au libre-échange du point de vue du néocontinentalisme et du régionalisme. Les dix-sept textes de cette partie sont distribués dans les trois sections qui la constituent et qui portent sur le Canada et les Amériques ; les politiques régionales et nationales ; les politiques agraires et le libre-échange.

4Dans la première section on aborde le rôle du Parlement et des groupes d’intérêt face à la politique étrangère canadienne à l’égard de l’Amérique latine, la décision du Canada de joindre l’OAS, le débat politique international autour de l’ALENA et l’évolution économique du Canada depuis cet accord.

5Dans la seconde, on étudie le statut et la place de la classe moyenne au Mexique dans le cadre de l’ALENA, la politique économique de libéralisation du commerce et la promotion de l’exportation au Mexique, l’initiative du président états-unien Bush et la question de l’intégration régionale du point de vue de l’Amérique centrale, les défis du changement économique au Venezuela, la politique étrangère du Venezuela en 1991, les enjeux d’une politique de coopération financière du Venezuela aux Caraïbes et en Amérique centrale, l’initiative de Bush dans le cadre du Mercosur au Brésil et le Chili face au libre-échange.

6La troisième section porte sur les politiques agraires et le libre-échange. Les cinq textes qui y figurent abordent les enjeux d’une interdépendance agroalimentaire accrue entre les Amériques, l’agriculture dans le libre-échange commercial nord-américain, au Brésil et en rapport avec l’économie du sucre en Jamaïque et, enfin, l’agriculture latino-américaine et la biotechnologie dans le cadre de la globalisation de l’économie.

7La troisième partie est consacrée aux théories et aux pratiques du développement et du maldéveloppement. Un peu moins consistante que les deux précédentes, cette partie se subdivise en deux sections : les analyses stratégiques et les analyses thématiques. Les huit textes qui la constituent portent sur différentes problématiques relatives à la place des Amériques dans l’ordre mondial, l’ouverture économique et l’intégration régionale selon une perspective stratégique pour l’Amérique latine, les dynamiques de modernisation, d’involution et de segmentation de la métropole brésilienne, l’éco ou le maldéveloppement au Brésil, un nouveau modèle de prestations sanitaires dans les bidonvilles de Lima faisant intervenir l’université, les potentialités du libre-échange de diminuer les iniquités salariales au Mexique, la dernière décennie vécue par l’Argentine et le marché capitaliste et la classe ouvrière en Argentine.

8Dans la dernière partie, la deuxième par le nombre de textes (14), portant sur les paradoxes et les contradictions de l’État de droit dans les Amériques, on a réparti les contributions en trois sections : les problèmes généraux du développement démocratique, les acteurs et les mouvements sociaux, et les freins et le progrès dans la construction de l’État libéral.

9La première section ne contient qu’un seul texte portant sur la démocratie moderne et le nouvel ordre international. La deuxième en contient quatre abordant les questions des droits des peuples indigènes au Chili pendant la transition vers la démocratie, les droits des autochtones au Canada et au Québec, la théologie de la libération, l’Église catholique et la modernité et l’Église progressiste brésilienne. Dans la dernière section, les neuf textes qui la constituent portent sur une grille d’analyse pour étudier la violence politique et la transition vers la démocratie en Amérique centrale, le processus constitutionnel au Nicaragua, l’État de droit au Venezuela, la restructuration économique et la transition politique en Colombie, les droits de l’homme et la transition démocratique au Chili, la structure du régime politique, l’autoritarisme et la transition vers la démocratie en Argentine, la démocratie en péril en Argentine, la réforme étatique et le néolibéralisme en Argentine et les questions relatives à l’immigration, l’intégration sociale et la participation politique en Argentine.

10Ce recueil de près de 900 pages, on l’aura compris, est une somme assez colossale d’informations sur différents pays constituant les Amériques. Toutefois, ces mêmes pays sont inégalement desservis. Par exemple, alors que plus de 10 articles portent sur le Canada, sept sur l’Argentine et cinq sur le Mexique, un seul porte sur les États-Unis et encore partiellement, et aucun sur l’Uruguay, le Paraguay, la Bolivie, l’Équateur, le Salvador, le Costa Rica, Cuba ou Haïti. Cette disproportion nous pose une certaine interrogation sur le titre du recueil qui est à prétention beaucoup plus englobante.

11Comme dans la plupart des ouvrages de type Actes de colloque, on y trouve des inégalités de rigueur et de perspectives de même que de sujets traités. Ainsi, les approches économique, politique et juridique sont beaucoup plus présentes que les approches sociale et culturelle.

12Par ailleurs, vu la date de parution, 1991, certains contenus, surtout ceux rapportant des analyses et des argumentations appuyées sur des données économiques et juridiques, sont plutôt désuets. Mais dans l’ensemble, à l’ère du Sommet des Amériques qui se tient à Québec à la fin d’avril 2001, on peut certes concevoir les questions, les problématiques et les perspectives énoncées dans la plupart des articles comme tout à fait pertinentes.

13Un autre intérêt du recueil se situe au plan de la diversité des points de vue énoncés tant par l’origine des auteurs que par leur appartenance institutionnelle. Même si la plupart des contributions proviennent de professeurs d’université, plusieurs sont issues de responsables dans des institutions internationales, gouvernementales, non gouvernementales ou du milieu journalistique. Cette diversité apporte un caractère plus pragmatique et moins distant des objets d’analyse et d’intervention, sujets des textes.

14À cette diversité de points de vue s’ajoute celle des niveaux de préoccupations. En effet, les exposés portent autant sur des textes juridiques, des théories, des lois, des analyses économiques, des essais politiques et philosophiques que des éditoriaux de type journalistique. Cette diversité construit un réseau de perspectives croisées et rend l’ouvrage particulièrement touffu et riche en intuitions et en suggestions de pistes de recherches et de réflexion mais ne nous permet pas, toutefois, d’y trouver un fil conducteur. L’introduction, surtout axée sur l’institutionnalisation des approches des réalités latino-américaines, ne nous donne pas d’ailleurs d’indication de ce fil conducteur et on ne trouve malheureusement aucune conclusion générale qui pourrait soit rassembler les grandes questions ou problématiques transversales, ou effectuer une sorte de synthèse et de relance de certaines pistes à développer. On n’a donc pas accès ni aux objectifs de la rencontre ou du colloque ni à la synthèse des principales idées. On aurait apprécié également pouvoir mieux observer la dynamique des débats que les perspectives contradictoires voire opposées politiquement ont certainement provoqués lors de la rencontre, perspectives fort bien annoncées en introduction, mais non présentées dans les textes retenus.

15Par ailleurs, on peut s’interroger sur l’absence de textes ou de références marqués dans les différents textes, de la dynamique historique du colonialisme (Galéano, 1971) et du néocolonialisme tant dans ceux portant sur des pays de l’Amérique du Nord que sur ceux des deux autres Amériques. Comme s’est acharné à le démontrer Gérard Bouchard (2000) au cours des dernières années, cette dynamique est particulièrement importante dans le processus d’intégration continentale et intercontinentale avec toutes les questions identitaires qu’elle colporte sur la scène internationale dans le vaste procès de globalisation économique dans lequel les Amériques, l’Europe et l’Asie sont fortement engagés.

16Néanmoins, il s’agit d’un recueil tout à fait intéressant en tant que sensibilisation à la complexité des dynamiques et des relations entre différents pays des Amériques à l’aube des négociations entourant la création d’une Zone de libre-échange des Amériques, particulièrement à la lumière des expériences menées dans le cadre de l’ALENA, et stimulant pour initier des pistes de réflexion et de développement de futurs projets de recherche.

Haut de page

Bibliographie

BOUCHARD, Gérard (2000), Genèse des nations et cultures du nouveau monde : essai d’histoire comparée, Montréal, Boréal.

GALEANO, Eduardo (1971), Les veines ouvertes de l’Amérique latine, une contre-histoire, Paris, Terre Humaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Laramée, « Jacques ZYLBERBERG et François DEMERS (dir.) (1992), L’Amérique et les Amériques », Communication, vol. 21/2 | 2002, 317-321.

Référence électronique

Alain Laramée, « Jacques ZYLBERBERG et François DEMERS (dir.) (1992), L’Amérique et les Amériques », Communication [En ligne], vol. 21/2 | 2002, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/5664

Haut de page

Auteur

Alain Laramée

Alain Laramée, Télé-université.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org